Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal

 

 Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H


Masculin
Nombre de messages : 10031
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMar 18 Aoû 2009 - 1:16

dilibon a écrit:
Bon neg yo ka di sa yo vle. Men mwen kwe si yo tap sinse ak tet yo yo te ka we ke yo manke etof pou fe moun nan nivo Deza ak mwen kouri. Men sak konnen pensyone nan azil moun fou pa janm konsyan de eta yo vre kote yo pense se dokte yo ak enfimye ke pa byen nan tet yo.

Marc,

1- Mwen pat renmen tretman ke ou bay Deza a. Mwen te prefere ke ou te diskite sa ak li anvan ou ale piblik korije sal ekri kan genyen zanmi w ki fe pi mal ke ou pa fe anyen!

2- IS ou gade byen wa we ke mwen ap janm bay pesonn vye nom ni chanje non okenn patsipan, youn ingredyan ap rele mwen Mohamed Al Dilibon pesonn pa dil anyen! Okontre nan youn lot post ou bat bravo pou li!

3- Forumhaiti poko rive nan nivo deba striktirel kote patisipan ka rekonet ke lide li a te manke pou li aksepte an apti ou an totalite lide tou nef ke yo fel we. Ti mesye ki sou forum nan finn abitye tande ekoo vwa yo selman yo poko genyen espas nan lespri yo pou fe deba nan nivo ke mwen renmen fe deba. A l'exception de colocolo ki demontre youn seten nivo de konpreyansyon!

4- Mwen tre okipe nan anpil kesyon prive ak lot mouvman pou vanse peyi'a. SI se youn deba konstriftif mwen ka pwan tan pou sa men si se bagay pou fe we mwen ap enterese nan sa paske mwen ka fe sa fasilman sim ta vle nan nivo radio, tv andedan peyi a e mwen pa fe sa.

5- Mwen te pwomet Colocolo ke mwen tap bal repons sou kesyon atik li te pale ak mwen yo, malgre mwen ekri yo, mwen pa santi okenn elan poum kontinye fe deba nan kondisyon sa ki la jodya. Mwen pa kite sit la, mwen apresye envitasyon w nan youn pwen ke mwen pa fe sa. Le mwen senti neg oy plizoumwen sou pale an fave youn peiy kap dezentegre pou pote koreksyon map toujou ka pote kek lide menm si yo pa dako ak yo! Men zafe kouri a pa gen sa, epi an nou alez kiles nan forum nan ki genyen fos pou ta fe youn travay konsa? Mwen ap konnen si ap genyen youn moun konsa men li poko la!

Ou ka poste sa'a siw vle!


Dernière édition par Marc le Ven 21 Aoû 2009 - 1:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H


Masculin
Nombre de messages : 10031
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMar 18 Aoû 2009 - 1:50

Citation :
1- Mwen pat renmen tretman ke ou bay Deza a. Mwen te prefere ke ou te diskite sa ak li anvan ou ale piblik korije sal ekri kan genyen zanmi w ki fe pi mal ke ou pa fe anyen!

Dilibon

Je ne sais pas si je dois être d'accord avec ce premier point . Cependant il faut savoir qu'il était question de violence physique et non de jouman entre les personnes. Bien sur, j'aurais pu envoyer un email à Deza lui demandant de retirer sa dernière phrase. Mais je traversais une période difficile et je n'étais pas vraiment présent au forumhaiti quand j'ai recu un email me demandant d'intervenir en vitesse.

Dilibon

ForumHaiti n'est pas un site privé mais un collectif. C'est donc dire que l'hebergeur nous surveille de près. En effet, si nous ne respectons pas certaines regles du forumactif , l'hebergeur pourrait fermer notre forum . De plus , des individus pourraient m'accuser en tant qu'administrateur de permettre à certaines personnes d'inciter à la violence. Tu comprends que nous ne voulons pas à faire face à la justice. Nous n'avons pas l'argent non plus pour nous défendre...

Dilibon

J'espère de tout coeur que tu comprendras le sens de mon intervention. A rappeler qu'il a eu plusieurs avertissements de part et d'autres au Forumhaiti de faire cesser ces agressions virtuelles. mais Hélas!

Dilibon

Ne sois pas faché. Je ferai de mon mieux la prochaine fois. Mais permets-moi de rappeler à mes amis, mes freres haitiens que la vie est tellement précieuse qu'il faudra en savourer chaque seconde de notre vie et dire merci à Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 52
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMar 18 Aoû 2009 - 11:18

Marc a écrit:
Citation :
1- Mwen pat renmen tretman ke ou bay Deza a. Mwen te prefere ke ou te diskite sa ak li anvan ou ale piblik korije sal ekri kan genyen zanmi w ki fe pi mal ke ou pa fe anyen!

Dilibon

Je ne sais pas si je dois être d'accord avec ce premier point . Cependant il faut savoir qu'il était question de violence physique et non de jouman entre les personnes. Bien sur, j'aurais pu envoyer un email à Deza lui demandant de retirer sa dernière phrase. Mais je traversais une période difficile et je n'étais pas vraiment présent au forumhaiti quand j'ai recu un email me demandant d'intervenir en vitesse.

Dilibon

ForumHaiti n'est pas un site privé mais un collectif. C'est donc dire que l'hebergeur nous surveille de près. En effet, si nous ne respectons pas certaines regles du forumactif , l'hebergeur pourrait fermer notre forum . De plus , des individus pourraient m'accuser en tant qu'administrateur de permettre à certaines personnes d'inciter à la violence. Tu comprends que nous ne voulons pas à faire face à la justice. Nous n'avons pas l'argent non plus pour nous défendre...

Dilibon

J'espère de tout coeur que tu comprendras le sens de mon intervention. A rappeler qu'il a eu plusieurs avertissements de part et d'autres au Forumhaiti de faire cesser ces agressions virtuelles. mais Hélas!

Dilibon

Ne sois pas faché. Je ferai de mon mieux la prochaine fois. Mais permets-moi de rappeler à mes amis, mes freres haitiens que la vie est tellement précieuse qu'il faudra en savourer chaque seconde de notre vie et dire merci à Dieu.

Marc Henry,
Dilibon paka di sa.O kontre se forum sa ki brase tout lide .Menm sa ki pi repiyan yo.Mwen ak lot moun te plede pou menm Stanley Lucas,Erich Riche te vin patisipe sou sit.Pwoblem moun ,mwen espesialman mwen gen ak Dilibon,se jan li prazante lide li:se a prendre ou a laisser.Sak pa dako ak li gen tout non,ou byen se des ringards.Li menm li vinn ak modenite.Lap van Guy Theodore avek yon awogans ,se kom si yon moun pa aksepte kolonel/dok la,ou bon pou mouri.Gen moun sou sit ki pi konn dok la pase li.Ki viv ak dok la .Ki gen zanmi li ki marye ak dok la.(An pasan, Dr Haendel Carre ,,bofre Guy Theodore,se yon ansyen potpawol Prezidan Aristide).
Gen yon lot fason moun fe politik.Se pa denigreman ki pou ranplase pwogram.Ni mwen ,ni Dilibon nou gen yon pwen komen:se Haiti.Nou gen dwa pa antann sou kouman nap fe pou nou fel soti nan sa li ye.Men nou pakab ap goumen devan manman nou ki malad bien grav.Ann nou mete tout sa ki ta separe nou de kote pou sove,manman nou Haiti.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMar 18 Aoû 2009 - 11:35

Mr Dilibon a beaucoup à enseigner à notre communauté et je pense que Marc doit continuer sur cette lancée pour l'encourager à ré-activer son compte sur Forum Haiti.

Par contre, si Mr Deza veut utiliser ce forum pour inciter les gens à la violence, la Police du Web ne va pas tarder pour classer ce forum parmi la liste des organisations terroristes.

Je ne radote pas. Le site La Banlieue s'exprime est tombée dans cette catégorie et fait face aujourd'hui à de lourdes persécutions.

Encore une nouvelle fois, j'encourage les dirigeants à faire le bon choix pour déterminer qui ils vont autoriser à écrire sur ce forum ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
dilibon
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMar 18 Aoû 2009 - 12:07

Mwen oblije pwan youn ti tan poum mete kek bemol!

Marc, ou ka genyen youn enpresyon plizoumwen ekzak de mwen ke anpil lo tmoun sou sit la vi ke nou rankontre deja!

Mwen pa youn politisyen, mwen ap rantre nan politik an Ayiti ni deye job paske mwen pense tout moun pa oblije ap goumen deye job, deye zeb pou plen bouch yo selman. Mwen toujou di majorite ayisien ki vle al deye branch tete manman nou peyi dayiti pou yo ka al souse toujou di ke yo pwal fe chanjman andedan, pa mwen menm. E mwen genyen bon rezon pou sa, paske konpotman sa few pa ka we byen, recheh intere pesonel non selman few aveg men li rive fe anpil neg gaga, estropye mental. Genyen ti neg ki le yo te leve, pase nan presbite, rive jis nan palais nasyonal ki potko janm ale nan youn resort, nan oyun otel 5 etwal, ki pat konn fanm ak lajan serye kite pense ke lajan pa tap chanje yo, ki chanje jis nan pwen ke menm figi yo ke yo pa ka gade nan glas.

Tout sa mwen di la yo se poum di nou ke mwen ap nan kesyon vann Guy Theodore! Mwen tro balanse nan vi mwen poum ta tounen fanatik youn nonm! Mwen tro eklere poum nan nan fe apoloji vagabon pye sal, avadra gran chimen, malveyan ki abiye tankou ti Jezi nan po krab! AN fet mwen te toujou di ke mwen pa kwe mwen tap janm rankontre youn aysien mwen te ka rekomande moun pou prezidnas peyi dayiti nan vi mwen. Mwen ap genyen lontan depi ke mwen rekonet Dr. Theodore, mwen pense fok genyen moun ki konnen li pase mwen. Mwen fe rechech aprofondi sou neg la, mwen eksplike deja poukisa mwen we ke msie depase nivo ayisein nomal, li fe sakrifis ak chwa ke ayisien tradisyonel pa janm fe vre. Mwen pense ke msie te ka fe chwa kite ka mete li nan top level nan peyi ameriken. Mwen evalye ke li renmen peyi'a. Le mwen konpare karakte, pesonalite, rezilta travay neg al mwen ap we okenn moun sou teren ki rive nan nivo sa'a.

Manigat ak madanm li ak tout relasoyn ke yo genyen nan mond entenasyonal la ak nan peyi a, dapre mwen te ka mete menm youn bon inivesite nan peyi kite ka anpeshe anpil ayisien ale nan RD. Mwen toujou pense ke bon pwofese lekol dsitinge yo le yo reyisi fe transfe konesans nan byen bay lajenes pou nou ap repwodwi menm esevele ki ban nou paket grimason ak avoton de Lignorans ki sot pase sou pouvwa nan denye 30 tan ki sot pase la yo.

Kiles ki ka kopye kole youn kote mwen denigre oyun lot moun nan avantaj Dr. Theodore? Kisa mwen di kom denigreman kise menti?

Depi anvan depa Jean Claude Duvalier ke mwen te konn kritike tou, mwen te di ke Aristide se youn beau parleur, se youn neg ki ka chita ou kanpe sou lotel la kom militan pou ede chanje peyi men li pa genyen etof pou administre youn peyi! Se domaj apre Aristide tout lot demontre enkapasite ak enfantilism yo pou mete peyi sou ray tou. ALo mwen pense peyi pou oyun fwa bezwen grnamoun ki pou vinn ede li mashe e Dr. Theodore genyen youn griy endiskitab daptitid ak talan, de konpetans ak realizasyon ki mete arebo, konesans li de sekirite, gesyon, administre ak youn bidje enpotan, deal ak kominote entenasyonal la, koneksyon ak otut klas sosyal ki nan peyi net komanse pa klas peyizan, pase pa etidyan, ouvriye, pwofesyonel, etc... ki plase li nan youn klas apa, nan youn pozisyon eksepsyonel ke pesonn paka denye. Neg pap janm pwofet lakay yo vre, men pa genyen youn moun ki sou teren ki genyen youn cv konparab ak msie. Mwen respekte sa, mwen respekte konpetans, mwen respekte patriotism, mwen admire moun ki genyen kouraj fwa yo ak konviksyon yo. Dr. Theodore se oyun nan rar aysien ki ap renmen Ayiti nan boush ou byen tankou youn mirwa ke yo renmen pou gade visaj led yo a selman!

Se konsa mwen rayi lach! Mwen rayi moun ki pe pwan desisyon menm pou defann tet yo ak fanmi yo vwa pou fanmi yo! Nou ka kpnpare reyaksyon Zeyala ak konpotman Aristid pou nou ka we ke mesye a se youn lach, youn poltron!
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 52
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMar 18 Aoû 2009 - 12:46

dilibon a écrit:
Mwen oblije pwan youn ti tan poum mete kek bemol!

Marc, ou ka genyen youn enpresyon plizoumwen ekzak de mwen ke anpil lo tmoun sou sit la vi ke nou rankontre deja!

Mwen pa youn politisyen, mwen ap rantre nan politik an Ayiti ni deye job paske mwen pense tout moun pa oblije ap goumen deye job, deye zeb pou plen bouch yo selman. Mwen toujou di majorite ayisien ki vle al deye branch tete manman nou peyi dayiti pou yo ka al souse toujou di ke yo pwal fe chanjman andedan, pa mwen menm. E mwen genyen bon rezon pou sa, paske konpotman sa few pa ka we byen, recheh intere pesonel non selman few aveg men li rive fe anpil neg gaga, estropye mental. Genyen ti neg ki le yo te leve, pase nan presbite, rive jis nan palais nasyonal ki potko janm ale nan youn resort, nan oyun otel 5 etwal, ki pat konn fanm ak lajan serye kite pense ke lajan pa tap chanje yo, ki chanje jis nan pwen ke menm figi yo ke yo pa ka gade nan glas.

Tout sa mwen di la yo se poum di nou ke mwen ap nan kesyon vann Guy Theodore! Mwen tro balanse nan vi mwen poum ta tounen fanatik youn nonm! Mwen tro eklere poum nan nan fe apoloji vagabon pye sal, avadra gran chimen, malveyan ki abiye tankou ti Jezi nan po krab! AN fet mwen te toujou di ke mwen pa kwe mwen tap janm rankontre youn aysien mwen te ka rekomande moun pou prezidnas peyi dayiti nan vi mwen. Mwen ap genyen lontan depi ke mwen rekonet Dr. Theodore, mwen pense fok genyen moun ki konnen li pase mwen. Mwen fe rechech aprofondi sou neg la, mwen eksplike deja poukisa mwen we ke msie depase nivo ayisein nomal, li fe sakrifis ak chwa ke ayisien tradisyonel pa janm fe vre. Mwen pense ke msie te ka fe chwa kite ka mete li nan top level nan peyi ameriken. Mwen evalye ke li renmen peyi'a. Le mwen konpare karakte, pesonalite, rezilta travay neg al mwen ap we okenn moun sou teren ki rive nan nivo sa'a.

Manigat ak madanm li ak tout relasoyn ke yo genyen nan mond entenasyonal la ak nan peyi a, dapre mwen te ka mete menm youn bon inivesite nan peyi kite ka anpeshe anpil ayisien ale nan RD. Mwen toujou pense ke bon pwofese lekol dsitinge yo le yo reyisi fe transfe konesans nan byen bay lajenes pou nou ap repwodwi menm esevele ki ban nou paket grimason ak avoton de Lignorans ki sot pase sou pouvwa nan denye 30 tan ki sot pase la yo.

Kiles ki ka kopye kole youn kote mwen denigre oyun lot moun nan avantaj Dr. Theodore? Kisa mwen di kom denigreman kise menti?

Depi anvan depa Jean Claude Duvalier ke mwen te konn kritike tou, mwen te di ke Aristide se youn beau parleur, se youn neg ki ka chita ou kanpe sou lotel la kom militan pou ede chanje peyi men li pa genyen etof pou administre youn peyi! Se domaj apre Aristide tout lot demontre enkapasite ak enfantilism yo pou mete peyi sou ray tou. ALo mwen pense peyi pou oyun fwa bezwen grnamoun ki pou vinn ede li mashe e Dr. Theodore genyen youn griy endiskitab daptitid ak talan, de konpetans ak realizasyon ki mete arebo, konesans li de sekirite, gesyon, administre ak youn bidje enpotan, deal ak kominote entenasyonal la, koneksyon ak otut klas sosyal ki nan peyi net komanse pa klas peyizan, pase pa etidyan, ouvriye, pwofesyonel, etc... ki plase li nan youn klas apa, nan youn pozisyon eksepsyonel ke pesonn paka denye. Neg pap janm pwofet lakay yo vre, men pa genyen youn moun ki sou teren ki genyen youn cv konparab ak msie. Mwen respekte sa, mwen respekte konpetans, mwen respekte patriotism, mwen admire moun ki genyen kouraj fwa yo ak konviksyon yo. Dr. Theodore se oyun nan rar aysien ki ap renmen Ayiti nan boush ou byen tankou youn mirwa ke yo renmen pou gade visaj led yo a selman!

Se konsa mwen rayi lach! Mwen rayi moun ki pe pwan desisyon menm pou defann tet yo ak fanmi yo vwa pou fanmi yo! Nou ka kpnpare reyaksyon Zeyala ak konpotman Aristid pou nou ka we ke mesye a se youn lach, youn poltron!

Welcomeback,Dilibon.
mwen espere ou pap kouri anko.Ou gen dwa pale san w pa eksite.Kool kanmarad.Sou fowom nan nap chache kouman peyi a ka mache.Haiti se manman nou.
Revenir en haut Aller en bas
dilibon
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMar 18 Aoû 2009 - 13:22

Ou twonpe dadres, mwen pat janm di ke mwen te ale okenn kote. Eksepte, mwen te deja di colocolo ke mwen vreman OQP mwen ak pa genyen tan ekri anpil anko menm jan ak dans le passe! Mwen pa konprann poukisa ou di kool la, mwen pale ak ou tankou gason kap pale. Mwen pa youn adept ou sipote de la feminisation ou encore de L"Oprahrisation de la parole!

Kouri? Met la depi m piti le youn koleg te pwan chans goumen ak mwen, menm si mwen bat se chak jou mwen vle bay moun nan youn leson pou lot pa pwan chans menm manke di yap vle goumen ak mwen. Depi mwen nan batay mwen goumen ak tout sam genyen! Se tande mwen te konn tande yap di voye woch, mode, se lach, menm zeb mwen voye sou advese a. Mwen ap janm vlope ke mwen poum kouri devan pesonn! Nan konba katye kont katye, bo lakay mwen tout lot katye te konenn yo pat ka vinn bay defi.... Nan goumen pou peyi dayiti menm, mwen pa pwan prizonye poum pa ale nan kesyon totire! Se pa vini w ki pou sove w!
Revenir en haut Aller en bas
kami
animatrice
animatrice
kami


Féminin
Nombre de messages : 2981
Localisation : ICI
Opinion politique : La séparation des pouvoirs
Loisirs : Lecture, Dormir
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMar 18 Aoû 2009 - 15:43

Dilibon,

Se pou di tou ke ou utilize inteligans Bondye ba-w lan tro bien, ke anpil moun tilespri paka konpran ou, se youn nan rezon gin derayman konsa sou forum nan. Paske yo pa konprann yo panse ke ou insulte yo oliye pou you mande eklersisman. Mezanmi, logey anvayi neg ayisyen.

Mwen byen kontan ke absans ou pa dire lontan paske (d'ailleurs sans flatterie) mwen toujou rinmin li post ou yo.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMar 18 Aoû 2009 - 15:48

kami a écrit:
Dilibon,

Se pou di tou ke ou utilize inteligans Bondye ba-w lan tro bien, ke anpil moun tilespri paka konpran ou, se youn nan rezon gin derayman konsa sou forum nan. Paske yo pa konprann yo panse ke ou insulte yo oliye pou you mande eklersisman. Mezanmi, logey anvayi neg ayisyen.

Mwen byen kontan ke absans ou pa dire lontan paske (d'ailleurs sans flatterie) mwen toujou rinmin li post ou yo.

Dilibon,

Map rapele ou ke lè ou gen admirasion medam yo, fok ou apran dire!
Revenir en haut Aller en bas
dilibon
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMar 18 Aoû 2009 - 16:51

Kami,

Admirasyon an mityel! Pa genyen twop efo pou sevo ki branche sou menm longe dond pou yo kominike san gran jefo! Lojik se youn ti klas matematik ke anpil gwo neg meprize mwen ap janm konprann pou kisa? Ou itilize tout sans ou pou w ak konprann e mwen pa menm bezwen ou di tout detay pou mwen konprann sa ke wap pale!
Revenir en haut Aller en bas
dilibon
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMar 18 Aoû 2009 - 16:52

Colocolo,

Mesi anpil pou konsey la men sonje ke se mwen ki fose rantre mo dire a nan diksyone a... Se basans nan Kami di ki pa dire se pa presans nan!
Revenir en haut Aller en bas
dilibon
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMer 30 Déc 2009 - 11:08

Réflexions sur l’Education

Par Emmanuelle Gilles, New York
Email : manugi28@yahoo.fr

Les plans de réformes par rapport à l’Education n’ont jamais de suite, mais non seulement à cause des circonstances imprévues mais surtout à cause du refus d’assurer la continuité de l’Etat, une obligation très évidente mais qui échappe aux gens du pouvoir. Question de mentalité? C’est là aussi qu’on peut constater l’inconscience, la méchanceté et la fainéantise des gouvernements successifs. Nous avons devant nous l’exemple récent des projets suite au cyclone Jeanne qui n’ont jamais eu de suivi. Tout cela est lié à l’irresponsabilité qui a toujours caractérisé les dirigeants Haïtiens. En ce qui a trait aux circonstances imprévues, il y en aura toujours comme partout et dans tout.

Imaginez que je suis dans un bureau ou je gère un projet de plusieurs millions – je ne suis donc pas plus indispensable que le projet lui-même, je peux démissionner mais la continuité du projet demeure viable. Et si l’état n’arrive pas à comprendre cet aspect très élémentaire de la réussite, on se demande comment peut-on compter sur l’état pour le développement du pays en entier. Est-ce une question d’éducation ou de mentalité ou d’idiosyncrasie? Au regard du panorama politique et économique et le manque de sensibilité au développement de l’individu et du pays, il me semblerait plutôt que nos leaders ont été programmés et de ce fait mal éduqués. Les diplômes ne font pas de nous des gens éduqués mais la manière dont nous stockons et utilisons notre connaissance, la qualité de la connaissance et notre capacité de la mettre en pratique peut nous aider à définir l’éducation et son rôle dans notre société. Dans le cas d’Haïti, la méthode qui consistait à réciter des leçons par cœur sans faire des analyses nous ont mal éduqué – c’est tellement vrai qu’on rencontre des gens qui se disent éduqués qui peuvent bien s’exprimer mais n’ont aucune capacité de raisonnement rationnel. A mon avis, c’est la raison pour laquelle le pays se trouve dans cet état.

L’Education versus l’Instruction

Comme disait Descartes, je pense donc j’y suis. D’abord, l’éducation certainement n’est pas une fin en soi, elle est un moyen d’acquérir des connaissances et aussi d’atteindre des objectifs qui peuvent consister à une simple satisfaction en soi tout comme un moyen de mettre à profit notre connaissance au service d’une collectivité. L’éducation a des composantes variées, soit l’instruction car elle concerne l’acquisition du savoir dans des domaines spécifiques ou généraux, soit la formation personnelle d’un individu, ce que nous aurons appris de nos parents, les mœurs, les traditions que nous apprenons à préserver. Les deux se complètent. L’éducation peut être théorique et pratique et pour qu’on en voit le fruit, il faut combiner la théorie avec l’expérience pratique, et c’est la que l’individu pourrait devenir un atout pour sa société ou pour son pays. L’éducation permet à un individu de tester son potentiel pour voir jusqu’ou il peut aller à développer son esprit et sa capacité, car la connaissance s’acquiert et les potentiels se développent. A travers l’éducation on peut plus facilement découvrir et développer son potentiel, sinon on n’aurait pas pu avoir des scientifiques. J’aurais défini l’éducation comme une opportunité de développer sa capacité latente à apprendre des choses nouvelles. Par exemple, ceux des milieux ruraux qui n’ont aucun accès à l’éducation certainement possèdent déjà une capacité d’apprentissage qui n’est pas exploitée. Il peut y avoir des génies parmi eux qui n’ont jamais pu faire preuve de leurs dons faute d’opportunités.

L’argument sur l’isolement de nos agriculteurs qui détiennent déjà des connaissances pratiques et leur rôle dans le secteur de l’agriculture qui a toujours représenté près de 70% de notre économie pourrait être supplémentée par une instruction de base ou complète capable de les aider à mieux gérer leur terre et à produire davantage tout en leur accordant un estime en soi à travers des choix d’éducation et d’instruction disponible à eux. Le manque d’accès à l’éducation dans les milieux ruraux provoque la dégradation plus accélérée de l’espace rural et les ressources naturelles du pays. Malgré que l’agriculture représente toujours le moteur de l’économie haïtienne, mais ce secteur traverse une crise particulièrement difficile qui aurait pu être contrôlée si le peuple rural avait un minimum d’éducation pour comprendre :

a) Comment la démographie élevée accentue-t-elle la pression foncière?

b) Comment éviter l’accélération de pertes des sols ?

c) La fragilité des facteurs du milieu physique e.g. 60% des terres cultivées
sont située en montagne sur des pentes très fortes, ce qui fait que le régime des pluies favorise le ruissellement ;

d) Comment éviter ces facteurs qui sont à la base de la baisse de la productivité du travail ?

e) Comment aussi ils peuvent faire des revendications adéquates pour la préservation de leurs sols et ainsi comprendre la raison pour instituer des lois adéquates ?

f) Comment améliorer la production sans dégrader l’environnement ?

g) Comment savoir la nécessité de planter des arbres lorsqu’on les coupe etc.

L’éducation est donc essentielle

Nous savons que les questions ci-dessus combien importantes ne font pas partie des préoccupations des agriculteurs ruraux qui ne voient que leur survie. L’éducation est donc essentielle dans tous les secteurs et dans tous les milieux pour notre survie et pour la survie de notre nation. Déjà nos agriculteurs ratent des opportunités d’or de faire des affaires avec la présence de la MINUSTAH. Ils ne peuvent produire en quantité suffisante pour répondre aux besoins en alimentation de cette organisation présente sur nos sols. Pourtant la république voisine est celle qui pourvoie aux besoins de la MINUSTAH en fruits et en légumes malgré leur fort investissement dans le secteur service.

En Haïti, on a un problème majeur lié a une mentalité qui aurait pu être changé à travers une méthode d’éducation qui mettrait beaucoup plus d’accent sur l’analyse et le développement des pensées même quand chaque personne se concentre dans des domaines différents. On remarquera aussi que les Haïtiens ont tendance à choisir des professions classiques tels que: «médecine, Droit, Sciences sociales ou politiques, Sciences de l’Ingénierie ou de l’éducation – on retrouve donc beaucoup d’avocats, beaucoup de médecins, d’infirmières et d’ingénieurs alors que le pays a besoin beaucoup plus de cadres dans les professions plus techniques, telles que les sciences de l’environnement, la géologie, géophysique, L’aménagement du terroir, la gestion foncière, l’agroforesterie, Foncier décentralisation, Droit foncier, Habitat et Aménagement Urbain, gestion des ressources en eau, développement rural, gestion des ressources naturelles, la pisciculture et tant d’autres etc.…. L’état Haïtien qui devrait identifier les besoins en expertise n’a rien fait pour orienter leurs citoyens dans ces domaines cruciaux ni valoriser le peu de cadres a sa disposition pour le développement du pays. Ils préfèrent faire appel à des consultants internationaux qui gagnent des sommes faramineuses pour leur service dans des projets pour lesquels les prochaines générations auront à rembourser les prêts.

Le fait qu’on puisse bien écrire ou parler la langue Française ne veut pas dire nécessairement qu’on a une intelligence généralisée. On peut avoir une bonne maitrise d’une langue. On peut être efficace seulement dans un domaine et non pas dans un autre. On peut trouver un brillant physicien qui est assez intelligent pour l’invention mais ne possède pas l’intelligence émotionnelle pour discerner des choses émotives telles que quand quelqu’un souffre et a besoin d’attention. C’est dans ce même contexte qu’on constate des cadres dans l’administration publique en Haïti qui ne voient pas autour d’eux les besoins essentiels d’un pays ni d’un citoyen ou citoyenne. La question est de savoir, comment développer cette intelligence émotionnelle, est ce génétique ou héréditaire, ou est ce que cela s’acquiert avec une méthode d’éducation ou a travers une expérience pratique de la vie ?

L’Education et les opportunités exploitables

Je ne me targue pas d’avoir ni l’intelligence, ni l’éducation, par contre j’adore ceux qui développent leur talent intellectuel.. Je peux dire que je vois des opportunités pour Haïti de pouvoir générer des ressources financières à partir de ses propres ressources humaines afin d’augmenter l’emploi et générer des revenues en augmentant le secteur service en absence de ressources naturelles (présumant qu’on n’a pas de ressources naturelles viables et exploitables) pour cela, il faut d’abord un simple changement de mentalité et un meilleur investissement, donc une révolution dans le secteur de l’éducation (cela sous entend également l’instruction civique et morale) a travers le pays avant tout. L’élargissement du secteur service mettrait moins de pression sur l’agriculture et cela peut être l’objet d’une autre discussion.

Finalement, nous constatons que le grand contraste au niveau des couches sociales en matière d’éducation vient d’une absence d’intelligence émotionnelle qui obstrue leur capacité de discerner les besoins en éducation des enfants haïtiens. La réaction des classes favorisées vis-à-vis des démunis témoignent d’une absence non pas de l’éducation mais d’intelligence qui ne leur permet pas de faire une approche sociologique ou mathématique du contraste entre démunis et les nantis - d’où viennent des réactions spontanées de snober, d’isoler et de s’auto-élever au dessus des montagnes creuses au lieu de participer aux campagnes visant l’épanouissement du peuple, l’unique façon de changer notre image et notre société.

Je terminerais ainsi dans le cas d’Haïti : « Education d’abord, éducation ensuite et éducation enfin. »

27 Mai 2008
Revenir en haut Aller en bas
dilibon
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMer 30 Déc 2009 - 11:20

Éduquer n'est pas dominer par Teddy Thomas
(L'enseignement public sous son aspect psychosocial)

De nombreuses études ont été publiées sur l'enseignement public en Haïti. Des plans de réforme élaborés par des experts auraient maintes fois été présentés aux autorités nationales pour finir leurs jours dans les tiroirs. Certains projets amorcés furent interrompus par des circonstances imprévues relevant le plus souvent de l'instabilité politique dans le pays. Entre-temps, le thème inévitable de l'enseignement rebondit sans cesse dans les débats sur l'avenir et le développement de notre pays.. Sans être spécialiste en la matière, je me pose parfois certaines questions au sujet de ce qu'on appelle communément l'éducation. Est-elle une fin en soi ou un moyen d'atteindre d'autres objectifs plus éloignés ? Est-elle spécifique à une culture ou à une civilisation particulières ? À partir de quel
niveau faut-il se considérer éduqué ? L'éducation rend-elle ceux qui l'ont reçue essentiellement meilleurs que ceux qui ne l'auraient pas ?

Il faudrait, tout d'abord, faire le point sur ce que nous désignerons par le terme « éducation ». J'en ai rencontré plusieurs acceptions, à différentes époques et en différents lieux. Commençons donc par jeter ensemble un coup d'oeil sur les définitions avant de parcourir quelques généralités sur l'évolution de ces dernières, pour ensuite entrer dans le vif du sujet avec une perspective haïtienne de la question.

Les dictionnaires français que j'ai consultés proposent, au sujet de l'éducation, les définitions suivantes : Mise en oeuvre des moyens propres à assurer la formation et le développement de l'être humain (Robert). Action de développer les facultés morales, physiques et intellectuelles ; son résultat (Hachette). Action d'éduquer, de former, d'instruire quelqu'un ; manière de comprendre, de dispenser, de mettre en œuvre cette formation (Petit Larousse). Ce dernier ayant répété le verbe dans la définition du substantif, j'y ai aussi vérifié sa définition du verbe « éduquer » : Former l'esprit de quelqu'un, développer ses aptitudes intellectuelles, physiques, son sens moral - On remarquera que ces définitions ont ceci de commun qu'elles suggèrent un projet au sens large, s'adressant aux qualités non seulement intellectuelles, mais aussi physiques et morales. Il ne s'agit là que des premières définitions, celles qui paraissent en tête de liste parce qu'elles correspondent à l'emploi le plus fréquent du terme.

Plus bas, en deuxième ou troisième place, figure dans chacun de ces dictionnaires une autre définition qui, dans le contexte du présent article, retient aussi l'attention : Connaissance et pratique des usages de la société (Robert).. Connaissance et pratique des usages (politesse, bonnes manières, etc.) de la société » (Hachette). Connaissance des bons usages d'une société ; savoir-vivre » (Larousse) - Nous y reviendrons.

Les autres définitions proposées concernent plutôt les spécialisations; elles accolent un adjectif au substantif « éducation » : éducation physique, politique, civique, etc.

Le sens des mots évolue souvent, surtout lorsqu'ils sont communs à plusieurs langues et utilisés dans différents pays. Une évolution parallèle semble ainsi se produire comme par un effet de vases communicants entre des sociétés peut-être physiquement éloignées, mais rapprochées par la culture ou les intérêts. « Éducation » est l'un de ces mots acceptés par plusieurs langues. Il existe sous des formes variées non seulement dans le français et d'autres langues romanes, mais aussi en anglais et probablement dans plusieurs idiomes. Alors qu'un même mot peut acquérir successivement différents sens à travers le temps, il peut arriver que plusieurs de ses acceptions interviennent simultanément dans le parler de la même époque. L'une d'elles bénéficie souvent d'une utilisation prioritaire dans un milieu donné, à un certain moment.

Le choix de l'emploi prioritaire et de la forme grammaticale des mots est fréquemment déterminé par des personnes qui occupent une position dominante dans leur société. Cette dernière l'accepte souvent par conformisme, par commodité ou pour d'autres raisons parfois même apparentées à la politique. Il se dit, par exemple, que le mot « carrosse» aurait autrefois été employé au féminin (Toujours d'un valet ta carrosse est suivie [Régnier] – cité par le dictionnaire Littré). Un jour, Louis XIV se trompa sur le genre de ce mot. Personne, dans l'entourage du Roi Soleil, n'ayant eu l'imprudent courage de relever l'erreur de Sa Majesté, nous nous retrouvons aujourd'hui à dire «un» carrosse, sous peine d'être sanctionnés par les gens de bien qui parlent du bon français. En d'autres temps, sous d'autres cieux, on a aussi vu comment des termes comme « terroristes » et « révolutionnaires » peuvent changer de camp au gré des alliances ou des sympathies de ceux qui parlent. Dans un milieu sectaire, un même acte ou un même propos sera assorti d'un qualificatif différent selon que son auteur appartiendra ou non au sérail.

Autrefois, en Haïti, la haute société et la bourgeoisie moyenne disaient donner à leur progéniture une bonne éducation, pour en faire des enfants bien élevés. Celui qui transgressait les règles de bienséance pouvait s'entendre accuser, dans un ordre croissant de sévérité, d'être un impoli, un mal élevé, un grossier personnage ou une personne sans éducation. Cette éducation n'avait pas beaucoup à voir avec la formation scolaire, car il s'agissait alors des bonnes manières (voir les définitions plus haut), qui n'étaient autres que l'art de reproduire ce qu'on croyait savoir des coutumes de l'aristocratie française : observer à table une certaine gestuelle, éviter de roter bruyamment, bien s'exprimer en français, etc., tout ce dont pouvait se préoccuper ce beau monde très peu enclin à produire lui-même les nécessités de base de son existence. Cette aristocratie de facto donnait le ton a l'ensemble de la population, dictant ses goûts et ses définitions. C'est ainsi qu'à l'époque, on se voyait forcé de lui reconnaître le monopole de la bonne éducation et le privilège exclusif du « paraître ».

Au fil des décennies, les usages évoluèrent chez nous au rythme des changements qui s'opéraient dans les pays modèles. On vit ainsi changer le sens de la « bonne éducation », qui déborda les limites auparavant tracées par ceux qui se faisaient passer pour les gardiens des manières européennes. En même temps que le langage, la donne politique et sociale fut forcée de s'aligner petit à petit. Les nouveaux bénéficiaires furent parmi ceux qui avaient pioché dur sur les bancs de l'école pour se frayer au compte-gouttes une petite place parmi les gens d'en haut. Cette ascension sociale, difficilement réalisée, permit aux accédants de se mettre en position de dire les quatre vérités (en bon français) à ceux qui continuaient à leur parler de haut, malgré leur excellente « préparation ». La bonne société dut donc condescendre à partager les privilèges, du moins en partie, avec ceux qui s'imposaient désormais comme fonctionnaires, professionnels, professeurs, bref, des gens dont on ne pouvait plus dire qu'ils n'avaient pas d'éducation. « Welcome to the community of educated people », comme on le dit aux États-Unis pour accueillir les nouveaux diplômés des universités. L'instruction, qui venait de servir de passerelle aux anciens refoulés, empiéta peu à peu sur la définition précédemment attribuée à l'éducation pour finir par en constituer
l'essentiel. Le rapprochement devint si étroit que parler d'éducation dans le langage courant, c'était vraiment faire référence à l'instruction. Tous se rangèrent allégrement sous la bannière de l'éducation. Ce furent les accolades entre les nouveaux alliés de classe autrefois tenus à distance par les préjugés de caste. La société exclusive des gens éduqués venait d'élargir le nombre de ses adhérents et l'on se mit ensemble à parler d'éduquer le peuple, sans vraiment le vouloir.

L'exemple vient d'en haut. Au temps de la colonie, les affranchis s'efforçaient d'imiter les colons, consommateurs insatiables des fruits du labeur des autres, amateurs irréductibles de jouissances faciles et coureurs de jupons impénitents. Après l'Indépendance, les anciens affranchis prirent la place des Blancs. Devenus les nouveaux maîtres, ils ne firent presque rien pour modifier les relations de production ou améliorer le mode de production sociale. Il fallait bien s'attendre à ce que les anciens esclaves, comme les masses qui en sont descendues, haïssent le sort de bêtes de somme qu'on leur réservait. Rien de réel ne fut jamais entrepris pour les tirer de ce qu'on croyait être leur ignorance, car leur donner l'éducation ou les moyens de s'adapter au mode de vie urbain équivaudrait, pour ceux qui bénéficiaient le plus de leur sort, à couper la branche sur laquelle reposait leur principale source de loisirs. Plus on pensait voir d'illettrés au bas de la pyramide, mieux on semblait s'amuser au sommet.

La paysanne des mornes et des plaines, portant courageusement sa lourde croix, caresse jusqu'à présent le rêve de voir un jour son fils plastronner dans la capitale à côté de tous ceux qui ont réussi. Rêve qui ne se réalise que dans de très rares cas entraînant, comme on le sait, des séquelles dues à l'esprit de caste du milieu. Il s'agit de cette même paysanne sur qui, pendant deux siècles, a reposé notre production essentiellement agricole ; cette même, traditionnellement chargée de produire la nourriture et de venir, parfois à pied ou à dos d'âne, écouler ses produits dans les marchés urbains. Normalement, la société et l'État auraient dû valoriser et faciliter son rôle et celui des siens, et les inciter à produire mieux et davantage pour le plus grand bien de tous.. Au contraire, ceux et celles qui ont travaillé pour nourrir nos citadins ont toujours été méprisés en raison justement de leur rôle indispensable. Hormis quelques efforts limités des milieux associatifs, l'État ne se soucia jamais de mettre à leur portée les moyens systématiques d'améliorer leurs revenus par un rendement accru de leur travail. On cultiva le mythe qu'ils étaient bien plus aptes à faire usage de leurs mains que de leur cerveau. D'où la honteuse imposture de ceux qui croyaient devoir penser pour eux et à leur place, en attendant, si jamais, de les avoir éduqués. Avec cette attitude complexée par rapport aux travaux manuels, comment s'étonner que, pays essentiellement agricole, nous soyons encore embourbés dans le sous-développement ? Tant que le travail concret ne sera pas respecté, valorisé et justement rémunéré, nous continuerons de dépendre des autres pour l'essentiel de notre existence.

À travers l'évolution du beau vocable « éducation », nous pouvons voir que la totale équation établie entre ce terme et celui d'instruction, d'enseignement ou de scolarisation n'est que l'effet d'une dérive linguistique voulue, dans un usage favorisant une partie de la société. En fait, les dictionnaires les mieux cotés, tout en reconnaissant un certain voisinage entre les définitions, évitent de confondre totalement éducation et instruction ou enseignement. Les intérêts de classe intervenant comme d'habitude, l'instruction, désormais appelée éducation, est devenue progressivement un apanage servant à distinguer une partie de la nation de l'autre, la première disant à la deuxième : «Vous devez être comme nous, ou il vous manquera toujours quelque chose à nos yeux. Nous ne saurons vous traiter comme des citoyens à part entière ou des égaux, ni faire cas de vos opinions tant que vous ne vous serez assis sur les bancs de nos écoles. »

Qu'on ne prenne pas ce qui précède comme une condamnation de ce qu'il a été convenu d'appeler l'éducation. Cette dernière, bonne et utile en soi, peut toutefois fonctionner comme un outil à double tranchant; tout comme l'ustensile de cuisine qui sert à satisfaire nos besoins en nourriture, mais peut aussi être converti en arme pour blesser ou tuer ; tout comme la christianisation des esclaves pour les rendre plus soumis, donc plus exploitables ; tout comme l'acculturation des élites
africaines pour coloniser le Continent noir. On se plaît à raconter cette blague en Afrique du Sud : « À l'arrivée des Blancs sur nos terres, ils nous tendirent une Bible et nous dirent : "Fermons les yeux
et prions". Croyant qu'ils étaient sincères, nous consentîmes alors à fermer les yeux pour prier. Quand nous avons rouvert les yeux, ils avaient les terres et nous avions la Bible. »

Le prestige du mot « éducation » n'est pas dû au hasard. Il est le préféré de ceux qui font une référence absolue de leur bagage livresque, dit intellectuel, à cause de tout ce qu'implique le terme. C'est que celui-ci dérive du prestigieux verbe latin educere, qui signifie « faire sortir » (veuillez entendre par là, sortir de son état primitif). Comme le chêne géant qui est issu d'une graine, pour atteindre des hauteurs supérieures et trôner sur son entourage. La personne éduquée, c'est l'oracle qui domine par son esprit et par sa verve, et en présence de qui les autres doivent se taire pour écouter et recevoir l'éclairage sur les sujets les plus divers. Selon la racine étymologique, toujours présente dans la pensée de la personne éduquée, celle-ci aurait, mieux que tout le monde, atteint les suprêmes vertus de l'épanouissement humain, inaccessibles aux frustes parce qu'ils ne sont pas éduqués : vastes connaissances, rectitude morale, intelligence vive et probité intellectuelle, courage et capacité de dépassement de soi, sérénité en face de la tentation, dignité dans la défaite et modestie dans la victoire, respect de la parole donnée, générosité et compassion pour les autres... Hélas ! Allez voir.

Autrefois en Haïti, des grandes dames de la société se vantaient d'avoir des bonnes stylées, qui pouvaient aller au marché avec une liste en main pour les provisions alimentaires. Certaines gens de maison savaient ainsi lire grâce aux bons soins de la patronne ou de ses enfants, mais la plupart devaient garder toute leur vie le statut de subordonné(e) s.. Là s'arrêtait leur « éducation ». Au niveau des entreprises, les patrons demandent aux ouvriers d'acquérir un peu plus que les notions rudimentaires de lecture et d'écriture. « To get a good job, get a good education. » Mais le patron se gardera bien d'embaucher quelqu'un qui semble trop « éduqué », de peur qu'à la première occasion il n'échappe aux contraintes de son job pour chercher mieux ailleurs. Là encore, la « good education » est celle qui fidélise l'employé, au mieux des intérêts de l'employeur. Bien sûr, dans les pays industrialisé s, avec un marché de l'emploi plus ou moins favorable, le salarié arrive souvent à s'instruire au-delà des exigences de son emploi actuel, pour se mettre le plus tôt possible à la recherche d'un meilleur. Mais en Haïti, c'est un tout autre monde, surtout quand la vieillesse arrive au galop et qu'on ne bénéficie pas d'un régime de retraite ou de protection sociale. Le salariat peut ainsi être vu comme l'héritier direct de l'esclavage pour ceux qui n'ont pas eu l'éducation.

