Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP?

Aller en bas 
AuteurMessage
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9619
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? Empty
MessageSujet: UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP?   UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? EmptyDim 31 Mai 2020 - 18:27

Joel

Pensez-vous que Trump pourrait gagner dans cette affaire ( George Flyod comme pensent certains observateurs qui croient la ligne dure du président Trump envers les casseurs lui serait favorable .
Partagez votre opinion avec nous ?
Merci
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16781
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? Empty
MessageSujet: Re: UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP?   UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? EmptyLun 1 Juin 2020 - 8:03

Peut etre oui,peut etre non.

2020 n'est pas pas 1968.
Les RIOTS de 1968 qui avaient facilite la montee de la DROITE avec la SOUTHERN STRATEGY du PARTI REPUBLICAIN .

J'ai vu beaucoup de FACES BLANCHES dans la rue ces derniers jours pour exprimer leur raz de bol avec TRUMP.

Et puis ,le meurtre d'un NOIR par la POLICE n'a jamais provoque tant d'emotions.

Est ce que certains BLANCS MODERES penseraient que si TRUMP serait reelu ,on aurait de pires RIOTS.
QUI SAIT?

Et puis le peuple HAITIEN en colere qui se laisse caponner par la PRESSE GNBiste quand une pare brise est cassee dans une manifestation,quelque chose a apprendre.

Les revendications du peuple haitien contre leur "gouvernement" sont mille fois celui du peupleamericain contre le leur.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16781
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? Empty
MessageSujet: Re: UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP?   UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? EmptyJeu 4 Juin 2020 - 16:16



By Alexander Burns and Maggie Haberman
Published June 3, 2020
Updated June 4, 2020, 10:02 a.m. ET

372
President Trump is facing the bleakest outlook for his re-election bid so far, with his polling numbers plunging in both public and private surveys and his campaign beginning to worry about his standing in states like Ohio and Iowa that he carried by wide margins four years ago.

The Trump campaign has recently undertaken a multimillion-dollar advertising effort in those two states as well as Arizona in hopes of improving his standing, while also shaking up his political operation and turning new attention to states like Georgia that were once considered reliably Republican. In private, Mr. Trump has expressed concern that his campaign is not battle-ready for the general election, while Republicans are concerned about whether the president can emerge in a strong position from the national crises battering the country.

Mr. Trump has been consistently unpopular as president with a majority of Americans; his advisers have long seen his effort to win a new term as depending on the loyalty of his conservative base and the Republican-friendly tilt of the Electoral College — factors that could allow the president to capture another thin victory despite the strong possibility of losing the popular vote again.

But amid the human and economic devastation of the coronavirus pandemic and now a wave of demonstrations and social unrest in American cities, Mr. Trump has fallen significantly behind his Democratic challenger, Joseph R. Biden Jr.

In private polling conducted by Mr. Trump’s campaign, the president is now well behind Mr. Biden, according to people briefed on the most recent round of results. Multiple public surveys this week have found Mr. Trump trailing Mr. Biden, the former vice president, by double-digit margins, including a Monmouth University poll published on Wednesday that showed Mr. Biden ahead by 11 percentage points.

The presidential election is still five months away and Mr. Trump, despite his political vulnerability, retains some important assets as a candidate. While Mr. Biden’s fund-raising efforts have picked up momentum, Mr. Trump is sitting on a considerably larger war chest and is resuming in-person fund-raising next week. There is almost no open dissent within the Republican Party, giving Mr. Trump a solid political foundation on the right from which he can attempt to rebuild his strength before the fall campaign.

Tim Murtaugh, a spokesman for Mr. Trump’s campaign, said in a statement that the race remained highly competitive.

“Our internal data consistently shows the president running strong against a defined Joe Biden in all of our key states,” Mr. Murtaugh said, using a term that typically refers to polling that tests positive and negative messages about both candidates.

But Mr. Trump’s belligerent response to protests after the killing of George Floyd, a black man, while in the custody of white police officers in Minneapolis, appears to have worsened his political position even further, officials in both parties said. On an almost daily basis, he has issued a combination of wild threats and complaints about news media coverage and other personal grievances.

“There is no obvious strategy in terms of message,” said Rob Stutzman, a Republican strategist based in California. “The president defaults to base messages regardless of strategy, thus the campaign becomes a base-driven campaign.”

Signs of anxiety inside the Trump team are evident across the electoral map. Over the past few weeks, the president’s operation has spent about $1.7 million on advertising in just three states he carried in 2016 — Ohio, Iowa and Arizona — that it had hoped would not be competitive at all this year. Much of that sum went to a concentrated two-week barrage in Ohio, according to the media-tracking firm Advertising Analytics.

The spending in Ohio startled many Republicans, given that four years ago Mr. Trump defeated Hillary Clinton there by eight percentage points.

Perhaps just as telling were two trips last month to Georgia by Vice President Mike Pence. The state has become a source of nagging concern to Republicans, both because of the stakes in the presidential race and because there are two Senate seats up for election this year, including one held by a highly unpopular appointee, Senator Kelly Loeffler, who has been snared in a personal financial scandal.

The fact that any of those states is competitive at this point looms as a significant hurdle to Mr. Trump’s re-election. Should he lose a state like Georgia, with its 16 Electoral College votes, or Arizona, with 11, it could blow a hole in Mr. Trump’s map even if he were to hold other battleground states like Florida, North Carolina and Wisconsin.

A set of state-level polls released on Wednesday by Fox News found Mr. Biden leading Mr. Trump in Arizona by four percentage points, and slightly ahead of Mr. Trump in Ohio as well. The former vice president held a nine-point lead in Wisconsin, where Mr. Trump eked out a win over Mrs. Clinton in 2016.

Aaron Pickrell, a Democratic strategist in Ohio who helped steer former President Barack Obama’s campaigns there, said Mr. Trump’s decision to shift money into the state suggested just how precarious his overall position was. Mr. Pickrell said there were now conversations among national Democrats about whether to commit resources to contesting a state that most effectively gave up on after Mrs. Clinton’s thumping defeat there.

“I don’t think anybody will dispute the fact that if Trump loses Ohio, there’s no path at all,” Mr. Pickrell said. “We’re not going to be a tipping-point state this time, but I think Joe Biden can win here and I think the Trump campaign sees that.”

Polls released on Wednesday show another troubling sign for Mr. Trump: His numbers have flagged recently among white voters, driven by a continued erosion of support from those with college degrees. The latest Monmouth survey found Mr. Trump with the support of just 52 percent of white voters nationwide — five percentage points lower than his share in 2016, according to exit polls.

There are also at least faint signs of renewed discomfort with Mr. Trump among a sliver of suburban Republican primary voters who could doom him altogether if they were to shift to Mr. Biden in November.

In a few states with primary elections this week, a smattering of suburban counties registered substantial, though far from strong, protest votes against the president from his fellow Republicans.

In Maryland, for instance, more than a tenth of Republican primary voters cast their ballots for Bill Weld, the former governor of Massachusetts who ended his quixotic campaign in March after registering in the low single digits in a string of primaries. With most precincts reporting, Mr. Weld was drawing more than 20 percent of the primary vote in two populous and diverse suburban counties outside Washington, D.C., that are rich with racially diverse and highly educated voters who have grown increasingly uncomfortable with the G.O.P. under Mr. Trump.

In Indiana, Mr. Weld took nearly 13 percent of the vote in Hamilton County, a suburb of Indianapolis, while in New Mexico a similar share of voters in Bernalillo County, home to Albuquerque, voted for an uncommitted slate of Republican delegates rather than for Mr. Trump.

In many of the states that voted on Tuesday, however, including Pennsylvania and Montana, there were only scant signs of protest voting, underscoring the extent of Mr. Trump’s dominance within his party even in a period of extraordinary political adversity. And his advisers point to the relatively high turnout on the Republican side in some states, like New Mexico, as a sign that Mr. Trump’s base is still intensely engaged.

It is not clear how fully Mr. Trump grasps the depths of his political peril; when he was asked on Wednesday about trailing Mr. Biden in the polls, he replied, “I have other polls where I’m winning,” though he did not cite one. At times, his allies have taken unusual steps to try to calm his frustration, including commissioning and then leaking a poll last month that suggested that Mr. Trump had gained ground rapidly on Mr. Biden, people familiar with the efforts said, even as other Republican and nonpartisan polling showed the president’s numbers stagnant.

But Mr. Trump has been lashing out for weeks at some of his political lieutenants, according to people briefed on his reactions, who were not authorized to speak publicly. He blamed them for the difficulty of the campaign, comparing them unfavorably to the operation surrounding Mr. Biden. The president has complained that his fund-raising advantage has diminished, and indeed some of Mr. Trump’s advisers were caught off guard when Mr. Biden raised nearly as much money as the president in April.

“Biden has a team of killers and all I’ve got is a defense,” Mr. Trump has said to allies, taking a decidedly different view of the Biden campaign than most Republicans as well as a good number of Democrats.

Mr. Trump’s campaign has already carried out an organizational shake-up, elevating a trusted adviser, Bill Stepien, to the role of deputy campaign manager and giving him an expansive portfolio. The move came after Mr. Trump spent much of the spring railing bitterly about his campaign manager, Brad Parscale, and other Republicans raised questions about whether Mr. Parscale had sufficient political experience and knowledge to steer a presidential campaign.

Mr. Parscale’s job is safe, several officials insisted, but other changes on the campaign could happen in the coming weeks, according to people close to Mr. Trump.

Across the Republican Party, there is a mood of intense apprehension and hope — though not optimism — that Mr. Trump can stabilize his candidacy and rebuild his political position as he did after several political crises in 2016.

But Republicans also acknowledge that Mr. Trump has seldom, if ever, faced a moment as difficult as this one, for the country or for his campaign, especially given his erratic handling of the twin crises facing the country.

Like many Republicans, including top officials in Mr. Trump’s campaign and administration, Mr. Stutzman, the strategist, saw the president’s impulses as a largely unfixable problem: “He’s too defective to have any other strategy than to be who he is,” Mr. Stutzman said.

Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16781
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? Empty
MessageSujet: Re: UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP?   UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? EmptyVen 5 Juin 2020 - 8:00

Par Alexander Burns et Maggie Haberman
Publié le 3 juin 2020
Mis à jour le 4 juin 2020 à 10 h 02 HE

372
Le président Trump fait face aux perspectives les plus sombres de sa candidature à la réélection jusqu'à présent, avec ses chiffres de vote plongeant dans les sondages publics et privés et sa campagne commençant à s'inquiéter de sa position dans des États comme l'Ohio et l'Iowa qu'il a maintenus à de larges marges quatre ans depuis.

La campagne Trump a récemment entrepris un effort publicitaire de plusieurs millions de dollars dans ces deux États ainsi qu'en Arizona dans l'espoir d'améliorer sa position, tout en secouant son opération politique et en portant une attention nouvelle à des États comme la Géorgie qui étaient autrefois considérés comme républicains de manière fiable. En privé, M. Trump a exprimé sa préoccupation que sa campagne ne soit pas prête au combat pour les élections générales, tandis que les républicains se demandent si le président peut sortir en position de force des crises nationales qui frappent le pays.

M. Trump a toujours été impopulaire en tant que président avec une majorité d'Américains; ses conseillers ont longtemps considéré que ses efforts pour remporter un nouveau mandat dépendaient de la loyauté de sa base conservatrice et de l'inclinaison républicaine du Collège électoral - des facteurs qui pourraient permettre au président de remporter une autre mince victoire malgré la forte possibilité de perdre le vote populaire à nouveau.

Mais au milieu de la dévastation humaine et économique de la pandémie de coronavirus et maintenant d'une vague de manifestations et de troubles sociaux dans les villes américaines, M. Trump a pris beaucoup de retard par rapport à son challenger démocrate, Joseph R. Biden Jr.

Dans un sondage privé mené par la campagne de M. Trump, le président est maintenant bien derrière M. Biden, selon des personnes informées de la dernière série de résultats. Plusieurs sondages publics cette semaine ont révélé que M. Trump suivait M. Biden, l'ancien vice-président, avec des marges à deux chiffres, y compris un sondage de l'Université de Monmouth publié mercredi qui indiquait à M. Biden une avance de 11 points de pourcentage.

L'élection présidentielle est encore dans cinq mois et M. Trump, malgré sa vulnérabilité politique, conserve certains atouts importants en tant que candidat. Alors que les efforts de collecte de fonds de M. Biden se sont accélérés, M. Trump est assis sur un coffre de guerre considérablement plus grand et reprend la collecte de fonds en personne la semaine prochaine. Il n'y a presque pas de dissidence ouverte au sein du Parti républicain, ce qui donne à M. Trump une base politique solide à droite à partir de laquelle il peut tenter de reconstruire ses forces avant la campagne d'automne.

Tim Murtaugh, porte-parole de la campagne de M. Trump, a déclaré dans un communiqué que la course restait très compétitive.

«Nos données internes montrent systématiquement que le président se montre fort contre un Joe Biden défini dans tous nos États clés», a déclaré M. Murtaugh, en utilisant un terme qui se réfère généralement à un sondage qui teste des messages positifs et négatifs sur les deux candidats.

Mais la réponse belliqueuse de M. Trump aux manifestations après le meurtre de George Floyd, un homme noir, alors qu'il était détenu par des policiers blancs à Minneapolis, semble avoir encore aggravé sa position politique, ont déclaré des responsables des deux parties. Quasiment tous les jours, il a émis une combinaison de menaces sauvages et de plaintes concernant la couverture médiatique et d'autres griefs personnels.

"Il n'y a pas de stratégie évidente en termes de message", a déclaré Rob Stutzman, un stratège républicain basé en Californie. "Le président utilise par défaut les messages de base indépendamment de la stratégie, ainsi la campagne devient une campagne basée sur la base."

Des signes d'anxiété au sein de l'équipe Trump sont évidents sur la carte électorale. Au cours des dernières semaines, l'opération du président a dépensé environ 1,7 million de dollars en publicité dans seulement trois États qu'il a transportés en 2016 - Ohio, Iowa et Arizona - qu'il espérait ne pas être compétitifs du tout cette année. Une grande partie de cette somme est allée à un barrage concentré de deux semaines dans l'Ohio, selon la société de suivi des médias Advertising Analytics.

Les dépenses en Ohio ont surpris de nombreux républicains, étant donné qu'il y a quatre ans, M. Trump avait battu Hillary Clinton là-bas de huit points de pourcentage.

Peut-être tout aussi révélateur ont été deux voyages le mois dernier en Géorgie par le vice-président Mike Pence. L'État est devenu une source de préoccupation persistante pour les républicains, à la fois en raison des enjeux de la course présidentielle et parce qu'il y a deux sièges au Sénat pour les élections cette année, dont un détenu par une personne hautement impopulaire, le sénateur Kelly Loeffler, qui a été pris au piège dans un scandale financier personnel.

Le fait qu’un de ces États soit compétitif à ce stade apparaît comme un obstacle important à la réélection de M. Trump. S'il perd un État comme la Géorgie, avec ses 16 voix au Collège électoral, ou l'Arizona, avec 11, cela pourrait faire un trou dans la carte de M. Trump même s'il devait détenir d'autres États sur le champ de bataille comme la Floride, la Caroline du Nord et le Wisconsin.

Un ensemble de sondages au niveau de l'État publié mercredi par Fox News a révélé que M. Biden menait M. Trump en Arizona de quatre points de pourcentage, et légèrement devant M. Trump en Ohio également. ......

Marc-Henry aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
Bon Paulo
Star
Star


Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 09/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? Empty
MessageSujet: Re: UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP?   UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? EmptyMar 28 Juil 2020 - 22:37

Voici comment fonctionne l’élection présidentielle étasunienne. Peu de monde le sait. Comment expliquer, lors de la dernière élection présidentielle, Hillary Clinton perd alors qu'elle obtient 3 millions de voix supplémentaires que Donald Trump ?



«  Après tout,  la Constitution des États-Unis fonde encore le collège électoral chargé de désigner le Président -  comme l 'épisode de 1'affrontement entre Bush et Gore en Floride l'a illustré - non sur le nombre de suffrages rassemblés dans le pays mais sur la mise hors humanité de groupes humains considérés comme radicalement inférieurs : d'après le recensement de 1790, la population des États-Unis s'élevait à environ 4 millions de personnes dont plus de 750 000 Noirs considérés comme des sous-hommes. Ces 19 % de la population, situés dans les États du Sud, appartenaient aux citoyens blancs qui exigèrent et obtinrent une garantie constitutionnelle leur permettant de pérenniser cet esclavage. Le collège électoral a donc pris en compte le nombre d'esclaves possédé par chaque citoyen pour établir le total des représentants auquel chaque État a droit. La Constitution de 1787 a ainsi établi un principe qui voudrait qu'un Noir ne vaille que les 3/5e d'un Blanc et c'est sur la base de cette monstrueuse équation que demeure fixé le poids politique des anciens États esclavagistes. L'article premier de la section 2 de la Constitution des États-Unis précise en effet :  << Les représentants et les impôts directs seront répartis entre les différents États qui pourront faire partie de cette union, proportionnellement au nombre de leurs habitants, qui sera déterminé en ajoutant au nombre total des personnes libres, y compris celles qui se sont louées pour un nombre d'années déterminé, mais à l'exclusion des Indiens non soumis à l'impôt, trois cinquièmes de toutes les autres personnes. » Si le texte fait place aux Noirs qui se sont engagés auprès d'un propriétaire, il élimine purement et simplement les Indiens. Ils n'ont pas lieu d'être comptabilisés puisqu'ils ne font pas partie du bétail humain des citoyens américains.

Après avoir ainsi nié l'humanité des non-Blancs, la Constitution du modèle de démocratie proposé au monde se préoccupe de régler la question de la représentation des États esclavagistes lors de l 'élection présidentielle. Leur poids politique doit tenir compte d'une sorte de majorité qualitative, c'est-à-dire du volume de cheptel humain dont dispose chaque propriétaire, le nombre des citoyens se trouvant augmenté d'une surreprésentation en fonction du nombre de ses esclaves selon la proportion fixée : un Noir est égal à 3/5e d'un Blanc. C'est sur cette base démographique biaisée et scandaleuse que l'équilibre entre les États a été calculé et continue de peser dans l 'élection présidentielle. Bien que bâti sur l'exclusion des non-Blancs et demeurant fidèle à cette origine, ce système continue d'être baptisé démocratie. »





Source : PLUMELLE-URIBE Rosa Amelia, La férocité blanche. Des non-Blancs aux non-Aryens.  génocides occultés de 1492 à nos jours,  éd. Albin Michel,  Paris,  2001, p. 213-214.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16781
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? Empty
MessageSujet: Re: UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP?   UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? EmptyMer 29 Juil 2020 - 4:54

C'est complique BON PAULO.
En 1776,quand les 13 ETATS de la COTE EST avaient declare leur INDEPENDANCE de la GRANDE BRETAGNE ,ils etaient 13 ETATS INDEPENDANTS.
Une seule chose les unissait,ils voulaient se separer de l'ANGLETERRE.

Il y avait des ETATS anti-esclavagistes,il y avait des ETATS pro-esclavagistes.Il fallait un compromis.

La VIRGINIE ,parce qu'elle avait plus d'esclaves que les autres etats a obtenu le compromis de compter un esclave comme 3/5 d'une personne.

C'est pourquoi les premiers presidents des ETATS UNIS; WASHINGTON,JEFFERSON,MONROE et plusieurs autres etaient tous originaires de la VIRGINIE (VIRGINIA),avant la sanglante GUERRE DE SECESSION entre les ETATS anti-esclavagistes et les etats pro-esclagistes.
Apres cette guerre,jusqu'a present,la plus sanglante de toutes les AMERIQUES,il y a eu d'autres complications.

Parmi les compromis,en 1776,il y avait ce fameux COLLEGE ELECTORAL qui fait que HILLARY CLINTON avait obtenu 3 millions de VOIX de plus que TRUMP et perdre l'ELECTION.

Il y a cette anomalie que un ETAT comme LA CALIFORNIE avec 38 MILLIONS d'HABITANTS a 2 SENATEURS comme le WYOMING ou MAINE qui ont moins que 1 MILLION respectivement.

Il y a une clameur pour que les ETATS UNIS se debarassent du COLLEGE ELECTORAL.Pour que un president serait elu par UNE PERSONNE,UN VOTE.

C'EST UNE AUTRE COMPLICATION.Il ne serait pas etonnant que BIDEN gagne par 5,6 MILLIONS DU VOTE POPULAIRE et perd dans le COLLEGE ELECTORAL.

Les REPUBLICAINS combattraient de BEC et des ONGLES contre tout changement.S'il y a un changement le PARTI REPUBLICAIN devrait dire ADIEU a la PRESIDENCE "for the foreesable future"
Revenir en haut Aller en bas
Bon Paulo
Star
Star


Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 09/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? Empty
MessageSujet: Re: UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP?   UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? EmptyMar 4 Aoû 2020 - 21:52

Joel a écrit:
C'est complique BON PAULO.
En 1776,quand les 13 ETATS de la COTE EST avaient declare leur INDEPENDANCE de la GRANDE BRETAGNE ,ils etaient 13 ETATS INDEPENDANTS.
Une seule chose les unissait,ils voulaient se separer de l'ANGLETERRE.

Il y avait des ETATS anti-esclavagistes,il y avait des ETATS pro-esclavagistes.Il fallait un compromis.

La VIRGINIE ,parce qu'elle avait plus d'esclaves que les autres etats a obtenu le compromis de compter un esclave comme 3/5 d'une personne.

C'est pourquoi les premiers presidents des ETATS UNIS; WASHINGTON,JEFFERSON,MONROE et plusieurs autres etaient tous originaires de la VIRGINIE (VIRGINIA),avant la sanglante GUERRE DE SECESSION entre les ETATS anti-esclavagistes et les etats pro-esclagistes.
Apres cette guerre,jusqu'a present,la plus sanglante de toutes les AMERIQUES,il y a eu d'autres complications.

Parmi les compromis,en 1776,il y avait ce fameux COLLEGE ELECTORAL qui fait que HILLARY CLINTON avait obtenu 3 millions de VOIX de plus que TRUMP et perdre l'ELECTION.

Il y a cette anomalie que un ETAT comme LA CALIFORNIE avec 38 MILLIONS d'HABITANTS a 2 SENATEURS comme le WYOMING ou MAINE qui ont moins que 1 MILLION respectivement.

Il y a une clameur pour que les ETATS UNIS se debarassent du COLLEGE ELECTORAL.Pour que un president serait elu par UNE PERSONNE,UN VOTE.

C'EST UNE AUTRE COMPLICATION.Il ne serait pas etonnant que BIDEN gagne par 5,6 MILLIONS DU VOTE POPULAIRE et perd dans le COLLEGE ELECTORAL.

Les REPUBLICAINS combattraient de BEC et des ONGLES contre tout changement.S'il y a un changement le PARTI REPUBLICAIN devrait dire ADIEU a la PRESIDENCE "for the foreesable future"      





Joel,



Ok pour ton message.

Nous sommes d'accord sur le fonctionnement de la présidentielle étasunienne. C'est une élection excluante, déshumanisée... relevant de l'imposture. Et peu de gens le sait. Il faut le dénoncer, l'expliquer... jusqu'à ce que le grand public le sache.

Beaucoup de sachants de par le monde ne connaissent pas le processus électoral présidentiel étasunien. Pour cacher leur ignorance, ils disent que c'est un processus électoral compliqué.

En toute modestie, les participants de ce forum peuvent diffuser le message de Joel et le mien, sur le web pour informer le maximum de personnes du processus électoral présidentiel étasunien.

Au vu de cela, rien d'étonnant que les " colored people " ( personne colorée ou personne de couleur, dénommée aussi personne à la peau sombre ) sont encore considérés comme du bétail, de biens meubles..., par encore de nombreux " decolored people " ( personne décolorée, dénommée aussi personne à la peau claire ).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? Empty
MessageSujet: Re: UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP?   UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
UN CHAOS AVANTAGEUX POUR TRUMP?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: