Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
-50% sur plusieurs chaussures de la gamme Nike Air Max
Voir le deal

 

 let tou louvri pou rektè UEH la

Aller en bas 
AuteurMessage
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

let tou louvri pou rektè UEH la Empty
MessageSujet: let tou louvri pou rektè UEH la   let tou louvri pou rektè UEH la EmptyMar 2 Mai 2017 - 4:11

Lèt tou louvri pou Rektè Iniversite leta ayisyen .

Mesye Rektè :

Mwen salye w pou kouraj w ; pou bonn volonté w e pou tenasite w. Mwen ka kole 2 mo franse pou m di w sa mwen vle di w la men kom mwen konnen wou tou se yon ayisyen integral ki vle voye lang Kreyol la monte mwen prefere itilize lang nou an pou m di w sa m vle di w la .

Lotrejou mwen li yon diskou w te pwononse nan yon reyinyon kote w tap pale de sa universite ya ofri jeness la jodya. spesyalman yon master en jeyografi. avek kolaboratyon yon iniversite franse.mwen pa gen pwoblem si UEH la vle gen yon sik detid ki depase bacheleye(BS,MS) ,mwen pa vle itilize bakaloreya paske bakaloreya an ayiti vle di lè yon ti moun fini dezyem sik detid segondè.

Pwoblem mwen genyen ak master an jeyografi se ki oportiite ki genyen nan chan daktivite saa an ayiti pou jenn diplome yo . rezon ki fè mwen te poze w kestyon nan dernye lèt mwen te ekri w kote mwen te mande w : A quoi servent les hautes etudes en Haiti?" pou mwen li pa fè sans pou nou ap fè yon jenn gason ou byen yon jenn fiy pase 4ane ap etidye apre l fini li pa ka jwen travay nan syans li te etidye a. e pafwa li pa ka jwen travay menm a letranje

Eske se jeyograf ayiti beswen jodya? petet se paske mwen se yon moun pramatik ki fè mwen kwè nan eta sou devlopman peyi ya ye jodya e kan nou konsidere ti resous peyi ya genyen pou edike jeness la mwen kwè li ta pi bon pou nou etabli yon pwogram dedikatyon siperyè ki bay priyorite a beswen peyi ya genyen imedyatman.

Lè nap konsidere beswen ki pi irjan nan peyi ya jodya eske se vre se bon jan jeyograf ayiti beswen jodya? Pou mwen sa ayiti beswen plis se bon injenyè elektrik, mekanik, indistriyel, bon jan chemist ak farmasyen ki ka pwodwi remed , bon jan agronom ki pou pwodwi manje a gogo ; bon jan kontremet ;bon jan injenyè sanitè bon jan antreprenè ki ka kreye biznis e konpayi ki pou ogmante prodiktyon byen e servis an ayiti.

pou mwen se yon krim pou ankouraje yon ti moun etidye yon bagay ki pap pemet li jwen yon job apre li gradye. Fok nou konnen ki sa nou beswen pou edikatyon siperyè an ayiti pwodwi kad ki pou pemet devlopman ekonomik peyi ya.

Ankor yon lot fwa mwen salye w

Rodrigue Lamadieu
Revenir en haut Aller en bas
Sasaye
Super Star
Super Star
Sasaye

Masculin
Nombre de messages : 8251
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

let tou louvri pou rektè UEH la Empty
MessageSujet: Re: let tou louvri pou rektè UEH la   let tou louvri pou rektè UEH la EmptyMer 3 Mai 2017 - 18:27

Rozo,
Fè atansyon. Pa konfonn Geyografi ki yon syans trè laj ak ti kou ke yo konn bay timoun lan lekòl ann Ayiti. Sa yo aprann timoun yo se katografi avèk vil e kapital tout peyi.
Lan nivo syans, se yon disiplinn ki kapab make devlopman Ayiti lan tou sa li bezwen. Sitou kounyea nenpòt ti lapli se yon katastròf.


https://en.m.wikipedia.org/wiki/Geography
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

let tou louvri pou rektè UEH la Empty
MessageSujet: Re: let tou louvri pou rektè UEH la   let tou louvri pou rektè UEH la EmptyMer 3 Mai 2017 - 23:15

Sassaye

Anvan m te ekri let la mwen te pran sanm poum te gade definition mo jeyograf la byen ;mwen pa janm di geographie pa yon science.Mwen konnen byen se yon syans ki okipe de okipatyon de yon espas pa moun.

Lè resous w pa gwo w edike jeness w nan sa ki esantyel pou survi popilatyon an. se pa kantite diplom  ke UEH la bay nan diferan syans ki enpotan se kalite pwogram e diplom ki li bay yo ki pou mwen enpotan. Archeologie tou se yon syans men eske si w te an ayiti ou te pral etidye archeologie?

lè yon peyi pa ka nouri popilatyon an chak santim ki depanse dwe depans pou soulaje soufrans pep la.kreye faklite detnoloji dantropoloji pou mwen se yon paspiyaj kan nmou pa gen ase doktè, ase dantis nan peyi ya.ase agronom , ase bon injenyè nan peyi ya.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16773
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

let tou louvri pou rektè UEH la Empty
MessageSujet: Re: let tou louvri pou rektè UEH la   let tou louvri pou rektè UEH la EmptyVen 5 Mai 2017 - 9:35

An pasan noumenm ki ka ekri yon lot Lang se pou nou siyen kom VOLONTE lan GOOGLE TRANSLATE.
GOOGLE TRANSLATE ba w yon KONVESYON ENSTANTANE de yon LANG ak KREYOL AYISYEN.

Se sa ki enpotan pou AKADEMI KREYOL AYISYEN an fikse yon OTOGRAF lan LANG lan.
Moun ki  KONTINYE ap di ke KREYOL AYISYEN an ap IZOLE nou an ,AL GRAJE.

Men yon ti APROKSIMASYON GOOGLE TRANSLATE bay de sa w di an ,ann ANGLE.Kote konpite yo (ENTELIJAN ATIFISYEL) POKO KONNEN ASE ,Yo kite KREYOL lan.
Men tradiksyon an ap AMELYORE de JOU an JOU.

Before I wrote the letter I took sanm was I looked definition geographer words well, and I never said a science.Mwen geographie not know well is a science that deals okipatyon of space by man.

When your resources by large jeness you educate you in what essentials for survivable popilatyon in. is not much that diploma UEH given in different studies is critical programs and diplomas which it provides for less important. Archeologie is also a science but do if you were in Haiti you will study archeologie?

when a country can not feed popilatyon every cent spent must cost alleviate the suffering people la.kreye faklite detnoloji dantropoloji me a paspiyaj camp nmou not have enough doctors, enough dentists in the country ya.ase agronomist, enough good engineering in the country ya.


Yon DEGI .
Moun ki ap ekri KREYOL AYISYEN  gen entere respekte OTOGRAF OFISYEL lan.Se pa yon KRITIK paske nou tout se aprann n ap aprann EKRI BEL LANG nou an.

Pa egzanp si olye de POPILASYON ,nou ekri POPILATYON ,KONPITE GOOGLE yo pa p rekonet MO an.Se jis yon EGZANP.
Mwen pa ba w 1 AN ,tradiksyon GOOGLE TRANSLATE an KREYOL lan ap 9 sou 10.
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

let tou louvri pou rektè UEH la Empty
MessageSujet: Re: let tou louvri pou rektè UEH la   let tou louvri pou rektè UEH la EmptyVen 5 Mai 2017 - 21:27

Joel

Mwen pa konnen si se ayisyen ki te edike o Zeta Zuni kap fè tradiktyon sa yo menm nan face book gen menm pwoblem lan tou.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16773
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

let tou louvri pou rektè UEH la Empty
MessageSujet: Re: let tou louvri pou rektè UEH la   let tou louvri pou rektè UEH la EmptySam 6 Mai 2017 - 6:50

ROZO;

Se yon PWOGRAM "ENTELIJANS ATIFISYEL" ki koute GOOGLE de DIZENN DE MILYON DOLA ki ap fe TRADIKSYON an.

PWOGRAM lan tankou yon TIMOUN ki ap aprann yon LANG ,li aprann ,li korije pa REPETISYON.Yo fe sa pou omwens 50 LANG ,KREYOL AYISYEN se youn ladan yo.

Pou w ede yo ,yo mande pou w ede yo korije TRADIKSYON an.Toutotan ou respekte OTOGRAF OFISYEL lan yo ba w yon pi bon TRADIKSYON.
Se yon bagay pou AKADEMI KREYOL AYISYEN an ,ta travay sou li.Kom pi fo AKADEMISYEN yo se FRANSE yo konnen pi byen ,yo ta gen ENTERE ,klike sou kek ATIK an FRANSE epitou KORIJE ATIK KREYOL ke PWOGRAM lan tradwi an ;paske PWOGRAM lan ap aprann tankou yon TIMOUN ,jan m te di an.

TRADIKSYON KREYOL lan ap amelyore de jou an jou ;se menm pwoblem yo te genyen ak TRADIKSYON FRANSE yo ,ki preske 10 sou 10 kounye an.
GOOGLE te entwodwi pwogram tradiksyon FRANSE ak KREYOL AYISYEN an preske menm LE
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16773
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

let tou louvri pou rektè UEH la Empty
MessageSujet: Re: let tou louvri pou rektè UEH la   let tou louvri pou rektè UEH la EmptySam 6 Mai 2017 - 7:07

Men yon EGZANP.
Sa a se yon ENTEVYOU ke Dr PETER HALLWARD te fe ak GUY PHILIPPE an 2007.

http://canadahaitiaction.ca/content/insurgency-and-betrayal-interview-guy-philippe
Sa se tradiksyon ke sipe-konpite an fe:

Insurrection et trahison: entretien avec Guy Philippe

Interview de Peter Hallward, mars 2007 [i]

Guy Philippe était un commandant de la police nationale haitienne de 1995 à 2000 et, en février 2004, il a dirigé une insurrection armée qui a permis de renverser le gouvernement de Jean-Bertrand Aristide. Peter Hallward est professeur de philosophie à l'Université de Middlesex au Royaume-Uni et auteur d'un livre sur la politique haïtienne récente intitulé Damming the Flood: Haïti, Aristide et la Politique de confinement (Verso, à paraître à l'automne 2007).

Peter Hallward .  Lorsque Aristide a été élu président en 1990, il a promis de libérer Haïti de l'héritage dictatorial de François et Jean-Claude Duvalier et de leur milice Tonton Macoutes;  Au moment où il a été expulsé du pays, le 29 février 2004, les critiques d'Aristide ont affirmé que son régime était devenu comme la dictature qu'il était censé remplacer.  C'est très controversé et, comme beaucoup d'observateurs étrangers intéressés par votre pays, j'ai essayé de comprendre ce qui s'est réellement passé entre 1990 et 2004. Vous avez joué un rôle décisif dans cette période confuse de l'histoire haïtienne: vous êtes la personne qui a mené le Campagne militaire qui a préparé le terrain pour l'expulsion dramatique d'Aristide.  Je vous remercie de votre aide pour répondre à mes questions, d'autant plus que vous savez très bien que je ne partage pas votre point de vue politique.

Guy Philippe : Merci d'avoir écrit un livre sur mon pays.  Je pense qu'il est essentiel que les gens apprennent la vérité.  Vous pouvez me poser toutes les questions que vous souhaitez, mais vous devez promettre d'inclure tout ce que je dis et de ne rien laisser.  Je ne reçois aucune commande de personne;  Vous pouvez me demander tout ce que vous voulez et je vais répondre avec ma franchise habituelle.

Aujourd'hui, je suis fier de savoir que si ce n'était pas pour moi et pour certains jeunes étudiants, Haïti souffrirait toujours sous une dictature complète.  Je sais que j'ai sauvé le pays.  Si ce n'était pas pour la trahison de nos politiciens professionnels, les personnes qui ont signé un accord antipatriotique avec la France et les États-Unis, alors aujourd'hui, le pays serait mieux placé.  Ces gens - Andy Apaid, Evans Paul, Paul Denis, Lesley Voltaire - seront jugés un jour avant le tribunal de l'histoire.  Quant à moi, j'ai fait ce que je devais faire et, si nécessaire, je le ferais encore.

PH: D'accord, je vais vous poser de nombreuses questions, et je promets de ne pas modifier ou raccourcir vos réponses.  Je me rends compte aussi que, pour vous protéger contre vos ennemis, il y a certaines choses que vous n'êtes pas encore autorisées à dire et que vous avez traité de nombreuses choses dans un livre que vous avez déjà écrit, Le Temps des chiens , que vous envisagez de publier dans quelques années.

Avant d'aborder les événements de 2004, j'aimerais revenir au début, en 1990. Lorsque Aristide a été élu pour la première fois, êtes-vous déjà dans l'armée?  Avez-vous joué un rôle dans le coup qui l'a renversé en 1991?

GP: Non, en 1990, je n'avais pas encore rejoint l'armée.  Malheureusement, certains journalistes étrangers ne peuvent se soucier de vérifier leurs sources et ont déclaré que j'étais impliqué dans le coup d'Etat de 1991.  Ce n'est pas vrai: j'étais toujours étudiant, à Puebla, au Mexique.  J'ai rejoint les Forces Armées d'Haïti (FAdH) en tant que cadet en Equateur, en 1993.

PH: Quand avez-vous quitté Haïti pour le Mexique?  Pourquoi es-tu allé là-bas?

GP: J'ai suivi les traces de mes deux frères aînés, qui sont allés étudier la médecine.  Je suis arrivé en décembre 1990.

PH: Pourquoi vous êtes-vous finalement installé sur une carrière militaire?

GP: J'ai toujours rêvé de devenir soldat.  J'adore l'armée et j'espère que mes enfants deviennent des soldats aussi.

PH: Comment avez-vous réagi lorsque Michel François et Raoul Cédras ont mené l'armée haïtienne à renverser Aristide le 30 septembre 1991?

GP: Comme je l'ai dit, je n'étais pas en Haïti à l'époque, mais je ne pense pas que Cédras ait eu raison de lancer un coup d'état.  Il a ensuite régné en Haïti pendant trois ans, et ces années ont été catastrophiques pour le pays dans tous les sens.  Cédras et ses hommes n'avaient pas de but précis.  En 1992, j'ai même participé à une manifestation organisée par Jesse Jackson, appelant à un retour à l'ordre constitutionnel, dans le Little Haiti de Miami.

PH: Après avoir terminé vos études au Mexique, vous avez remporté une bourse pour étudier à Quito, en Équateur.  Est-ce là que vous avez rencontré des gens comme Gilbert Dragon et Jacky Nau, qui sont restés vos collaborateurs les plus proches une décennie plus tard?  Qu'as-tu fait pendant que tu étais là?  Êtes-vous en formation militaire ou pour la formation de la police?

GP: Je connaissais Jacky Nau longtemps avant d'aller en Équateur, puisque nous sommes allés dans les mêmes écoles primaires et secondaires (St Louis de Gonzague);  Plus tard, nous étions voisins.  Nous sommes très vieux amis.  J'étais encore au Mexique quand Jacky m'a dit que je devais demander une bourse à l'académie militaire en Equateur et qu'il pourrait m'aider à me recommander parce qu'il était en bons termes avec le consul haïtien à Quito.  J'ai donc postulé et été admis à l'école supérieure de police de Quito, et j'ai étudié de septembre 1992 à août 1995.

PH: Quelle sorte de choses as-tu étudié là-bas?

GP: je me suis spécialisé dans la préservation et la restauration de l'ordre public dans un état démocratique [ Maintien et rétablissement de l'ordre public dans un Etat démocratique ].

PH: Beaucoup de gens disent que les Américains utilisent l'Équateur comme base militaire pour former du personnel militaire ou paramilitaire de pays qui partagent leurs intérêts stratégiques, comme une sorte de campus étranger pour leur «École des Amériques».  Des gens comme Stan Goff (un vétéran des opérations spéciales des États-Unis qui ont dirigé une équipe des forces spéciales en Haïti en 1994) disent que le 7 e Groupe des forces spéciales des États - Unis exécute un certain nombre de programmes de formation en Équateur.  Avez-vous participé à un tel programme?  Avez-vous des liens avec le personnel militaire américain au cours de ces années?

GP: il n'y avait pas de soldats américains en Équateur.  Vous devez comprendre la situation dans certains de ces pays en Amérique latine.  Ils sont très patriotiques, et il est difficile d'imaginer des militaires américains formant des cadets en Équateur.  L'Équateur n'est pas comme Haïti: en Équateur, il y a un fort sentiment de patriotisme et de devoir national.  Malheureusement, Haïti n'est pas comme ça.

PH: Pour autant que je sache, les États-Unis disposent actuellement d'au moins 17 bases militaires en Amérique latine et dans les Caraïbes, y compris la base aérienne d'Eloy Alfaro à Manta, en Équateur (que le nouveau gouvernement de l'Équateur tente maintenant de fermer).  Mais malgré de nombreux rapports au contraire, vous n'aviez aucun lien réel avec l'armée américaine de 1992 à 1995?

GP: aucun du tout.

PH: Aristide est revenu en Haïti en octobre 1994, en compagnie des US Marines.  Il a rapidement commencé à démobiliser l'armée qui l'a renversé et l'a remplacé au cours de 1995 avec une nouvelle Police nationale haitienne (PNH).  Vous avez d'abord été nommé commandant de police à Ouanaminthe (à l'automne 1995), puis vous avez déménagé dans le quartier Delmas de Port-au-Prince (1997-1999) avant de passer un an à Cap Haïtien (2000).  Ces premières années dans le développement de la PNH sont très controversées.  Certaines personnes accusent les Américains d'interférer avec le recrutement et d'essayer de saper l'autorité du gouvernement;  D'autres disent que Aristide et d'autres politiciens de Lavalas ont cherché à manipuler la police pour leurs propres fins.  Quelle a été votre propre expérience?

GP: je ne dirais pas que les Américains ont essayé de contrôler le pays après 1994;  C'est plutôt Aristide qui a invité 23 000 marines à venir en Haïti pour lui permettre de retrouver son pouvoir.  Il est normal qu'une force d'occupation impose certaines conditions.  Vous ne pouvez pas inviter 23 000 soldats étrangers à votre pays et espérer préserver votre indépendance, ce n'est pas possible.

En tout cas, c'est Aristide qui a ensuite remis aux Américains le pays sur un plateau - le Teleco, la Minotérie, la Police nationale, l'USP, l'USGPN, notre fierté nationale en tant que peuple, notre souveraineté, tout.

Aristide a toujours dit qu'il aimait les pauvres, mais après 14 ans de pouvoir, les conditions de vie de la paysannerie et des pauvres vivant dans les bidonvilles ont bien pire.  Il a tout donné à la bourgeoisie mafieuse de Port-au-Prince et s'est laissé corrompre par les ambassades étrangères.

Saviez-vous qu'Aristide a ordonné l'assassinat de Mme Mireille Durocher Bertin en mars 1995, quelques jours avant l'arrivée du président Clinton?

PH: Je pensais qu'Aristide avait permis au FBI d'enquêter sur son meurtre et qu'ils n'étaient pas en mesure de déterminer qui l'avait effectivement tuée?

GP: j'étais le chef de la police à Delmas en 1997 et je sais ce qui s'est passé.  Saviez-vous qu'Aristide a également ordonné l'assassinat de Pasteur Leroy (un leader, avec Hubert de Ronceray, de Mobilisation pour le Développement National) en août 1996?  J'étais le commandant de police dans les Delmas en 1997 et dirigé l'enquête;  J'ai les noms des tueurs, et ils ont tous travaillé au Palais national.  À la suite de la pression de l'ambassade des États-Unis, ils ont été renvoyés, mais en 2001 ils ont été ramenés dans la PNH.

Aristide essaie de prétendre qu'il avait des problèmes avec les Américains, mais je vous dis que ce n'est pas vrai.  Les Américains ont toujours protégé Aristide, depuis 1994. Sa sécurité personnelle était garantie par des soldats américains.  Aristide a privatisé toutes les grandes entreprises publiques afin de satisfaire les Gringos et le FMI.  La cimenterie a été privatisée, par exemple, et aujourd'hui, nous devons importer du ciment lorsque nous l'avions fabriqué en Haïti.  La Minotérie a été vendue sans scrupule à la bourgeoisie et aujourd'hui elle importe seulement de la farine des États-Unis, etc.

PH: Beaucoup de gens conviennent que ces privatisations n'étaient pas d'intérêt national en Haïti, mais je pense que c'était Préval et non Aristide qui ont accepté à contrecœur les demandes des États-Unis et du FMI de privatiser les compagnies de ciment et de farine.  Et Aristide et Préval ont résisté à de nouvelles pressions internationales pour privatiser les autres services publics d'Haïti (la compagnie de téléphone, la compagnie d'électricité, les autorités portuaires, l'aéroport, etc.).

GP: Aristide n'a jamais offert de résistance réelle à la pression internationale.  Tout le monde sait que lorsque Préval était président de 1996 à 2001, c'est Aristide qui a pris toutes les décisions.  Quant à moi, je dois rire quand j'entends dire que j'ai été aidé ou dirigé par des étrangers.  Les seules commandes que je viens proviennent de ma propre conscience et j'ai offert ma vie afin que nous puissions construire un nouvel Haïti.  Aristide a eu la chance d'être notre Thomas Sankara, mais il s'est laissé acheter par les ennemis d'Haïti.

PH: Au cours de l'été 1996, certains anciens soldats, en colère par la démobilisation de l'armée, ont tenté de renverser le gouvernement de René Préval (qui a succédé à Aristide en février 1996).  Avez-vous joué un rôle dans ces événements?

GP: en 1996, j'ai entendu dire qu'il y avait des plans préparés pour un coup d'état, et Leon Jeune et Pasteur Leroy étaient à la tête de ce mouvement.  J'étais à Ouanaminthe à l'époque et je n'ai pas joué un rôle important dans l'opération de police contre elle;  D'autre part, la police a arrêté Jeune en 1998, alors que j'étais chef de police à Delmas.

PH: Vous avez été transféré à Delmas en 1997. Quelles étaient vos priorités?

GP: chez Delmas, mes priorités étaient de restaurer une atmosphère de paix et de veiller à ce que les lois du pays soient respectées.  Nous avons vraiment réussi.  L'Armée Rouge a été neutralisée dans Cité Soleil, Delmas 32, 33 et 75 ont été pacifiés, et les gens ont commencé à traiter les policiers de plus en plus de respect.

PH: certains groupes de défense des droits de l'homme (par exemple, Human Rights Watch) ont déclaré que vous deviez un tel succès à une dépendance à l'égard de méthodes violentes, et des policiers sous votre commande ont été accusés d'avoir organisé des exécutions extrajudiciaires.  Est-ce vrai?

GP: vous devriez leur demander d'établir un rapport sur les opérations de la police dans des endroits comme les États-Unis, le Canada, la France et le DR, puis de comparer leurs procédures avec les mines.  J'ai toujours respecté les lois de la république.  Human Rights Watch a également déclaré que j'avais appartenu à un escadron de la mort en 1980, en tant qu'administrateur au FAdH, alors qu'en fait j'avais seulement 12 ans.  Cela prouve que certaines de ces organisations ne sont pas crédibles.

PH: Comment décririez-vous la situation dans la PNH en 1998-1999?  En 1999, il y a eu beaucoup de tension entre Dany Toussaint, l'ancien commandant de la police intérimaire d'Aristide et le ministre de la sécurité de René Préval, Bob Manuel.  Avez-vous choisi les côtés à un moment donné?

GP: Non, je n'ai jamais eu à choisir entre Dany Toussaint et Bob Manuel, et j'ai toujours servi mon pays sans appartenir à tel ou tel groupe.  J'ai travaillé sous les officiers supérieurs qui voulaient professionnaliser la PNH et je les ai loyalement fidèles à la fin.  Si j'avais eu à faire un choix en 1999, je dirais que j'aurais pris parti avec Bob Manuel, car il est quelqu'un pour qui j'ai beaucoup d'admiration et de respect.

PH: En octobre 2000, le gouvernement Préval vous a accusé et les autres «équatoriens» de planifier un autre coup d'état.  Qu'est-il arrivé?

GP: Vous devez vous rappeler que j'ai été témoin d'irrégularités commises lors des élections frauduleuses en mai 2000, et Anthony Nazaire et un autre commandant dont je me souviens du nom m'avait demandé, au nom d'Aristide, de faire exploser le bureau électoral dans le Nord département.  J'avais vu comment Aristide a permis à son partisan Ronald Cadavre d'humilier mon ami commissaire de police Jackie Nau, et j'avais été témoin de toutes les manœuvres antidémocratiques du tyran Aristide, y compris l'assassinat de ce pauvre homme à Tabarre, qu'Aristide a commandé Pour être tué afin qu'il puisse s'approprier ses terres et construire son université.  J'ai été témoin de l'assassinat de Marie Christine Jeune, et j'ai pleuré lorsque mon ami Bazile Berthony a été tué.  Donc, il ne fait aucun doute que j'étais prêt à soutenir l'opposition à Aristide sous toutes ses formes.

PH: Alors, vous avez décidé, avec Nau et quelques autres, d'essayer de renverser le gouvernement avant que la situation ne pique?

GP: Nous n'avions aucun plan pour un coup d'état contre Préval.  Après le conflit avec Ronald Cadavre, nous avons décidé que nous devrions essayer d'empêcher le pays de revenir en dictature.

PH: En octobre 2000, l'ambassade américaine a prévenu Préval contre vous.  Mais comment avez-vous réussi à sortir du pays, sinon à l'aide des ambassades américaines ou DR?

GP: Celui qui a alerté Préval aurait dû lui dire que nous ne voulions pas l'éliminer, mais que nous voulions arrêter Aristide le 7 février 2001. Ils ont prévenu Aristide, par crainte que nous puissions parler à Préval ou à son chef de police Pierre Denizé sur leurs plans concernant Préval.  J'ai quitté le pays en octobre 2000 pour économiser Préval.  J'ai tout expliqué dans mon livre.

II

PH: Quels étaient vos projets vers la fin de 2000?

GP: À ce moment-là, je connaissais le jeu que Aristide jouait et je me préparais à défendre le pays par tous les moyens nécessaires.  En 2001, j'ai soutenu à la fois l'opposition démocratique et l'opposition armée contre le tyran.  Mon mouvement avait pour seul but la réalisation du rêve de notre père fondateur Dessalines: la quête de la justice sociale et une meilleure répartition des ressources de l'État.  Malheureusement, certaines personnes ont certains préjugés contre l'armée, mais ils oublient que de grandes révolutions sociales ont été menées par des soldats - Thomas Sankara, Hugo Chávez, etc. Ces personnes ont accusé Chávez pour toutes sortes de choses après son coup d'état échoué en 1992, Mais maintenant, il est largement reconnu comme le plus grand homme d'Amérique latine.  Aujourd'hui, Haïti languit sous le contrôle d'une élite politique pourri et servile, et sous une élite économique corrompue qui ne préoccupe pas le progrès humain.  Nous ne sortirons jamais de cette impasse sans révolution, révolution pacifique.

PH: Certaines personnes déçues par Aristide au début des années 1990 ont cru commettre une erreur en essayant d'être trop pacifique et en choisissant de ne pas poursuivre le chemin de la lutte armée.  Étiez-vous déterminé à éviter cette erreur vous-même?

GP: Aristide a toujours utilisé la force et la violence et je pense que ces personnes devraient venir en Haïti et enquêter afin qu'elles puissent voir à quel point Aristide était brutal.

PH: Où êtes-vous venu après les affrontements d'octobre 2000?

GP: il n'y a eu aucun affrontement en octobre 2000;  Je suis allé au DR d'abord, puis en Equateur.

PH : Est-il vrai que vous avez été expulsé d'Haïti dans une voiture diplomatique américaine?

GP : Non, ce n'est pas vrai.  J'ai conduit jusqu'à Ouanaminthe dans mon Nissan Pathfinder, et deux personnes qui nous ont emmenés à la frontière ont été arrêtées.

PH: A ce moment-là, vous étiez-vous plus ou moins seul?  Quand avez-vous commencé à vous joindre à d'autres anciens membres de l'armée qui ont partagé votre opposition avec Aristide?  On m'a dit que l'ex-FAdH, le caporal Ravix Rémissainthe, a été le premier à commencer à s'entraîner avec d'anciens soldats haitiens en RD et que vous l'avez rejoint quelque temps plus tard;  D'autres disent que c'était Chavannes Jean-Baptiste qui a d'abord lancé le mouvement, avec un petit camp d'entraînement près du village de San Cristobal.

GP: J'ai recruté Ravix en mai 2001;  Je ne sais pas si Chavannes avait commencé quelque chose avant mai 2001, mais je lui suis reconnaissant l'aide qu'il nous a apportée lors de la libération d'Hinche, en février 2004.

PH: qu'est-ce que Chavannes pouvait faire pour vous en février 2004?  Est-ce que lui et d'autres membres du MPP ont également facilité le passage de vos hommes dans et à travers le plateau central en 2001-2003?

GP: Chavannes nous a donné beaucoup de bons conseils et une aide logistique.

PH: Retour au début de 2001: au cours de la première moitié de cette année, vous avez rapidement réussi à assembler un escadron d'hommes prêts à se déstabiliser et à renverser le gouvernement d'Aristide.

GP: Je pense que c'est Aristide lui-même qui a déstabilisé son propre gouvernement.  Il avait brûlé les bureaux des partis politiques d'opposition, il avait assassiné le journaliste Brignol Lindor.  Il a «neutralisé» le commandement de la PNH, et à partir de ce moment, son gouvernement a été condamné à s'effondrer sous son propre poids.

PH: J'aimerais vous en informer davantage sur ces événements en un instant, mais d'abord un peu plus de fond.  Combien de personnes ont rejoint votre escadron d'ici l'été 2001?  D'où viennent-ils?

GP: mes hommes venaient principalement du Grand Nord, des parties du Sud et du Grand Anse.

PH: étaient-ils la plupart des anciens membres du FAdH?  De la PNH?  De FRAPH?

GP: ils venaient de tous les secteurs de la population.

PH: Combien d'hommes pouvez-vous compter sur, en juillet 2001?

GP: je ne sais pas.

PH: Étiez-vous tous basés ensemble, ou vos hommes étaient-ils dispersés dans différentes régions du pays?  Avez-vous une base d'opérations permanente?  Certaines personnes disent que vos partisans ont été temporairement incorporés et formés dans diverses divisions de l'armée dominicaine;  D'autres disent que vous avez eu une base à Elias Piñas, juste en face de Belladère.

GP: Nous n'avions aucune sorte de camp dans la DR, c'est complètement faux.  J'ai écrit à propos de ce côté-ci dans mon livre.

PH: Avez-vous un campement ou un terrain de formation ailleurs, en Haïti?

GP: J'ai écrit à propos de ce côté-ci dans mon livre.

PH: Le DR vous a-t-il aidé pendant ces années?  Si je me souviens bien, le président Mejía a déclaré aux journalistes qu'il était conscient de vos activités et qu'il «l'a contrôlé».  N'est-ce pas vrai?  Les Dominicains ne semblaient certainement pas avoir l'esprit d'aller et venir à travers la frontière.

GP: Non, les Dominicains ne m'ont pas aidé, mais j'ai beaucoup de respect pour eux.  Ils m'ont adopté et m'ont reçu lorsque tout le monde m'a rejeté.

PH: Donc, était-il vraiment difficile de préparer et de former vos hommes en RD, en fait?  Est-ce qu'ils vous ont fait garder un faible profil?  Est-ce que cela a retardé le développement de votre mouvement?

GP: Je ne sais pas de quoi vous parlez.  Nous n'avons eu aucun programme de campement ou de formation dans la DR.

PH: Avez-vous reçu de l'aide des gouvernements américain ou français au cours de ces années?

GP: J'ai également écrit à ce sujet, dans mon livre, pour le bénéfice de mon pays.  Il y a certaines choses que je ne peux pas révéler à ce stade, mais tout se trouve dans le livre qui apparaîtra en 2012, que je sois ou non encore en vie.

PH: À quel point avez-vous commencé à travailler avec Paul Arcelin?  Quel était son rôle?  Je suppose qu'il a aidé avec certaines connexions internationales?  Est-ce qu'il vous a mis en place avec Ravix?

GP: j'ai rencontré Paul à la maison d'un ami en 2001, il m'a donné de très bons conseils et j'ai fait preuve d'un grand courage en 2002-2003.  C'était Chamblain qui m'a présenté à Ravix.

PH: Connais-tu Chamblain depuis longtemps?  Avez-vous toujours une bonne relation de travail avec lui?

GP: je l'ai connu depuis 2001.

PH: À quel point êtes-vous en contact avec Stanley Lucas et son équipe à l'International Republican Institute (IRI)?

GP: j'ai rencontré Stanley Lucas quand j'avais seulement sept ans.  Il m'a entraîné au ping pong, et je lui suis reconnaissant parce que grâce à lui et à Pierrot Théodat, je suis devenu le champion national.  Quand j'étais en exil en Équateur, je l'ai rencontré par hasard dans un club de Quito (le No Bar), et nous avons parlé pendant un moment, mais nous n'avons pas fait de projet d'attaque militaire contre Aristide.  A Saint-Domingue, je l'ai vu à l'Hôtel Saint-Domingue, mais nous avons à peine parlé.

PH: C'est ça?  Il n'a pas aidé à coordonner les choses avec les membres de la Convergence et le G184?  Il travaillait avec ces gars tout le temps.

GP: Peut-être avait-il ses plans avec la Convergence, mais pas avec moi.

PH: Stanley Lucas est-il toujours un ami?  Vous avez tous deux des ambitions politiques, pensez-vous pouvoir travailler ensemble

GP: Non. Stanley a fait son choix politique et j'ai fait le mien.  Nous avons pris des chemins opposés.

PH: la deuxième inauguration d'Aristide a eu lieu en février 2001;  Après avoir formé un groupe appelé «Convergence démocratique», ses opposants politiques (dirigé par Evans Paul, Serge Gilles, Paul Denis, Himmler Rébu et assisté d'Andy Apaid, Rudolph et Reginald Boulos, Charles Baker et d'autres leaders de la «société civile» ) A refusé de le reconnaître et a tenté de créer un gouvernement parallèle.  Ils ont également appelé à la restauration de l'armée.  Avez-vous des liens spécifiques avec ces leaders politiques à ce stade?

GP: À ce stade, j'avais des liens avec certains d'entre eux.  J'ai toujours eu des relations avec la classe politique haïtienne;  Au début, ils étaient bons, mais après tous les coups bas qu'ils m'ont infligés, les choses ont changé.  Je l'ai déjà dit et je vous raconterai que des dirigeants comme Serge Gilles, Himmler Rébu et d'autres sont venus en République dominicaine pour me demander de les aider à sauver le pays.

PH: Pouvez-vous être plus précis?  Quand certains de ces gens ont-ils commencé à faire de sérieux projets avec vous pour un projet militaire contre le gouvernement?

GP: à partir de décembre 2000.

PH: Lors d'une réunion au DR?  Qui a coordonné la réunion?  Est-ce qu'ils vous ont abordé directement ou est-ce par Stanley Lucas ou Paul Arcelin?

GP: J'ai eu mes propres contacts directs.

PH: À partir de ce moment-là, es-tu en contact assez régulier avec eux?

GP: Oui, nous étions en contact régulier et assez proche.

PH: Et quelles promesses ont-elles faites en échange de votre aide pour faire pression sur le gouvernement?  Ont-ils proposé de restaurer l'armée une fois que Aristide est parti?  Est-ce qu'ils ont promis à vos hommes qu'ils seraient intégrés dans cette armée, ou du moins dans la PNH?

GP: Il a été convenu que mes hommes seraient responsables de la sécurité du pays.

PH: Les premières attaques anti-gouvernementales lancées par votre date de fermeture à partir du 28 juillet 2001. Qu'est-ce qui s'est passé exactement?

GP: The Front n'a lancé aucune attaque en juillet 2001, il n'existait pas encore.

PH: ok.  En juillet 2001, qui a-t-il attaqué l'académie de police de Port-au-Prince et d'autres postes de police dans d'autres régions du pays?  N'étais-tu pas impliqué dans ces opérations?

GP: je n'ai pas planifié les attaques de juillet 2001. L'OEA a préparé un rapport sur les événements de juillet et décembre 2001, et je vous suggère de le lire si vous avez besoin de plus d'informations sur ce qui s'est passé. [Ii] Je sais que certains dirigeants politiques et représentants de la société civile peuvent vous aider, car ils savent tout ce qui s'est passé à ces deux occasions.  Comme ils sont des lâches, cependant, ils vous diront qu'ils n'en savent rien.

PH: Pouvez-vous être plus précis?  À qui dois-je demander: Apaid, Boulos, Evans Paul, Serge Gilles?  Quelqu'un en particulier?  Le rapport de l'OEA que vous mentionnez mentionne que «l'opposition politique en Haïti n'a pas été accusée de toute responsabilité pour l'attaque contre le Palais national».  Des gens comme Evans Paul et Serge Gilles ont toujours dit que c'était le gouvernement lui-même qui a organisé l'attaque.  Est-ce qu'ils mentent?

GP: demandez aux leaders de la Convergence, ils devraient savoir.

PH: Encore une fois, vous-même, ni vous-même, ni aucun de vos collaborateurs n'a-t-il quelque chose à voir avec les opérations de juillet et de décembre 2001?

GP: Combien de fois dois-je répondre à cette question?

PH: Mais vous ne l'avez pas encore répondu!  Si je me souviens bien, à la fin de 2004, vous et Ravix Rémissainthe ont décrit votre rôle dans ces attaques à la radio, par exemple dans une émission du programme de radio Ranmasse , sur Radio Caraïbes.  N'est-ce pas vrai?  Je dois vous demander directement: avez-vous ou l'un de vos collaborateurs avoir quelque chose à voir avec les attentats de décembre 2001 contre le Palais national?

