Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -38%
Ventilateur de table Rowenta VU2310F0
Voir le deal
19.91 €

 

 Le dernier article du NY TIMES sur la crise haitienne-10 JANVIER

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 17723
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Le dernier article du NY TIMES sur la crise haitienne-10 JANVIER Empty
MessageSujet: Le dernier article du NY TIMES sur la crise haitienne-10 JANVIER   Le dernier article du NY TIMES sur la crise haitienne-10 JANVIER EmptyMar 11 Jan 2022 - 13:22

NEG yo ap mete yo a tab ;youn ap akize lot.




Haitian Prime Minister Had Close Links With Murder Suspect
New evidence suggests the man who took over from Haiti’s murdered president had close links to a prime suspect in the assassination — and that the two stayed in contact even after the crime.





President Jovenel Moïse, who was assassinated in July, led Haiti by decree and turned to authoritarian tactics.
President Jovenel Moïse, who was assassinated in July, led Haiti by decree and turned to authoritarian tactics.Credit...Adriana Zehbrauskas for The New York Times
Anatoly Kurmanaev
By Anatoly Kurmanaev
Jan. 10, 2022
Leer en español
PORT-AU-PRINCE, Haiti — After Haiti’s president was assassinated and the country slid into turmoil, Ariel Henry became head of the government, responsible for bringing the killers to justice and helping the country heal.

But new evidence suggests that Mr. Henry maintained communications with a prime suspect in the case — and that the two stayed in close contact even after the murder.

The assassination of President Jovenel Moïse in July plunged an already troubled nation further into disarray, with many of its public institutions in tatters, a capital under siege by gangs, a collapsing economy and the few elected leaders left in the country sparring for control of the government.
Mr. Henry’s ascension to prime minister promised to smooth some of the rifts, earning pledges of support from overseas and potentially paving the way toward elections. He pledged to bring the assassins to justice, curb the violence and usher in a period of political unity.

ADVERTISEMENT

Continue reading the main story

But the investigation into the assassination stalled, and concerns about Mr. Henry’s commitment to solving the murder emerged soon after. They center on his connection to Joseph Felix Badio, a former justice ministry official wanted by the Haitian authorities on suspicion of organizing the attack that killed Mr. Moïse.

Phone records seen by The New York Times, as well as interviews with Haitian officials and a principal suspect in the crime, reveal potentially incriminating details about the two men’s relationship. Among them: Mr. Badio spoke to Mr. Henry before the killing and afterward, including in two calls for a total of seven minutes the morning after the assassination.

Then, when Mr. Badio was wanted by the police, he visited Mr. Henry, according to two Haitian officials with knowledge of the investigation.

Four months after the assassination, the officials said, Mr. Badio went to Mr. Henry’s official residence twice — both times at night — and was able to walk in unimpeded by the prime minister’s security guards, despite being on the run from the police.

Editors’ Picks

Must I Donate a Kidney to My Awful Brother?

A Sci-Fi Visionary Thinks Greed Might Be the Thing That Saves Us

Why Do Women Gain Belly Fat in Midlife?
Continue reading the main story

ADVERTISEMENT

Continue reading the main story

It is unclear whether Mr. Henry, who is now the country’s prime minister, did anything to help the suspects, most of whom were eventually captured or killed by police. A spokesperson for Mr. Henry said that, despite the phone records, he did not speak to Mr. Badio after the assassination and that he has no relationship with the suspect. Mr. Badio was unreachable for comment.


Image
Members of the G9 gang protesting peacefully in July in Port-au-Prince, Haiti, over the assassination of President Jovenel Moïse.
Members of the G9 gang protesting peacefully in July in Port-au-Prince, Haiti, over the assassination of President Jovenel Moïse.Credit...Victor Moriyama for The New York Times
But Haiti’s former chief prosecutor, who was removed from his post by Mr. Henry, has called on the prime minister to answer questions in the case. And now, one of the main suspects in the investigation has offered extensive details about what he called the trusting relationship Mr. Badio had with Mr. Henry.

Understand the Assassination of Haiti’s President
On July 7, 2021, President Jovenel Moïse was killed in an attack at his private residence on the outskirts of Port-au-Prince.
What Happened: Before his murder, Mr. Moïse took a number of steps to fight drug and arms smugglers. Some officials fear he was killed for it.
The Suspects: Evidence suggests that Haiti’s prime minister had close links with one of the prime suspects, and the U.S. has charged a former Colombian commando.
The Attack: Martine Moïse, the president’s widow who was struck by gunfire during the attack, recounted the nighttime raid.
The Aftermath: Haiti, which has struggled with a legacy of corruption, violence and political paralysis, plunged into further crisis after the killing.
In an extensive interview with The New York Times in an empty construction site while he was on the run from the authorities, Rodolphe Jaar, a Haitian businessman and former drug trafficker, admitted helping finance and plan the plot.

