Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti



Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.

Le Deal du moment : -25%
-25% Figurines Funko – Calendrier d’Avent ...
Voir le deal
18 €

2 participants

A la veille de l'election francaise-vu par le NEW YORK TIMES

avatar
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17750
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

A la veille de l'election francaise-vu par le NEW YORK TIMES Empty A la veille de l'election francaise-vu par le NEW YORK TIMES

Message  Joel Jeu 21 Avr 2022 - 7:14

https://www.nytimes.com/2022/04/20/opinion/le-pen-france-election.html

Marine Le Pen ressemble au mainstream parce que le mainstream lui ressemble
20 avril 2022

Crédit...Sameer Al-Doumy/Agence France-Presse, via Getty Images

ParRim-Sarah Alouane

Mme Alouane est chercheuse à l'Université Toulouse 1 Capitole et écrit souvent sur la politique et la culture françaises.

TOULOUSE, France - En 2017, nous pensions avoir vu le pire que la politique française pouvait offrir.

Marine Le Pen, la dirigeante d'extrême droite, s'était qualifiée pour le second tour des élections présidentielles du pays. Pour la première fois depuis 2002, une figure d'extrême droite était en lice pour devenir président – ​​et avec beaucoup plus de soutien. Lorsque Mme Le Pen a perdu face à Emmanuel Macron, bien qu'avec une part inquiétante de 34 % des voix, nous avons poussé un soupir de soulagement collectif. Beaucoup espéraient que Mme Le Pen, après être tombée au dernier obstacle, tomberait dans l'oubli.

Il ne devait pas être. Mme Le Pen n'est jamais partie, attendant son heure et se préparant pour la prochaine inclinaison au pouvoir. Elle a désormais plus de chances que jamais de l'emporter : après avoir pris 23 % au premier tour, elle est à huit points de M. Macron au second, le 24 avril. Elle a bénéficié de la présence d' Éric Zemmour , encore plus intransigeant. , dont la personnalité réactionnaire sinistre a fait paraître Mme Le Pen, en revanche, plus raisonnable. Pourtant, elle s'est également lancée dans un effort global pour adoucir son image, en renommant sa fête, en minimisant les éléments les plus durs de sa plate-forme et en se présentant comme une femme chaleureuse, voire folklorique, qui aime ses chats .

Mais personne ne doit être dupe. À la tête d'un parti qui a longtemps abrité des collaborateurs nazis, Mme Le Pen est une autoritaire dont la politique profondément raciste et islamophobe menace de transformer la France en un État carrément illibéral. Elle peut prétendre être une politicienne ordinaire, mais elle reste aussi dangereuse que jamais. Pour le bien des minorités et de la France elle-même, elle ne doit pas l'emporter.

Si Mme Le Pen a l'air plus mainstream maintenant, c'est parce que le mainstream lui ressemble plus. Dans les années qui ont précédé les dernières élections, elle s'est présentée sur une plate-forme d'extrême droite, attisant l'antagonisme envers les immigrés et les musulmans français sous prétexte de protéger l'ordre public. Elle ciblait surtout les minorités, « à qui, dit-elle amèrement , tout est dû et à qui on donne tout ». En réponse à son succès en 2017, presque tous les partis de l'échiquier politique - centriste, de droite traditionnelle et même socialiste - ont utilisé les points de discussion de son parti, désormais nommé Rassemblement national (anciennement Front national).

La teneur de la discussion politique, en conséquence, s'est sensiblement déplacée vers la droite . Il n'y a plus guère de place dans la politique française pour défendre les citoyens français qui ne ressemblent pas, ne se comportent pas, ne prient pas ou ne mangent pas comme les Français « traditionnels » sont censés le faire – sans parler de défendre les droits des immigrés et des réfugiés. Dans cet environnement, Mme Le Pen peut porter son attention sur des problèmes plus quotidiens, tels que l'augmentation des factures d'énergie et le coût de la vie, sachant qu'en matière d'immigration, de citoyenneté et d'"identité nationale", elle a déjà gagné l'argument.

Ce succès ne s'est pas fait du jour au lendemain. Depuis plus de 30 ans maintenant, le débat politique français s'est centré sur les questions identitaires au détriment de sujets plus pressants comme la santé, le changement climatique, le chômage et la pauvreté. L'extrême droite a ouvert la voie. Exploitant les sentiments de déclin à la fin des années 1960 - alors que la France abandonnait son empire colonial, perdait la guerre d'Algérie et se soumettait à la domination américaine de l'Europe occidentale - l'extrême droite est devenue une force politique puissante. Il use de son influence pour défendre sa conception de l'identité française, évoquant une civilisation chrétienne européenne millénaire menacée par l'immigration musulmane maghrébine.

C'est sur cette base que le Front national a été créé en 1972 par le père de Mme Le Pen, Jean-Marie Le Pen . Alors que les gens des anciennes colonies françaises migraient vers la métropole, le parti se concentrait de manière obsessionnelle sur les prétendus dangers de l'immigration. Le ton de M. Le Pen était souvent apocalyptique : « Demain, disait-il tristement en 1984 , les immigrés resteront avec vous, mangeront votre soupe et coucheront avec votre femme, votre fille ou votre fils. Un tel ressentiment rancunier a trouvé une certaine sympathie dans certains milieux de la société française, où les effets homogénéisants de la mondialisation et la visibilité accrue de l'islam parmi les citoyens français de souche étaient censés dépouiller la France de son caractère essentiel.

Cette antipathie visait de nombreuses cibles, parmi lesquelles des Juifs français. M. Le Pen était connu pour ses propos antisémites – pour lesquels il a été condamné à plusieurs reprises par la justice – et le parti créé à son image faisait le trafic d'idées, de tropes et d'images antisémites. Bien que Mme Le Pen ait prétendu dépasser la fixation de son père sur les Juifs, elle a continué à attiser les flammes – refusant en 2017 d'accepter la culpabilité de la France pour le rôle du régime de Vichy dans l'Holocauste et même, dans une affiche de campagne en avril, semblant faire un geste associé aux néo-nazis. Plafonné par l'adhésion ouverte de M. Zemmour au régime de Vichy, l'antisémitisme a réintégré le courant politique.

Les musulmans ont également supporté le poids du sectarisme. Initialement considérés comme une menace venue d'ailleurs - censés venir en France pour priver les natifs d'emplois - les musulmans ont été ces dernières décennies considérés comme une menace intérieure. Avec la montée du terrorisme islamiste, les musulmans ont été perçus comme pratiquant une religion intrinsèquement violente qui nécessitait un confinement par les autorités publiques . Être musulman, c'était être coupable jusqu'à preuve du contraire.

La dernière décennie a porté cette équation à un nouveau niveau. La crainte répandue aujourd'hui n'est pas qu'une poignée de personnes parmi près de six millions de musulmans puisse constituer un danger pour la sécurité publique, mais que tous les musulmans français menacent par leur existence même l'identité culturelle de la «France traditionnelle». C'est, pour certains électeurs, une peur existentielle. En réponse, les politiciens ont poussé des mesures pour freiner la prétendue infraction de l'islam à la vie française, comme l'interdiction des tenues religieuses dans les écoles publiques, les masques intégraux dans les espaces publics et les burkinis sur les plages publiques, et l' adoption d'un projet de loi qui donne à l'État le pouvoir de surveiller les musulmans . pratiques et organisations religieuses.

Pour justifier de telles mesures, les politiciens ont armé le concept libéral de laïcité – en fait la laïcité soutenue par l'État – pour restreindre la liberté de religion et de conscience dans l'intérêt d'un programme anti-musulman. Ce processus, de manière cruciale, a permis à Mme Le Pen de passer d'un incendiaire radical à une diseuse de vérité raisonnable. Mais sous l'éclat de la normalité, l'idéologie brutalement raciste dont son parti a été le pionnier au cours des 30 dernières années est tout à fait intacte.

Son manifeste , par exemple, promet d'amender la Constitution pour interdire l'installation d'un "nombre d'étrangers si important qu'il modifierait la composition et l'identité du peuple français" - une reformulation de la théorie suprémaciste blanche du "Grand Remplacement". . Elle prévoit également de faire une distinction légale entre les « Français de souche » et les « autres » pour l'accès au logement, à l'emploi et aux avantages sociaux, et de n'accorder la citoyenneté qu'aux personnes qui l'ont « méritée et assimilée ». Pour compléter le tableau, Mme Le Pen a déclaré qu'elle interdirait le port du foulard dans les espaces publics.

Dans ces promesses ainsi que dans la compagnie qu'elle tient – ​​elle s'est associée à Vladimir Poutine , Bachar al-Assad et Viktor Orban – Mme Le Pen a clairement indiqué son intention de remodeler la France chez elle et à l'étranger. Son administration ferait écho à celles du Brésil, de l'Inde et d'autres pays où un glissement similaire vers la droite s'est installé. Pour les minorités, les immigrés, les dissidents et la démocratie elle-même, ce serait un désastre. Bien que son élan semble s'être essoufflé ces derniers jours, Mme Le Pen ne s'en va pas, quoi qu'il arrive dimanche. En tant que citoyen français musulman né et élevé ici, je crains pour mon pays.

Et c'est mon pays, autant que c'est celui de Mme Le Pen ou de M. Macron. À une époque où les politiciens et les experts exigent que les musulmans "respectent les valeurs républicaines" s'ils veulent faire partie du pays, il est instructif que les électeurs puissent élire un politicien dont l'idéologie fondamentale viole les valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité que la France a longtemps défendu. C'est dans cette ironie que réside l'écart entre ce que la France pourrait être et ce qu'elle est.

En savoir plus sur l'élection présidentielle française

Avis | Dominique Moisi
Les électeurs français choisissent entre la peur et la colère
Marc-Henry
Marc-Henry
Administrateur


Masculin
Nombre de messages : 6332
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

A la veille de l'election francaise-vu par le NEW YORK TIMES Empty Re: A la veille de l'election francaise-vu par le NEW YORK TIMES

Message  Marc-Henry Jeu 21 Avr 2022 - 8:21

Joel
Poutan men ta renmen we li vini prezidan .
avatar
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17750
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

A la veille de l'election francaise-vu par le NEW YORK TIMES Empty Re: A la veille de l'election francaise-vu par le NEW YORK TIMES

Message  Joel Jeu 21 Avr 2022 - 14:39

KI MOUN MAK?

MACRON oubyen LEPEN?

Si se LEPEN;ou vle madanm sa a chase tout AYISYEN ki ap viv laba a;byen ke AYISYEN pa preske emigre lan PEYI sa a anko.

LA FRANCE an deklen;yo preske rive lan pwen LESPAY.
Marc-Henry
Marc-Henry
Administrateur


Masculin
Nombre de messages : 6332
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

A la veille de l'election francaise-vu par le NEW YORK TIMES Empty Re: A la veille de l'election francaise-vu par le NEW YORK TIMES

Message  Marc-Henry Jeu 21 Avr 2022 - 15:18

Ayisyen ki rete nan metropol yo legal sof sa ki nan zile yo .

Rezon mwen ta renmen Marine fe on kou si pou rezon alyans li ak Poupou .
Mwen vle we l sa .
avatar
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17750
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

A la veille de l'election francaise-vu par le NEW YORK TIMES Empty Re: A la veille de l'election francaise-vu par le NEW YORK TIMES

Message  Joel Ven 22 Avr 2022 - 2:59

Mwen pa konnen non.

Mwen pesimis ak tou le 2 KARAKTE sa yo.

Nan LEKTI pa mwen ,se 2 FACHIS.

Pou AYISYEN ann AYITI yo,se demele GET yo;pa konte sou pesonn;si se pa sa GRANGOU ap TOUYE yo;y ap anfonse lan MALSITE.

Contenu sponsorisé


A la veille de l'election francaise-vu par le NEW YORK TIMES Empty Re: A la veille de l'election francaise-vu par le NEW YORK TIMES

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 29 Nov 2022 - 16:10