GP : Ravix et moi n'avons jamais diffusé de radio, bien qu'il soit vrai qu'au cours d'une diffusion, j'ai donné qu'il sonnait pour décrire certaines des actions auxquelles il était impliqué. Je ne parlerai pas non plus de l'incident de décembre 2001 Inquiète, quand le moment est venu, les gens apprendront ce qui s'est réellement passé.

PH : Selon le rapport de l'OEA que vous mentionnez, l'un des leaders de l'attaque du 17 décembre 2001 était l'ancien officier de FAdH et le membre de l'USGPN, Chavre Milot.  Ai-je raison de penser que Chavre Milot, avec Youri Latortue et plusieurs autres, a été expulsé de l'USGPN peu après le retour d'Aristide au pouvoir en février 2001?  Et dites-vous alors que ce sont les leaders de la Convergence eux-mêmes qui ont recruté et équipé l'équipe de Milot de l'ex-FAdH et les anciens commandants de l'USGPN pour mener l'attaque et qu'ils l'ont fait sans votre aide et votre expertise?

GP: Je ne dis pas cela.

PH: Chavre Milot a ensuite été tué pendant l'opération, bien que le rapport de l'OEA indique que les circonstances de sa mort ne sont pas claires;  Pouvez-vous dire quelque chose à propos de cela?

GP: non .

PH: Les deux attaques de juillet et de décembre étaient des opérations de style militaire soigneusement planifiées;  Bien sûr, il n'y avait pas beaucoup de gens dans le FAdH qui étaient capables d'organiser quelque chose comme ça.  Dans l'assaut de décembre sur le Palais national, l'armement comprenait au moins deux mitrailleuses de calibre 50.  Il n'est pas facile de se procurer ce type d'équipement en Haïti.  L'ex-sergent américain Stan Goff dit que ces opérations semblent être sorties directement d'un manuel de forces spéciales, et il est bien placé pour savoir, est-ce qu'il a tort?

GP: Peut-être qu'il sait de quoi il parle.

PH: Voulez-vous dire qu'il est possible que des conseillers militaires américains travaillent secrètement avec les leaders Convergence, pour planifier et équiper cette attaque particulière?  Est-ce votre soupçon?

GP: Aucun commentaire.

PH: Le rapport de l'OEA que vous avez mentionné mentionnait que «dans le cadre de leur occupation du Palais, les assaillants utilisaient des émetteurs radio qu'ils avaient récupérés de la police pour affirmer que Jean Bertrand Aristide n'était plus président et que Guy Philippe était Le nouveau commandant de la police nationale d'Haïti.  Et après avoir été capturé, aucun des commandos (Pierre Richardson) at-il témoigné que vous étiez derrière l'opération?

GP: le lendemain, Richardson a déclaré qu'il avait avoué cela sous la pression.

PH: Pourquoi ces dates particulières, juillet et décembre 2001?  Qui les a décidés?

GP: Encore une fois, vous devez poser cette question aux leaders de la Convergence, de la société civile et à Aristide lui-même.

PH: Vous avez toujours eu beaucoup d'amis et de contacts dans la PNH.  Au moment des attentats de juillet et de décembre en 2001, certains d'entre eux travaillaient-ils activement contre le gouvernement?

GP: J'ai toujours eu de bonnes relations avec les membres de la police.  Certaines personnes disent que de nombreux policiers suivent toujours mes commandes, mais cela est faux.  Quand j'étais leur commandant, je les ai traités comme des hommes, avec respect, et j'ai toujours guidé par l'exemple;  C'est pourquoi ils me plaisent et me respectent.  Les différents directeurs généraux de la PNH peuvent essayer de réduire mon influence dans l'institution, mais ils ne réussiront pas, car dans le commissaire de la police nationale Guy Philippe est une légende, et rien ne peut faire à ce sujet.

PH: Au cours de l'assaut de décembre 2001, certains des attaquants ont réussi à pénétrer dans les salles privées du président (il s'avère qu'il n'était pas là).  Certes, cela nécessitait-il la complicité de certains membres de premier plan de l'USGPN?

GP: je vous renvoie au rapport de l'OEA.

PH: le rapport de l'OEA confirme que les assaillants ont pris le contrôle du «bâtiment principal sans résistance des gardes chargés de la sécurité du palais» et qu'ils ont été aidés par une complicité au sein de la police nationale par des agents qui ont transmis information.'  En général, combien était-il facile de transformer des membres de l'USGPN et de l'USP contre Aristide?  La plupart d'entre eux restent-ils fidèles jusqu'à la fin?

GP: En 2002, ils voulaient tous se débarrasser de lui.

III

PH: J'aimerais vous poser des questions sur ce qui s'est passé en 2002-2003 avant de se tourner vers les événements de février 2004. Après l'attaque de décembre 2001 et les représailles qui l'ont suivie, l'opposition politique au gouvernement d'Aristide est devenue plus énergique;  En même temps, au cours de l'année suivante, des attaques frappées contre des représentants du gouvernement, en particulier dans le Plateau Central, sont devenues plus fréquentes.  Qui était responsable de ces opérations?

GP: Jean-Baptiste Clotaire était le commandant, et il a dirigé toutes ces opérations;  Malheureusement, Ravix l'a assassiné en 2005.

PH: Pourquoi Ravix a-t-il fait ça?

GP: envie et jalousie.

PH: Quelle a été la pensée derrière les assauts de 2002-2003?  Avez-vous décidé qu'une autre attaque directe sur le palais national était trop risquée et que la meilleure stratégie était d'affaiblir le gouvernement en la menant à une guérilla de bas niveau?

GP: Aucun commentaire.

PH: Quel était alors le but des attaques de Clotaire dans le plateau central?  N'ont-ils pas entraîné la mort de nombreuses personnes innocentes?  Par exemple, Ravix n'a-t-elle pas impliqué dans le meurtre de cinq membres de la famille de Cléonor Souverain à Belladère en juin 2002?

GP: Vous devriez demander aux personnes qui travaillaient avec Clotaire à ce moment-là.

PH: Quelles sont les recommandations stratégiques réalisées par les dirigeants de la Convergence et du G184 au cours de ces années?

GP: Vous devriez certainement lire mon livre pour comprendre le genre de relations que nous avions.

PH: Je suis impatient de le lire.  Est-il vrai que c'était Serge Gilles qui a suggéré l'attaque contre le barrage de Peligre en mai 2003?

GP: Oui, je l'ai déjà dit l'année dernière, à la radio.  Si je l'ai dit, c'est vrai.  Au moins, c'est ce que Serge Gilles et ses associés m'ont dit quand ils sont venus me rendre visite à la RD à l'époque.

PH: Vous n'étiez pas impliqué dans l'attaque sur le Peligre?  Immédiatement après l'agression, vous avez été arrêté et détenu pendant une courte période par les autorités dominicaines;  Les membres de l'opposition politique ont-ils intervenu pour aider à négocier votre libération?

GP: Non: je n'ai rien à voir avec cette attaque, je le jure.

PH: Donc, en 2003, comme en juillet / décembre 2001, votre groupe était-il l'un des nombreux groupes ex-militaires travaillant avec la Convergence au cours de ces années?

GP: Nous ne travaillions pas pour la Convergence, nous nous battions ensemble en 2003.

PH: Étiez-vous en contact avec d'autres dirigeants politiques pendant cette période?  Par exemple, avec Gérard Latortue (qui deviendra plus tard Premier ministre) ou avec ses neveux Youri et Jean-Renel Latortue?  Gerard et Youri vivaient principalement aux États-Unis au cours de ces années, mais se préparaient-ils déjà à Haïti après Aristide?  Et Jean-Renel a-t-il aidé avec de l'argent ou des munitions?  Hiver Etienne a déclaré qu'à l'automne 2003, son groupe de Gonaïves recevait des munitions de Jean-Renel d'environ 20 000 $.  Jean-Renel vous a-t-il également aidé?

GP: Ce n'était pas seulement Latortue qui a aidé, beaucoup d'autres ont apporté des contributions, y compris en fait quelques personnalités de Lavalas;  Ils sont tous nommés dans mon livre.

PH: Je sais que Youri Latortue est un ancien ami à vous.  Avez-vous coopéré ensemble pendant votre mandat à Delmas?  A-t-il été capable d'aider votre mouvement en 2003-2004?

GP: nous étions en contact en 2003.

PH: Pendant ce temps, votre groupe d'hommes devenait plus gros, et j'imagine qu'il est devenu plus difficile de les garder approvisionnés et organisés.  Certaines personnes disent que vous avez obtenu la plupart de vos armes et munitions de la DR, et ils se réfèrent à un grand envoi d'environ 20 000 M16 qui devraient arriver dans la DR en 2003 [iii] ;  J'ai cependant appris que cette expédition n'arrivait pas réellement au DR avant plus tard en 2004. Dans ce cas, d'où venaient vos armes?

GP: l'élite haitienne et les partis politiques de la Convergence nous ont aidé avec de l'argent et des armes.  Certains hommes d'affaires haitiens de premier plan se sont rencontrés et, à Cap-Haïtien, ils ont fait don d'environ 50 000 $ US (US).  Obtenir de l'argent n'était pas un problème.

PH: Pouvez-vous être un peu plus précis?  Dans Cap-Haïtien, j'ai parlé à des personnes qui disent être partie à des réunions d'hommes d'affaires locaux de premier plan, par exemple à l'Hôtel Saint Christophe, qui a servi à recueillir des fonds en votre nom.  On m'a également dit que certaines entreprises internationales, par exemple, l'entreprise minière Saint-Geneviève Resources (avec des intérêts miniers aurifères dans le nord-est d'Haïti), basée au Québec, ont apporté de l'argent à votre cause.  Mais la plupart de vos fonds provenaient-ils de sources haïtiennes?  Les familles riches qui méprisaient Aristide - Apaid, Boulos, Baker en particulier - ont-elles subventionné votre mouvement?  Ou essayaient-ils simplement de en tirer profit?

GP: Oui, nous avons eu des rencontres avec divers hommes d'affaires et ils nous ont aidés.  Chez Gonaïves, nous avons rencontré plusieurs hommes d'affaires et, grâce à Ravix, ils ont contribué environ 200 000 $ US pour acheter des armes et des munitions.  Les hommes d'affaires semblaient désireux de nous aider à tout prix.

PH: Pouvez-vous dire avec quels hommes d'affaires particuliers vous avez traité?  En échange de leur aide, leur ont-ils fait des demandes spécifiques?

GP: je ne peux pas les nommer tous, ce ne serait pas juste.

PH: L'ambassade de France a-t-elle également aidé à ce stade?  Les Français étaient particulièrement désireux de se débarrasser d'Aristide une fois qu'il a commencé à leur demander de rembourser l'argent que la France avait extorqué d'Haïti au XIXe siècle.  Les médias français ont donné à votre mouvement beaucoup d'attention sympathique, et je me souviens que vous étiez reconnaissant à la RFI en particulier pour leur couverture.  Comment cela a-t-il été organisé?  Étiez-vous en contact régulier avec Eric Bosc ou avec quelqu'un d'autre de l'ambassade de France?

GP: L'ambassade de France ne m'a pas aidé et je n'ai eu aucun contact avec Eric Bosc avant mars 2004.

PH: Avec le recul, il est clair qu'une étape décisive vers la fin du gouvernement d'Aristide a été prise lorsque le leader de gang de Raboteau, Amiot Métayer, a été tué à Gonaïves en septembre 2003, juste au moment où de nouveaux ambassadeurs sont arrivés des États-Unis et de la France.  Il y a beaucoup de controverse sur qui pourrait l'avoir tué.  Son frère Buteur Métayer (avec divers ex-FRAPH et ex-FAdH personnes à Gonaïves) affirment que le gouvernement d'Aristide était derrière.  Avez-vous des informations à ce sujet?

GP: je n'étais pas en Haïti quand Amiot a été tué et à ce moment-là, je n'avais aucun lien avec Buteur Métayer ou son associé Winter Etienne.  Mais en février 2004, Buteur m'a dit qu'il était sûr que c'était le travail d'Aristide, puisque la personne qui venait chercher Amiot la nuit de son meurtre - Odonel Paul - était quelqu'un de proche du gouvernement.

PH: Le gang dirigé par Buteur et Winter Etienne a réussi à résister aux pressions importantes de la police pendant plusieurs mois à la fin de 2003. A-t-on réussi à le faire par eux-mêmes?  Vous ne les avez pas aidés?  Ont-ils été soutenus par d'autres anciens soldats, ou par d'autres membres de l'opposition politique à Aristide?  Par cette étape, l'ex-colonel et le leader de Convergence Himmler Rébu, par exemple, étaient devenus une présence familière dans le nord d'Haïti.

GP: ils n'étaient pas un «gang», et ils ont été aidés par des soldats que Jean Robert Lalanne et la Convergence démocratique ont envoyé à Gonaïves pour former et organiser les autres.  Lalanne m'a dit qu'il a reçu des armes du G184 et d'un certain parti politique, mais il ne m'a pas dit lequel.  La plupart des hommes de Lalanne sont arrivés en janvier 2004, mais je devais expliquer que les hommes de Lalanne étaient aussi mes hommes, ils étaient d'anciens soldats qui sont venus me rencontrer à la frontière vers la fin de décembre 2003. Mais à ce moment-là, la frontière était sous le contrôle strict Et je ne pouvais pas le traverser, alors le chef de la troupe a décidé de prendre contact avec Lalanne à la place.  Lalanne a pris soin d'eux pendant environ un mois, avant de les transférer à Gonaïves.  À ce moment-là, j'étais chargé des opérations au nord, au nord-est et au plateau central, et Buteur dirigeait les opérations dans l'Artibonite.

Quant à Himmler Rébu, il n'a envoyé aucun renfort réel en 2004;  Quand je l'ai appelé en février de St Michel pour demander de l'aide, il a simplement répondu qu'il ne pouvait rien envoyer, ni armes, ni munitions, ni soldats.  Lalanne a envoyé des hommes et des armes (environ vingt armes à feu et des munitions).

PH: qu'est-ce que Dany Toussaint pouvait vous proposer?  A-t-il également aidé le groupe de Buteur à Gonaïves?  En mars 2004, juste après le départ d'Aristide, Dany était encore décrit par certains journalistes comme «le grand spécialiste de tout ce qui concerne la sécurité et la force armée en Haïti». [Iv]

GP: Buteur m'a dit que Dany avait aidé.  Aristide avait toujours eu des problèmes avec Dany parce que Dany n'était pas suffisamment souhai, et il avait son propre programme.  Mes propres liens avec Dany étaient assez lâches;  J'ai parlé avec lui au téléphone trois fois, deux fois de la DR, puisque nous étions les deux bons amis de Paul Arcelin, puis encore au début de février, lorsque mon groupe était basé à St Michel de l'Attalaye.  Il était très poli, même s'il n'avait pas beaucoup d'aide concrète à offrir.  Dany est certainement un officier beaucoup mieux que la plupart des anciens membres du commandement de la FAdH, qui ne sont que des souches et des lâches.

PH: Et à quel point avez-vous commencé à travailler régulièrement avec Jodel Chamblain?

GP: Malgré la réticence de la plupart de mes conseillers, y compris Paul Arcelin, c'était moi et un autre ami qui a insisté pour inclure Chamblain.  Tout le monde avait peur de lui.  Enfin, le 6 février 2004, je l'ai vu à Saint-Domingue pour lui demander de venir me battre à mes côtés.  Il a accepté immédiatement.  Ravix ne voulait pas qu'il se joigne à nous, et il a refusé de traverser la frontière avec nous.  Ensuite, après avoir pris Hinche à la mi-février, Ravix a écrit pour me demander s'il pourrait se joindre à nous encore;  Ravix n'a pas participé aux opérations pour prendre Hinche et Cap Haïtien.

PH: Selon vous, Chamblain mérite-t-il sa réputation redoutable?  Avez-vous pu bien travailler ensemble?  Êtes-vous encore proche?

GP: Je pense que Chamblain est un homme qui a été victime du système.  Saviez-vous que Aristide avait sa femme enceinte tuée, juste devant lui?  Pour moi, Chamblain est un excellent patriote qui a offert sa vie pour son pays en 2004, sans rien demander en retour.

PH: À un certain point, votre groupe a déménagé à une base dans la petite ville de Saint-Michel de l'Attalaye, pas trop loin de Gonaïves.  Quand avez-vous déménagé là-bas, exactement?  Avez-vous rencontré une certaine résistance des personnes dans la région, y avait-il de la violence?

GP: Non, il n'y a pas eu de violence;  Nous avons déménagé à Saint Michel au début de février 2004, et les gens nous ont accueillis en tant que libérateurs.

PH: Ce n'est qu'un jour ou deux avant que l'insurrection à grande échelle ne commence à Gonaïves (5 février 2004).  On peut supposer que le calendrier et la coordination ont été soigneusement planifiés.  Si vous n'étiez pas encore en contact étroit avec Buteur et Winter, qui était derrière cette planification?  Lalanne?

GP: C'est une question que vous devriez adresser à Ti Will et Winter Etienne.

PH: Jean Tatoune était apparemment un «poids lourd» dans l'insurrection Gonaïves, et comme Chamblain était un ancien combattant de FRAPH.  A-t-il facilité le lien entre votre groupe et le groupe d'Etienne?

GP: Il a joué un rôle majeur dans le mouvement, mais il n'a pas arrangé notre connexion.

PH: Combien de personnes étaient membres de votre équipe, à ce stade?

GP: à St Michel, nous avions près d'une centaine;  Dans Gonaïves, nous sommes passés à trois cent, puis, après avoir pris Hinche et Cap Haïtien, j'ai eu des milliers d'hommes.

PH: La phase finale de l'insurrection a débuté à Gonaïves le 5 février 2004, lorsque le groupe de Buteur, avec les renforts de Lalanne, a réussi à submerger la police et à prendre le contrôle de la ville.  A quel point avez-vous décidé de mettre vos forces dans le soulèvement de Gonaïves et de vous battre à côté d'eux?  Est-ce que cela a été planifié à l'avance, ou est-il arrivé plus ou moins à la dernière minute?

GP: Pour commencer, il y avait une certaine méfiance, et je n'étais pas totalement sûr que Buteur était fiable.  Mais après les incidents des 5 et 7 février, j'ai compris que nous devrions nous battre ensemble, et j'ai envoyé des émissaires à Gonaïves pour préparer mon entrée dans la ville.  Ils ont décidé à l'unanimité de me nommer le commandant en chef de la résistance.  J'ai pris le commandement vers le 10 février.  Gilbert Dragon était mon commandant en chef;  Ti Will était le commandant de l'Artibonite, Robert pour le Nord-Est et Clotaire Jean Baptiste pour le Plateau Central.  Chamblain était responsable des opérations.

PH: Et quelle stratégie avez-vous adoptée?

GP: les hommes de Buteur voulaient attaquer Saint Marc tout de suite, le 10 février;  Je leur ai fait comprendre que nous devrions d'abord attaquer Hinche et ensuite Cap Haïtien et Ouanaminthe afin de nous assurer notre arrière, et que seulement nous devrions attaquer, le même jour, Saint Marc et Port-au-Prince;  À cette étape-là, nous avions assez d'hommes, et nous avions déjà un escadron opérant à Port-au-Prince lui-même.  J'ai assigné la capture d'Hinche à Papaye qui commandait l'équipe «Anti-Choc», mes meilleurs hommes, et à Chamblain qui commandait une autre équipe.  L'équipe «Anti-Choc» était un groupe de 50 hommes, bien armés et bien formés;  Ils étaient tous ex-soldats des meilleures unités.

PH: Chamblain a-t-il amené son propre homme de Saint-Domingue ou d'ailleurs?  Ou vous avez-vous assigné un groupe d'hommes à votre ordre?

GP: Non, Clotaire lui a assigné un groupe de nos hommes.

PH: Qu'en est-il de la capture de Cap Haïtien, le dimanche matin 22 février?  C'était une opération décisive: qui était responsable?  Et avez-vous réglé le calendrier après avoir consulté les leaders de Convergence et le G184?

GP: L'assaut sur Cap Haïtien a été sous ma responsabilité personnelle.  J'ai dépêché deux pelotons différents, l'un dirigé par Chamblain et l'autre par Papaye.  (De Gonaïves, j'avais reçu quelques renforts menés par Porda).  La date a été décidée après des discussions avec Lalanne.  Lalanne m'a appelé le 21 février pour me dire que sa vie et la vie de sa famille étaient en grand danger, que le partisan FL Nahoum Marcellus se préparait à brûler Cap Haïtien sur le sol.  Il m'a demandé de libérer la ville avant le lundi 24 février.  Il m'a dit qu'il était lui-même caché dans la Plaine du Nord, en dehors de Cap-Haïtien.  Bien que je ne voulais pas attaquer le Cap ce dimanche, j'ai accepté de le faire pour sauver la vie de ces personnes innocentes, car je savais que les chimères menées par Nahoum Marcellus étaient des tueurs notoires.  Mais à ma grande surprise, après avoir pris Cap-Haïtien, j'ai appris que Lalanne et sa famille étaient en fait à Port-au-Prince, à l'hôtel de luxe El Rancho et qu'ils étaient là depuis le début de la hostilités.  Vous devez vous rappeler que j'ai perdu trois hommes qui essayaient de libérer et de prendre le contrôle de Cap Haïtien ce jour-là.

PH: combien il était difficile de prendre le contrôle de Cap Haïtien lui-même?  Y avait-il beaucoup de résistance?

GP: Il était assez difficile de prendre Cap Haïtien.  Moïse Jean-Charles, le maire de Milot, nous a embusqués et nous avons perdu trois hommes tout de suite;  Alors nous avons dû nous battre pendant plus de deux heures de marche de Milot à Cap Haïtien sous le feu.

PH: Une fois que vous avez pris la ville, est-il également difficile de contrôler la population de Cap-Haïtien?  La police avait fui et le gouvernement s'était effondré.  Si je me souviens bien, vous avez organisé certains tribunaux pour fonctionner en lieu et place des tribunaux ordinaires.  Qui était responsable de ces derniers, et quel genre de personnes ont-ils condamné?  Quelles sortes de phrases ont-elles été données?

GP: il n'y avait pas de tels tribunaux.

PH: Au plus tard le 24 février, environ la moitié du pays était sous votre contrôle.  Pendant ce temps, les dirigeants de la Convergence et du G184 étaient occupés à «négocier» avec les Français et les Américains, et insistant sur le fait qu'ils n'étaient pas prêts à faire des compromis avec Aristide.  Il semble qu'ils voulaient se débarrasser d'Aristide le plus tôt possible, de même qu'ils vous ont encouragés à avancer vers la capitale?  Quand avez-vous prévu de lancer votre dernière attaque?

GP: Le 28 février, j'ai reçu de nouveaux renforts, et j'avais environ 2000 hommes à ma disposition.  Le 28 février également, nous avons pu acheter, après quelques retards, des munitions de plus de 75 000 $.  Nous prévoyons d'attaquer Port-au-Prince les 2 ou 3 mars.

PH: D'où sont venus ces renforts?  Certaines personnes m'ont dit que de nouvelles troupes sont arrivées à Cap-Haïtien en bateau.  Est-ce vrai?

GP: en bateau et en bus.

PH: Avez-vous vraiment eu tant d'hommes sous votre commande?  Les Américains - Foley, Noriega - ont rejeté votre groupe comme rien de plus qu'un «groupe ragtag" de quelques dizaines d'hommes.

GP: Ils peuvent dire ce qu'ils veulent, mais je suis fier de dire que j'ai libéré mon pays sans recevoir d'aide de n'importe quel pays extérieur.  Ils nous décrivent comme un «groupe de ragtag», mais j'aimerais savoir le nom qu'ils donnent à leurs propres hommes, qui tuent des milliers de personnes innocentes jour après jour en Irak et en Afghanistan.

PH: Même avec l'argent que vous avez reçu à Cap-Haïtien, j'imagine qu'il n'était pas facile de se procurer tant de munitions dans un pays qui était encore soumis à un embargo sur les armes imposé aux États-Unis.  D'où sont venues les munitions, qui les a vendues?

GP: Je ne peux rien dire de ces munitions, mais j'ai écrit à ce sujet dans mon livre.

PH: Même avec beaucoup d'hommes et d'armes, prendre Port-au-Prince doit avoir semblé un défi sérieux.  Il y avait des barricades partout, et d'énormes manifestations de personnes déterminées à protéger la ville.  Certaines personnes disent que votre menace d'attaquer la ville n'était qu'un bluff.

GP: après avoir pris Cap Haïtien Aristide était totalement isolé, trahi par ses gardes de sécurité et ses amis.  Les gens qui n'ont pas les boules pour faire ce que j'ai dit, après le fait, c'était juste un bluff.  Mais pendant toutes ces opérations, j'ai perdu plus de 50 fidèles amis.  Mes critiques disent que c'était un bluff, mais ce n'est que l'envie et la jalousie;  Ils rêvent tous d'être en mesure de tirer des exploits comme le mien, mais ils ont trop peur de le faire, et maintenant ils essaient de minimiser ce que j'ai accompli.  Mais je leur dis, en dépit de leur envie, que l'histoire se souviendra que c'était Guy Philippe et ses hommes qui ont sauvé Haïti en février 2004. Sans moi, Aristide aurait toujours le contrôle du pays.  Si aujourd'hui, Haïti a une nouvelle chance pour un meilleur avenir, c'est grâce à GUY PHILIPPE, à ses hommes et aux étudiants.

PH: Vous avez dit au moment où vous aviez des hommes qui travaillaient pour vous, à l'intérieur du palais national, aux postes de leader de la garde présidentielle (USGPN) et de l'équipe de sécurité personnelle du président (USP).  Au plus tard le 23 février, de nombreux membres des forces de sécurité d'Aristide ont-ils conclu que la défaite était inévitable et qu'il serait préférable de vous rejoindre plutôt que de vous battre?

GP: j'avais des hommes partout, y compris des gens au sein du cabinet ministériel.

PH: Pouvez-vous en dire davantage à ce sujet?  Il est clair que de nombreux politiciens de renom à Fanmi Lavalas ont abandonné Aristide dans ses derniers mois.  Les sénateurs FL de premier plan comme Louis-Gérald Gilles (après Pierre Prince Sonson, Dany Toussaint, Joseph Médard) se sont tournés publiquement contre le gouvernement.  Mais avez-vous également gagné le soutien des membres du cabinet d'Aristide?

GP: Oui, mais je ne donnerai pas leur nom.

PH: Et dans ces dernières semaines de conflit, y at-il des personnes spécifiques au sein de l'USGPN et de l'USP qui ont aidé à vous ouvrir la porte?  Je suppose que Dany Toussaint et Joseph Médard vous ont mis en contact avec certains de leurs alliés dans l'USGPN?  Wilson Casséus, par exemple, était commandant adjoint de l'USGPN et il semble avoir coopéré avec vous immédiatement après l'expulsion d'Aristide;  Il a ensuite été promu à la tête de l'USGPN.  Le pilote d'Aristide, Frantz Gabriel, soupçonne que Casséus aurait coopéré secrètement avec vos hommes avant même.  Est-ce vrai?

GP: Wilson Casseus et Frantz Gabriel étaient de bons amis avant 2000, il est normal que nous parlions de temps en temps.

PH: Mais Casséus était-il de votre côté, ou Aristide?

GP: Il est le seul qui peut donner la bonne réponse.

PH: Étiez-vous en contact avec des gens comme Pierre Chérubin, Néoclès Arne, Orcel Lubin?

GP: Non, je ne l'étais pas.

PH: Et Oriel Jean?

GP: je n'avais aucun contact avec Oriel Jean.

PH: Et pendant cette dernière semaine culminante de février, après avoir pris Cap Haïtien, étiez-vous toujours en contact régulier avec les leaders de la Convergence?

GP: Evans Paul, Serge Gilles et les autres connaissaient tous mes mouvements depuis que nous travaillions ensemble.  Ils ont demandé à Lalanne de m'appeler, de me demander de venir d'urgence à Port-au-Prince le 29 février pour avoir une grande réunion pour décider de l'avenir d'Haïti;  Apaid, Rebu, Evans Paul, Dany Toussaint étaient tous à cette réunion.  Mais sous la pression internationale, ils nous ont trahis et ils ont signé l'accord tripartite le 4 mars, qui a décidé de la procédure de choix d'un gouvernement post-Aristide.  Et ce sont eux, et Andy Apaid, qui a conseillé à l'ambassade des États-Unis d'enlever Aristide pour m'empêcher Guy Philippe de prendre le pouvoir et de mettre en place un gouvernement en Haïti comme celui que Chávez a mis en place au Venezuela.

À la fin de février, j'étais pratiquement prêt à lancer l'assaut final sur la capitale;  J'étais également entouré d'espions (déguisés en journalistes).  Et je pense que c'était en réponse au fait que j'étais prêt à faire mon dernier geste que les dirigeants de la classe politique pourri et de l'oligarchie mafieuse en Haïti ont convaincu les Américains et les Français de se débarrasser d'Aristide.  Et bien qu'il le nie maintenant, Aristide a eu peur, et il a accepté de démissionner.  Puis, par peur que je prenne le palais national par assaut, les Américains sont entrés et ont pris le contrôle eux-mêmes.

PH: L'ambassadeur américain Foley lui-même qui vous a-t-il empêché d'attaquer Port-au-Prince?

GP: ce ne sont pas les Américains qui ont bloqué mon avance;  C'est Apaid, Boulos et les dirigeants de notre classe politique corrompue qui ont poussé la communauté internationale à envahir notre pays.  Et la communauté internationale a dûment envahi, et ils ont utilisé la demande d'aide d'Aristide comme prétexte.  Si j'avais eu le soutien de nos élites comme elles l'ont promis en DR, j'aurais pris le Palais national et arrêté Aristide, avec ou sans l'accord des Américains.

PH: Ces gens, Evans Paul, Serge Gilles, Andy Apaid et les autres, étaient-ils vraiment inquiets qu'ils perdaient le contrôle et que vous reprendiez?  N'ont-ils pas essayé de vous utiliser pendant quelques instants avec vous et vos hommes afin de frapper un coup utile contre leurs ennemis à Lavalas?  Qu'est-ce qu'ils vous ont promis en retour?

GP: je dois vous dire, pour le dossier historique, que personne ne m'a utilisé;  Ils avaient leur ordre du jour, j'avais le mien.  Ce qui avait été convenu avec Evans Paul, Serge Gilles, OPL et les dirigeants de la société civile était que nous établirions un gouvernement de consensus national avec des représentants de tous les secteurs du pays, y compris Lavalas.  Le président de la cour de cassation serait président provisoire, et mes hommes seraient responsables de la sécurité du pays, sans aucune intervention étrangère.  Mais vous savez ce qui s'est réellement passé.

Encore une fois, je dois vous dire que les gens qui ont saboté ce mouvement de libération sont les mêmes ennemis que toujours, et ils l'ont fait pour les mêmes raisons qui ont amené leurs ancêtres à assassiner Dessalines: les traîtres de 2004 sont les personnes qui ont signé ou approuvé la tripartite Accord, ANDY APAID, EVANS PAUL, PAUL DENIS, etc. Je veux que la postérité connaisse la vérité.  Ces personnes ont fait souffrir trop le pays.  Notre mouvement a subi un grand revers le 4 mars 2004, mais tout comme le mouvement que Chávez a mené au Venezuela, nous continuerons à nous battre et nous gagnerons en 5 ou 10 ans de manière démocratique.

PH: S'ils n'avaient pas bloqué votre avance, et si vous aviez pu prendre le contrôle de la ville sans interférence internationale, qu'avais-vous fait avec Aristide lui-même?

GP: Beaucoup de gens m'ont demandé cela;  Peut-être pensent-ils que j'aurais exécuté Aristide.  Non, je crois en justice;  Il aurait été jugé.  Si je me suis battu si farouchement contre Aristide, c'est parce que je croyais vraiment à ce qu'il disait, en 1990. Je pensais vraiment qu'il allait aider les pauvres à échapper à leur misère;  Malheureusement, il s'est laissé acheter, et il n'est pas devenu le Castro ou le Sankara dont nous avions besoin.  C'était une véritable déception.

Je suis âgé de 39 ans et j'ai l'impression que je vivais trop.  Dieu m'aurait épargné beaucoup de douleur et de déception si j'avais été tué lors de l'assaut de Cap-Haïtien et, franchement, cela aurait pu être mieux pour moi.  Je pensais que nous pouvions économiser ce qui restait du pays, je pensais pouvoir retrouver un peu notre dignité.  Je pensais que la classe politique et la société civile menée par le G184 avaient appris quelques-unes des leçons de l'histoire.  Mais non, malheureusement, ils restent les mêmes que jamais: les traîtres, les subhumains [ sous-hommes ], les lâches et les opportunistes qui n'ont pas compris que parfois vous devriez avoir honte d'être riche et heureux au milieu de tant de misère.

PH: Une fois que vous êtes arrivé à Port-au-Prince avec vos hommes le 1er mars, pendant quelques jours, vous avez l'air de réussir à devenir le nouveau « chef militaire », et on m'a dit que le 2 mars, votre Les hommes marchaient vers Bourdon vers le bureau du Premier ministre Neptune pour l'arrêter.  On m'a également dit que Foley ou Moreno vous appelaient pour vous arrêter.

GP: le peuple haïtien crédite souvent l'ambassade américaine avec plus de pouvoir que ce qu'il a vraiment, mais oui, un fonctionnaire américain particulier est venu me demander de ne pas arrêter Neptune, et je ne l'ai pas arrêté parce que son bureau était protégé par un certain nombre d'États-Unis Chars militaires.

PH: Juste après cela, comme vous le dites, les leaders de la Convergence en coopération avec les «amis d'Haïti» ont signé l'accord tripartite et vous ont assuré que vous étiez à l'écart du nouveau gouvernement qu'ils ont mis en place.  Au début, les Américains vous ont demandé de déposer vos armes, mais il semble que ni les Américains ni l'ONU n'a tenté de le suivre avec un véritable programme de désarmement.

GP: Nous avons déposé nos bras.  Mais je n'ai jamais vu l'ONU exécuter un programme de désarmement réussi.  Je pense que le président Préval est le seul à pouvoir le faire en demandant un processus de réconciliation nationale qui inclura tous les secteurs et tous les groupes.  Nous n'avons pas besoin d'étrangers pour faire cela pour nous, nous pouvons le faire nous-mêmes et c'est urgent;  Il y a trop d'armes dans les rues.

PH: Et la plupart de vos hommes ont-ils été intégrés dans la PNH?  Si je me souviens bien, à la fin de mars 2004, vous avez donné au nouveau chef de la police Léon Charles une liste d'environ 1500 noms, recommandant qu'ils soient mis en force.  Mais combien d'entre eux sont devenus des policiers?

GP: certains sont maintenant au service de leur pays.  J'avais espéré qu'il y en aurait plus.

PH: Pouvez-vous estimer approximativement combien d'entre eux sont devenus membres de la PNH en 2004?  Combien d'entre eux sont encore en vigueur maintenant, en 2007?

GP: je ne sais pas.

PH: Et vous-même: au cours du gouvernement Latortue de 2004-2006, avez-vous joué un rôle dans la sécurité du pays dans les coulisses?  Avez-vous fait du travail pour le bureau de Youri Latortue, par exemple, qui était effectivement responsable de la sécurité à Port-au-Prince?

GP: Youri est mon ami et mon frère dans les bras, et il est normal que nous restions en contact.  Mais je n'ai jamais travaillé pour le gouvernement Latortue.

PH: Qu'est-ce qui est arrivé à Ravix et aux hommes proches de Ravix?  Est-ce que vous êtes resté allié jusqu'en 2004?  À l'automne, il était devenu de plus en plus frustré avec le nouveau gouvernement et a finalement publié une nouvelle déclaration de guerre, en décembre 2004. Il l'a payé avec sa vie, en avril 2005. Que pensiez-vous de cela?

GP: Ravix n'a pas compris le jeu que les politiciens jouaient.  Ce sont quelques politiciens sombres qui ont conseillé à Ravix de prendre en charge la résidence d'Aristide à Tabarre en décembre 2004 et d'attaquer les postes de police de Petit Goâve et plusieurs autres endroits.  Je connais les noms de ces politiciens pervers.  Ravix ne pouvait pas gagner cette guerre, elle était perdue à l'avance.

PH: Selon vous, compte tenu de la situation dans le pays, est-il maintenant nécessaire de retirer l'armée?

GP: La constitution est claire sur ce point.  Nous devons remoiler l'armée.

PH: Et pour conclure: quels sont vos propres projets et plans actuels?

GP: Je suis le secrétaire général du FRN (National Reconstruction Front).  Au niveau du parti, nous nous préparons aux élections de novembre 2007. Mon but, avec l'aide du peuple haïtien et en particulier de la jeunesse haïtienne, est de transformer notre élite politique et de restaurer la souveraineté d'Haïti.  Je souhaite envoyer un remerciement spécial aux personnes de Sanpaid, St Michel, Gonaïves, Maissade, Hinche, Belladère, Ennery, Gros Morne, Cap Haïtien, Ouanaminthe, Trou du Nord, Terrier Rouge, Limbe, Ti Rivière de l'Artibonite, St Marc, Pestel, Corail, Jérémie, Beaumont, St Raphaël, Dondon, Les Cayes, Grand Goave, Cayes-Jacmel, Ti Goet et Port-au-Prince pour tout le soutien qu'ils nous ont apporté en 2003 et 2004.

