Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti



Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.

Le deal à ne pas rater :
Fire Emblem : où précommander Fire emblem Engage en édition ...
99.90 €
Voir le deal

Au-delà du désarmement, réguler la circulation des armes

avatar
gwotoro
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3974
Localisation : Canada
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le balancier

Au-delà du désarmement, réguler la circulation des armes Empty Au-delà du désarmement, réguler la circulation des armes

Message  gwotoro Lun 11 Sep 2006 - 5:16

Haïti-Violence : au-delà du désarmement, il faut réguler la circulation des armes

Port-au-Prince, 10 septembre 2006 (HPN) - Le 8 septembre, Alix Richard, président sortant de la Commission nationale du désarmement, a soulevé la complexité du désarmement en Haïti lors d'un atelier pour des journalistes. Une initiative d'une plate-forme pour la réduction de la violence

« Campagne pour la réduction de la violence en Haïti » organise une série de rencontres d'information à l'intention de plusieurs secteurs concernés par la question de la violence en Haïti en vue de lancer une campagne de sensibilisation devant un problème concret, a expliqué un membre du regroupement.

Une dizaine de journalistes ont participé à cet atelier sur le contrôle des armes et le désarmement, tenu au Villa Manrèse, Haut-Turgeau à Port-au-Prince.

Les rapports d'experts font état d'environ 200.000 armes illégales en circulation en Haïti. Se référant aux articles 268-1 et 268-2 de la Constitution de 1987, autorisant presque chaque citoyen à s'armer, Alix Richard croit qu'il faudrait parler en millions en considérant la population haïtienne, dont les 18 ans et plus sont estimés à plus de 4,7 millions.

Avoir 18 ans et obtenir une autorisation après déclaration sont les conditions prévues par le décret du 23 mai 1989 pour détenir une arme. Le port d'arme est soumis à la bonne volonté du chef de la police.

Le décret de mai 1989, en remplacement de celui de 1988 traite du contrôle des armes sur le territoire national. Autrefois, cette responsabilité incombait à l'Armée et à la police, avec une prépondérance de l'Armée, a souligné Alix Richard, avant de soulever diverses faiblesses du décret en vigueur en plaidant pour l'instauration d'un cadre légal bien défini pour réguler la circulation des armes.

« Collecter ou récupérer les armes, c'est bien. Mais il faut aussi empêcher leur circulation illégale », aura largement soutenu Alix Richard, qui abordait la brûlante question du désarmement.

L'autre intervenante de l'atelier, Mme Lina Barrantes de la Fondation Arias de Costa-Rica, a insisté sur la responsabilité de l'Etat et la nécessité de mener une campagne de sensibilisation pour porter les gens à ne pas se procurer d'armes.

En Amérique latine par exemple, Mme Barrantes a fait remarquer qu'il y avait plus de morts par balles ces dernières années qu'en période de guerre.

La « Fondation Arias pour la paix et le progrès humain » et diverses autres organisations vont soumettre un traité sur le commerce des armes aux Nations unies. Elle s'active également dans une campagne pour que les gens ne s'arment pas.

« Armas ? No gracias » - Des armes ? (Non, merci) est l'un des slogans de la Fondation. « Avoir une arme n'est pas la solution à la violence », a indiqué Lina Barrantes.

Alix Richard, qui a été remplacé jeudi à la tête de la Commission nationale du désarmement, a fourni des informations pertinentes sur le programme du DDR, (désarmement, démobilisation et réinsertion) qui est essentiellement un programme de désarmement volontaire.

Alix Richard, qui n'a pu collecter que 76 ou 78 armes en environ 18 mois, a souhaité plus de réussite à la nouvelle équipe. Il s'est cependant réjoui d'avoir travaillé à ramener la question du désarmement dans l'opinion publique.

Alix Richard s'est également interrogé sur le prix que la société haïtienne est prêt à payer pour gagner la paix (réconciliation, vérité et justice). « La répression ne suffira pas à résoudre le problème de la violence » a-t-il précisé.

    La date/heure actuelle est Dim 2 Oct 2022 - 15:54