Cette façon de présenter uniquement l'éducation selon une perspective occidentale comporte une autre implication. L'idée, transmise à dessein sans être trop clairement exprimée, est qu'il ne saurait exister d'autres moyens d'atteindre les niveaux élevés du développement humain. Ajoutons ici quelques questions à celles que nous avons posées en introduction : L'éducation a-t-elle une valeur absolue, applicable en tout temps et en tous lieux ? Les grands esprits d'autrefois possédaient-ils autant de connaissances que les jeunes internautes d'aujourd'hui, dont l'accès à la connaissance est virtuellement illimité ? Quelle est la pertinence de l'éducation pour celui ou celle qui change de milieu ? L'éducation perd-elle son utilité dans certaines circonstances et peut-elle s'acquérir par des voies autres que celles consacrées par les cultures occidentales ?

Imaginez-vous un moment ce monsieur Je-Sais-Tout qui se verrait contraint, par des circonstances totalement imprévisibles, à vivre le reste de ses jours dans un milieu qui lui est tout à fait étranger, loin de toute influence occidentale. Imaginez-le dans une contrée éloignée d'Asie ou du monde arabe. Le voilà redevenu analphabète ! Il ne peut ni lire, ni demander le nom de la rue où il se trouve, ni consulter un annuaire téléphonique, dont les pages peuvent d'ailleurs être écrites de droite à gauche. Imaginez-vous cet homme pris en charge par un adolescent, de l'âge de son petit-fils, pour lui inculquer les premières notions de lecture et d'écriture dans une langue qu'il ne parle pas, en le traitant de sot et d'ignare quand il lit mal.. C'est l'image que revêt parfois chez nous ce grand bien qu'est l'alphabétisation, passage obligé de l'éducation.

Il me semblerait plus sain et (intellectuellement ) plus honnête de considérer l'éducation, l'instruction, l'enseignement, ou ce que vous voudrez, comme une transmission de savoir pouvant passer dans les deux sens. Il ne pourrait être ainsi question de mettre en infériorité celui qui apprend à lire et à écrire, pour la seule raison que ses références cognitives sont différentes. Car il a bel et bien un intellect, quoi qu'on pense du contenu de son crâne. Dans son champ d'expérience, de connaissances et de compétences, l'analphabète peut avoir bien des choses à apprendre à ceux qui ont été hautement scolarisés.

Comme l'a maintenu l'ethnologue malien spécialiste des traditions orales, Amadou Hampâté Ba, « un analphabète peut être un savant illettré... [qui] a reçu ses diplômes de l'Université de la Parole... L'écriture est une photographie du savoir ; elle n'est pas le savoir ». Ce prolifique écrivain, appelé de son vivant « le sage », représenta son pays à l'Unesco au cours des années 60. Il y ponctua l'un de ses discours par la célèbre phrase : « Je désire être, je refuse de paraître ». Selon lui, en Afrique, un vieillard qui se meurt peut être, dans certains cas, comparé à « une bibliothèque qui brûle ». De son côté, le psychologue américain Howard Gardner relançait plus tard l'idée des intelligences multiples. Dans son ouvrage bien connu « The Theory of Multiple Intelligences », Gardner préconise que l'enseignement prenne en considération les dispositions naturelles d'un individu et les caractéristiques de son milieu. Selon ce diplômé et professeur de Harvard University, les aptitudes intellectuelles se diviseraient au moins en sept catégories déterminant les compétences potentielles d'une personne, à côté des domaines généralement privilégiés de la lecture, de l'écriture, de la logique et des mathématiques, pris en compte de manière quasi exclusive dans la civilisation occidentale. Pensons-y avant de parler d'illettrisme ou de faiblesse intellectuelle !

À l'âge de l'ordinateur, où nous vivons, il ne devrait pas être difficile de comprendre que tout savoir se décompose en éléments d'information. Instruire, enseigner, ou éduquer ne peut ainsi être qu'une transmission d'informations, qui doit se faire dans le respect de la dignité de celui qui reçoit. Inversement, celui qui transmet l'information devrait aussi comprendre qu'il doit garder l'esprit assez ouvert pour recevoir à son tour, c'est-à-dire apprendre de l'autre qui, étant essentiellement un égal dont le parcours a été différent, ne doit pas être vu comme un récipient vide. Le savoir, qui est toujours relatif, ne peut être présenté comme un monopole inhérent à un groupe, ni un badge de supériorité.

L'idée de rédiger cet article m'est venue en lisant des courriels que m'ont adressés quelques lecteurs au sujet de ce qu'on appelle l'éducation. L'un d'eux pense qu'il faut commencer par changer radicalement le cursus dans nos écoles : réduire l'enseignement de la littérature française et enseigner la littérature, le théâtre, la musique et le folklore de notre pays, sans oublier le Vodou, qui est la base de la culture nationale. Il ajoute que le but de cet enseignement serait d'apprendre au citoyen à aimer d'abord ce qui est haïtien.

Un autre lecteur a semblé partisan d'une large participation à la formation de nos jeunes : « Je ne parle pas seulement de ceux qui ont des diplômes, mais de tous ceux qui peuvent apprendre et montrer leur savoir. Ce que j'ai appris de la vieille dame qui m'a élevé, jamais je ne l'aurais appris ailleurs. Sans télévision et sans lumière à cette époque, elle me faisait écouter les bruits de la nature comme le bananier qui geint comme une femme qui accouche quand il jette ses fleurs ; le contour de la lune pour savoir s'il va pleuvoir ou y avoir des tremblements de terre. »

Je pense que c'est assez clair et ne vois rien à y redire.

Teddy Thomas
Adresse courriel : teddythomas@ msn.com
28 Septembre 2008
Revenir en haut Aller en bas
dilibon
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMer 30 Déc 2009 - 14:02

[Forum culturel] Préval Notification D'expulsion-Eviction Notice ...
Wed, December 30, 2009 5:27:41 AM
Bella Natacha





René Préval Notification D'expulsion/Eviction Notice

Considérant que vous avez trahi la République d'Haïti en conservant une force d'occupation de l'ONU sur le sol haïtien, qui semblent être là pour vous protéger, en cas où votre incompétence est devenue intolérable aux citoyens
haïtiens. Considérant que le mandat de la MINUSTAH a pris fin en Octobre 2009, mais vous l'aviez renouvelé en dépit du fait que la constitution haïtienne interdit la présence de toute force étrangère sur le sol haïtien.

Considering that you betrayed the Haitian Republic by retaining a UN occupying force on Haitian soil, who seem to be there to protect you from being tossed out of office, in case that your incompetence became intolerable for Haitians to continue to bear. Considering that the MINUSTAH mandate expired in October 2009, yet you had it renewed despite the fact that the Haitian Constitution prohibits the presence of any foreign force on Haitian soil.

Considérant que vous avez constamment violé laConstitution haïtienne de 1989…Par l’importation d'armes à feu, de munitions, d'explosifs, et l'utilisation d'armes de guerre et d'équipements. Quand vous avez personnellement fait exploser une bombe à Pétion-Ville au cours d'un événement politique {Décembre 1990} qui a tué et blessés de nombreuses personnes à la place Saint-Pierre. Ce fut un acte de terrorisme. Considérant que vous et Aristide ont distribué les 27.000 armes à feu aux bandits qui non seulement empoisonnement la jeunesse haïtienne, mais ils continuent à victimizer et persécuter les citoyens haïtiens en 2009.

Considering that you have constantly violated the 1989 Haitian Constitution…

In l990 when you imported firearms, munitions, explosives, and used war weapons and equipments on Haitian citizens. You personally detonated a bomb which killed and gravelly hurt Haitian citizens in Pétion-Ville during a political event at place Saint–Pierre {December 1990}. That was an act of terrorism. Considering that

You and Aristide were the ones who distributed the 27,000 firearms to the very bandits, who are poisoning the Haitian youth with drugs, and are still persecuting and preying on Haitian citizens in 2009.

Considérant que, avec l'aide d’un criminel de la trempe d’Amaral Ducloma et votre allégeance avec d’autres bandits, vous avez commis des atrocités et des crimes odieux non seulement contre vos adversaires politiques, mais aussi contre beaucoup de citoyens haïtiens. Tous ces enlèvements qui ont été infligées pour intimider et punir certain segment de la population haïtienne ont contribué à un état d'insécurité qui a causé le manqued'investissements et de tourisme qui auraient créé des millions d'emplois pour les pauvres. Vous avez mis en péril l'économie haïtienne avec vos manœuvres politiques. En outre, vous avez relégué les gens qui ont voté pour vous à la pénurie, et unemisère permanentelorsque vous avez refusé de publier la loi pour un décent salaire minimum.Vous avez laissé les enterprises américains et leurs junior partenaires d'affaires Haitiens exploiter les travailleurs haïtiens. Vous avez condamné nos citoyens à une pauvreté chronique à cause de votre manque de vision. Vous n'avez jamais appris une vérité fondamentale: C’est une large classe moyenne qui maintient l'économie à flot dans un système capitaliste, non pas quelques personnes riches.

Considering that with the help of a criminal in the ilk of Amaral Ducloma and your allegiance with other bandits, you committed odious crimes and atrocities against your political opponents and also against private Haitian citizens. Due to your shortsightedness, the waves of kidnappings which were designed to punish and intimidate Haitian citizens, have caused the insecurity level, which resulted in a lack of foreign and Diaspora investments. Millions of jobs could have been created for the desperately poor in manufacturing and through a healthy tourist industry. You have placed the Haitian economy in peril due to your political maneuvers. You have relegated the people who voted for you to a life of penury and misery by not publishing the new law for a decent minimum wage.You have let Corporate America feed on Haitian poverty. You have never learned one fundamental truth: It’s a large and economically healthy middle class that keeps the economy afloat in a capitalist system, not a few wealthy people.

Considérant que vous avez détourné environ 1,6 milliards de dollars qui appartenaient au peuple d'Haïti. Considering that you embezzled an estimated 1.6 billion dollars that belonged to the people of Haiti.

Considérant que vous avez céder aux pressions du FMI, et de ses réformes économiques désastreuses, bien que leur plans de restructuration et de privatisation n'ont jamais été un succès dans tout les pays en développement; la Jamaïque est un parfait exemple. Vous avez abandonné le rôle du gouvernement de réglementer les principales variables économiques afin de garantir un minimum de moyens d'existence pour la population haïtienne. Vous avez laissé le FMI et la Banque mondiale avec avec leurs déraisonnable pratiques néolibérales d'ajustement structurel dévaluer la monnaie haïtienne pour une aide “conditionnelle.” En outre l’orsque les prix
des denrées alimentaires ont augmenté de 40 pour cent en moins d'un an, le prix du riz a doublé, donc 2.4 millions d'Haïtiens ont été condamnés à l'insécurité alimentaire. Les mères et les enfants mangeaientdes galettes de boue, certains continuent de consommer de la boue en 2009.Pendant ce temps, un “grand mangeur” comme vous a bien manger, en sirotant ton vodka,“tafiateur”. Il y a trente ans, Haïti produisait la plupart de sa nourriture y compris le riz et le sucre. Vous avez laissé les pressions économiques des étrangers et leur nourriture gratuite largement distribué par toutes sortes d'ONG effectivement détruire le marché des denrées alimentaires produites en Haïti. De nos jours, presque tous les aliments vendus en Haïti sont importés. Haïti est devenu le troisième marché en importance pour le riz de Miami. Votre administration pouvait développer notre industrie de volailles au lieu de laisser les entreprises américaines expédiés de vieux morceaux de poulet congelés pendant 20 ans qui sont dangereuses pour la consommation humaine.Si vous êtes un réel agronome, toutes les falaises, les ravins, et les terres vides seraient plantés avec des carottes, pommes de terre, et des aubergines comme une source de nourriture gratuite pour les pauvres. Ah oui j'oubliais, vous faites semblant d'être un agronome! La seule chose que vous savez comment bien faire est de mendier à la communauté internationale pour l'argent.Les Haïtiens ne veulent pas d'aumônes mais de réelles opportunités. Vous ne voyez pas les dangers de la privatisation non réglementée; il ne peut que transformer les monopoles d'État en oligarchies privé, en augmentant ainsi la richesse des élites et dépouillant les pauvres de leur richesse nationale. En faisant cela, vous donnez aux Arabes et d’autres étrangers le contrôle de notre pays et le contrôle des estomacs haïtienne. Ce sont les mêmes personnes qui inondent nos marchés avec des boissons synthétiques et des hot-dogs qui sont faites de l'anus des porcs. Ces gens peuvent manipuler les prix des denrées alimentaires, de l’ eau et des services d'utilité publique; ils peuvent utiliser la famine comme un moyen pour contrôler la population. Vous ne voyez pas les pièges de la privatisation.Honte à toi.

Considering that you decided to cave in to the IMF's deadly economic reforms although their restructuring and privatization plans have never been successful in any developing countries; Jamaica is a perfect example. You have abandoned the government role of regulating key economic variables to ensure a minimum of livelihood for the Haitian people. You let the IMF and World Bank with their unreasonable neoliberal structural adjustment policies devaluate the Haitian currency as a condition for foreign
aid;{conditional aid, not “free” aid}. When the price of food rose by 40 percent in less than a year, the cost of rice doubled; consequently, 2.4 million Haitians faced extreme food shortages and famine. Mothers and children were eating mud cakes; some are still consuming mud in 2009. Meanwhile a “grand mangeur” such as yourself was eating well, and sipping vodka; “tafiateur”.
Thirty years ago Haiti produced most of its own food, including rice and sugar. You let economic pressures from foreigners, their enticements, coupled by their free food, which were distributed by all sorts of NGOs effectively destroy the market for food produced in Haiti. Your administration could have developed our poultry industry instead of letting those American companies ship their 20 year old frozen chicken parts to Haiti that are unfit for human consumption. If you were a real agronomist all those falaises, ravines, and empty lands would have been planted with carrots, potatoes, aubergines as a source of free food for the poor. Oh yes I forgot, you are only pretending to be an agronomist. The only thing you know how to do well is to beg the international community for money. Haitians do not want handouts, they want real opportunities. You do not see the perils of unregulated privatization; it can only transform state monopolies into private oligarchies, thus increasing the riches of Haiti ’s elite and stripping the poor of their national wealth. You are in fact giving the Arabs and other foreigners’ control of our country and the control of Haitian stomachs. Those are the same people who have been flooding the Haitian market with unhealthy synthetic drinks and hot-dogs made of pigs anuses. Those people can manipulate the prices of food, water, and utilities; they can use famine as a means of population control in the future. You do not see the pitfalls of privatization.

Shame on you!


Considérant que vous avez commis une série de fraudes électorales qui ont saboter le processus démocratique d'Haïti. En l'an 2000, vous avez payé les quatre autres candidats présidentielsafin de laisser gagner Aristide (tandis que le réel opponant présidentielle d’Aristide a été assassiné). Vous avez "Soit disant" déserté votre ancien parti Lavalas, mais vous avez bénéficié grandement de leur votes, après que le père Gérard Jean-Juste a été emprisonné sous de fausses accusations pour empêcher son inclusion dans le processus électoral.Il a été enregistré par le Parti Lavalas comme leur candidat à la présidence. Mais ce segment de Lavalas n'a pas été autorisé à participer aux élections de 2006. Le père Jean-Juste était en fait le candidatque la majorité des citoyens haïtiensvoulaient, pas vous. Considérant que vous n'avez pas gagné votre dernière élection avec plus de 50% de votes. C’ était les manœuvres des diplomates étrangers qui vous a fait le gagnant. En 2009, vous avez frauduleusement manipulé les élections sénatoriales en intimidant les électeurs et en ayant vos bandits bourrés les boîtes de votes dans les bidonvilles avec des noms de gens qui n'ont pas voté. Vous avez intentionnellement placé vos semi-illettré amis/sénateurs au pouvoir afin d'orchestrer un coup d'État contre le Premier ministre Michèle Pierre-Louis, sous des accusations sans fondement. Les “fausses accusations” semblent être votre “Modus Operendi.” Ce fut le troisième Premier ministre que vous aviez relevé de ses fonctions afin de détourner l'attention de votre incompétence. Vous avez gouverné sans un Premier ministre pendant 3 ans lors de votre première présidence qui a été un total échec. Ces jours-ci vous utilisez des fonds publics en tant que votre argent personnel pour orchestrer une autre massive fraude électorale. Vous essayez de votre mieux avec votre coalition de néo-Lavalas/ Inité/Duvaliériste de tourner la présidence d'Haïti a une tribale chefferie. Je sais qu'un tas de “Nèg Sot” ne peuvent pas faire les changements nécessaires que Haïti a besoin. Vous et votre Lavalas/Lespwa parti n'ont pas réussi à améliorer la vie de plus de 8.5 millions d'Haïtiens qui vivent dans une pauvreté abjecte.Je sais que l'impunité continuera tout au temps que les mêmes personnes sont au pouvoir. Les gens reçoivent des menaces anonymes par téléphone de réduire leurs activités politiques.Vont-ils être assassinés commel'activiste social et prospective Lavalas candidat au Sénat Pierre-Antoine Lovinsky? Son corps n'a jamais été retrouvé.Le peuple haïtien ne peut pas permettre encore une dizaine d'années d'incompétence Inité/Lavalas. Considérant votre état de santé, vous n'avez pas dix ans à vivre. Alors vous ne pouvez pas hypothéquer l’avenir des jeunes Haïtiens pour vos gains personnels.La nouvelle génération d’ Haïtiens / Haïtiennes veulent la démocratie et la souveraineté d'Haïti. Nos politiciens doivent être éduqués, ils/elles doivent être éthiques. Nous voulons qu'ils/elles soient physiquement et mentalement sains, et sans vices. Nous voulons également un gouvernement efficace, le respect des adversaires politiques, la transparence dans toutes les entreprises publiques.

Nous voulons la paix et la prospérité pour Haïti. Nous voulons que les criminels reçoivent ce qu'ils méritent. Preval, ceci est votre préavis de 90 jours d'expulsion. Faites vos valises et et foutez le camp d’Haiti. “Bat derrière ou pou soti”“Remettre Peuple Haitiens Palais National là”

Considering that you committed a series of electoral fraud which undermined the Haitian democratic process. In the year 2000 you paid four candidates to run against Aristide to justify the election process. (After Aristide’s real opponent was conveniently murdered).

You “soit disant” deserted your former Lavalas party, but you benefited greatly from their votes after Father Gérard Jean-Juste was imprisoned under false accusations to prevent his inclusion in the election process. He was registered by the Lavalas Party as their candidate for the presidency. However, that segment of Lavalas was not allowed to participate in the elections of 2006. Father Jean-Juste was in fact the candidate the people wanted most, not a traitor such as you. Considering that you did not win your last election with more than 50% of the vote it was a back-room deal brokered by foreign diplomats that ended the possibility of a runoff which made you the victor. In 2009, you fraudulently manipulated the last senatorial election by intimidating potential voters and by having bandits stuffed the ballot boxes in the bidonvilles with people’s names who did not vote. You intentionally placed your semi-illiterate senators/friends in office in order to orchestrate a coup d’état against Prime Minister Michele Pierre-Louis under baseless accusations. False accusations seem to be your “Modus Operendi.” That was the third Prime Minister you got rid of to deflect attention from your incompetence. You governed without a prime minister for 3 years during your first presidency which was a total failure. Nowadays, you are using public funds as your own personal money to orchestrate another massive electoral fraud. You are trying your best with your coalition of Lavalas/Inité/Duvalierist to turn the presidency of Haiti into a tribal chieftaincy.

I know for a fact a cluster of “Nèg Sot” cannot possibly bring about the changes that Haiti needs. You and your party have failed to bring any significant improvement to the lives of over 8.5 millions of Haitians who are living in abject poverty. I know that the impunity will continue as long as the same people are in power. People are receiving anonymous threats by telephone to reduce their political activities; will those threats be followed by assassination? That was what happened to social activist and prospective Lavalas Senate candidate Pierre-Antoine Lovinsky. His body has never been found. The Haitian people cannot afford another ten years of Lavalas incompetence. You do not have ten years to live considering your health status. You cannot mortgage the young generation of Haitians future for your personal gains. The new generation of Haitians want democracy and sovereignty for Haiti. We want our leaders to be educated, to be ethical, we want them to be physically and mentally healthy, without vices. We also want an efficient government, respect for political adversaries, transparency in all public enterprises. Your présidency will be remembered as a “Médiocracy.”Préval, this is your 90 days eviction notice. Pack up your bags and get out of Haiti.“Bat derrière ou pou soti”“Remètre peuple Haitiens Palais National là.”

The following was written in 1915 about Haiti by Assistant Secretary of State William Phillips recommending the policy of invasion and US military government that President Woodrow Wilson adopted. « They are an inferior people, unable to maintain the degree of civilization left them by the French or to develop any capacity of self government entitling them to nternational respect and confidence. »

Préval, see what time it is. Its time for you to go !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMer 30 Déc 2009 - 16:14

Préval, see what time it is. Its time for you to go !

I second the motion.

His government has done more harm to the country than Duvalier's and Aristide 's governments put together .
Preval est la lie d’un vernis malodorant qui recouvre l'union de l'imbecilite et de la corruption des miasmes de la mediocrite pour en faire un symbole de l'idiotie denommee Espwa-lavalasse.
Revenir en haut Aller en bas
kami
animatrice
animatrice
kami


Féminin
Nombre de messages : 2981
Localisation : ICI
Opinion politique : La séparation des pouvoirs
Loisirs : Lecture, Dormir
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMer 30 Déc 2009 - 19:08

Citation :
[Forum culturel] Préval Notification D'expulsion-Eviction Notice ...
Wed, December 30, 2009 5:27:41 AMBella Natacha

“Bat derrière ou pou soti”“Remètre peuple Haitiens Palais National là.”

Préval, see what time it is. Its time for you to go !

UMBrella Natacha,

Preval was elected by a majority of people to ask him to leave is against the constitution which yourself you are citing. Really you don't understand the law and you don't deserve me wasting my time. The haitian constitution is on line and I suggest that you read it, have an expert explain it to you, then I'll give you an answer.

_________________
Comme toi, il n'en est qu'un, deviens donc qui tu es.

"Ceux qui ont le pouvoir de faire le mal et qui savent ne pas le faire sont des Seigneurs" (Shakespeare)
Revenir en haut Aller en bas
dilibon
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMer 30 Déc 2009 - 19:57

kami a écrit:
Citation :
[Forum culturel] Préval Notification D'expulsion-Eviction Notice ...
Wed, December 30, 2009 5:27:41 AMBella Natacha

“Bat derrière ou pou soti”“Remètre peuple Haitiens Palais National là.”

Préval, see what time it is. Its time for you to go !

UMBrella Natacha,

Preval was elected by a majority of people to ask him to leave is against the constitution which yourself you are citing. Really you don't understand the law and you don't deserve me wasting my time. The haitian constitution is on line and I suggest that you read it, have an expert explain it to you, then I'll give you an answer.

Kami,

I don't understand your stand at all. It is a prevalent position held by many ill advised Haitians, once someone is duly elected in no circumstances he should be asked to leave or to abandon power. The majority of the people elected leaders who they assumed were going to have primarily their best interests at heart. They may fail in pursuing these goals but in no case would they vote for so called leaders who asked to cut their fingers they used to vote and they have no intentions to be held accountable!

When we come to the environment even the president recognizes his own incompetence and inability to perform for the nation, the same people who elected him must act! Preval has already did so much that the parliament should have already constituted themselves in a criminal assembly to judge the SOB! When I only consider his influence in kicking legal political parties out of the electoral course and his attempt to build a new dictatorial regime in Haiti, the guy does not deserve any valid consideration. I may have a lot against the Fanmi Lavalas Party but its exclusion is not only illegal but unfair and uncalled for. We should allow them to expose their demise and unpopularity....
Revenir en haut Aller en bas
kami
animatrice
animatrice
kami


Féminin
Nombre de messages : 2981
Localisation : ICI
Opinion politique : La séparation des pouvoirs
Loisirs : Lecture, Dormir
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMer 30 Déc 2009 - 20:46

You seem to be well advised in everything, please let me know exactly what you mean.

You seem to be ill advised in regard to your manners, Mrs. Preval is not a bitch, once again let me remind you that you don't know the person even if you did, it is not proper to address the mother of a president as a bitch, what are you teaching those kids in school? Such a language doesn't fit a teacher as yourself.

Mrs. Preval is nothing but a fine LADY.

_________________
Comme toi, il n'en est qu'un, deviens donc qui tu es.

"Ceux qui ont le pouvoir de faire le mal et qui savent ne pas le faire sont des Seigneurs" (Shakespeare)
Revenir en haut Aller en bas
dilibon
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef EmptyMer 30 Déc 2009 - 21:02

kami a écrit:
You seem to be well advised in everything, please let me know exactly what you mean.

You seem to be ill advised in regard to your manners, Mrs. Preval is not a bitch, once again let me remind you that you don't know the person even if you did, it is not proper to address the mother of a president as a bitch, what are you teaching those kids in school? Such a language doesn't fit a teacher as yourself.

Mrs. Preval is nothing but a fine LADY.

Kami,

You are upset! Take a deep breath! You may be because they may be friends of yours. It is great to defend your friends. I do not know the mother of the president and have no intentions to befriend with her. The president has not been a source of pride for anyone including her own mother, I suppose. Would she be such a fine lady, as you affirmed, as a mother, she should feel the pain and suffering, the plight of 800 thousands children with no access to education and basic health care! I do not hear the voice of the fine lady! But I want to believe you since you know her and she may not be responsible of her son's incompetence, inadequacy and mis-education. The man has shown publicly that he has not come across some basic social norms, family values and the qualities of a true leader. This man was not forced to present himself for public office. He has betrayed the public trust. Some people like you may not feel the heat of the poor in Haiti since "loin des yeux, loin du coeur" but I can feel it as many others. I can testify that his exclusion of the political parties is not act of a true leader who respect the people who voted for him. A man without honor is not even a human being in my view, but a sub human!

When you question what I am teaching to my students, you could have asked and I would tell you. I am teaching them intrinsic values, to be men and women of honor. I want them to develop dimensions of sustaining leadership such as Partnership and voice - Vision and values - Knowledge and daring - Savvy and persistence - Personal qualities (passion, humor, and empathy strength of character, general maturity, patience, wisdom, common sense, trustworthiness, reliability, creativity, sensitivity). In one word I do not want them to use Preval as a role model! That is why I do not associate myself with people who miss out on any of those values! "Dis moi qui tu frequentes, je te dirai qui tu es" I stand for justice all the times. As I said it is not a question of defending Fanmi Lavalas and the other political parties excluded but right is right - wrong is wrong. I have never seen a sub human to the level of Rene Preval!

However, since Preval has the purse and control of INITE and the public treasury, he has found so many new friends and pro bono defenders .... In Haiti, Men and women of honor are rapidly becoming scarce and endangered species!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty
MessageSujet: Re: Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef   Dilibon di patisipan fowomayiti  yo pa aksepte lide tou nef Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Dilibon di patisipan fowomayiti yo pa aksepte lide tou nef
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ki patisipan ki merite pri mwen te pwomet la?
» BONNE FETE DILIBON !
»  Ti forom Fofo se pa chanje louk pou atire patisipan, se respè dwa demokratik
» Temwanaj yon lekteu di fowomayiti
» Sujet officiel: L'armée Oui ou Non?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: