Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-33%
Le deal à ne pas rater :
Fire TV Stick Lite avec télécommande vocale Alexa
19.99 € 29.99 €
Voir le deal

 

 Orijin ESKLAV dapre 23 and ME

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16858
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Orijin ESKLAV dapre 23 and ME Empty
MessageSujet: Orijin ESKLAV dapre 23 and ME   Orijin ESKLAV dapre 23 and ME EmptySam 25 Juil 2020 - 11:57

Genyen yon PREZIDAN BREZILYEN  ki te di ke 80% BREZILYEN gen SAN AFRIKEN  lan venn yo.

Konpayi ETID JENETIK "23 and Me" eksplike koman BREZILYEN ki sanble BLAN ,alos ke yo se "milat".

Pandan peryod KOLONIZASYON BREZIL lan ,Wa POTIGAL lan te fe anpil FANM AFRIKEN VINI JIS POU PEPLE BREZIL....


L’histoire de l’esclavage retracée dans l’ADN de milliers d’Américains

PHOTO BRIAN SNYDER, ARCHIVES REUTERS

Plus de 50 000 personnes dans les Amériques, en Europe et en Afrique ont participé à cette étude surprenante mariant des analyses d’ADN individuels et des archives détaillées sur les navires ayant transporté les esclaves, 12,5 millions d’hommes, de femmes et d’enfants.

(Washington) Le trafic d’esclaves entre l’Afrique et les Amériques et l’exploitation économique et sexuelle de ces millions d’hommes et de femmes jusqu’au 19e siècle peuvent être retracées dans l’ADN de leurs descendants, décrit une grande étude publiée jeudi et réalisée grâce aux profils génétiques accumulés par la société 23andMe.

Publié le 23 juillet 2020 à 15h55Partager  
AGENCE FRANCE-PRESSE

Plus de 50 000 personnes dans les Amériques, en Europe et en Afrique ont participé à cette étude surprenante mariant des analyses d’ADN individuels et des archives détaillées sur les navires ayant transporté les esclaves, 12,5 millions d’hommes, de femmes et d’enfants entre 1515 et 1865, dont 70 % ont été débarqués en Amérique latine, et entre 300 000 et 500 000 en Amérique du Nord continentale. Plus de deux millions sont morts durant le voyage.

« Nous voulions comparer nos résultats génétiques aux manifestes de transports pour trouver d’éventuels désaccords, ce qui est apparu dans certains cas de façon assez flagrante », explique à l’AFP Steven Micheletti, généticien de la société.

Ils se sont aperçus que, bien que les esclaves étaient majoritairement des hommes, les femmes africaines ont au fil des siècles beaucoup plus contribué génétiquement à la population actuelle, ce qu’ils ont observé en analysant les gènes du chromosome X, que les femmes ont en double.


« Dans certaines régions, nous estimons que 17 femmes africaines se reproduisaient pour chaque homme africain, nous n’aurions jamais pensé que ce ratio était aussi élevé », poursuit le chercheur.

Cela s’explique par la politique de « dilution » ou de « blanchissement racial » pratiquée alors en Amérique latine : la politique était de « blanchir » la population en encourageant la reproduction entre Européens blancs et habitants noirs, notamment au Brésil, dernier pays d’Amérique à abolir l’esclavage, en 1888.

« Les politiques de blanchissement (branqueamento) furent mises en place dans de multiples pays d’Amérique latine, avec le financement et le subventionnement de voyages d’immigrés européens dans l’intention de diluer l’ascendance africaine par la reproduction avec des Européens clairs de peau », écrivent les chercheurs de l’étude, publiée dans l’American Journal of Human Genetics.

À l’inverse, les Africains hommes et femmes aux États-Unis se reproduisaient presque dans les mêmes proportions.  

« La tendance était d’encourager la procréation entre les esclaves afin de produire plus d’esclaves », dit Joanna Mountain, directrice de recherche à 23andMe, même si les viols d’esclaves par leurs propriétaires étaient également courants.

L’étude révèle aussi que les Afro-Américains des États-Unis sont majoritairement reliés génétiquement aux populations qui habitaient dans une région d’Afrique correspondant au Nigeria actuel, alors qu’à l’époque, ces populations ne représentaient qu’une minorité des esclaves envoyés aux États-Unis.  

En fait, ils étaient arrivés aux Caraïbes puis ont été retransportés vers les États-Unis, une phase inter-américaine du commerce d’esclaves qui commence à peine à être redécouverte.

La sous-représentation de l’héritage génétique de la Sénégambie aux États-Unis a quant à elle une explication sinistre : « Comme les Sénégambiens étaient souvent cultivateurs de riz en Afrique, ils étaient souvent transportés dans les plantations de riz aux États-Unis. Ces plantations étaient souvent envahies par le paludisme et avaient un taux de mortalité élevé, ce qui a sans doute conduit à la sous-représentation génétique de la Sénégambie dans les Afro-Américains aujourd’hui », écrit Steven Micheletti.

Revenir en haut Aller en bas
 
Orijin ESKLAV dapre 23 and ME
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: