Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti



Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.

Le Deal du moment : -59%
TEFAL Marmite 28 cm inox – Tous feux dont ...
Voir le deal
21.99 €

2 participants

La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie

avatar
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 52
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie Empty La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie

Message  piporiko Mar 8 Juil 2008 - 18:39

La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie Bloc_h_gBush Administration Accused of Withholding "Lifesaving" Aid to HaitiLa malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie Bloc_h_d
La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie __vide



<table class=contentpaneopen width="92%"><tr><td class=contentheading width=749>Bush Administration Accused of Withholding "Lifesaving" Aid to Haiti </TD>
<td class=buttonheading align=right width=61> </TD>
<td class=buttonheading align=right width=6> </TD></TR></TABLE>
<table class=contentpaneopen width="92%"><tr><td vAlign=top align=left width=732 colSpan=2>Written by Cyril Mychalejko </TD></TR>
<tr><td class=createdate vAlign=top width=732 colSpan=2>Wednesday, 25 June 2008 </TD></TR>
<tr><td vAlign=top width=732 colSpan=2>
La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie Haiti-children_collecting_water
Children Collecting Water in Haiti

Human rights groups released a report on June 23 accusing the Bush Administration of blocking "potentially lifesaving" aid to Haiti in order to meddle in the impoverished nation's political affairs.

The report, “Wòch nan Soley: The Denial of the Right to Water in Haiti,” also takes aim at the international community for its role in politicizing aid while standing idly by as people suffer and die.
“The international community is able to turn a blind eye to the impact of its policies because it is not forced to confront the human faces of those who die or become ill through its action or inaction," said Loune Viaud, Director of Operations for Zanmi Lasante. "This report shows the devastating human rights impacts of its policies.”

Zamni Lasante, Partners in Health's flagship program in Haiti, helped prepare the report along with the Center for Human Rights and Global Justice and Robert F. Kennedy Memorial Center (RFK Center).

The International Development Bank (IDB) approved a $54 million loan and $956,000 grant to increase access to drinking water and improve sanitation services in 1998. IDB officials believed that its proposed projects would alleviate preventable water-related diseases and would help decrease poverty by slashing water costs by as much as 90 percent. The projects were designed to improve “the quality of life—particularly for women and children—and to reduc[e] incidence of disease and child mortality.”

But in what the report calls "one of the most egregious examples of malfeasance by the United States in recent years," the Bush Administration blocked the scheduled loan disbursal in 2001.

“When an institution takes on the responsibility to improve water and health conditions, it cannot turn around and undermine the rights of the people it was established to serve, regardless of pressure from one of its most powerful members,” said Monika Kalra Varma, Director of the RFK Center. “To keep history from repeating itself, the IDB and the U.S. government must take responsibility for their actions and put in place transparency and oversight mechanisms to guarantee that the human rights of the people of Haiti and other IDB member states will not be violated by an institution mandated to support their economic and social development.”

The report points out that Dean Curran, ambassador to Haiti at the time, said in 2001, “There now are a certain number of loans of the Inter-American Development Bank that are not yet disbursed with the objective of trying to request of the protagonists of the current situation, in the current political crisis, to reach a compromise.”

Treasury Department officials sent internal emails responding to the ambassador's comment, regarding it as a "major screwup" that could be "easily interpreted as linking the hold-up in disbursement of loans at the IDB to the U.S. government’s political concerns.”

Brookly McLaughlin, a Treasury Department spokeswoman, told the The New York Times on June 23rd that she had not yet read the report, but suggested that the United States government and other international agencies had played a positive role in the development of Haiti. What may be even more remarkable is the fact The New York Times admitted that the Bush Administration encouraged the 2004 coup which removed Haitian President Jean-Bertrand Aristide.

In addition to being the poorest nation in the Western Hemisphere, Haiti also has some of the worst water in the world, ranking last in the Water Poverty Index.

"Lack of access to this crucial resource continues to impact all aspects of life for the vast majority of Haitians, contributing to poor health, food shortages, and diminished educational opportunities" the report states. "The result: a vicious cycle of contaminated water consumption, ineffective public hygiene, persistent health crises, and—beneath it all—chronic and deeply embedded poverty."

The organizations that authored the report hope that it will contribute to real policy changes by compelling international financial institutions, national governments, and other entities to understand that respect for human rights is inextricably linked to resource and development issues and, crucially, that they are legally obligated to respect, protect, and fulfill those rights.
“We must strive to hold our governments, and the institutions to which they belong, accountable. And we must commit to ensuring that the right to water is realized in rich and poor countries alike," said Zamni Lasante's Viaud. "It is time for all actors in Haiti to put the rights of the Haitian people first.”
Cyril Mychalejko is an editor at www.UpsideDownWorld.org.</TD></TR></TABLE>
avatar
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 52
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie Empty Re: La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie

Message  piporiko Mar 8 Juil 2008 - 18:46

Le Canada en Haïti


Qui a orchestré le renversement de la démocratie?



by Anthony Fenton

The Dominion - http://www.dominionpaper.ca





25 août 2004 -- Pour ceux qui cherchent à comprendre les motifs de la plus récente intervention du Canada en Haïti, il semble qu'il n'y ait pas de meilleure place pour commencer qu'avec celui qui est au centre de la controverse Canada-Haïti, le député québécois au parlement fédéral Denis Paradis.
Au cours d'une récente entrevue diffusée sur les ondes de la CBC, dans le cadre de l'émission «The Current», le journaliste Michel Vastel, qui a interviewé Paradis plusieurs fois, a déclaré ce qui suit:
«Denis Paradis [...] a été en Haïti durant l'année 2000. Il a été scandalisé par la situation que vivent les Haïtiens et il a décidé de faire du problème haïtien une cause personnelle. Denis Paradis a décidé d'avoir une session de remue-méninges avec les principaux acteurs en Haïti.» (6 août 2004)
Or, il n'y avait pas un seul Haïtien parmi les «acteurs» de cette «session de remue-méninges». Il est très édifiant de retracer le chemin parcouru avant cette réunion par Denis Paradis, ancien bâtonnier du Québec, considéré autrefois comme «le meilleur diplomate canadien sur la question des Amériques».
Si l'on revient à 2000, l'année des «élections entachées de nombreuses irrégularités» en Haïti, Paradis se trouvait être le secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, Lloyd Axworthy.
En mai 2000, il y a eu des élections en Haïti. L'Organisation des États Américains (OÉA) avait d'abord déclaré le processus «libre et équitable» mais quelques mois plus tard elle est soudainement revenue sur sa décision, disant que les élections avaient été «entachées de très nombreuses irrégularités». Pourquoi ce revirement?
En septembre 2000, Madeleine Albright a organisé la première rencontre des «amis d'Haïti». Selon le réseau CNN, l'objectif de cette rencontre était de «faire pression sur Haïti afin de renforcer le processus démocratique avant la tenue des élections présidentielles et législatives de novembre». Il s'agit d'élections qui, selon toutes les prévisions, allaient être une victoire raz-de-marée pour Jean-Bertrand Aristide.
À ce stade, l'OÉA avait révisé son appréciation des élections: il ne s'agissait plus selon elle de simples irrégularités où seulement 10 résultats sur 7 000 étaient remis en question à cause de divergences dans le dépouillement du scrutin, mais «de très nombreuses et graves irrégularités».
Sur cette base et sans autre preuve, l'administration Clinton avait déjà «promis d'imposer des sanctions économiques à Haïti si elle ne changeait pas sa façon de faire», comme le rapportait une dépêche de CNN. C'est à ce moment-là que Luis Lauredo, l'ambassadeur des États-Unis à l'OÉA, a annoncé que son gouvernement allait commencer l'étouffement économique d'Haïti en envoyant «presque toute l'aide bilatérale [...] par le biais d'organisations privées et non gouvernementales, contournant ainsi le gouvernement haïtien». Clinton a empêché qu'Haïti reçoive de l'aide et des prêts internationaux, politique qu'a poursuivie à son tour l'administration Bush. En quatre ans, plus de 300 millions $ en aide et prêts furent bloqués; le budget annuel du gouvernement haïtien est à peine supérieur à 400 millions $.
Les raisons données pour justifier les actions radicales de Clinton contre Haïti ne sauraient être prises au sérieux. En effet, durant les années 1980 une succession de dictateurs ont détenu les rênes du pouvoir en Haïti et l'assassinat des dissidents était chose courante, mais aucune sanction ne fut imposée. Des millions de dollars américains sous forme d'aide sont parvenus en Haïti à l'époque sans entraves. Il est évident pour quiconque connaît le moindrement la politique étrangère des États-Unis que les décisions de Clinton s'inspiraient de la volonté non pas de maintenir la démocratie, mais de contrôler Aristide. L'administration Clinton l'affirme à toutes fins pratiques lorsqu'elle dit: «La joie ressentie [face aux élections] s'est transformée en son contraire face au manque de volonté des autorités haïtiennes d'aborder le problème des graves irrégularités au lendemain des élections.» Ainsi parlait Luis Lauredo, l'ambassadeur des États-Unis à l'OÉA.
Axworthy (et vraisemblablement Paradis) ont néanmoins mis tout le poids du Canada en appui aux plans des États-Unis d'acculer Aristide vers une impasse, avec comme objectif de le remplacer.
En janvier 2002, le simple député Denis Paradis fut promu au poste de «secrétaire d'État pour l'Amérique latine, l'Afrique et la Francophonie». Il fut responsable des relations pour le Canada avec l'Amérique latine, l'Afrique et les 56 membres de la Francophonie, dont le Canada, après la France, est le membre le plus influent.
Personne n'est surpris de savoir que le terme «francophonie» a des origines coloniales. Le ministère des Affaires étrangères du Canada écrit lui-même:
«La Francophonie ne date pas d'hier! En fait, le terme «francophonie» a été inventé en 1880 par un géographe français, Onésisme Reclus (1837-1916), pour définir l'ensemble des personnes et des pays utilisant le français à des titres divers. Comme c'était le cas avec les grandes puissances d'autrefois, le passé colonial de la France a servi de base pour tisser des liens surtout économiques, mais aussi sociaux et culturels entre la France et ses nombreuses colonies au cours des derniers siècles.»
En décembre 2002, lors du rassemblement des 56 pays membres de la Francophonie, à Lausanne en Suisse, Paradis a proposé «la création d'une agence de surveillance pour mettre fin aux violations des droits de la personne dans les nations francophones regroupées au sein de la Francophonie». Il précisé sa pensée en disant: «Il y a 8 millions de francophones en Haïti. S'il y a un endroit sur la planète où les termes démocratie, bon gouvernement et droits de la personne doivent s'appliquer, c'est assurément en Haïti.»
Avant la rencontre de décembre, Paradis avait soulevé à la Chambre des Communes la possibilité d'invoquer, dans le cas d'Haïti, la déclaration de Bamako (faite par les pays membres de la Francophonie réunis à Bamako, au Mali). Se référant à la rencontre qui allait avoir lieu en Suisse, Paradis a dit: «Nous avons proposé un mécanisme permettant l'application rapide de la déclaration de Bamako en cas de problèmes avec des pays francophones spécifiques.» Et pour ne pas laisser de toute quant à ses intentions, il a ajouté: «Lorsque la déclaration de Bamako et ses principes sont mentionnés, je pense à Haïti. C'est un endroit où Bakamo pourrait être vraiment significative pour ce qui est de la démocratie, des droits de la personne et du bon gouvernement.»
Paradis a vu dans la déclaration de Bamako une occasion de formaliser l'intervention «contre les États qui ne satisfont pas à ces normes».
Dans son entrevue à l'émission «The Current», Michel Vastel raconte qui étaient présents en janvier 2003 et quelle était la nature de la rencontre appelée «Initiative d'Ottawa»:
«La France, la Francophonie, l'Union européenne, le secrétaire d'État américain, ont envoyé ce qu'ils appelaient des «fonctionnaires de haut rang» [Otto Reich et Luigi Einaudi de l'OÉA]. Représentant l'Amérique latine, il y avait le ministre des Affaires étrangères du Salvador. Il s'agissait uniquement de trouver de nouvelles idées. La rencontre a eu lieu au lac Meech, vous connaissez l'endroit, la dernière semaine de janvier 2003. Encore une fois, toute l'information que je vous donne provient de Paradis et du gouvernement français. Il y a eu un consensus à l'effet qu'«Aristide doit partir». Mais comment y arriver? C'est le gouvernement français [...] qui a suggéré qu'il y ait une administration sous tutelle, comme au Kosovo. Ce n'était pas une intervention, ont-ils dit, c'était la responsabilité de protéger.»
Dans un article paru dans l'Actualité, Michel Vastel cite Paradis: «Si les Canadiens traitaient leurs animaux comme les autorités haïtiennes traitent leurs citoyens, on les mettrait en prison». «En Afrique, j'ai vu la pauvreté dans la dignité, raconte Denis Paradis. En Haïti, il n'y a même plus de dignité!»
Paradis conclut que la communauté internationale ne voudrait pas attendre la fin du mandat d'Aristide, qui se terminait en 2005. «Même si les Nations unies ne souhaitent pas que ce genre d'intervention conduise à une occupation militaire, celle-ci pourrait être inévitable jusqu'à ce que des élections aient été organisées», écrit Michel Vastel.
Provoquer au su de tous et dans l'enthousiasme le renversement d'un gouvernement élu démocratiquement était un peu fort pour le gouvernement libéral. Le trop zélé Denis Paradis a donc été éclipsé. Après la publication de son entrevue avec Michel Vastel, il a rapidement été relevé du «dossier Haïti», mais les plans pour renverser Aristide suivaient leur cours, bien qu'avec quelques mois de retard. Le poste de secrétaire d'État pour l'Amérique latine a ensuite été éliminé et Paradis est redevenu simple député. Des rencontres ont eu lieu par la suite, comme celle au Salvador réunissant, selon Vastel, «un fonctionnaire de la Maison Blanche», Marc Lortie, du Canada, ministre adjoint pour les Amériques, et d'autres «amis d'Haïti».
Selon Paul Martin, l'engagement du Canada en Haïti était la chose «moralement responsable» à faire. Il affirme qu'Haïti était un «État échoué» et que le Canada et d'autres «amis d'Haïti» étaient intervenus juste au bon moment pour y rétablir la paix et la stabilité. En juillet 2004, Martin s'est adressé à ce que le Globe and Mail a qualifié de «rencontre exclusive» «avec l'élite des médias» en Idaho. La rencontre était interdite à la presse et au public, mais la transcription du discours du premier ministre contient le passage suivant sur Haïti:
«Bref, tout comme les entreprises doivent améliorer leur gouvernance, les pays doivent faire de même. L'amélioration de la gouvernance au sein des États fragiles, déliquescents ou en voie de l'être passe par l'édification d'institutions publiques efficaces. Pour rétablir la stabilité dans les États fragiles, il faut souvent recourir à une intervention militaire. [...] Nous en avons été témoins en Haïti. Il y a près de 10 ans, le Canada, les États-Unis et d'autres pays sont intervenus [...] Le fait demeure qu'aucun d'entre nous [...], qui étions parties prenantes dans l'affaire, n'a investi suffisamment de temps et d'efforts pour mettre ces institutions sur pied. Nous voici donc de retour, dix années plus tard, aux prises avec le même problème et le même désordre. Cette fois-ci, par contre, nous devons rester jusqu'à ce que la tâche soit bien accomplie.»
Confrontés à la réalité sur le terrain, les propos de Martin prennent une toute autre signification.
Le 29 juillet, le lieutenant-colonel Jim Davis, commandant du contingent des forces canadiennes en Haïti, admettait qu'au moins 1 000 corps ont été ensevelis dans une fosse commune à Port-au-Prince, un mois après «le rétablissement de la stabilité». Davis ne nie pas les affirmations de témoins oculaires concernant un massacre de partisans d'Aristide perpétré par les forces occupantes le 12 mars. Selon ces témoins, les forces internationales ont mené une attaque dans un taudis de Port-au-Prince et tué des dizaines de personnes. Elles auraient mis tous les corps sauf deux dans des ambulances. Des forces françaises, américaines et canadiennes étaient stationnées en Haïti lorsque cela s'est produit. Les troupes françaises devaient s'en tenir à des règles formelles d'engagement: elles ne devaient pas tirer à moins d'être attaquées. Les forces d'occupation canadiennes et américaines n'étaient pas soumises à de telles restrictions.
«Je ne nie pas que de ces choses se sont produites», admet le lieutenant-colonel.
* * *


Le Canada s'est fait complice de la désinformation de l'OÉA au sujet des élections en Haïti. Il a été l'hôte de rencontres pour planifier le renversement d'un gouvernement démocratiquement élu. Il a illégalement occupé le pays et a été complice en toute connaissance de cause du meurtre d'Haïtiens opposés au coup d'État. Durant plusieurs mois, le gouvernement libéral de Martin a fait la sourde oreille aux requêtes d'Aristide qui demandait «quelques dizaines» de gardiens de la paix. Or, le jour où Aristide fut escorté hors de son bureau par les soldats américains, le Canada avait 500 soldats sur place pour occuper le pays et forcer Aristide à partir.
Ces actions ont été menées ouvertement, mais l'opposition à l'intérieur du parlement canadien a été pratiquement inexistante. Lorsqu'interrogé, le chef du NPD, Jack Layton, s'est contenté de dire que son parti «avait des questions» au sujet de la situation des droits humains; Layton était d'accord que les troupes canadiennes soient envoyées là-bas.
Le Globe and Mail, les journaux de CanWest et la Presse Canadienne n'ont cessé de répéter les allégations de l'OÉA que les élections ont été «entachées de très nombreuses irrégularités» tout en omettant de mentionner le financement des «groupes d'opposition» par les États-Unis.
On n'a pas reproché à Paul Martin d'avoir repris à son compte la rengaine de Madeleine Albright sur «l'État échoué». L'élite canadienne semble être très à l'aise avec ces pratiques de plus en plus ouvertement coloniales du gouvernement.
Mais la participation du Canada avant l'occupation se limite-t-elle aux «mesures diplomatiques» nécessaires pour renverser Aristide?
Le 5 février 2004, Pierre Pettigrew a rencontré le supposé chef rebelle, Paul Arcelin. Arcelin a été arrêté en même temps que son «protégé», Guy Philippe, pour avoir ourdi un coup d'État contre Aristide en 2003. Pourquoi Pettigrew, dont la circonscription à Montréal compte bon nombre de membres bien en vue de la diaspora haïtienne, acceptait-il de rencontrer un comploteur notoire?
Durant une entrevue exclusive après le coup d'État avec Sue Montgomery du Montreal Gazette, Arcelin a révélé que lui et Philippe avaient «passé quotidiennement 10 à 15 heures ensemble à comploter contre Aristide. [...] De temps à autre, nous traversions la frontière à travers les bois pour comploter contre Aristide, pour rencontrer les dirigeants de l'opposition et des régions afin de préparer la chute d'Aristide.»
Le 5 février, Arcelin a expliqué comment il «a expliqué la réalité d'Haïti» à Pettigrew. C'est ce même jour que ses collègues paramilitaires ont pris d'assaut les Gonaïves. Le témoignage d'Arcelin contredit celui du bureau de Pettigrew, qui minimise l'importance de la rencontre dans une entrevue donnée au Globe and Mail, prétendant que «la rencontre faisait partie «de la politique de la porte ouverte» du ministre envers la communauté haïtienne de sa circonscription et ne changeait en rien la politique canadienne. Mais Arcelin, dont la belle-soeur, Nicole Roy-Arcelin, a été députée conservatrice, prétend avoir tiré parti de ces «liens politiques pour rencontrer Pierre Pettigrew» et que, en ce qui concerne la politique canadienne, Pettigrew «a promis de faire rapport au gouvernement canadien de ce que je lui ai dit».
Il vaut de noter que Pettigrew était introuvable durant la crise mais qu'il est maintenant ministre des Affaires étrangères et qu'il a récemment rencontré Colin Powell pour discuter de la «situation» haïtienne.

*Traduit de l'anglais par Le Marxiste-Léniniste.
avatar
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 52
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie Empty Re: La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie

Message  piporiko Mar 8 Juil 2008 - 18:53

Que nous préparent les « pays amis d'Haïti»?
Après le déroulement des événements du 17 décembre 2001, et suite à l'incursion d'un commando armé à l'intérieur du siège de la Présidence, des membres d'organisations populaires proches du pouvoir avait saccagé les locaux et résidences de certains leaders de la Convergence. L'Organisation des Etats Américains (OEA) avait saisi l'occasion pour adopter successivement les résolutions 806 et 822, mettant pour ainsi dire en veilleuse les négociations en cours entre le pouvoir Lavalas et la Convergence «démocratique».
La résolution 822, adoptée le 4 septembre 2002, par le conseil permanent de l'OEA, exigeait la tenue d'élections anticipées durant l'année 2003. En ce sens, plusieurs secteurs, notamment les représentants de la soi-disant « société civile », sous prétexte de réclamer de meilleures conditions de sécurité, avaient pressé le gouvernement à solliciter une assistance technique de la part de l'OEA. Les termes de référence de cette assistance ont été publiés le 15 novembre 2002 et le 28 février 2003, respectivement. Ces dits termes de référence portent sur la sécurité des élections, le désarmement, la professionnalisation de la police, les droits de l'homme, la gouvernance et la justice.
Par ailleurs, faut-il rappeler qu'une imposante délégation internationale, incluant, entre autres, le très réactionnaire représentant du président des Etats-Unis pour les affaires continentales, Otto Reich, du secrétaire d'Etat canadien pour l'Amérique latine, l'Afrique et la francophonie, Denis Paradis et du secrétaire général adjoint de l'OEA, Luigi Einaudi, qui devait visiter Haïti le 16 février dernier, ne rentrera à Port-au-Prince que le 19 mars prochain. La visite initiale avait été rapportée, soi-disant, à cause, d'une tempête de neige qui s'était abattue sur la ville de Washington. En réalité il serait plutôt question de mésententes au sein de l'OEA, concernant la voie à suivre en ce qui a trait au dossier d'Haïti.
La réponse à notre question, nous la trouvons opportunément à travers un article que nous reproduisons intégralement ci-après, et qui paraîtra le 15 mars prochain dans les colonnes de la revue «l'Actualité», éditée à Montréal, sous la plume de Michel Vastel. En effet, ce dernier fait état d'une rencontre secrète qui se serait tenue à Ottawa et sur les bords du lac Meech dans le parc de la Gatineau, durant la fin du mois de janvier, entre des représentants de l'Organisation des Etats Américains, de la Commission Economique Européenne (CEE) et de l'Agence Intergouvernementale de la Francophonie, du ministre français de la Coopération, Pierre-André Wiltzer, de deux fonctionnaires de haut rang du secrétariat d'Etat nord-américain, de la ministre salvadorienne des Affaires Etrangères, Maria Da Silva, à l'initiative du secrétaire d'Etat du Canada pour L'Amérique latine, Denis Paradis. Selon l'auteur de cet article, ces derniers regroupés sous l'appellation « Initiative d'Ottawa sur Haïti », ne seraient pas favorables à attendre les élections de 2005 pour voir l'ascension d'un nouveau régime au pouvoir en Haïti. « Je ne veux pas finir comme Roméo Dallaire » a dit le Ministre Paradis à ses invités. Les événements de 1994 au Rwanda ont en effet exposé au grand jour les horreurs auxquelles peut conduire l'inaction de la communauté internationale. Les Casques bleus de l'ONU, placés sous le commandement du général Canadien Dallaire, assistèrent, impuissants, au massacre de 500.000 à un million de personnes. » lit-on dans ce texte écrit par Michel Vastel qui met, en outre, à nu la volonté de la « communauté internationale » de mettre le pays sous tutelle, sous prétexte d'appliquer « le principe établi en décembre 2001 par la commission internationale de l'intervention et de la souveraineté des Etats, créée par le Canada en septembre 2000, à la suite d'un appel du secrétaire général des Nations-Unies », faisant prévaloir la « responsabilité de protéger » de la « communauté internationale ». Par conséquent, il s'agit donc d'un vaste complot concocté par ces « faux amis d'Haïti » pour renverser le président Aristide avant même la célébration du bicentenaire de notre indépendance. Cependant, lorsque le journaliste indique dans son texte que « les élections de novembre 2000 ont créé une impasse entre le Lafanmi Lavalas, le parti du président ˆ et l'organisation du peuple en lutte, qui contrôle le parlement. Depuis, c'est un véritable régime de terreur qui s'est installé. », il feint d'oublier que des pays comme les Etats-Unis, le Canada et la France, dont il semble copieusement appuyer les initiatives, ont supporté religieusement la dictature des Duvalier.
Ce n'est donc pas par hasard que les vendus de la Convergence continuent à prétendre que les élections ne peuvent pas avoir lieu avec la présence du chef de l'Etat au pouvoir. En effet, récemment encore, Evens Paul de la KID / Convergence déclarait que « il sera difficile de créer des conditions de sérénité nécessaire pour la tenue d'élections crédibles dans le pays avec la présence de Jean-Bertrand Aristide au pouvoir. Les expériences d'élections avec Aristide se sont toutes révélées catastrophiques. » Alors que son compère de l'OPL / Convergence renchérissait en ces termes : « Jean-Bertrand Aristide et son gouvernement constituent un obstacle pour la mise en application de la résolution 822. Donc, la stratégie a toujours été de prendre appui sur l'obstacle afin d'essayer de le surmonter ou le contourner. » Ces déclarations viennent charpenter à juste titre la récente prise de position de l'ambassadeur canadien David Lee, chef de la mission spéciale de l'OEA, qui affirmait, conformément à la « logique » de son compatriote sus-cité, Denis Paradis, que les élections anticipées prévues par la résolution 822 pourraient ne pas se réaliser cette année. Par ailleurs, on ne saurait attendre mieux du Canada, lorsqu'on sait pertinemment que ce pays est aujourd'hui une marionnette aux mains des Etats-Unis, à l'instar de l'Angleterre qui suit fidèlement les diktats des Etats-Unis.
Ainsi, tenant compte de l'imminence de ces manoeuvres déstabilisatrices à l'approche de la célébration du bicentenaire de l'indépendance nationale, le gouvernement Lavalas a tout intérêt, a la veille de 2004, à s'affranchir du joug de ses «faux amis » pour enfin raffermir ses relations avec de vrais amis qui sauront certainement offrir de meilleures perspectives à la nation haïtienne et ceci dans la dignité.



Haïti mise en tutelle par l'ONU
Par Michel Vastel
«Il faut renverser Aristide. Et ce n'est pas l'opposition haïtienne qui le réclame, mais une condition de pays rassemblée à l'initiative du Canada »
La dernière fin de semaine de janvier ; une rencontre secrète s'est tenue à Ottawa et sur les bords du lac Meech, dans le parc de la Gatineau. Le secrétaire d'Etat du Canada pour l'Amérique latine, l'Afrique et la Francophonie, Denis Paradis, a invité des représentants de l'Organisation des Etats américains (OEA), de la Commission économique européenne (CEE) et de l'Agence intergouvernemental de la Francophonie à «brasser des idées» sur le drame haïtien. La France avait délégué son ministre de la Coopération, Pierre-André Wiltzer ; le Secrétariat d'Etat américain avait envoyé deux fonctionnaires de haut rang ; et le Salvador, sa ministre des Affaires étrangères, Maria Da Silva.
Le groupe réuni par Denis Paradis (et qui porte pour l'instant le nom de code «initiative d'Ottawa sur Haïti») n'est pas prêt à attendre les élections de 2005 pour que le régime change. En fait, la communauté internationale souhaiterait régler cette question avant le 1er janvier 2004 et le bicentenaire de la plus ancienne république des Antilles.
«Je ne veux pas finir comme Roméo Dallaire», a dit le ministre Paradis à ses invités. Les événements de 1994 au Rwanda ont en effet exposé au grand jour les horreurs auxquelles peut conduire l'inaction de la communauté internationale : les Casques bleus de l'ONU, placés sous le commandement du général canadien Dallaire, assistèrent, impuissants, au massacre de 500 000 à un million de personnes.
En Haïti ce sont 8,2 millions de francophones (plus que la population du Québec) qui vivent dans un état de pauvreté «écoeurante», a constaté Denis Paradis au cours d'un premier voyage, en 2000, à l'époque où il était secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, John Manley. «Si les Canadiens traitaient leurs animaux comme les autorités haïtiennes traitent les citoyens, dit-il, on les mettrait en prison.»
Un taux de chômage officiel de 60% et un produit intérieur brut par habitant de 469 dollars par année, une espérance de vie de moins de 50 ans pour les hommes et de 54 ans pour les femmes : Haïti se classe, selon l'Indice de développement humain des Nations unies, 150ème sur les 173 pays recensés. L'anarchie est telle qu'au moins un milliard de dollars en aide internationale sont retenus par les bailleurs de fonds, qui craignent que les sommes ne soient utilisées à d'autres fins.
La misère des Haïtiens, qui échoue à l'occasion sur les côtes de la Floride et des îles françaises de la Guadeloupe et de la Martinique, reste le secret le mieux gardé de la planète. L'île est loin du siège social de l'Agence intergouvernementale de la Francophonie, à Paris. La France est trop préoccupée par ce qui se passe en Côte d'Ivoire. Les pays membres de l'OEA sont divisés sur la façon d'intervenir en Haïti, qui serait aussi une importante plaque tournante du trafic de la drogue. Et les Etats-Unis, obsédés par leur sécurité intérieure, ne s'intéressent guère à cette république de 27 797 km2 ˆ plus petite que la Belgique - , sans pétrole, sans intérêt stratégique, où l'on parle français de surcroît...
Le Canada s'est toujours senti une responsabilité particulière envers ce petit pays francophone des Antilles d'autant qu'on estime à 120 000 le nombre d'Haïtiens qui vivent au Québec ˆ le président Aristide a lui-même étudié à la faculté de théologie de l'Université de Montréal. Le gouvernement Mulroney appuyait le retour au pouvoir de Jean Bertrand Aristide, qui avait été destitué et condamné à l'exil après un coup d'Etat, en septembre 1991. Mais les élections de novembre 2000 ont créé une impasse entre le Lafanmi Lavalas le parti du président ˆ et l'Organisation du peuple en lutte, qui contrôle le Parlement. Depuis, c'est un véritable régime de terreur qui s'est installé.



«Jean Bertrand Aristide dans une impasse depuis les élections de 2000»
La communauté internationale entend, selon un nouveau principe des Nations unies, se prévaloir de sa «responsabilité de protéger». Ce principe a été_établi en décembre 2001 par la Commission internationale de l'intervention et de la souveraineté des Etats, créée par le Canada en septembre 2000, à la suite d'un appel du secrétaire général des Nations unies. La responsabilité de protéger est ainsi définie : « Quand une population souffre de ses politiques, et que l'Etat en question n'est pas disposé ou apte à mettre un terme à ces souffrances ou à les éviter, la responsabilité internationale de protéger prend le pas sur le principe de non-intervention.»
C'était la première fois que la Communauté économique européenne et l'Agence intergouvernementale de la Francophonie participaient à une réunion avec l'Organisation des Etats américains. Aucune décision n'était à l'ordre du jour, mais dans les milieux diplomatiques français, on indique qu'on a beaucoup parlé d'une sorte de «mise en tutelle», comme au Kosovo.
Pour Denis Paradis, qui, avec la complicité de Jean Chrétien, en avait fait une croisade personnelle au retour de son voyage, en 2000, c'est l'aboutissement de plus de deux ans de campagne de sensibilisation dans une vingtaine de capitales. Accompagnant le premier ministre en Afrique l'an dernier, il avait d'ailleurs sensibilisé tous les chefs du gouvernement qu'il avait rencontrés. «En Afrique, j'ai vu la pauvreté dans la dignité, raconte Denis Paradis. En Haïti, il n'y a même plus de dignité !»
Le groupe «Initiative d'Ottawa sur Haïti» se réunira de nouveau à la mi-avril, au Salvador. Il se propose d'y rédiger un projet de résolution qui sera déposé aux Nations unies. On y parlera sûrement de respect des droits de la personne et de rétablissement de l'Etat de droit. Même si les Nations unies ne souhaitent pas que ce genre d'intervention conduise à une occupation militaire, celle-ci pourrait être inévitable jusqu'à ce que des élections aient été organisées. La communauté internationale devra ensuite, comme à la fin des années 1990, surveiller la mise en place d'une police et d'une armée démocratiques.
Les besoins sont énormes : la population, dont 80% vit sous le seuil de pauvreté, n'a généralement pas 20 millions en 2019. Vingt millions de francophones, dans un état de misère abjecte, aux portes des Amériques. « C'est une bombe à retardement, qu'il faut désamorcer tout de suite », plaide Denis Paradis.
L'Actualité, 15 mars 2003
avatar
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 52
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie Empty Re: La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie

Message  piporiko Mar 8 Juil 2008 - 18:54

Recoloniser Haiti avant 2004 ?

<hr width="75%" SIZE=7>
<BLOCKQUOTE>

jafrikayiti a soumis ce texte, le 01 Mars 2003 à 03:04:

Une première réponse envoyée à l'Actualité au sujet de son article du 28 février 2003

"Le groupe réuni par Denis Paradis (et qui porte pour l’instant le nom de code «Initiative d’Ottawa sur Haïti») n’est pas prêt à attendre les élections de 2005 pour que le régime change. En fait, la communauté internationale souhaiterait régler cette question avant le 1er janvier 2004 et le bicentenaire de la plus ancienne république des Antilles".
Quelle arrogance ! quelle lâcheté ! quelle hypocrisie ! quel affront à la décence élémentaire !
Donc, si je comprend bien, la stabilité politique fait rage en Haiti. Depuis 1991, il n’y eu aucun changement de gouvernement par coup d’état made in USA dans ce pays de Noirs. Est-ce pourquoi le Canada réunit l’état major de la confrérie des «hommes » afin qu’ils puissent aller y rétablir l’ordre néo-coloniale? – sous le couvercle de l’ONU de Kofi Anan , bien entendu !
Le "regime change" que le Chrétien DIT refuser de concevoir aussi tôt pour l'Iraq, il veut bien le diriger pour les Noirs d'Haiti?
Mais enfin, en quelle année et sur quelle galère vivons-nous?
Ce n'est que la fin de semaine dernière qu'un jeune Canadien d'origine haitienne me posait la question suivante: sommes-nous (nous, peuples Noirs) prêts à parer les coups bas du réseau de suprémacistes blancs qui contrôle le monde actuellement et qui, assurément, va tout tenter pour saborder les célébrations du bicentenaire de la révolution anti-esclavagiste haitienne? Nous voici servis!
Dany Glover, Ron Daniels et compagnie feraient mieux de mettre sur pied une armée pour accompagner leur bateau (www.cruisingintohistory.org) car les bons « amis d’Haiti » de la « communauté internationale » risquent fort bien de l’attaquer en pleine mer.
Vous ricanez, mais lorsque Vastel nous informe que "la communauté internationale" veut bien nous régler notre compte avant 2004, parle-t-il de l'Inde, la Chine, le Caméroon, la Tanzanie, l'Afrique du Sud post-Apartheid, la Jamaique etc....ou s'agit-il de nos "chers bons a mis" de l'Amérique blanche, la France, le Canada, l'Espagne et autres pays "blancs" (pardon! il faut desormais dire "occidentaux", n'est-ce pas!) qui ont toujours tenté d'étouffer le peuple trop Noir et trop rebelle d'Haiti?
Communauté "internationale" ?!
Faudra-t-il désormais apprendre aux nouveaux immigrants à chanter O KKKanada ?
Pendant que nous y sommes, Chef Paradis, pourquoi ne demandes-tu pas à l'ONU de mettre Baby Bush, le véritable danger mondial, sous tutelle? Ce fou mal élu qui cherche a renverser les mieux-élus du continent avec l’aide de ses amis de klan, ne vous dérange-t-il pas? - Pourtant notre frère Mandela semble s'en soucier.
Pourquoi, au nom de la "Franco-phony",que vous représentez, ne pas demander à la France néo-esclavagiste de restituer les 60 millions de Francs qu’elle rançonna du peuple Noir d'Haiti?
Continuez donc messieurs à semer les graines qui feront certainement germer l’ultime révolte des damnés de la terre. Persistez dans votre arrogance chers « grands hommes », persitez !
Jafrikayiti
(franchement dégouté!)</BLOCKQUOTE>
avatar
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17750
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie Empty Re: La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie

Message  Joel Mar 8 Juil 2008 - 19:20

Jean Robert Fatton ,il faut le dire faisait le mème travail que JAF ici aux Etats Unis.
Lui,il le faisait en tant que le "scholar" qu'il est ,professeur de Sciences Politiques à l'une des plus grandes universités aux Etats Unis spécialisées en Affaires Internationales,l'Université de Virginia.
Il confrontait les mignons de l'administration BUSH , sur la télévision publique américaine ,qui affirmaient que tout irait sur des roulettes après un éventuel renversement d'Aristide.

Il avait prédit exactement ce qui pourrait s'ensuivre après une chute forcée d'Aristide.
C'est pourquoi,je continue de dire que les GNBIS aillent au diable et qu'ils paient pour ce ce qu'ils ont fait.

Contenu sponsorisé


La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie Empty Re: La malveillance de Bush par rapport a Haiti cherie

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 6 Déc 2022 - 16:50