Shortly before the assassination, Mr. Jaar said, Mr. Badio told him that Mr. Henry would serve as a useful ally after the president was overthrown.

“He is my good friend, I have full control of him,” Mr. Jaar recounted Mr. Badio telling him when Mr. Henry, a 72-year-old neurosurgeon, was named prime minister.


Image
Prime Minister Ariel Henry of Haiti during an interview at his residence last year.
Prime Minister Ariel Henry of Haiti during an interview at his residence last year.Credit...Victor Moriyama for The New York Times
After the assassination, Mr. Jaar said he and Mr. Badio stayed in contact with one another while dodging the authorities, and that the two even shared a safe house several days after the murder.

ADVERTISEMENT

Continue reading the main story

In the hours after the killing, when police officers trapped the Colombian mercenaries accused of carrying out the assault, Mr. Jaar said Mr. Badio had sought help from Mr. Henry to escape. According to Mr. Jaar, Mr. Henry responded that “he would make some calls,” though his claims could not be independently verified.

Three Haitian officials involved in the investigation have confirmed that Mr. Henry was in touch with Mr. Badio on multiple occasions. The officials, who were not authorized to discuss the case publicly, argued that Mr. Henry would be a formal suspect in the investigation if he were not leading the government.

Mr. Jaar claimed that he thought the goal of the plot had been to depose, not kill, the president, and that he has been caught in a larger political game that he still does not fully comprehend. He was detained in the Dominican Republic on Friday after six months on the run, according to a senior security official in the country.

According to Mr. Jaar, the plotters intended to swear in a former Supreme Court judge, Windelle Coq-Thélot, as the new president. His account suggests that they expected support from key elements of the Haitian state, including the security forces, in their coup attempt.


Image
The house where Mr. Moïse was assassinated in July. His home office was ransacked, with papers strewn everywhere.
The house where Mr. Moïse was assassinated in July. His home office was ransacked, with papers strewn everywhere.Credit...Adriana Zehbrauskas for The New York Times
But whatever plan there may have been to capture, not kill, the president was scuttled when gunmen burst into his home and assassinated him in his bedroom. How and why the plan switched — from forcing the president to step down to assassinating him — Mr. Jaar contended that he did not know.

Mr. Henry’s phone calls with Mr. Badio were first revealed in September by a top Haitian prosecutor at the time, Bedford Claude, who called on the prime minister to explain them in court.

ADVERTISEMENT

Continue reading the main story

But Mr. Henry moved swiftly against the officials who tried to investigate his links to Mr. Badio. And the extent of the contacts between the two men — including the assertion by officials that Mr. Badio went to the prime minister’s residence while on the run from the authorities — had not been previously made public.

After Mr. Claude called Mr. Henry for questioning, his supervisor, the minister of justice, Rockfeller Vincent, said he received a call from the prime minister, who asked him to fire the prosecutor. Mr. Vincent said he refused. Days after, Mr. Henry fired them both.

“I believe he provides one of the key elements in the assassination,” said Mr. Claude, referring to Mr. Henry.

Mr. Henry’s spokesman said the officials were fired for violating the law in order to advance their political agendas, including breaking a ban on summoning senior officials to court.


Image
Protests in Port-au-Prince following the assassination of Jovenel Moïse.
Protests in Port-au-Prince following the assassination of Jovenel Moïse.Credit...Victor Moriyama for The New York Times
In an interview a month after the murder, Mr. Henry said his main goal was to hold new elections and then step down. He has not set the date for the vote.

Mr. Jaar also implicated another senior member of Mr. Henry’s government: the police chief, Frantz Elbé. During a meeting to discuss the plot, Mr. Jaar said, Mr. Badio called Mr. Elbé, a senior police adviser at the time, and asked him to help procure weapons for the coup. Mr. Elbé told Mr. Badio that he did not have the guns, but also did not try to stop the coup from happening, Mr. Jaar recounted, without providing independent evidence.

ADVERTISEMENT

Continue reading the main story

Mr. Henry promoted Mr. Elbé in October to lead the Haitian National Police. Mr. Elbé did not respond to requests for comment.