* * * * *

Note de la rédaction: cette entrevue a été menée en français, par courrier électronique, en février et mars 2007. Elle a été tr
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16773
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

let tou louvri pou rektè UEH la Empty
MessageSujet: Re: let tou louvri pou rektè UEH la   let tou louvri pou rektè UEH la EmptySam 6 Mai 2017 - 7:30

Sa a se TRADIKSYON KREYOL AYISYEN ke MACHIN lan fe.
An pasan,GUY PHILIPPE t ap eseye bay manti.Men se pou mesye te konnen se pa t PSEUDO-ISTORYEN AYISYEN yo li t ap pale.
PETER HALLWARD se yon ISTWARYEN EKSPERIMANTE ki ekri anpil LIV sou mouvman progresis ak EKSTREM DWAT ann AMERIK LATIN yo.
Lan LIV li an "DAMMING THE FLOOD" misye te demanti preske tout AKIZASYON ke GI FILIP te fe sou ARISTID yo;ak bon jan ANKET.
Misye te ale ann AYITI menm pou l pale ak MOUN lan OGANIZASYON POPILE yo.Misye te ale BELE ,pou l pale ak de MOUN tankou SANBA BOULMANN.
Men VESYON KREYOL lan,Gen TRAVAY ki pou fet toujou lan TRADIKSYON KREYOL yo.MEN Y AP VANSE:

Ensije ak trayizon: Yon entèvyou ak Guy Philippe



 

Entèvyou pa Pyè Hallward, Mas 2007 [mwen]

Guy Philippe te yon kòmandan an ayisyen Polis Nasyonal la nan 1995-2000, ak nan mwa fevriye 2004 li mennen yon ensije ame ki te ede jete gouvènman an nan Jean-Bertrand Aristide. Pyè Hallward se yon pwofesè nan filozofi a Middlesex University nan UK a, ak otè a nan yon liv sou politik ayisyen ki sot pase gen dwa baraj Inondasyon a: Ayiti, Aristide ak Politik yo nan kontnan (Verso, prochaine nan otòn la nan 2007).

Pyè Hallward.  Lè Aristide te eli prezidan an 1990 li te pwomèt yo gratis Ayiti nan eritaj la diktatoryal nan François ak Jean-Claude Duvalier ak tonton makout yo milisyen;  pa tan an li te prese mete yo deyò nan peyi a, sou 29 fevriye 2004, kritik Aristide la te deklare ke te rejim li a vin jis tankou diktati a li te sipoze ranplase.  Sa a se trè kontwovèsyal, ak renmen anpil obsèvatè etranje ki enterese nan peyi ou Mwen te ap eseye figi konnen sa ki vrèman rive ant 1990 ak 2004. Ou te jwe yon wòl desizif nan peryòd sa a konfizyon nan istwa ayisyen - ou se moun nan ki te mennen nan kanpay militè ki prepare tè a pou ekspilsyon dramatik Aristide la.  Mwen rekonesan pou èd ou nan reponn kesyon m 'yo, espesyalman depi ou konnen trè byen ke mwen pa pataje pwen politik ou de vi.

Guy Philippe: Mèsi pou ekri yon liv sou peyi mwen.  Mwen panse ke li esansyèl ke moun aprann verite a.  Ou ka mande m 'tout kesyon yo ke ou renmen men ou dwe pwomèt genyen ladan yo tout bagay mwen di, ak yo kite pa gen anyen deyò.  Mwen pran lòd nan men pa gen okenn-yon sèl;  ou ka mande m 'nenpòt sa ou vle epi mwen pral reponn ak severite abityèl m' yo.

Jodi a mwen se fyè dèske nou konnen ke si li pa t 'pou m' ak kèk elèv jèn Ayiti ta dwe toujou soufri anba diktati konplè.  Mwen konnen ke Mwen sove peyi a.  Si li pa t 'janm pou trayi nou nan politisyen pwofesyonèl nou an, moun sa yo ki te siyen yon akò antipatriyotik ak Lafrans ak Etazini yo, lè sa a jodi a peyi a ta dwe nan yon pozisyon pi bon.  Moun sa yo - Andy Apaid, Evans Paul, Pòl Denis, Lesley Voltaire - yo pral jije yon jou anvan tribinal la nan istwa.  Kòm pou m ', mwen te fè sa m' te fè, epi si sa nesesè mwen ta fè l 'ankò.

PH: Ok, Mwen pral mande w anpil kesyon, ak mwen te pwomèt yo pa chanje oswa diminye repons ou yo.  Mwen reyalize, kòm byen, ke yo nan lòd pwoteje tèt ou kont lènmi nou yo gen sèten bagay sa yo ke nou yo pa encore nan libète vle di, e ke ou te te fè fas ak anpil nan bagay sa yo nan yon liv ki ou te deja ekri nan Liv la Le Temps des chyen, ki ou fè plan yo pibliye nan yon ane tan kèk.

Anvan fè fas ak evènman yo nan 2004, Mwen ta renmen pou tounen nan kòmansman an, nan 1990. Lè Aristide te premye eli, te ou deja nan lame a?  Èske w te jwe yon wòl nan koudeta a ki detwi l 'nan lane 1991?

GP: Non, an 1990 mwen te pa ankò ansanm lame a.  Malerezman kèk jounalis etranje pa ka anmande yo tcheke sous yo, epi yo te di ke mwen te patisipe nan koudeta a 1991.  Li pa vre: mwen te toujou yon elèv, nan Puebla Meksik.  Mwen ansanm fòs arme d'Haïti a (FAdH) kòm yon cadet nan Ekwatè, nan 1993.

PH: Lè ou t 'kite Ayiti pou Meksik?  Poukisa ou te ale la?

GP: Mwen swiv nan mak pye yo nan de frè ki pi gran mwen, ki moun ki te ale la yo etidye medikaman.  Mwen te la nan mwa desanm 1990.

PH: Poukisa ou evantyèlman rezoud sou yon karyè militè?

GP: Mwen ta toujou reve nan vin tounen yon sòlda.  Mwen renmen lame a ak Mwen espere ke pitit mwen vin sòlda kòm byen.

PH: Ki jan ou fè reyaji lè Michel François ak Raoul Cédras mennen lame a ayisyen yo jete Aristide sou 30 septanm 1991?

GP: Kòm mwen te di mwen pa t 'nan Ayiti nan moman an, men mwen pa panse ke Cédras te gen rezon lanse yon koudeta.  Apre sa, li te dirije Ayiti pou twa ane, ak ane sa yo te katastwofik pou peyi a nan tout sans.  Cédras ak mesye l 'pa te gen okenn objektif espesifik.  An 1992 mwen menm patisipe nan yon demonstrasyon ki te òganize pa Jesse Jackson, lè w rele pou yon retou nan lòd la konstitisyonèl, nan Little Ayiti Miami an.

PH: Apre fini etid ou nan Meksik ou te genyen yon bousdetid yo etidye nan Kito, Ekwatè.  Eske se sa ke kote ou te rankontre moun tankou Gilbert Dragon ak Jacky Nau, ki moun ki rete pi pre kolaboratè ou yon dekad pita?  Ki sa ou te fè pandan y ap ou te genyen?  ou ale pou fòmasyon militè, oswa pou fòmasyon lapolis?

GP: Mwen te konnen Jacky Nau lontan anvan nou te ale nan Ekwatè, depi nou te ale nan menm lekòl yo primè ak segondè (St Louis de Gonzague);  pita nou te vwazen yo.  Nou zanmi fin vye granmoun.  Mwen te toujou nan Meksik lè Jacky te di m 'mwen ta dwe aplike pou yon bous etid nan akademi militè a nan Ekwatè, ak ke li te kapab ede rekòmande m' paske li te sou tèm bon ak konsil ayisyen an nan Kito.  Se konsa, mwen aplike e li te aksepte nan ESCUELA SUPERIOR de Policía de Kito a, ak etidye gen soti nan mwa septanm 1992 a Out 1995.

PH: Ki sa ki sòt de bagay sa yo ou te etidye a?

GP: Mwen espesyalize nan prezèvasyon nan ak restorasyon nan lòd piblik nan yon eta demokratik [maintien ak rétablissement de l'ordre piblik dans un Etat démokratik].

PH: Anpil moun di ke Ameriken yo sèvi ak Ekwatè kòm yon baz militè nan tren pèsonèl militè oswa paramilitè ki soti nan peyi ki pataje enterè estratejik yo, kòm yon sòt de lakou lekòl la etranje pou yo 'lavil la nan Amerik yo.  Moun tankou Stan Goff (yon US operasyon espesyal veteran ki dirije yon fòs ekip espesyal nan Ayiti nan 1994) di ke 7 th US Fòs Espesyal gwoup la kouri yon kantite pwogram fòmasyon nan Ekwatè.  Èske w te patisipe nan nenpòt pwogram sa yo?  Èske w gen nenpòt lyen ak US pèsonèl militè pandan ane sa yo?

GP: Pa te gen okenn sòlda ameriken nan Ekwatè.  Ou gen konprann sitiyasyon an nan kèk nan peyi sa yo nan Amerik Latin nan.  Yo se trè patriyotik, epi li difisil imajine Ameriken cadets pèsonèl militè fòmasyon nan Ekwatè.  Ekwatè se pa tankou Ayiti: nan Ekwatè gen nan yon sans fò nan patriyotis ak nan devwa nasyonal la.  Malerezman Ayiti se pa tankou sa.

PH: Osi lwen ke mwen konnen Etazini an kounye a gen omwen 17 baz militè nan Amerik Latin ak Karayib la, ki gen ladan Eloy Alfaro Air Base an nan Manta, Ekwatè (ki gouvènman an nan nouvo nan Ekwatè se kounye a ap eseye fèmen).  Men, malgre rapò anpil ki di lekontrè a, ou pa te gen okenn lyen aktyèl ak militè a US soti nan 1992-95?

GP: Okenn nan tout.

PH: Aristide tounen vin jwenn Ayiti nan mwa Oktòb 1994, nan konpayi an nan US Marin.  Li byen vit te kòmanse demobilize lame a ki te pèdi pouvwa l ', li ranplase li sou kou a nan 1995 ak yon nouvo Polis Nasyonal ayisyen (PNH).  Ou te nonmen premye kòm yon kòmandan lapolis premye nan Wanament (nan otòn la nan 1995), lè sa a ou demenaje ale rete nan katye a Delmas nan Pòtoprens (1997-1999), anvan depans yon ane nan Cap Haitien (2000).  ane sa yo byen bonè nan devlopman nan PNH la yo trè kontwovèsyal.  Gen kèk moun ki akize Ameriken yo nan entèfere ak rekritman an ak ap eseye mine otorite gouvènman an;  lòt moun di ke Aristide ak lòt Lavalas politisyen t'ap chache manipile polis la pou rezon pwòp yo.  Ki sa ki te eksperyans pwòp ou a?

GP: Mwen pa ta di ke Ameriken yo te eseye kontwole peyi a apre 1994;  li te olye pou Aristide ki moun ki envite 23,000 Marin pou yo vini nan Ayiti yo ki pèmèt l 'nan reprann pouvwa.  Li nan nòmal ke yon pouvwa okipe ta ka enpoze sèten kondisyon.  Ou pa ka envite 23,000 sòlda etranje nan peyi ou, epi nou swete yo prezève endepandans ou, li nan pa posib.

Nan nenpòt ka li nan Aristide ki moun ki lage Ameriken yo peyi a sou yon plato - Teleco a, Minotérie a, Polis Nasyonal la, USP a, USGPN, fyète nasyonal nou an kòm yon moun, souverènte nou an, tout bagay.

Aristide toujou di li te renmen pòv yo men apre 14 ane nan pouvwa kondisyon sa yo nan lavi pou peyizan an ak pou k ap viv nan pòv nan bidonvil yo iben gen leve pi mal.  Li te bay tout bagay sa yo boujwazi a mafieux a Pòtoprens epi kite tèt li ka pèvèti pa anbasad etranje yo.

Èske w te konnen Aristide te bay lòd asasina a nan Mme Mireille Durocher Bertin nan mwa mas 1995, yon kèk jou anvan rive nan Prezidan Clinton?

PH: Mwen te panse ke Aristide pèmèt FBI la mennen ankèt sou touye moun li, ak yo ke yo pa t 'kapab detèmine ki moun ki aktyèlman touye li?

GP: Mwen te chèf polis la nan Delmas nan lane 1997 e mwen konnen sa ki te pase.  Èske w te konnen Aristide tou te bay lòd asasina a nan Pasteur Leroy (yon lidè, ak Hubert de Ronceray, nan Mobilizasyon an vide le Devlopman Nasyonal) nan mwa Out 1996?  Mwen te kòmandan an polis nan Delmas a nan 1997 epi yo mennen ankèt la;  Mwen gen non yo nan asasen yo, epi yo tout te travay nan Palè Nasyonal la.  Kòm yon rezilta nan presyon soti nan anbasad Etazini an yo te ranvwaye, men nan lane 2001 yo te pote l 'tounen nan PNH la.

Aristide ap eseye pretann ke li te gen pwoblèm ki genyen ak Ameriken yo, men m'ap di nou li pa vre.  Ameriken yo toujou pwoteje Aristide, yo te depi tout tan 1994. pwòp sekirite pèsonèl li garanti pa sòlda Ameriken an.  Aristide privatize tout gwo konpayi piblik yo nan lòd yo tanpri gringos yo ak FMI an.  Konpayi an siman te privatize, pou egzanp, ak jodi a nou gen enpòte siman lè nou itilize pwodwi li an Ayiti.  Minotérie a te unscrupulously vann bay boujwazi la ak jodi a li jis enpòtasyon farin frans soti nan US la, elatriye

PH: Anpil moun dakò ke privatization sa yo pa t 'nan enterè nasyonal Ayiti a, men mwen panse ke li te Preval epi yo pa Aristide ki repiyans dakò nan peyi Etazini ak FMI demand pwivatize siman ak farin frans konpayi yo.  Epi toude, ni Aristide ak Preval Lè sa a, reziste presyon plis entènasyonal nan pwivatize lòt sèvis piblik Ayiti a piblik (konpayi an telefòn, elektrisite konpayi, otorite pò, ayewopò ak sou sa).

GP: Aristide pa janm ofri okenn rezistans reyèl nan presyon entènasyonal yo.  Tout moun konnen ke lè Preval te prezidan de 1996 a 2001 li te Aristide ki te fè tout desizyon yo.  Kòm pou m 'mwen gen yo ri lè m' tande moun ki di mwen te te ede oswa ki dirije pa peyi etranje.  lòd yo sèlman mwen swiv soti nan konsyans mwen pwòp ak mwen ofri lavi m 'yo nan lòd ke nou ta ka bati yon nouvo Ayiti.  Aristide te gen chans a yo dwe nou an Thomas Sankara men li pèmèt tèt li yo dwe te achte pa lènmi yo nan Ayiti.

PH: Nan ete a nan 1996 kèk ansyen sòlda yo, fache pa demobilizasyon nan lame a, yo te eseye jete gouvènman an nan René Préval (ki nan plas Aristide nan mwa fevriye 1996).  Èske w te jwe okenn wòl nan evènman sa yo?

GP: Nan lane 1996 Mwen tande ke te gen plan ke yo te prepare pou yon koudeta, ak Leon Jeune ak Pasteur Leroy te nan plas tèt la nan mouvman sa a.  Mwen te nan Wanament nan moman an ak pa t 'jwe yon wòl enpòtan nan operasyon lapolis la kont li;  sou lòt men an polis la arete Jeune nan lane 1998, lè m 'te chèf polis nan Delmas.

PH: Ou te transfere nan Delmas nan lane 1997. Ki sa ki te priyorite ou a?

GP: Nan Delmas priyorite mwen te retabli yon atmosfè nan lapè, ak asire w ke lwa yo nan peyi a te respekte yo.  Nou te briyan siksè.  Arme Rouge la te neutralize nan Site Solèy, Delmas 32, 33 ak 75 yo te pasifye, ak moun yo te kòmanse trete polisye ki gen plis ak plis ankò respè.

PH: Gen kèk gwoup dwa moun (pou egzanp Human Rights Watch) te di ke ou dwe siksè sa yo nan yon reliance sou metòd vyolan, ak kèk polisye anba lòd ou te akize de rasanbleman egzekisyon siplemantè-jidisyè.  Èske sa se vre?

GP: Ou ta dwe mande yo fè desen moute yon rapò sou operasyon lapolis nan kote tankou Etazini an, Kanada, Lafrans ak DR la, ak Lè sa yo konpare pwosedi yo nan mwen yo ye.  Mwen toujou respekte lwa yo nan repiblik la.  Human Rights Watch te di tou ke ke mwen ki te fè pati yon eskwadwon lanmò nan lane 1980, kòm yon ofisye nan FADH la, lè an reyalite mwen te sèlman 12 zan.  Sa a pwouve ke kèk nan òganizasyon sa yo se pa kredib.

PH: Kouman ou ta dekri sitiyasyon an nan PNH la nan 1998/99?  Nan lane 1999 te gen yon anpil nan tansyon ant Dany Toussaint, kòmandan an ansyen nan fòs polis Aristide la pwovizwa, ak minis sekirite René Préval la, Bob Manuel.  Èske ou te gen te chwazi kote sa nan kèk pwen?

GP: Non, mwen pa te janm gen yo chwazi ant Dany Toussaint ak Bob Manuel, e mwen toujou sèvi peyi mwen san yo pa sa ki nan sa a oswa ki gwoup.  Mwen te travay anba ofisye siperyè ki te vle professionalise PNH la ak mwen sèvis pou yo fidèlman nan fen an.  Si m 'ta te gen kapab fè yon chwa nan 1999 Lè sa a, mwen ta di ke mwen ta gen tan konplo ak Bob Manuel, depi li se yon moun pou moun mwen gen yon anpil nan admirasyon ak respè.

PH: Nan mwa Oktòb 2000, gouvènman an Preval akize ou menm ak lòt 'Ecuadorians yo' nan planifikasyon yon lòt koudeta.  Kisa ki te pase?

GP: Ou gen sonje ke mwen te temwen iregilarite komèt pandan eleksyon yo fo nan mwa me 2000, ak Anthony Nazaire ak yon lòt kòmandan ki gen non mwen pa ka sonje te mande m ', sou non Aristide la, kònen moute biwo elektoral la nan Northern a depatman.  Mwen te wè ki jan Aristide pèmèt patizan l 'Ronald Cadavre fè ront m' lapolis commissaire zanmi Jackie Nau, epi mwen te yon temwen nan tout manèv yo anti-demokratik nan tiran Aristide la, ki gen ladan asasina a nan moun sa a pòv nan Tabarre, ki moun ki Aristide te bay lòd fè yo touye pou l te ka apwopriye peyi l ', li bati inivèsite l' yo.  Mwen te temwen asasina a nan Marie Christine Jeune, e mwen kriye lè yo te zanmi m 'Bazile Berthony mouri.  Se konsa, pa gen okenn dout ke mwen te pare yo sipò opozisyon an Aristide nan tout fòm li yo.

PH: Se konsa, ou deside, ansanm ak Nau ak yon lòt moun kèk, pou yo eseye jete gouvènman an anvan sitiyasyon an te resevwa nenpòt ki pi mal?

GP: Nou te gen okenn plan pou yon koudeta kont Preval.  Apre konfli a ak Ronald Cadavre nou te deside ke nou ta dwe eseye sispann peyi a soti nan ekspirasyon tounen nan diktati.

PH: Nan mwa Oktòb 2000 anbasad Etazini an te avèti Preval kont ou.  Men, ki jan ou te jere jwenn soti nan peyi an, si se pa ak èd nan men ameriken oswa DR anbasad yo?

GP: Nenpòt moun ki okouran Preval ta dwe te di li ke nou pa t 'vle elimine l', men ke nou te vle arete Aristide sou 7 fevriye 2001. Yo te avèti Aristide, soti nan pè ke nou ta ka pale ak Preval oswa li lapolis-chèf Pierre Denize sou plan pwòp yo konsènan Preval.  Mwen te kite peyi a nan mwa Oktòb 2000 pou konsève pou Preval.  Mwen te eksplike tout bagay sa yo nan liv mwen an.

II

PH: Ki sa ki te plan ou, nan direksyon pou nan fen 2000?

GP: Lè Lè sa a, mwen te konnen jwèt la ki Aristide te jwe, epi yo te resevwa pare yo defann peyi a pa tout vle di sa nesesè.  Nan lane 2001 Mwen sipòte tou de opozisyon demokratik la ak opozisyon an ame kont tiran la.  mouvman mwen te gen kòm objektif sèlman li yo realizasyon an nan rèv la nan fondatè papa nou Desalin: demand la pou jistis sosyal ak yon distribisyon pi bon nan resous eta a.  Malerezman gen kèk moun ki gen sèten prejije kont lame a men yo bliye ke kèk gwo revolisyon sosyal yo te eskize pa sòlda - Thomas Sankara, Hugo Chavez, elatriye Moun sa yo te blame Chavez pou tout kalite bagay sa yo apre echwe koudeta li nan 1992, men kounye a li se lajman rekonèt kòm nonm lan pi gran nan Amerik Latin nan.  Jodi a Ayiti ap peri anba kontwòl la nan yon pouri, elit adore politik, ak anba yon elit ekonomik fin pouri ki pa gen okenn enkyetid pou pwogrè imen.  Nou pa janm ap jwenn soti nan sa a enpas san yo pa yon revolisyon, yon revolisyon lapè.

PH: Gen kèk moun ki te wont nan men Aristide byen bonè nan mwa ane 1990 la te panse li fè yon erè pa ap eseye ka twò lapè, ak pa w ap chwazi pa yo pouswiv chemen an nan lit ame yo.  Eske ou te detèmine pou fè pou evite erè sa a tèt ou?

GP: Aristide te toujou itilize fòs ak vyolans e mwen panse moun sa yo ta dwe vini an Ayiti ak mennen ankèt sou pou yo te ka wè ki jan brital Aristide te ye a.

PH: Ki kote ou te ale apre konfwontasyon yo nan mwa Oktòb 2000?

GP: Pa te gen okenn konfwontasyon nan mwa Oktòb 2000;  Mwen te ale nan DR la an premye, Lè sa a, tounen nan Ekwatè.

PH: Eske se vre ke ou te prese mete yo deyò nan Ayiti nan yon machin diplomatik ameriken?

GP: Non se pa vre.  Mwen te kondwi ale osi lwen ke Wanament nan pwòp m 'Nissan Pathfinder, ak de nan moun yo ki te pran nou sou fwontyè a yo te arete.

PH: Nan pwen sa ou te plis oswa mwens pou kont li?  Lè ou te kòmanse fè yon sèl avèk lòt manm ansyen nan lame a ki pataje opozisyon ou nan Aristide?  Mwen te di yo ke ancient FAdH kòporèl Ravix Rémissainthe te premye moun ki kòmanse fòmasyon ak sòlda ansyen ayisyen nan DR la, e ke ou Joined l 'nenpòt moman pita;  lòt moun ki di ke li te Chavannes Jean-Baptiste ki moun ki premye te lanse mouvman an, ak yon kan fòmasyon ti tou pre vilaj la nan San Cristobal.

GP: Mwen rekrite Ravix nan mwa me 2001;  Mwen pa konnen si Chavannes te kòmanse anyen anvan May 2001, men mwen rekonesan l 'pou èd la li te ban nou pandan liberasyon an nan Hinche, nan mwa fevriye 2004.

PH: Ki sa ki te Chavannes kapab fè pou ou nan mwa fevriye 2004?  Èske li menm ansanm ak lòt manm nan depute a tou fasilite pasaj la nan moun ou nan ak nan Plato Santral nan 2001-2003?

GP: Chavannes te ban nou yon anpil nan bon konsèy, ak kèk èd lojistik.

PH: Pral tounen kounye a byen bonè 2001: pandan pwemye mwatye nan ane sa a, ou byen vit nan plas nan rasanble yon èskwad nan moun ki te vle pou batay pou destabilize ak Lè sa a jete gouvènman Aristide la.

GP: Mwen panse ke li te Aristide menm ki destabilize gouvènman pwòp tèt li.  Li te gen biwo yo nan opozisyon pati politik boule, li te gen jounalis Brignol Lindor a touye.  Li kite chimerize lòd Seyè a, PNH la, ak soti nan moman sa a sou gouvènman l 'te fini nan tonbe anba pwa pwòp li yo.

PH: Mwen ta renmen mande w plis sou evènman sa yo nan yon moman, men premye yon ti kras background plis.  Konbyen moun ki te rejwenn èskwad ou, nan ete a nan 2001?  Ki kote yo te soti?

GP: moun mwen sitou te soti nan Grand Nord la, ki soti nan pati ki gen nan Sid la ak pou soti nan Grand Anse a.

PH: yo ta manm sitou ansyen nan FAdH la?  Nan PNH la?  Nan FRAPH?

GP: Yo te soti nan chak sektè nan popilasyon an.

PH: Konbyen moun ou te kapab konte sou, pa Jiyè 2001?

GP: Mwen pa konnen.

PH: Eske ou te tout ki baze ansanm, oswa moun ou te gaye nan diferan pati nan peyi a?  Èske w te gen yon baz pèmanan nan operasyon?  Gen kèk moun ki di ke patizan ou te pou yon ti tan enkòpore ak ki resevwa fòmasyon nan divès divizyon nan lame a Dominikèn;  lòt moun ki di ou te gen yon baz nan Eli Piñas, jis travèse fontyè ak yo soti nan Belladère.

GP: Nou pa t 'gen nenpòt ki sòt de kan nan DR la, sa a, se konplètman fo.  Mwen te ekri sou bò sa a nan bagay sa yo nan liv mwen an.

PH: Eske ou te gen yon kan oswa fòmasyon tè yon lòt kote, nan Ayiti?

GP: Mwen te ekri sou bò sa a nan bagay sa yo nan liv mwen an.

PH: Eske DR la ba ou nenpòt ki sòt de sipò pandan ane sa yo?  Si mwen sonje dwat Prezidan Mejía te di jounalis ke li te okouran de aktivite ou li ye, li 'kontwole' ou.  Eske se sa ke pa vre?  Dominiken yo sètènman pa t 'sanble yo lide ou deplase dèyè, yo soti travèse fontyè ak yo.

GP: Non, Dominiken yo pa t 'ede m', men mwen gen yon anpil nan respè pou yo.  Yo te adopte epi li resevwa m 'lè tout lòt moun rejte m'.

PH: Se konsa, li te aktyèlman byen difisil yo prepare yo ak pou antrene moun ou nan DR la, an reyalite?  Eske yo te fè ou kenbe yon pwofil ba?  Èske sa a reta devlopman an nan mouvman ou a?

GP: Mwen pa konnen sa ou ap pale de.  Nou pa te gen okenn pwogram kan oswa fòmasyon nan DR la.

PH: Eske ou te resevwa nenpòt ki ede soti nan US la oswa gouvènman franse pandan ane sa yo?

GP: Mwen te ekri sou sa a kòm byen, nan liv mwen an, pou benefis nan peyi mwen.  Gen kèk bagay mwen pa ka fè ou konnen nan pwen sa a men tout bagay la nan liv la ki pral parèt nan 2012, si wi ou non mwen menm menm ki toujou vivan.

PH: Nan ki pwen ou te kòmanse travay ansanm ak Pòl Arcelin?  Ki sa ki te wòl li?  Mwen sipoze li te ede ak kèk koneksyon entènasyonal?  Èske li mete ou moute ak Ravix?

GP: Mwen te rankontre Pòl nan kay yon zanmi an nan lane 2001, li te ban m 'anpil bon konsèy ak demontre gwo kouraj nan 2002-2003.  Li te Chamblain ki entwodwi m 'nan Ravix.

PH: Te ou li te ye Chamblain pou yon tan long?  Èske ou toujou gen yon bon relasyon travay ak li?

GP: Mwen te konnen li depi 2001.

PH: Nan ki pwen ou te vin an kontak avèk Stanley Lucas ak ekip li a nan Creole Repibliken Enstiti a (IRI)?

GP: Mwen te rankontre premye Stanley Lucas lè m 'te sèlman sèt ane fin vye granmoun.  Li ankadre m 'nan jwe ping pong, epi mwen rekonesan anvè l', paske gras a l ', li Pierrot ThéodatI pita te vin chanpyon nasyonal la.  Lè m 'te nan ekzil nan Ekwatè mwen li pran kouri nan l' pa chans nan yon klib nan Kito (Pa Bar a), ak nou te pale pou yon ti tan men nou pa t 'fè plan pou yon atak militè kont Aristide.  Nan Santo Domingo mwen wè l 'nan Hotel Santo Domingo a, men nou diman pale.

PH: Eske se sa ke li?  Li pa t 'ede kowòdone bagay sa yo ak manm nan Convergence lan ak G184 la?  Li te travay ak neg sa yo tout tan tout tan an.

GP: Petèt li te gen plan li yo ak Convergence a, men pa avè m '.

PH: Eske Stanley Lucas toujou yon zanmi?  Ou tou de gen anbisyon politik, ou panse ou ta ka kapab travay ankò ansanm

GP: Non Stanley te fè chwa politik li ak mwen te fè m '.  Nou te pran chemen opoze.

PH: dezyèm inogirasyon Aristide la te pran plas nan mwa fevriye 2001;  apre fòme yon gwoup ki rele 'Demokratik Convergence la,' opozan politik li (ki te dirije pa Evans Paul, Serge Gilles, Pòl Denis, Himmler Rebu, ak ede moun pa Andy Apaid, Rudolph ak Reginald Boulos, Charles Baker ak lòt lidè yo nan 'sosyete sivil' ) te refize rekonèt l ', li te eseye mòn yon gouvènman paralèl.  Yo te rele tou pou restorasyon nan lame a.  Èske ou te gen lyen espesifik ak lidè politik sa yo nan pwen sa a?

GP: Lè etap ke mwen te gen lyen ak kèk nan yo.  Mwen te toujou te gen relasyon yo ak klas la ayisyen politik yo;  nan premye yo te bon, men apre tout kou yo ba yo te te fè fas m 'bagay yo chanje.  Mwen te di anvan m'a di nou ankò ke lidè tankou Serge Gilles, Himmler Rebu ak lòt moun rive Repiblik Dominikèn mande m 'yo ede yo sove peyi a.

PH: Èske ou ka gen plis espesifik yo?  Lè kèk nan moun sa yo te kòmanse fè plan grav ak ou pou yon pwojè militè kont gouvènman an?

GP: Soti nan Desanm 2000.

PH: Pandan yon reyinyon nan DR la?  Ki moun ki kowòdone reyinyon an?  Eske yo te apwòch ou dirèkteman, oswa te li atravè Stanley Lucas oswa Pòl Arcelin?

GP: Mwen te gen pwòp kontak dirèk mwen.

PH: Apre sa, sou pwen, ou te an kontak san patipri regilye avèk yo?

GP: Wi, nou te nan kontak regilye epi san patipri fèmen.

PH: Ak sa ki sòt de pwomès yo te fè nan an echanj pou èd ou nan mete presyon sou gouvènman an?  Èske yo ofri retabli lame a yon fwa Aristide te ale?  Eske yo te pwomèt moun ou yo ke yo ta dwe entegre nan lame sa a, oswa omwen nan PNH la?

GP: Li te dakò ke moun mwen ta dwe responsab pou sekirite nan peyi a.

PH: premye atak yo anti-gouvènman te lanse dapre dat Front ou a soti nan 28 jiyè 2001. Kisa ki te pase, egzakteman?

GP: Front la pa t 'lanse okenn atak nan mwa Jiyè 2001, li pa t' ankò egziste.

PH: Ok.  An jiyè 2001, ki moun ki te li ki atake akademi an lapolis nan Pòtoprens, ak divès kalite estasyon lapolis ak lòt nan lòt pati nan peyi a?  Eske ou te pa patisipe nan operasyon sa yo?

GP: Mwen pa t 'plan atak yo nan Jiyè 2001. OEA a prepare yon rapò sou evènman yo nan mwa jiyè ak Desanm 2001, ak mwen sijere ou li li l' si ou bezwen plis enfòmasyon sou sa ki te pase. [ii] Mwen konnen ke sèten lidè politik e reprezantan ki nan sosyete sivil ka ede w ak sa a, depi yo konnen tout bagay sou sa ki te pase sou de okazyon sa yo.  Depi yo ap laches, sepandan, yo pral jis di ou ke yo pa konnen anyen sou li.

PH: Èske ou ka gen plis espesifik yo?  Ki moun ki mwen ta dwe mande: Apaid, Boulos, Evans Paul, Serge Gilles?  Nenpòt moun ki an patikilye?  OEA a rapò ou mansyone nòt sa a, opozisyon politik la nan Ayiti pa ki te akize nan pote nenpòt ki responsablite pou atak la sou Palè Nasyonal la.  Moun tankou Evans Pòl ak Serge Gilles toujou di ke li te gouvènman an li menm ki sèn atak la.  Èske yo kouche?

GP: Mande lidè yo nan Convergence a, yo ta dwe konnen.

PH: Yon fwa ankò, te fè ni nou menm tèt ou ni ankenn nan kolaboratè ou a gen anyen fè ak operasyon yo nan Jiyè ak Desanm 2001?

GP: Konbyen fwa mwen gen yo reponn kesyon sa a?

PH: Men, ou pa t 'reponn li ankò!  Si mwen sonje dwa, nan fen mwa 2004 ou menm ak Ravix Rémissainthe dekri wòl ou nan atak sa yo sou radyo a, pou egzanp nan yon emisyon nan pwogram nan radyo Ranmasse, sou Caraïbes radyo.  Eske se sa ke pa vre?  Mwen bezwen mande ou dirèkteman: ou te oswa nenpòt nan kolaboratè ou a gen anyen fè ak Desanm 2001 atak yo sou Palè Nasyonal la?

GP: Ravix ak mwen pa janm te fè yon emisyon radyo ansanm, menm si li nan vrè ke se pandan youn emisyon mwen te bay li sonnen a dekri kèk nan aksyon sa yo li te patisipe nan Mwen pa pwal diskite sou ensidan an Desanm 2001 ankò, men pa fè sa. enkyete, lè lè a se moun dwat pral aprann sa ki vrèman rive.

PH: Selon rapò a OEA ou mansyone, youn nan lidè yo nan 17 Desanm 2001 atak la te ansyen FADH ofisye ak USGPN manm Chavre Milot.  Eske m 'dwa nan panse ke Chavre Milot, ansanm ak Youri Latortue ak plizyè lòt moun, yo te pouse soti nan USGPN nan yon ti tan apre yo fin retounen Aristide la sou pouvwa a, nan mwa fevriye 2001?  Apre sa, ou menm ki di Lè sa a, ke li te lidè yo nan Convergence nan tèt yo ki rekrite ak ekipe ekip Milot la nan ancient FAdH ak ansyen-USGPN kòmanndo pote soti nan atak la, ak yo ke yo te fè sa san asistans ou ak ekspètiz?

GP: Mwen pa di sa.

PH: Chavre Milot te Lè sa a touye pandan yon operasyon an, menm si rapò a OEA di sikonstans yo nan lanmò li yo klè;  ou ka di anyen plis sou sa a?

GP: Non

PH: Tou de Jiyè ak Desanm atak yo te ak anpil atansyon planifye operasyon militè-style;  siman pa t 'gen anpil moun nan FADH la ki te kapab pou òganize yon bagay tankou sa a.  Nan atak la Desanm sou Palè Nasyonal la, zam la enkli omwen de zam machin 50 kalib.  Li pa fasil jwenn kenbe nan sa a kalite ekipman an Ayiti.  Ansyen sèjan US Stan Goff di ke operasyon sa yo gade tankou yo rive dwat soti nan yon Fòs Espesyal liv, epi li nan byen ki plase nan konnen - se li mal?

GP: Petèt li konnen sa l ap pale de.

PH: ou vle di ke li nan posib ke US konseye militè te ap travay an kachèt ak lidè yo Convergence, pou gen plan pou ak ekipe atak sa a an patikilye?  Eske se sa ke sispèk ou a?

GP: Non kòmantè.

PH: Rapò a OEA ou mansyone ale sou sonje ke 'nan kou a nan okipasyon yo nan Palè a, atakan yo te itilize transmeteur radyo kote yo te refè soti nan Polis la nan eta ke Jean Bertrand Aristide te gen okenn ankò Prezidan ak ki Guy Philippe te kòmandan nan nouvo nan Polis Nasyonal la nan Ayiti.  Apre yo te fin li te pran, pa t 'youn nan kòmanndo yo (Pierre Richardson) temwaye ke ou te dèyè operasyon an?

GP: jou ki anba la a Richardson te di ke li te konfese sa a anba presyon.

PH: Poukisa sa yo dat patikilye, Jiyè ak Desanm 2001?  Ki moun ki deside sou yo?

GP: Yon fwa ankò, ou ta dwe poze kesyon sa a bay lidè yo nan Convergence a, nan sosyete sivil ak Aristide tèt li.

PH: Ou toujou te gen yon anpil nan zanmi ak kontak nan PNH la.  Depi lè a nan Jiyè ak Desanm atak yo nan lane 2001, yo te kèk nan yo aktivman ap travay kont gouvènman an?

GP: Mwen te toujou te gen bon jan relation ak manm nan polis la.  Gen kèk moun ki di ke anpil polisye toujou swiv lòd mwen, men sa a se fo.  Lè m 'te ofisye kòmandan yo mwen trete yo tankou moun, ak respè, ak mwen toujou te dirije pa egzanp;  Se poutèt sa yo renmen epi respekte m '.  divès kalite direktè-jeneral yo nan PNH la ka eseye diminye enfliyans m 'ki nan enstitisyon an men yo pa pral reyisi, paske se nan commissaire polis la nasyonal Guy Philippe se yon lejand, ak gen nan pa gen anyen yo ka fè sou sa.

PH: Pandan atak la Desanm 2001, kèk nan atakè yo jere yo anba nan chanm prive Prezidan an nan (jan li vire soti li pa t 'la).  Se vre wi sa a egzije konplisite nan kèk manm ki mennen nan USGPN nan?

GP: Mwen refere w bay rapò a OEA.

PH: Rapò a OEA konfime ke atakè yo te pran kontwòl nan 'bilding nan direktè lekòl san yo pa rezistans soti nan gad yo ki te an chaj nan sekirite a nan Palè a' yo, li yo ke yo te te ede pa 'konplisite nan Polis Nasyonal la pa ofisye ki t'ap pase sou enfòmasyon.  An jeneral, ki jan fasil li te yo vire kèk manm nan USGPN a ak USP la kont Aristide?  Èske pi fò nan yo rete fidèl l 'nan fen a?

GP: Lè 2002, yo tout te vle yo dwe m de l '.

III

PH: Mwen ta renmen mande w kounye a sou sa ki te pase nan 2002-2003, anvan ou vire nan evènman yo nan mwa fevriye 2004. Apre Desanm 2001 atak la ak reprezay yo ki swiv li, opozisyon an politik nan gouvènman Aristide la te vin pi plis en force;  an menm tan an, sou kou a nan ane annapre a frape-ak-kouri atak kont reprezantan ki nan gouvènman an, patikilyèman nan Plato Santral la, te vin pi plis souvan.  Ki moun ki te an chaj nan operasyon sa yo?

GP: Jean-Baptiste Clotaire te kòmandan an, epi li dirije tout operasyon sa yo;  malerezman Ravix touye l 'nan 2005.

PH: Poukisa Ravix te fè sa?

GP: Envie ak jalouzi.

PH: Ki sa ki te panse a dèyè atak yo nan 2002-2003?  Te ou deside ke yon lòt atak dirèk sou Palè Nasyonal la te twò ki riske, epi ki estrateji ki pi bon te febli gouvènman an pa trenen l 'nan yon lagè geriya ki ba-nivo?

GP: Non kòmantè.

PH: Ki sa ki Lè sa a, bi pou yo atak Clotaire la nan Plato Santral te ye?  Pa t 'yo rezilta nan lanmò yo nan anpil moun inonsan peri?  Pou egzanp, pa te Ravix patisipe nan masak la nan senk manm nan fanmi Cléonor Souverain la nan Belladère, nan mwa jen 2002?

GP: Ou ta dwe mande moun ki te travay ak Clotaire nan moman sa.

PH: Ki kalite rekòmandasyon estratejik t 'lidè yo nan Convergence lan ak G184 la fè pandan ane sa yo?

GP: Ou ta dwe definitivman li liv mwen an konprann ki kalite relasyon nou te gen.

PH: Mwen gade pou pi devan pou lekti li.  Eske se vre ke li te Serge Gilles ki sijere atak la sou baraj la Pelig nan mwa me 2003?

GP: Wi Mwen te deja di ane sa a sot pase yo, sou radyo.  Si m 'te di ke li, li la vre.  Omwen se sa ki Serge Gilles ak asosye l 'te di m' lè yo te vin vizite m 'nan DR la nan moman an.

PH: Ou pa te tèt ou patisipe nan atak la sou Pelig?  Touswit apre yo fin atak la ou te arete e ki te fèt pou yon ti tan pa otorite yo Dominikèn;  t 'manm nan opozisyon politik la entèvni ede negosye pou yo lage ou an?

GP: Pa gen: mwen te gen anyen fè ak ke atak, mwen fè sèman li.

PH: Se konsa, nan 2003, kòm nan mwa Jiyè / Desanm 2001, te gwoup ou jis youn nan plizyè gwoup ansyen militè travay ak Convergence lan pandan ane sa yo?

GP: Nou pa te ap travay pou Convergence lan, nou te goumen ansanm nan 2003.

PH: Eske ou te an kontak ak lòt lidè politik pandan peryòd sa a?  Pou egzanp ak Gérard Latortue (ki ta pi ta vin premye minis), oswa avèk neve l 'Youri ak Jean-Renel Latortue?  Gerard ak Youri te sitou k ap viv nan peyi Etazini an pandan ane sa yo, men yo te yo te deja prepare pou yon Ayiti apre Aristide?  Apre sa, Jean-Renel t 'ede ak lajan oswa minisyon?  Winter Etienne te di ke nan otòn la nan 2003 gwoup li nan Gonayiv te resevwa anviwon $ 20,000 yon valè de minisyon soti nan Jean-Renel;  t 'Jean-Renel ede ou deyò kòm byen?

GP: Li pa t 'jis Latortue ki te ede soti, anpil lòt moun te fè kontribisyon kòm byen, ki gen ladan nan lefèt kèk figi dirijan nan Lavalas;  yo, yo tout yo te rele nan liv mwen an.

PH: Mwen konnen ke Youri Latortue se yon zanmi fin vye granmoun nan ou.  Èske w te kolabore ansanm pandan tan ou nan Delmas?  li te kapab ede mouvman ou nan nan lane 2003-2004?

GP: Nou pa t 'nan antre an kontak nan lane 2003.

PH: Pandan tan sa a bann ou nan moun te resevwa pi gwo, ak mwen imajine li te vin pi plis nan yon defi kenbe yo apwovizyone epi ki te òganize.  Gen kèk moun ki di ke ou te resevwa pi fò nan zam ou yo ak minisyon ki soti nan DR la, epi yo, al gade nan yon chajman gwo nan alantou 20,000 M16s ki te akòz gen rive nan DR la an 2003 [iii] ;  Mwen te konn tande, menm si, ki chajman sa a pa t 'aktyèlman rive nan DR la jiskaske pita nan 2004. Nan ka sa a, kote zam ou soti?

GP: elit ayisyen an ak pati politik yo nan Convergence nan te ede nou ak lajan ak zam.  Gen kèk dirijan biznisman ayisyen parèt devan nou, ak nan Cap Haitien pou egzanp yo bay anviwon $ 50,000 (US).  Lè w kenbe nan lajan li te pa yon pwoblèm.

PH: Èske ou ka gen yon ti kras pi plis espesifik yo?  Nan Cap Haitien mwen te pale ak moun ki di yo te pati nan reyinyon nan biznisman dirijan lokal yo, pou egzanp nan Hotel Saint Christophe la, ki te sèvi yo ranmase lajan sou non ou.  Mwen te tou te di ke kèk konpayi entènasyonal, pou egzanp min kabinè avoka a Québec ki baze sou Saint Geneviève Resources (ki gen enterè lò-min nan nò-lès Ayiti) kontribye lajan nan kòz ou yo.  Men, t 'pi fò nan lajan ou soti nan sous ayisyen?  fanmi yo rich ki meprize Aristide - Apaid, Boulos, Baker an patikilye - yo te sibvansyone mouvman ou a?  Ou te yo te senpleman ap eseye fe profit de li?

GP: Wi nou te gen reyinyon avèk biznisman ak divès kalite yo te ede nou.  Nan Gonayiv nou te rankontre ak biznisman plizyè ak atravè Ravix yo kontribye anviwon $ 200,000 (US) yo achte zam ak minisyon.  biznisman yo te sanble pike yo ede nou nan tout frè.

PH: Èske ou ka di ki biznisman patikilye ou te fè fas ak?  An echanj pou èd yo, yo te fè demand espesifik sou ou?

GP: Mwen pa ka non tout nan yo, li pa ta dwe san patipri.

PH: Eske anbasad la franse tou pou ede soti nan pwen sa a?  Franse a te espesyalman pike yo debarase m de Aristide yon fwa li te kòmanse mande yo yo peye lajan an ki Lafrans te aracha ki soti Ayiti tounen nan diznevyèm syèk la.  Medya yo franse te bay anpil mouvman ou nan atansyon senpatik, epi mwen sonje ke ou te rekonesan anvè RFI an patikilye pou pwoteksyon yo.  Ki jan sa te òganize?  Èske ou te an kontak regilye avèk Eric Bosc, oswa nenpòt lòt moun ki soti nan anbasad la franse?

GP: anbasad la franse pa t 'ede m', epi mwen pa te gen okenn kontak ak Eric Bosc anvan mas 2004.

PH: Avèk Le nap gade deye, li la klè ke te yon etap desizif rive sou fen a nan gouvènman Aristide la pran lè Raboteau gang-lidè Amiot Métayer te mouri nan Gonayiv, nan mwa septanm 2003, dwa alantou tan an ke nouvo anbasadè rive soti nan peyi Etazini an ak Frans.  Genyen yon anpil nan konfli sou ki moun ki ta ka yo te touye l '.  frè l 'Buteur Métayer (ansanm ak divès kalite ansyen FRAPH-yo ak ansyen-FAdH moun nan Gonayiv) reklamasyon ke gouvènman Aristide la te dèyè li.  w gen nenpòt enfòmasyon sou sa a?

GP: Mwen pa t 'nan Ayiti lè Amiot te mouri ak nan pwen sa a mwen te gen okenn lyen ak Buteur Métayer oswa asosye l' Winter Etienne.  Men, nan mwa fevriye 2004 Buteur te di m 'ke li te asire w ke li te travay la nan Aristide, depi moun nan ki te vin nan gade pou Amiot nwit la la nan touye moun li - Odonel Paul - te yon moun fèmen nan gouvènman an.

PH: Gang nan ki te dirije pa Buteur ak Winter Etienne Lè sa a, jere yo reziste enpòtan presyon lapolis pandan plizyè mwa, nan nan fen 2003. Èske yo te degaje yo fè sa sou pwòp yo?  Ou pa t 'ede yo soti?  Yo te yo ki te sipòte pa lòt ansyen sòlda, oswa pa lòt manm nan opozisyon an politik nan Aristide?  Lè sa a etap ansyen kolonèl-yo ak Convergence lidè Himmler Rebu, pou egzanp, te vin yon prezans abitye nan nò Ayiti.

GP: Yo pa t 'yon' gang ', epi yo te te ede pa kèk sòlda ki Jean Robert Lalanne ak Convergence Demokrat la voye nan Gonayiv, nan tren ak òganize lòt moun yo.  Lalanne te di m 'ke li te resevwa zam nan G184 a ak nan yon sèten pati politik, men li pa t' di m 'ki yon sèl.  Pifò nan moun Lalanne an te rive nan janvye 2004, men mwen ta dwe eksplike ke moun Lalanne nan yo tou te moun mwen, yo te ansyen sòlda ki te vin nan kontre avè m 'nan fwontyè a nan direksyon pou nan fen desanm 2003. Men, nan pwen sa a fwontyè a te anba kontwòl strik ak mwen pa t 'kapab travèse li, se konsa lidè nan twoup deside jwenn nan kontak ak Lalanne pito.  Lalanne te pran swen nan yo pou otou yon mwa, anvan transfere yo nan Gonayiv.  Nan pwen sa mwen te an chaj nan operasyon nan nò a, nan nò-bò solèy leve a ak nan plato santral la, ak Buteur te dirije operasyon yo nan Latibonit la.

Kòm pou Himmler Rebu, li pa t 'voye nenpòt reinforcements aktyèl nan 2004;  lè m 'rele l' nan mwa fevriye soti nan St Michel pou mande pou èd li tou senpleman reponn ke li pa t 'kapab voye yon bagay, ni zam ni minisyon ni sòlda.  Lalanne voye kèk moun ak kèk zam (alantou ven zam, ak kèk minisyon).

PH: Ki sa ki te Dany Toussaint kapab ofri ou?  Eske li te ede tou gwoup Buteur la nan Gonayiv?  Nan mwa Mas 2004, dwa apre depa Aristide la, Dany te toujou ap dekri nan kèk jounalis kòm 'espesyalis nan gwo nan tout bagay sa yo fè ak sekirite ak fòs lame an Ayiti. [iv]

GP: Buteur di m 'ke Dany te ede.  Aristide te toujou te gen pwoblèm ak Dany paske Dany pa t 'soumission ase, ak li te gen ajanda pwòp tèt li.  lyen pwòp mwen ak Dany te san patipri ki lach;  Mwen te pale avè l 'sou telefòn twa fwa yo, de fwa soti nan DR la, depi nou tou de te bon zanmi nan Paul Arcelin, ak lè sa a ankò nan kòmansman mwa Fevriye, lè yo te gwoup mwen an ki baze nan St Michel de l'Attalaye.  Li te gen anpil politès, menm si li pa t 'gen anpil èd konkrè ofri.  Dany se definitivman yon ofisye pi bon pase pi ansyen manm yo nan yo lòd, ki segondè FAdH, ki moun ki yo se jis softies [poul mouillées] ak laches.

PH: Lè sa a sa ki pwen ou te kòmanse travay regilyèman ak Jodel Chamblain?

GP: Nan malgre nan repiyans la nan pi fò nan konseye m 'yo, ki gen ladan Pòl Arcelin, li te m' ak yon lòt zanmi ki ensiste sou ki gen ladan Chamblain.  Tout moun te pè l '.  Finalman, sou 6 Fevriye 2004, mwen te ale nan wè l 'nan Santo Domingo, poze l' keksyon yo vini batay nan bò kote m '.  Li te aksepte imedyatman.  Ravix pa t 'vle l' nan rantre nan nou, epi li te refize travèse fontyè a avèk nou.  Lè sa a, apre nou fin te pran Hinche nan mitan mwa fevriye-, Ravix te ekri mande m 'si li te kapab fè yon sèl avèk nou ankò;  Ravix pa t patisipe nan operasyon yo pran Hinche ak Cap Haitien.

PH: Nan opinyon ou a, Chamblain merite repitasyon fe moun pe li?  Èske ou te kapab travay byen ansanm?  Èske ou toujou fèmen?

GP: Mwen panse ke Chamblain se yon nonm ki te fè yon viktim nan sistèm nan.  Èske w te konnen Aristide te madanm ansent l 'touye yo, dwat devan l'?  Pou m 'Chamblain se yon gwo patriyòt ki ofri lavi l' pou peyi li nan 2004, san yo pa mande anyen an retou.

PH: Nan yon pwen sèten gwoup ou demenaje ale rete nan yon baz nan vil la ti la Saint-Michel de l'Attalaye, pa twò lwen soti nan Gonayiv.  Lè ou t 'deplase a, egzakteman?  Èske w te rankontre kèk rezistans nan men moun nan zòn nan, te gen kèk vyolans?

GP: Non pa te gen okenn vyolans;  nou demenaje ale rete nan Saint Michel nan kòmansman an nan mwa fevriye 2004, ak tout pèp la gen akeyi nou kòm liberateurs.

PH: Se jis yon jou osinon de jou anvan ensije nan plen-echèl te kòmanse nan Gonayiv (5 fevriye 2004).  Assume distribisyon an ak kowòdinasyon te ak anpil atansyon planifye.  Si ou pa t 'ankò nan kontak sere avèk Buteur ak sezon livè, ki moun ki te dèyè planifikasyon sa a?  Lalanne?

GP: Sa se yon kesyon ou ta dwe adrese Ti Will ak Winter Etienne.

PH: Jean Tatoune te aparamman yon 'pwa loud' nan ensije rebèl yo Gonayiv, ak renmen Chamblain te yon veteran nan FRAPH.  Eske li te fasilite lyen ki genyen ant gwoup ou ak gwoup Etienne a?

GP: Li te jwe yon gwo wòl nan mouvman an, men li pa t 'fè aranjman pou koneksyon nou an.

PH: Konbyen moun ki te manm nan eskwadwon ou, nan pwen sa a?

GP: Nan St Michel nou te prèske yon santèn;  nan Gonayiv nou te grandi nan twa santèn, ak Lè sa a apre w pran Hinche ak Cap Haitien mwen te gen dè milye de moun.

PH: faz final la nan konplo a derape nan Gonayiv sou 5 fevriye 2004, lè gwoup Buteur a, ak reinforcements Lalanne a, jere yo sitèlman chaj lapolis la ak pran kontwòl nan lavil la.  Nan ki pwen ou te deside komèt fòs ou nan soulèvman an Gonayiv, ak al goumen ansanm ak yo?  Te yon bagay sa a te planifye byen an avanse, osinon èske li rive plis oswa mwens nan dènye minit te?

GP: Pou kòmanse ak te gen yon sèten kantite mefyans, epi mwen te pa totalman asire w ke Buteur te serye.  Men apre, lè ensidan yo nan 5 ak 7 fevriye mwen te konprann ke nou ta dwe goumen ansanm, Se poutèt sa mwen voye mesaje Gonayiv yo prepare antre mwen nan lavil la.  Yo unaniment deside nan non m 'kòmandan an chèf nan rezistans la.  Mwen te pran lòd alantou 10 mwa fevriye a.  Gilbert Dragon te m 'dezyèm-a-lòd;  Ti Will te kòmandan an pou Latibonit lan, Robert pou Nò-Lès la, ak Clotaire Jean Baptiste pou Plateau Central la.  Chamblain te an chaj nan operasyon yo.

PH: Ak sa ki estrateji ou te adopte?

GP: moun Buteur la te vle atake Saint Marc touswit, sou 10 fevriye;  Mwen te fè yo konprann ke nou ta dwe olye pou premye atake Hinche ak Lè sa a Cap Haitien ak Wanament yo nan lòd yo jwenn dèyè nou an, e ke sa sèlman Lè sa a nou ta dwe atake, nan menm jou a, Saint Marc ak Pòtoprens;  pa etap ke nou te moun ase, epi nou te deja gen yon eskwadwon opere nan Pòtoprens tèt li.  Mwen asiyen kapti a nan Hinche Papaye ki moun ki te nan lòd nan ekip 'Anti-Chok la, moun pi byen m', ak Chamblain ki moun ki nan lòd nan yon lòt eskwadwon.  ekip 'Anti-Chok a' te yon gwoup nan 50 moun, ki te byen ame ak ki byen antrene;  yo tout te ansyen sòlda-soti nan inite yo pi byen.

PH: Eske Chamblain pote moun pwòp li yo ak l 'soti nan Santo Domingo, oswa nan yon lòt kote?  Ou, ou te bay l 'yon gwoup gason ou nan lòd?

GP: Non, Clotaire asiyen l 'yon gwoup gason nou an.

PH: Ki sa ki sou kapti a nan Cap Haitien, nan dimanch maten 22 February?  Sa a te yon operasyon desizif: ki moun ki te an chaj?  Apre sa, ou te rezoud sou tan an apre li pale ak lidè yo nan Convergence lan ak G184 la?

GP: atak la sou Cap Haitien t'ap anba responsablite pèsonèl mwen.  Mwen voye de ploton diferan, youn ki te dirije pa Chamblain ak lòt la pa Papaye.  (Soti nan Gonayiv mwen ta resevwa kèk reinforcements ki te dirije pa Porda).  Dat la te deside apre diskisyon yo ak Lalanne.  Lalanne rele m 'sou 21 mwa fevriye a di m' ki lavi l 'ak lavi sa a ki nan fanmi l' te nan gwo danje, ki FL patizan Nahoum Marcellus a te ap resevwa pare yo boule Cap Haitien nan tè a.  Li mande m 'nan essaye libere lavil la anvan Lendi 24 mwa fevriye a.  Li di m 'ke li menm li te nan kache nan Plaine du Nord la, deyò Cap Haitien.  Malgre ke mwen pa t 'vle al atake Cap a ki Dimanch, mwen te dakò fè li nan lòd pou konsève pou lavi yo nan moun sa yo inosan, depi mwen te konnen ke chimè yo ki te dirije pa Nahoum Marcellus te asasen notwa.  Men, nan gwo sipriz m 'yo, apre nou te pran Cap Haitien mwen te aprann ke Lalanne ak fanmi l' yo te nan reyalite nan Pòtoprens, rete nan otèl la liksye El Rancho a, e ke yo ta te gen depi nan konmansman an nan ostilite.  Ou gen sonje ke mwen pèdi twa mesye ap eseye libere ak pran kontwòl nan Cap Haitien jou sa a.

PH: Ki jan difisil li te Lè sa a, pran kontwòl nan Cap Haitien tèt li?  Te gen yon anpil nan rezistans?

GP: Li te trè difisil yo pran Cap Haitien.  Moïse Jean-Charles, majistra-a nan Milot, anbiskad nou epi nou pèdi twa mesye touswit;  Lè sa a, nou te gen pou goumen pou plis pase de zè de tan mache soti nan Milot nan Cap Haitien anba dife.

PH: Yon fwa ou te pran lavil la, te li tou difisil a kontwole popilasyon an nan Cap Haitien?  Lapolis la te kouri ak gouvènman an te tonbe apa.  Si mwen sonje dwa ou òganize kèk tribinal yo opere nan plas tribinal yo regilye.  Ki moun ki te an chaj nan sa yo, epi sa ki sòt de moun yo te kondane?  Ki kalite fraz te yo bay?

GP: Pa te gen okenn tribinal sa yo.

PH: Lè 24 fevriye, alantou mwatye peyi a te anba kontwòl ou.  Pandan se tan, lidè yo nan Convergence lan ak G184 la te okipe 'negosye' ak franse a ak Ameriken yo, ak ensiste ke ke yo pa t 'prepare yo konpwomi ak Aristide.  Li sanble ke yo te vle debarase m de Aristide le pli vit ke posib, se konsa yo te ankouraje w avanse nan direksyon pou kapital la?  Lè ou te fè plan yo lanse atak final ou a?

GP: Sou 28 February mwen te resevwa nouvo reinforcements, ak pa Lè sa a, mwen te gen alantou 2000 moun nan jete m 'yo.  Epitou sou 28 February nou te kapab achte, apre kèk reta, plis pase $ 75,000 yon valè de minisyon.  Nou te planifye al atake Pòtoprens sou Mas 2 oswa 3.

PH: Ki kote te fè reinforcements sa yo soti?  Gen kèk moun ki te di m 'ke twoup nouvo te rive nan Cap Haitien pa bato.  Eske se sa ke vre?

GP: Lè bato ak nan otobis.

PH: Eske ou te reyèlman gen moun anpil anba lòd ou a?  Ameriken yo - Foley, Noriega - ranvwaye gwoup ou kòm pa gen anyen plis pase yon 'ragtag bann' nan yon moun douzèn kèk.

GP: Yo ka di sa yo vle, men mwen fyè dèske nou di ke mwen libere peyi mwen san yo pa resevwa èd nan men nenpòt ki peyi deyò.  Yo dekri nou kòm yon 'bann ragtag' men mwen ta renmen konnen non an yo bay moun pwòp yo, ki touye dè milye de inosan jou moun nan ak jou soti nan Irak ak Afganistan.

PH: Menm ak lajan an ke ou te resevwa nan Cap Haitien, mwen imajine li pa t 'fasil jwenn kenbe nan anpil minisyon nan yon peyi ki te toujou anba yon US-enpoze anbago zam.  Ki kote te fè minisyon yo soti nan, ki moun ki vann yo nou sou sa?

GP: Mwen pa ka di anyen plis sou minisyon sa yo, men mwen te ekri sou sa a nan liv mwen an.

PH: Menm ak yon anpil nan moun ak zam, pran Pòtoprens dwe te te sanble tankou yon defi grav.  Te gen barikad tout kote, ak gwo manifestasyon nan moun yo detèmine ki pwoteje lavil la.  Gen kèk moun ki di ke menas ou a atake lavil la te jis yon blòf.

GP: Apre nou te pran Cap Haitien Aristide te totalman izole, trayi pa gad sekirite li ak zanmi l 'yo.  Moun ki pa gen voye boul yo fè sa m 'te fè te di, apre reyalite a, ke li te jis yon blòf.  Men, pandan tout operasyon sa yo mwen pèdi plis pase 50 zanmi rete fidèl.  kritik mwen di li te yon blòf men sa a se jis jalouzi ak jalouzi;  yo tout rèv la ke yo te kapab rale desann èksplwatasyon tankou m 'men yo twò pè yo fè l', ak pou kounye a yo eseye pou misyon pou minimize ki sa mwen rive.  Men, mwen di yo, nan malgre nan jalouzi yo, pou Istwa pral sonje ke li te Guy Philippe ak mesye l 'ki moun ki sove Ayiti nan mwa fevriye 2004. San yo pa m' Aristide ta dwe toujou nan kontwòl sou peyi a.  Si jodi a Ayiti gen yon chans nouvo pou yon pi bon avni li nan gras a GUY PHILIPPE, mesye l 'yo ak elèv yo yo.

PH: Ou te di nan moman sa a ou te gen moun ap travay pou ou, soti nan Palè Nasyonal la, nan ki mennen pozisyon nan Gad prezidansyèl la (USGPN) ak ekip sekirite pèsonèl prezidan an (USP).  Pa 23 fevriye, te gen anpil manm nan fòs sekirite Aristide la vini ak konklizyon an ki defèt te inevitab, e ke li ta pi bon yo rantre nan ou olye ke goumen ou?

GP: Mwen te gen moun tout kote, ki gen ladan moun ki nan kabinè a ministeryèl.

PH: Èske ou ka di plis sou sa a?  Li klè ke anpil dirijan politisyen nan Fanmi Lavalas abandone Aristide nan mwa final l 'yo.  Dirijan FL senatè tankou Louis-Gérald Gilles (apre Pierre Prince Sonson, Dany Toussaint, Jozèf Médard) piblikman te vire kont gouvènman an.  Men, te ou te genyen sipò a nan manm nan pwòp kabinè Aristide la kòm byen?

GP: Wi, men mwen pral pa bay non yo.

PH: Ak nan final sa yo semèn nan konfli, te gen moun espesifik nan USGPN a ak USP ki te ede louvri pòt la pou ou?  Mwen sipoze ke Dany Toussaint ak Jozèf Médard mete ou an kontak ak kèk nan alye yo nan USGPN nan?  Wilson Casseus, pou egzanp, te kòmandan depite nan USGPN a epi li sanble yo te kolabore avèk ou imedyatman apre ekspilsyon Aristide la;  li te Lè sa a, monte nan tèt la USGPN a.  pilòt Aristide la Frantz Gabriel sispèk ki Casseus ta ka yo te an kachèt kolabore avèk moun ou depi lontan anvan lè sa a.  Eske se sa ke vre?

GP: Tou de Wilson Casseus ak Frantz Gabriel te bon zanmi m 'yo anvan 2000, li nan nòmal ke nou ta pale de tan zan tan.

PH: Men, te Casseus sou bò gòch ou, oswa Aristide la?

GP: Li se sèl moun ki ka bay repons kòrèk la.

PH: Eske nou menm tou nou an kontak ak moun tankou Pierre Cherubin, Néoclès Arne, Orcel Lubin?

GP: Non, mwen pa t '.

PH: Ki sa ki sou Oriel Jean?

GP: Mwen te gen okenn kontak nan tout ak Oriel Jean.

PH: Epi pandan sa a semèn pase a Climatic nan mwa fevriye, apre w pran Cap Haitien, te ou toujou an kontak regilye ak lidè yo nan Convergence lan?

GP: Evans Paul, Serge Gilles ak lòt moun yo te okouran de tout mouvman mwen an depi nou te travay ansanm.  Yo mande Lalanne yo rele m ', mande m' vin ijan yo Pòtoprens sou 29 mwa fevriye a gen yon reyinyon gwo deside tan kap vini an nan Ayiti;  Apaid, Rebu, Evans Paul, Dany Toussaint te tout nan reyinyon sa a.  Men, anba presyon entènasyonal yo Lè sa a trayi nou epi yo te siyen akò a triparti sou Mas 4, ki deside sou pwosedi a pou w ap chwazi yon gouvènman pòs-Aristide.  Epi li te yo, ak Andy Apaid, ki moun ki konseye anbasad ameriken an kidnape Aristide nan lòd yo anpeche m 'Guy Philippe nan pran pouvwa ak mete kanpe yon gouvènman an Ayiti tankou yon sèl la ki Chavez mete kanpe nan Venezyela.

Nan fen a nan mwa fevriye mwen te pratikman pare yo lanse atak final la sou kapital la;  Mwen te tou ki te antoure pa espyon (degize tankou jounalis).  Apre sa, mwen panse ke li te an repons a lefèt ke mwen te pare yo fè mouvman final mwen ke lidè yo nan pouri klas politik ak mafieux oligachi Ayiti a konvenk Ameriken yo ak franse a yo debarase m de Aristide.  Ak byenke li te refize li kounye a, Aristide te pè, pè anpil, epi li te dakò bay demisyon li.  Lè sa a, soti nan pè ke mwen ta ka pran Palè Nasyonal la pa atak, Ameriken yo te deplase nan, li pran kontwole tèt yo.

PH: pa Èske li te US anbasadè Foley tèt li ki te sispann ou soti nan atake Pòtoprens?

GP: Li pa t 'Ameriken yo ki bloke avanse mwen an;  li te Apaid, Boulos ak lidè yo nan klas fin pouri nou an politik ki fe pression kominote entènasyonal la anvayi peyi nou an.  Ak kominote entènasyonal la diman anvayi, epi yo itilize demann Aristide la pou èd kòm yon èkskuz.  Si m 'ta te gen sipò an nan elit nou an tankou yo te pwomèt l' nan DR la mwen ta yo te pran Palè Nasyonal la, yo arete Aristide, avèk oswa san akò a nan Ameriken yo.

PH: Moun sa yo, Evans Paul, Serge Gilles, Andy Apaid ak lòt moun yo, yo te yo te reyèlman enkyete yo ke yo ta pèdi kontwòl ak ke ou ta pran sou?  Pa t 'yo jis eseye sèvi ak ou menm ak moun ou pou yon ti tan, yo nan lòd fè grèv yon souflèt itil kont lènmi l' yo nan Lavalas?  Ki sa yo te pwomèt ou an retou?

GP: Mwen dwe di ou, pou dosye istorik la, ke pa gen okenn-yon sèl itilize m ';  yo te gen ajanda yo, mwen te gen m '.  Ki sa ki te dakò ak Evans Paul, Serge Gilles, OPL, ak lidè yo nan sosyete sivil te ke nou ta etabli yon gouvènman an konsansis nasyonal ak reprezantan ki soti nan tout sektè nan peyi a, ki gen ladan Lavalas.  Prezidan an nan kour de kasasyon an ta dwe pwovizwa prezidan, ak moun mwen te yo dwe responsab pou sekirite nan peyi a, san yo pa nenpòt entèvansyon etranje yo.  Men, ou konnen sa ki aktyèlman rive.

Yon fwa ankò mwen dwe di ou ke moun sa yo ki sabote sa a mouvman liberasyon se lènmi yo menm jan ak toujou, epi yo te fè li pou menm rezon yo ki te mennen zansèt yo nan asasine Desalin: bann trèt yo nan 2004 yo se moun yo ki te siyen oswa apwouve triparti nan akò, Andy Apaid, Evans Paul, PAUL DENIS, elatriye mwen vle pitit pitit yo konnen verite a.  Moun sa yo te fè peyi a soufri twòp.  Mouvman nou an soufri yon gwo ontraryete sou 4 mas th 2004, men jis tankou mouvman an ki Chavez dirije nan Venezyela nou pral kontinye batay, epi nou pral genyen nan yon lòt 5 oswa 10 zan, demokratikman.

PH: Si yo pa t 'bloke avanse ou, epi si ou ta te kapab pran kontwòl nan lavil la san yo pa entèferans entènasyonal, sa ki ta ou te fè ak Aristide tèt li?

GP: Yon anpil nan moun mande m 'sa a;  petèt yo panse ke mwen ta gen egzekite Aristide.  Non, mwen kwè nan jistis;  li ta yo te mete yo sou jijman.  Si m 'te goumen pou fòseman kont Aristide li nan paske mwen reyèlman kwè nan sa l' te di, li tounen nan 1990. Mwen vrèman te panse li te ale nan ede pòv la yo sove mizè yo;  malerezman li te kite tèt li ka achte, epi li pa t 'vire soti yo dwe Castro a oswa Sankara a ke nou bezwen.  Se te yon desepsyon reyèl.

Mwen se 39 ane fin vye granmoun ak mwen santi mwen ke mwen te deja viv nan twòp.  Bondye ta touye m 'yon anpil nan doulè ak desepsyon si mwen te touye pandan atak la sou Cap Haitien, ak franchman ki ta ka yo te pi bon pou mwen.  Mwen te panse nou te kapab sove sa ki te rete nan peyi a, mwen te panse nou te ka rekipere yon ti kras nan diyite nou an.  Mwen te panse ke klas politik la, ak sosyete sivil ki te dirije pa G184 la, te aprann kèk nan leson yo nan istwa.  Men, pa gen, malerezman yo rete menm jan an kòm tout tan: bann trèt, subhumans [sous-hommes], laches ak opòtinis ki pa gen konprann ke pafwa ou ta dwe wont yo dwe rich ak kè kontan nan mitan an nan anpil mizè.

PH: Yon fwa ou te rive nan Pòtoprens ak gason ou sou 1ye mas, pou yon koup la jou li te sanble ak ou ta ka reyisi nan vin nouvo 'militaire nan chef' yo, li Mwen te di yo ke sou Mas 2 nd ou moun mache moute Bourdon nan direksyon pou biwo pwemye minis Neptune a, yo arete li.  Mwen te tou te di ke Foley oswa Moreno te rele ou, yo sispann ou.

GP: pèp ayisyen souvan kredi anbasad Ameriken an ki gen plis pouvwa pase li vrèman gen, men repons lan se wi yon sèl patikilye ofisyèl US t 'vini nan mande m' pa yo arete Neptune, epi mwen pa t 'janm arete l', paske te biwo li pwoteje pa yon kantite US tank militè yo.

PH: Dwa apre sa a, jan ou t'ap di, lidè yo nan Convergence lan nan koperasyon ak 'zanmi yo an Ayiti' siyen akò a triparti, ak te fè asire w ke ou te kenbe yo nan yon distans soti nan gouvènman an nan nouvo yo Lè sa a mete an plas.  Okòmansman Ameriken yo mande w t 'ankò kouche bra ou, men li sanble tankou ni Ameriken yo ni Nasyonzini an te eseye swiv sa a moute ak yon pwogram dezameman otantik.

GP: Nou t 'kouche atè bra nou an.  Men, mwen pa janm te wè Nasyonzini an kouri nan yon pwogram dezameman siksè.  Mwen panse ke Prezidan Preval se youn nan sèlman ki ka fè sa, lè w rele pou yon pwosesis pou rekonsilyasyon nasyonal ki ap gen ladan chak sektè ak gwoup.  Nou pa bezwen lòt nasyon yo fè sa pou nou, nou ka fè l 'tèt nou ak li a ijan;  gen twòp zam nan lari yo.

PH: Lè yo te pi oswa anpil nan moun ou pita entegre nan PNH la?  Si mwen sonje dwa, nan fen mwa Mas 2004 ou te bay tèt nan nouvo nan polis la Léon Charles yon lis nan alantou 1500 non, rekòmande ke yo dwe mennen l 'nan fòs la.  Men, ki jan anpil nan yo aktyèlman te vin ofisye polis?

GP: Gen kèk yo kounye a se k ap sèvi peyi yo.  Mwen te gen espwa ke ta gen plis nan yo.

PH: Èske ou ka estime apeprè jan anpil nan yo te vin manm nan PNH la nan 2004?  Ki jan anpil nan yo se toujou nan fòs la kounye a, an 2007?

GP: Mwen pa konnen.

PH: Ak sa ki sou ou tèt ou: pandan gouvènman an Latortue a 2004-2006, ou te jwe yon wòl nan sekirite a nan peyi a, dèyè sèn nan?  Èske w te fè kèk travay pou biwo a nan Youri Latortue, pou egzanp, ki moun ki te efektivman an chaj nan sekirite nan Pòtoprens?

GP: Youri se zanmi m 'ak frè m' lan nan bra, epi li nòmal ke nou rete nan kontak.  Men, mwen pa janm te travay pou gouvènman an Latortue.

PH: Ki sa ki Lè sa a, te pase nan Ravix ak moun yo fèmen nan Ravix?  Èske w te rete alye nan tout 2004?  Pa otòn la li te vin de pli zan pli fristre ak nouvo gouvenman an, ak evantyèlman bay yon deklarasyon nouvo nan lagè, nan mwa desanm 2004. Li peye pou li ak lavi l ', nan mwa avril 2005. Ki sa ou te panse osijè de sa a?

GP: Ravix pa t 'konprann jwèt la ke politisyen yo te jwe.  Li te gen kèk nan politisyen sa yo ténèbres ki moun ki konseye Ravix yo pran sou rezidans Aristide la nan Tabarre nan mwa desanm 2004, ak al atake estasyon yo lapolis nan Petit Goave ak plizyè lòt kote.  Mwen konnen non yo nan politisyen move moun sa yo.  Ravix pa t 'kapab genyen sa a lagè, li te pèdi nan davans.

PH: Nan opinyon ou a, yo bay sitiyasyon an nan peyi a, se li kounye a nesesè yo remobilize l'armee a?

GP: konstitisyon an se klè sou pwen sa a.  Fok nou remobilize l'lame a.

PH: Men, konkli: ki sa yo ou posede pwojè aktyèl ak plan?

GP: Mwen jeneral la sekretè nan FRN a (National Rekonstriksyon Front).  Nan nivo a nan pati a, nou ap vin pare pou eleksyon yo nan mwa novanm 2007. Objektif mwen, avèk èd nan pèp ayisyen an ak an patikilye te jenn ayisyen, se nan transfòme elit politik nou yo ak retabli souverènte an Ayiti.  Mwen vle voye yon espesyal ou mèsi nan moun ki sòti nan Sanpaid, St Michel, Gonayiv, Maissade, Hinche, Belladère, Ennery, Gros Morne, Cap Haitien, Wanament, twouble du Nord, Terrier Rouge, Limbe, Ti Rivière de l'Latibonit, St Marc, Pestel, Corail, Jeremi, Beaumont, St Raphaël, Dondon, Les Cayes, Grand Goave, Cayes- Jakmèl, Ti Goave ak Pòtoprens pou tout sipò a yo te ban nou nan 2003 ak 2004.

* * * * *

Editoryal nòt: te entèvyou sa a fèt nan franse, pa kourye elektwonik, nan Fevriye ak Mas 2007. Li te tradui yo nan lang angle pa Pyè Hallward, ki pa gen okenn entèferans editoryal nan nenpòt kalite.  te tradiksyon an te revize ak apwouve pa Guy Philippe.  Li te premye pibliye sou HaitiAnalysis.com sou 24 mas 2007.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




let tou louvri pou rektè UEH la Empty
MessageSujet: Re: let tou louvri pou rektè UEH la   let tou louvri pou rektè UEH la Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
let tou louvri pou rektè UEH la
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Blogue :: Esprit Critique-
Sauter vers: