Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti



Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.

Le Deal du moment : -25%
-25% Nike Air Max Genome – Chaussure pour Homme
Voir le deal
127.47 €

2 participants

Haiti en Marche: C'est le moment ou jamais de briser l'impasse...

avatar
gwotoro
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3974
Localisation : Canada
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le balancier

Haiti en Marche: C'est le moment ou jamais de briser l'impasse... Empty Haiti en Marche: C'est le moment ou jamais de briser l'impasse...

Message  gwotoro Mar 20 Mai 2008 - 20:46

CRISE POLITIQUE

C'est le moment ou jamais de briser l'impasse...

FURCY, 16 Mai - C'est maintenant ou jamais! Les acteurs sont arrivés au bout les uns de leur impuissance et les autres de leur toute puissance.


Les partisans de la ratification du Premier ministre désigné Ericq Pierre réalisent que les pleurs et grincements de dents ne suffiront pas pour changer la décision de la chambre des députés rejetant le lundi 12 mai la nomination de ce dernier.

En même temps que les 51 députés qui ont posé cet acte sont en train de prendre conscience, face aux vives réactions soulevées, de la gravité de leur geste.


C'est ce qu'on appelle le moment psychologique, celui où, dans tout processus, on peut intervenir avec le plus de chances de l'emporter et en même temps le moins de risques encourus.

Nous sommes arrivés à un pareil moment dans la crise politique actuelle.


L'opinion est fatiguée. La rue toujours aussi mécontente.

La machine gouvernementale est grippée. Pour la première fois depuis l'arrivée de Monsieur René Préval au Palais national, cette semaine nous sommes en panne d'essence. De diesel. Et ce n'est pas la faute du marché international, mais le chèque qui n'a pas été libéré à temps pour la commande.

Tout à nouveau se déglingue.


Et pour commencer tous les accords de prêts et contrats sont bloqués. Le sommet des bailleurs a été " annulé " (nous insistons annulé et non reporté sine die comme on avait crû. Nous y reviendrons bientôt).

Tout s'en va. Mais avec une différence: le moment est psychologiquement approprié pour briser l'impasse.

Effrayés devant l'âpreté de la réaction soulevée...

La Chambre des députés a voté de rejeter le Premier ministre désigné Ericq Pierre, mais à présent ces parlementaires eux-mêmes doivent être partiellement effrayés devant l'âpreté de la réaction soulevée par leur décision. Des leaders politiques très " au pouvoir " (curieusement ceux surtout de l'ex-opposition) sont montés au créneau pour fustiger la décision de la Chambre que pour un peu ils déclareraient inconstitutionnelle.

Même si ce sont les mêmes leaders qui ont applaudi à la destitution du Premier ministre Jacques Edouard Alexis par un vote du Sénat passé dans des conditions tout à fait similaires...

Mais surtout de grandes ambassades et des organisations internationales s'en indignent également, faisant semblant elles aussi d'oublier que l'actuelle crise a commencé dans le vote de censure du 12 avril dernier au Sénat.

Sauf la rue qui ne bouge pas, peu amusée par tout ce cinéma car au dehors c'est le sauve-qui-peut la vie.

Bien qu'il ne manque pas d'oiseaux de mauvais augure pour prétexter de l'impatience du peuple dans l'intérêt de leur propre agenda. Mais ceux-là ne parlent que pour eux-mêmes. Et d'ailleurs depuis les émeutes du mois dernier on a appris à faire la différence entre le vrai et le faux vrai.

Comme le Sphinx...


Au milieu de tout ce gâchis se dresse comme le Sphinx une nouvelle entité, le Groupe des 53. Un regroupement de députés de différentes appellations (LESPWA, OPL, Fusion, Lavalas, Latibonit an Aksyon, RDNP etc) dont 51 ont blackboulé la nomination de M. Ericq Pierre au poste de Premier ministre.

Et comme c'est un vote constitutionnel et que nous vivons en régime de séparation des pouvoirs, le Groupe des 53 apparaît comme bénéficiant, bien sûr momentanément, de tout le pouvoir de décision dans le pays.

Mais voilà, c'est que comme toujours aussi en démocratie, trop de pouvoir nuit. Qui trop embrasse, mal étreint.

D'abord la Chambre n'est pas seule, où est le Sénat?

Eh bien, après avoir joué sa carte du 12 avril (le vote de censure qui a renversé le gouvernement Alexis) ce dernier n'en mène pas large. Par la force des choses.

Avec le départ, le 8 mai écoulé, des 9 sénateurs élus pour deux ans (plus 3 sénateurs manquants, dont 1 décédé et deux radiés pour avoir camouflé leur nationalité américaine), le Sénat est pour le moins handicapé avec un nombre de membres réduit à 18 et un quorum (nombre de sénateurs devant être présents pour légaliser toute décision) de 16.

Le Groupe des 53 n'est pas monolithique...

Aussi le Sénat perd de son importance dans le jeu actuel.

La Chambre, nonobstant la tempête soulevée par sa dernière décision, a donc le vent en poupe.

Cependant, et nous arrivons au fond de la question, le Groupe des 53 n'est pas monolithique.

Tout le monde a retenu ce passage de la conférence de presse tenue jeudi par M. Ericq Pierre, à savoir que les députés membres de LESPWA sont majoritaires au sein du regroupement et que, tenez-vous bien, si le Président Préval (qui est un de leurs chefs) avait voulu les faire lâcher prise, le vote du lundi 12 mai aurait pu être différent.

Nous ne sommes pas aussi certains que Ericq Pierre que le vote du 12 mai ne tient qu'à cela, mais il faut retenir que, selon lui, le chef de l'Etat ne serait pas intervenu auprès des députés membres de sa propre formation politique.

La balle est désormais dans le camp du Président Préval...

Donc on retient surtout que René Préval a un rôle vital à jouer pour débloquer la situation.

C'est d'abord le Président de la chambre basse, Pierre Eric Jean-Jacques, estimant (sur les ondes de l'émission Mélodie Matin) que le vote de ses collègues constitue aussi un rappel à l'ordre au Directoire de LESPWA pour avoir négligé ses propres membres, plus intéressé à soigner ses nouvelles alliances (avec ses ex-opposants de la campagne présidentielle).

Selon le Président du Sénat, Kelly Bastien, le Groupe des 53 est une force politique que pour le moment on ne peut ignorer (et une force parlementaire vivace est une bonne chose pour la démocratie, pourvu que les partis politiques qui y sont représentés fassent leur boulot. Hélas, c'est là que le bât blesse).

Conclusion: la balle est désormais dans le camp du Président René Préval.

Il peut choisir (comme certains le lui demandent) de reconduire la candidature de Ericq Pierre. Mais celui-ci, nous semble-t-il, a brûlé toutes ses chances avec les propos virulents (et même insultants) tenus lors de sa conférence de presse.


Il importe de penser d'abord au pays réel...

Par contre, le Président devrait rencontrer le Groupe des 53, et pour commencer ceux de son propre camp, pour définir avec eux une solution qui soit dans l'intérêt du pays. Non de tel secteur politique déterminé, que ce soit du pouvoir ou de l'opposition (qui ne sont d'ailleurs aujourd'hui qu'un seul et même), pourquoi il importe de penser d'abord au pays réel, la grande majorité.

La Chambre ne peut plus se permettre un vote pareil à celui du 12 mai dernier, à partir du moment que toutes les conditions seraient réunies.

Aujourd'hui elle a prouvé son poids dans la balance, elle a aussi fait rengorger au Groupe des 16 du Sénat son vote de censure du 12 avril dernier destituant le Premier ministre Alexis après que celui-ci eut obtenu peu auparavant un vote de confiance des députés.

A présent, tout peut rentrer dans l'ordre. Nous sommes parvenus au fameux moment psychologique. D'autant que celui-ci ne se représentera pas de sitôt. Car les pêcheurs en eaux troubles sont aussi à l'œuvre. Quant aux politiciens qui s'empressent d'accuser les autres de magouille après avoir prouvé que ce sont eux les docteurs ès magouille, qu'ils se
taisent!


Le moment psychologique est là, il faut le saisir. Le fruit est mûr. Le Président Préval peut et doit le cueillir.

Excellence, à vous de jouer!

Haïti en Marche, 16 Mai 2008


Dernière édition par gwotoro le Mer 21 Mai 2008 - 8:37, édité 1 fois
Rodlam Sans Malice
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

Haiti en Marche: C'est le moment ou jamais de briser l'impasse... Empty Re: Haiti en Marche: C'est le moment ou jamais de briser l'impasse...

Message  Rodlam Sans Malice Mer 21 Mai 2008 - 0:32

Le President de la Republique veut-il briser l'impasse?Prefere-t-il de preference laissser aux chiens manger leurs semblables pour s'en debarrasser une fois pour toutes.?Pourquoi avait-il envoyé Ericq Pierre à l'abattoir?Qui sera le gagnant dans ce jeu de chats et de souris.Cette crise me rappelle le livre de Robert Malval:"l'année de toutes les duperies."Que n'a-t-on pas vu en haiti.C'est réellement triste.

Au moment ou l'on devrait s'attendre à une trève pour sauver le pays ,les politiciens haitiens avec leur desinvolture coutumière se querellent sans penser aux consequences de leurs actes.Les Deputes de la 48eme legislature sont-ils les seuls responsables de cette nouvelle crise que traverse le pays?Le premier Ministre désigné etait-il conforme aux articles de la Constitution pour occuper cette fonction?Pourquoi faut-il blamer les deputés quand ils defendent la Constitution?A mon humble avis les Senateurs sont plus coupables que les deputes.Et le plus grand coupable est evidemment René Preval qui a saboté toutes les demarches de son premier ministre Jacques Edouard Alexis par l'intermediaire de son cabinet privé.

    La date/heure actuelle est Lun 26 Sep 2022 - 2:39