Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti



Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.

Le deal à ne pas rater :
Pack Smartphone Samsung Galaxy S22 6.1″ + Galaxy Buds2 (Via ODR ...
599 €
Voir le deal

Eske pral gen elèksyon sou mezi pou Elisabeth Debrosse ti poulet Prezidan Preval

Rico
Rico
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

Eske pral gen elèksyon sou mezi pou Elisabeth Debrosse ti poulet Prezidan Preval Empty Eske pral gen elèksyon sou mezi pou Elisabeth Debrosse ti poulet Prezidan Preval

Message  Rico Ven 5 Mar 2010 - 22:31

Haïti-Elections-CEP

René Préval étend le mandat du CEP aux prochaines présidentielles

Une annonce du président du CEP, Gaillot Dorsainvil, qui attend la confirmation de la décision surprenante du chef de l’Etat susceptible de provoquer une nouvelle crise politique dans un pays encore sous le choc du séisme

vendredi 5 mars 2010,

Radio Kiskeya

Le Président du Conseil électoral provisoire, Gaillot Dorsainvil, a annoncé vendredi sur les ondes de Radio Kiskeya que le Président René Préval s’apprête à publier un arrêté modifiant le mandat du CEP afin de l’habiliter à organiser les prochaines présidentielles.

D’ores et déjà, le chef de l’Etat a invité les conseillers électoraux à engager une réflexion sur l’organisation des élections devant permettre aux haïtiens de désigner son successeur pour un mandat de cinq ans.
Visiblement optimiste sur le maintien à leurs postes des membres de l’actuel organisme électoral, Gaillot Dorsainvil dit attendre la publication de l’arrêté présidentiel qui devrait intervenir incessamment.

Par ailleurs, le CEP, dont les locaux ont été sérieusement affectés par le séisme du 12 janvier, est en train de déménager pour s’installer dans son nouveau siège situé à Pétion-Ville (banlieue est de Port-au-Prince).
Ces révélations risquent d’avoir l’effet d’une bombe dans la classe politique et la société civile dont certains leaders tels Evans Paul (KID/Alternative) et Rosny Desroches se sont prononcés pour la tenue des prochaines élections sous l’égide d’un Exécutif provisoire à l’expiration du mandat du Président Préval, le 7 février 2011.

Très réservés sur la légitimité du CEP accusé d’avoir organisé, en 2009, des sénatoriales frauduleuses au profit du pouvoir, plusieurs dirigeants de partis ont également mis en relief l’impossibilité matérielle de tenir, même à moyen terme, des consultations crédibles en raison du passage dévastateur du séisme. Des décès, déplacements en masse d’électeurs potentiels auxquels s’ajoute la perte de nombreuses cartes électorales, des facteurs qui impliquent la reconstitution du registre électoral national.

De leur côté, des parlementaires issus du parti présidentiel Inite (ci-devant Lespwa) ont évoqué plusieurs scénarios qui pourraient changer le cours de la vie politique haïtienne dans les mois à venir. Le Parlement, sur le point d’être frappé de caducité d’ici le mois de mai, pourrait se transformer en assemblée constituante afin de concrétiser le projet d’amendement constitutionnel cher au chef de l’Etat tandis qu’un replâtrage ou un renvoi pur et simple du gouvernement du Premier ministre Jean-Max Bellerive est parallèlement envisagé.

Un ex-Sénateur de l’opposition, Rudolph Boulos, qui séjourne à l’étranger depuis sa destitution, en 2008, pour sa présumée nationalité américaine, a dénoncé cette semaine à Santo Domingo l’intention qu’aurait René Préval de réaliser des élections sur mesure afin de favoriser la victoire de son épouse, Elisabeth Débrosse, une candidate potentielle au fauteuil présidentiel.

Présent au premier plan de façon ininterrompue depuis 20 ans sur la scène politique, le chef de l’Etat ne peut plus se représenter conformément à la constitution.
Massivement approuvé lors d’un référendum, le texte avait été conçu, au lendemain de la chute, en 1986, de la dictature sanguinaire des Duvalier, dans un souci d’alternance politique et d’institutionnalisation de la démocratie. spp/Radio Kiskeya

    La date/heure actuelle est Lun 5 Déc 2022 - 15:21