Mr. Jaar, a Haitian-born descendant of Palestinian immigrants, spent three years in a United States prison for trafficking cocaine. On his return to Haiti in the mid-2010s, he said he quit the drug business and built a chain of poultry shops in the capital, Port-au-Prince.

He claimed he was recruited into the plot in late May by Mr. Badio through a mutual friend. Mr. Jaar said he joined out of disgust with the president’s growing authoritarianism, and out of hope that he’d get preferential business treatment from the new government.

Mr. Jaar said he did not know whose orders Mr. Badio was following, or who the ultimate mastermind was.


Image
Trou-du-Nord, Haiti, where Mr. Moïse was born.
Trou-du-Nord, Haiti, where Mr. Moïse was born.Credit...Adriana Zehbrauskas for The New York Times
He said he agreed to join the conspiracy because he was told by Mr. Badio and other plotters that it had the full support of the United States, which, according to them, was getting nervous about the president’s supposed links to terrorists and drug traffickers.

“If the U.S. government was involved, then it was safe,” said Mr. Jaar, outlining his thinking at the time.

ADVERTISEMENT

Continue reading the main story

No evidence has emerged that any of the named suspects had any active connection to the American government, or that the United States was involved in or aware of the plot.

There are, however, at least six American citizens and residents who are accused by the Haitian police of participating in the plot. A former Colombian commando accused of taking part in the assault, Mario Palacios, was charged in Florida on Jan. 4 with conspiring to kill Mr. Moïse.

Mr. Jaar said that he contributed about $130,000 to the plan, helped find the guns and provided the house from which 21 retired Colombian commandos set out for the presidential residence shortly after midnight.

Haitian security officials said the assault on the presidential residence was intended to be carried out by criminal group called Phantom 509, which is made up of former and current police officers and has strong political links.

Mr. Jaar said he and Mr. Badio had met with a man claiming to be a Phantom 509 leader to discuss the plot, but that the gang pulled out about a week before the murder, for reasons he said he did not know. Mr. Jaar said that was when former Colombian soldiers, who were supposedly brought in to provide security for the president’s successor, were told that their mission had changed — to storming the presidential residence.


Image
The old town of Port-au-Prince, an area now controlled by gangs.
The old town of Port-au-Prince, an area now controlled by gangs.Credit...Victor Moriyama for The New York Times
Mr. Jaar claimed that he did not know how the plan to arrest Mr. Moïse turned deadly, with the president shot 12 times in his bedroom.

The rat is downsaid Mr. Rivera told him, using a derogatory code name the plotters used for Haiti’s leader. “The president is dead.”

Maria Abi-Habib contributed reporting to the article from Mexico City.



Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 17723
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Le dernier article du NY TIMES sur la crise haitienne-10 JANVIER Empty
MessageSujet: Traduction de l'article par GOOGLE TRANSLATE   Le dernier article du NY TIMES sur la crise haitienne-10 JANVIER EmptyMar 11 Jan 2022 - 13:38

https://www.nytimes.com/2022/01/10/world/americas/haitian-prime-minister-assassination-suspect.html


Le Premier ministre haïtien avait des liens étroits avec un suspect de meurtre
De nouvelles preuves suggèrent que l'homme qui a succédé au président assassiné d'Haïti avait des liens étroits avec un des principaux suspects de l'assassinat – et que les deux sont restés en contact même après le crime.



Le président Jovenel Moïse, assassiné en juillet, a dirigé Haïti par décret et a eu recours à des tactiques autoritaires.
Le président Jovenel Moïse, assassiné en juillet, a dirigé Haïti par décret et a eu recours à des tactiques autoritaires.Crédit...Adriana Zehbrauskas pour le New York Times
Anatoli Kurmanaïev
Par Anatoli Kurmanaïev
10 janvier 2022
Leer en espagnol
PORT-AU-PRINCE, Haïti — Après l'assassinat du président haïtien et la chute du pays dans la tourmente, Ariel Henry est devenu chef du gouvernement, chargé de traduire les tueurs en justice et d'aider le pays à guérir.

Mais de nouvelles preuves suggèrent que M. Henry a maintenu des communications avec un suspect principal dans l'affaire – et que les deux sont restés en contact étroit même après le meurtre.

L'assassinat du président Jovenel Moïse en juillet a plongé davantage une nation déjà troublée dans le désarroi, avec nombre de ses institutions publiques en lambeaux, une capitale assiégée par des gangs, une économie en effondrement et les quelques dirigeants élus qui restent dans le pays se battent pour le contrôle de la gouvernement.
L'ascension de M. Henry au poste de Premier ministre a promis d'atténuer certaines des divisions, en gagnant des promesses de soutien de l'étranger et en ouvrant potentiellement la voie aux élections. Il s'est engagé à traduire les assassins en justice, à freiner la violence et à inaugurer une période d'unité politique.

Mais l'enquête sur l'assassinat est au point mort et des inquiétudes concernant l'engagement de M. Henry à résoudre le meurtre sont apparues peu de temps après. Ils se concentrent sur son lien avec Joseph Félix Badio, un ancien fonctionnaire du ministère de la Justice recherché par les autorités haïtiennes soupçonné d'avoir organisé l'attentat qui a tué M. Moïse.

Les relevés téléphoniques consultés par le New York Times, ainsi que des entretiens avec des responsables haïtiens et un suspect principal du crime, révèlent des détails potentiellement incriminants sur la relation des deux hommes. Parmi eux : M. Badio s'est entretenu avec M. Henry avant et après le meurtre, y compris lors de deux appels d'une durée totale de sept minutes le matin suivant l'assassinat.

Puis, lorsque M. Badio a été recherché par la police, il a rendu visite à M. Henry, selon deux responsables haïtiens au courant de l'enquête.

Quatre mois après l'assassinat, ont déclaré les responsables, M. Badio s'est rendu à la résidence officielle de M. Henry à deux reprises – les deux fois la nuit – et a pu entrer sans être gêné par les gardes de sécurité du Premier ministre, malgré la fuite de la police.

On ne sait pas si M. Henry, qui est maintenant le Premier ministre du pays, a fait quoi que ce soit pour aider les suspects, dont la plupart ont finalement été capturés ou tués par la police. Un porte-parole de M. Henry a déclaré que, malgré les relevés téléphoniques, il n'avait pas parlé à M. Badio après l'assassinat et qu'il n'avait aucune relation avec le suspect. M. Badio n'était pas joignable pour commenter.


Image
Des membres du gang G9 manifestaient pacifiquement en juillet à Port-au-Prince, en Haïti, contre l'assassinat du président Jovenel Moïse.
Des membres du gang G9 manifestaient pacifiquement en juillet à Port-au-Prince, en Haïti, contre l'assassinat du président Jovenel Moïse.Crédit...Victor Moriyama pour le New York Times
Mais l'ancien procureur en chef d'Haïti, qui a été démis de ses fonctions par M. Henry, a appelé le Premier ministre à répondre aux questions sur l'affaire. Et maintenant, l'un des principaux suspects de l'enquête a fourni de nombreux détails sur ce qu'il a appelé la relation de confiance que M. Badio entretenait avec M. Henry.

Comprendre l'assassinat du président haïtien
Le 7 juillet 2021, le président Jovenel Moïse a été tué dans une attaque contre sa résidence privée à la périphérie de Port-au-Prince.
Ce qui s'est passé : Avant son assassinat, M. Moïse a pris un certain nombre de mesures pour lutter contre les trafiquants de drogue et d'armes. Certains responsables craignent qu'il n'ait été tué pour cela .
Les suspects : Les preuves suggèrent que le Premier ministre haïtien avait des liens étroits avec l'un des principaux suspects , et les États-Unis ont inculpé un ancien commando colombien .
L'attaque : Martine Moïse, la veuve du président qui a été touchée par des coups de feu lors de l'attaque, a raconté le raid nocturne .
Les conséquences : Haïti, qui a lutté contre un héritage de corruption, de violence et de paralysie politique , a plongé dans une nouvelle crise après le meurtre.
Dans une longue interview avec le New York Times dans un chantier de construction vide alors qu'il fuyait les autorités, Rodolphe Jaar, un homme d'affaires haïtien et ancien trafiquant de drogue, a admis avoir aidé à financer et à planifier le complot.

Peu de temps avant l'assassinat, a déclaré M. Jaar, M. Badio lui avait dit que M. Henry serait un allié utile après le renversement du président.

"C'est mon bon ami, j'ai un contrôle total sur lui", a raconté M. Jaar en lui disant que M. Henry, un neurochirurgien de 72 ans, a été nommé. Premier ministre .


Image
Le Premier ministre Ariel Henry d'Haïti lors d'une interview à sa résidence l'année dernière.
Le Premier ministre Ariel Henry d'Haïti lors d'une interview à sa résidence l'année dernière.Crédit...Victor Moriyama pour le New York Times
Après l'assassinat, M. Jaar a déclaré que lui et M. Badio étaient restés en contact l'un avec l'autre tout en évitant les autorités, et qu'ils avaient même partagé une maison sûre plusieurs jours après le meurtre.

