Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti



Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.

Le Deal du moment :
Mangas Kazé : 2 achetés = 1 manga offert
Voir le deal

Haïti - Lueur d'optimisme

avatar
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 52
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Haïti - Lueur d'optimisme Empty Haïti - Lueur d'optimisme

Message  piporiko Sam 21 Mar 2009 - 9:54

Haïti - Lueur d'optimisme

Guy Taillefer

Édition du vendredi 13 mars 2009

Qu'ont donc vu Ban Ki-moon et Bill Clinton cette semaine en Haïti qui les autorise à faire preuve d'optimisme devant l'avenir de la petite île? Le secrétaire général de l'ONU et l'ex-président des États-Unis étaient à Port-au-Prince pour préparer le terrain d'une conférence de donateurs, essentielle au soutien de l'économie haïtienne, qui se tiendra le mois prochain à Washington. Le premier a estimé que «Haïti se trouve à un tournant» et a promis de placer le pays «en tête des priorités de la communauté internationale». Le second a déclaré que «c'est la première fois que j'ai vraiment le sentiment que ce pays a une chance de se sortir des profondeurs de la pauvreté». On apprécie qu'ils affichent de l'espoir, ce qui n'arrive pas souvent, pour ce peuple battu par les ouragans. Il faut néanmoins de l'audace pour y croire.

Les Haïtiens ont massivement besoin d'aide, de commerce et d'investissements étrangers. Les pays riches, qui font passer leur pingrerie pour de la générosité, le leur doivent bien. En fait, ils ont envers eux une dette énorme, ne serait-ce que pour avoir laminé leur agriculture en exigeant dans les années 1990 qu'ils ouvrent leurs marchés à la production occidentale et subventionnée. Le scandale est que Haïti, qui produisait il y a 30 ans la majeure partie de ses aliments de base, a aujourd'hui l'agriculture la moins productive au monde, dit le PNUD, le Programme des Nations unies pour le développement. Que cette dette soit d'abord payée. Il y aura lieu, ensuite, d'être optimiste.

Entendu que la classe politique haïtienne, qui souffre du virus de la malgouvernance et ne se soigne pas, a sa part de responsabilité dans la catastrophe sociale qui fait que les trois quarts des Haïtiens vivent dans une pauvreté que nous n'endurerions pas cinq minutes. Absurdement, le plan de développement économique de l'actuel président René Préval ne passe pas d'abord par l'agriculture, mais par le tourisme et la création de zones franches... Cinq ans après l'éviction de Jean-Bertrand Aristide, les partis haïtiens continuent par ailleurs de s'épuiser en interminables chamailleries politico-constitutionnelles, dont le plus récent épisode concerne l'exclusion, lors des prochaines élections sénatoriales, du parti Lavalas de l'ancien président.

Rentré de Port-au-Prince, Ban Ki-moon s'est rendu mardi à la Maison-Blanche pour rencontrer le président Barack Obama, qui a appelé à une coordination internationale afin de protéger les pays pauvres, dont Haïti, contre la menace que fait peser la récession mondiale sur ce qu'il reste à ces pays de sécurité alimentaire. La pensée est charitable.

Sauf que, dans l'immédiat, M. Obama pourrait joindre le geste à la parole en abrogeant la décision très mal avisée de l'ancienne administration Bush de déporter 30 000 réfugiés haïtiens installés en Floride. Que la décision n'ait pas déjà été suspendue, vu l'insensibilité humanitaire dont elle témoigne, est en fait incompréhensible. Les discours d'espoir ne donnent pas à manger. Le droit de demeurer aux États-Unis, en vertu d'un programme d'accueil temporaire maintes fois utilisé par le gouvernement fédéral, si.

***

gtaillefer@ledevoir.com

    La date/heure actuelle est Jeu 6 Oct 2022 - 3:06