Dans les heures qui ont suivi le meurtre, lorsque des policiers ont piégé les mercenaires colombiens accusés d'avoir commis l'agression, M. Jaar a déclaré que M. Badio avait demandé l'aide de M. Henry pour s'échapper. Selon M. Jaar, M. Henry a répondu qu'« il passerait quelques appels », bien que ses affirmations n'aient pas pu être vérifiées de manière indépendante.

Trois responsables haïtiens impliqués dans l'enquête ont confirmé que M. Henry était en contact avec M. Badio à plusieurs reprises. Les fonctionnaires, qui n'étaient pas autorisés à discuter de l'affaire publiquement, ont fait valoir que M. Henry serait un suspect officiel dans l'enquête s'il ne dirigeait pas le gouvernement.

M. Jaar a affirmé qu'il pensait que le but du complot avait été de destituer, pas de tuer, le président, et qu'il a été pris dans un jeu politique plus large qu'il ne comprend toujours pas entièrement. Il a été arrêté en République dominicaine vendredi après six mois de cavale, selon un haut responsable de la sécurité du pays.

Selon M. Jaar, les comploteurs avaient l'intention de faire prêter serment à un ancien juge de la Cour suprême, Windelle Coq-Thélot, comme nouveau président. Son récit suggère qu'ils attendaient le soutien d'éléments clés de l'État haïtien, y compris les forces de sécurité, dans leur tentative de coup d'État.


Image
La maison où M. Moïse a été assassiné en juillet. Son bureau à domicile a été saccagé, avec des papiers éparpillés partout.
La maison où M. Moïse a été assassiné en juillet. Son bureau à domicile a été saccagé, avec des papiers éparpillés partout.Crédit...Adriana Zehbrauskas pour le New York Times
Mais quel que soit le plan qu'il y ait eu de capturer, pas de tuer, le président a été sabordé lorsque des hommes armés ont fait irruption chez lui et l'ont assassiné dans sa chambre. Comment et pourquoi le plan a changé - de forcer le président à démissionner à l'assassiner - M. Jaar a affirmé qu'il ne le savait pas.

Les appels téléphoniques de M. Henry avec M. Badio ont été révélés pour la première fois en septembre par un haut procureur haïtien de l'époque, Bedford Claude, qui a demandé au Premier ministre de s'expliquer devant le tribunal .

Mais M. Henry s'est rapidement opposé aux fonctionnaires qui ont tenté d'enquêter sur ses liens avec M. Badio. Et l'étendue des contacts entre les deux hommes – y compris l'affirmation par des responsables selon laquelle M. Badio s'était rendu à la résidence du Premier ministre alors qu'il fuyait les autorités – n'avait pas été rendue publique auparavant.

Après que M. Claude a appelé M. Henry pour un interrogatoire, son supérieur hiérarchique, le ministre de la justice, Rockfeller Vincent, a déclaré avoir reçu un appel du Premier ministre, qui lui a demandé de limoger le procureur. M. Vincent a dit qu'il refusait. Quelques jours plus tard, M. Henry les a licenciés tous les deux.

"Je pense qu'il fournit l'un des éléments clés de l'assassinat", a déclaré M. Claude, faisant référence à M. Henry.

Le porte-parole de M. Henry a déclaré que les fonctionnaires avaient été licenciés pour avoir enfreint la loi afin de faire avancer leurs programmes politiques, notamment enfreignant l'interdiction de convoquer des hauts fonctionnaires devant un tribunal.


Image
Manifestations à Port-au-Prince suite à l'assassinat de Jovenel Moïse.
Manifestations à Port-au-Prince suite à l'assassinat de Jovenel Moïse.Crédit...Victor Moriyama pour le New York Times
Dans une interview un mois après le meurtre, M. Henry a déclaré que son objectif principal était d'organiser de nouvelles élections puis de se retirer. . Il n'a pas fixé la date du vote.

M. Jaar a également mis en cause un autre haut responsable du gouvernement de M. Henry : le chef de la police, Frantz Elbé. Au cours d'une réunion pour discuter du complot, a déclaré M. Jaar, M. Badio a appelé M. Elbé, un conseiller principal de la police à l'époque, et lui a demandé de l'aider à se procurer des armes pour le coup d'État. M. Elbé a dit à M. Badio qu'il n'avait pas les armes, mais n'a pas non plus essayé d'empêcher le coup d'État, a raconté M. Jaar, sans fournir de preuves indépendantes.

M. Henry a promu M. Elbé en octobre à la tête de la Police nationale haïtienne. M. Elbé n'a pas répondu aux demandes de commentaires.

M. Jaar, né en Haïti et descendant d'immigrants palestiniens, a passé trois ans dans une prison des États-Unis pour trafic de cocaïne. À son retour en Haïti au milieu des années 2010, il a déclaré avoir quitté le commerce de la drogue et construit une chaîne de magasins de volaille dans la capitale, Port-au-Prince.

Il a affirmé avoir été recruté dans le complot fin mai par M. Badio par l'intermédiaire d'un ami commun. M. Jaar a déclaré qu'il s'était joint par dégoût de l'autoritarisme croissant du président et par espoir d'obtenir un traitement commercial préférentiel de la part du nouveau gouvernement.

M. Jaar a déclaré qu'il ne savait pas quels ordres M. Badio suivait, ni qui était le cerveau ultime.


Image
Trou-du-Nord, Haïti, où M. Moïse est né.
Trou-du-Nord, Haïti, où M. Moïse est né.Crédit...Adriana Zehbrauskas pour le New York Times
Il a déclaré qu'il avait accepté de se joindre au complot parce que M. Badio et d'autres comploteurs lui avaient dit qu'il bénéficiait du soutien total des États-Unis, qui, selon eux, s'inquiétaient des liens supposés du président avec les terroristes et les trafiquants de drogue.

« Si le gouvernement américain était impliqué, alors c'était sûr », a déclaré M. Jaar, décrivant sa pensée à l'époque.

Aucune preuve n'a émergé que l'un des suspects nommés avait un lien actif avec le gouvernement américain, ou que les États-Unis étaient impliqués ou au courant du complot.

Il y a cependant au moins six citoyens et résidents américains qui sont accusés par la police haïtienne d'avoir participé au complot. Un ancien commando colombien accusé d'avoir participé à l'agression, Mario Palacios, a été inculpé en Floride le 4 janvier pour complot en vue de tuer M. Moïse.

M. Jaar a déclaré qu'il avait contribué environ 130 000 $ au plan, aidé à trouver les armes et fourni la maison à partir de laquelle 21 commandos colombiens à la retraite se sont rendus à la résidence présidentielle peu après minuit.

Les responsables de la sécurité haïtienne ont déclaré que l'assaut contre la résidence présidentielle était destiné à être perpétré par un groupe criminel appelé Phantom 509, qui est composé d'anciens et d'actuels policiers et a des liens politiques étroits.

M. Jaar a déclaré que lui et M. Badio avaient rencontré un homme prétendant être un chef du Phantom 509 pour discuter du complot, mais que le gang s'était retiré environ une semaine avant le meurtre, pour des raisons qu'il a déclaré ne pas connaître. M. Jaar a déclaré que c'était à ce moment-là que d'anciens soldats colombiens, qui auraient été amenés pour assurer la sécurité du successeur du président, ont appris que leur mission avait changé – prendre d'assaut la résidence présidentielle.


Image
La vieille ville de Port-au-Prince, une zone désormais contrôlée par des gangs.
La vieille ville de Port-au-Prince, une zone désormais contrôlée par des gangs.Crédit...Victor Moriyama pour le New York Times
M. Jaar a affirmé qu'il ne savait pas comment le plan d'arrestation de M. Moïse est devenu mortel, le président ayant tiré 12 balles dans sa chambre.

Mais quelques minutes après le meurtre, M. Jaar a déclaré avoir reçu un appel téléphonique de Germán Rivera, le chef des mercenaires colombiens.

"Le rat est tombé", a déclaré M. Jaar, lui a dit M. Rivera, en utilisant un nom de code péjoratif que les comploteurs ont utilisé pour le chef d'Haïti. « Le président est mort.


Maria Abi-Habib a contribué au reportage de l'article de Mexico.

Revenir en haut Aller en bas
 
Le dernier article du NY TIMES sur la crise haitienne-10 JANVIER
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dernier article de THE GUARDIAN sur la situation haitienne
» A l'approche du 1er JANVIER un article publie dans le prestigieux magazine cultu
» Retour sur la crise haïtienne
» Mirlande Manigat prône une "sortie de crise haïtienne"
» Crise haitienne : Trouver le coupable ? Le pdt, PM, leaders ou Minustah!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: