Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti



Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.

Le deal à ne pas rater :
Smartphone Xiaomi POCO M4 5G – 6.43″ -FHD 4Go – 64Go
127.92 €
Voir le deal
-20%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer 15,6″ ASUS TUF Gaming A15
599.99 € 749.99 €
Voir le deal

+2
piporiko
Marc H
6 participants

Qui était François Duvalier ?

Marc H
Marc H
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 10031
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Qui était François Duvalier ? Empty Qui était François Duvalier ?

Message  Marc H Mer 7 Oct 2009 - 20:09

22 octobre 1957 - 22octobre 2009

A l'occasion du 52 e anniversaire de la prise de pouvoir de Papa sur Haiti, je vous présente ces vidéos suivantes: Écoutez bien ses mots et discours.

Marc H
Marc H
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 10031
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  Marc H Mer 7 Oct 2009 - 20:10

Marc H
Marc H
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 10031
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  Marc H Mer 7 Oct 2009 - 20:11

Marc H
Marc H
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 10031
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  Marc H Mer 7 Oct 2009 - 20:11

avatar
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 52
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  piporiko Jeu 8 Oct 2009 - 9:28

MARC ,SISPAN POLUE FOROM NAN.
Marc H
Marc H
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 10031
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  Marc H Jeu 8 Oct 2009 - 9:54

piporiko a écrit:MARC ,SISPAN POLUE FOROM NAN.


Pipo C'est l'histoire et je crois que c'est important de revoir le passé pour mieux avancer.En écoutant cet entretien ,je n'ai pas pu m'empêcher de penser à un ancien président haitien qui utilisait presque mot à mot ce que disait François Duvalier dans ce reportage pour gagner ses élections. Cependant, Duvalier , me semble , a été l'haitien qui avait pris son temps pour analyser la sociologie haitienne avant de se lancer dans une campagne présidentielle. A cet égard, il a réussi à exercer son pouvoir politique contrairement à un ancien prêtre-président qui était un grand parleur , petit faiseur.

Enfin Bref, Piporiko, je suis certain que tu as entendu les mêmes choses que moi . Comme on dit wou sezi...
avatar
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 52
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  piporiko Jeu 8 Oct 2009 - 10:05

Marc a écrit:
piporiko a écrit:MARC ,SISPAN POLUE FOROM NAN.


Pipo C'est l'histoire et je crois que c'est important de revoir le passé pour mieux avancer.En écoutant cet entretien ,je n'ai pas pu m'empêcher de penser à un ancien président haitien qui utilisait presque mot à mot ce que disait François Duvalier dans ce reportage pour gagner ses élections. Cependant, Duvalier , me semble , a été l'haitien qui avait pris son temps pour analyser la sociologie haitienne avant de se lancer dans une campagne présidentielle. A cet égard, il a réussi à exercer son pouvoir politique contrairement à un ancien prêtre-président qui était un grand parleur , petit faiseur.

Enfin Bref, Piporiko, je suis certain que tu as entendu les mêmes choses que moi . Comme on dit wou sezi...

On ne peut pas melanger caviar(aristide) et la chienlit(duvalier)
avatar
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 52
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  piporiko Jeu 8 Oct 2009 - 10:07

Marc a écrit:
piporiko a écrit:MARC ,SISPAN POLUE FOROM NAN.


Pipo C'est l'histoire et je crois que c'est important de revoir le passé pour mieux avancer.En écoutant cet entretien ,je n'ai pas pu m'empêcher de penser à un ancien président haitien qui utilisait presque mot à mot ce que disait François Duvalier dans ce reportage pour gagner ses élections. Cependant, Duvalier , me semble , a été l'haitien qui avait pris son temps pour analyser la sociologie haitienne avant de se lancer dans une campagne présidentielle. A cet égard, il a réussi à exercer son pouvoir politique contrairement à un ancien prêtre-président qui était un grand parleur , petit faiseur.

Enfin Bref, Piporiko, je suis certain que tu as entendu les mêmes choses que moi . Comme on dit wou sezi...


Il y a des fois, il faut appeller un chat, chat et matou, voleur.
L'audace du Néo-Toto Constant (la photocopie est bien la sosie de
l'original, yo sanble tankou de gout dlo), couplé à son arrogance,
il faut dénoncer cette tentative de ce mercenaire international bien
connu de censurer les opinions des uns et des autres.
Pour ou
contre l'occupation de la MINUSTAH? Je crois que l'on se doit d'initier
un vrai débat sur le devenir de la nation Haitienne et non suivre la
démarche de ces agents... provocateurs, surtout quand le
braillard-en-chef est un mauvais coucheur reconnu et patenté.
Le
marigot politique Haitien est infesté de ces crocodiles et chacals qui
ne font que profiter du chaos fonctionnel qu'ils entendent souvent
provoquer. Un clou chasse toujours un autre. Enfermé à double tour
derrière les barreaux d'une prison à New York, le spectre grimaçant de
Toto Constant est revenu nous hanter par les discours haineux de son
alter ego. Cela intoxique, tout en se révélant comme annonciateur des
temps du retour au statu quo ante. "Etranje Pa mele nan zafè..." Entre
temps, y avait-il Fort Dimanche/Fort-la-mort, les cachots des Casernes
Dessalines, les sous-sol du Palais National et les cimetières
clandestins disséminés un peu partout.
Quelqu'un peut se retrouver
soudainement une vocation de leader, mais il ne doit surtout pas
oublier que ceux qui lui regardent aujourd'hui, regardent
aujourd'hui son passé, son environnement familial, son discours, ses
actes posés et ses liaisons ouvertes avec des organisations
douteuses. Depi kilè kabrit te konn mete kanso bèf. Depuis quand un
mercemaire, agent... provocateur devienne comme par magie directeur de
conscience en citant des leaders progressistes et révolutionnaires de
l'histoire. A moins de se laisser sciemment leurrer ou se laisser
kaponer. Sauf les opportunistes et les faiblards se laisseront prendre
au piège du Néo-Toto Constant.

Norluck

Marc H
Marc H
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 10031
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  Marc H Jeu 8 Oct 2009 - 10:29

Cet entretien invite à la réflexion et à la sociologie haitienne sur les rapports entre économie, peuple, politique , travail , entreprise et société. On a vu un Duvalier qui distribuait de l'argent aux ouvriers. on a vu un Président qui dans les années 60 traitait des sujets que le mouvement lavalas soulevait durant la campagne de 90. Voilà donc une grille présentée dans ce reportage qui permettrait d’analyser les situations politiques , sociales et économiques que vivent les haitiens en vue d'une intervention plus efficace. Ce qui veut dire une grande place devrait être donnée à ces faits historiques rapportés par Duvalier dans ce reportage et qui sont encore d'actualité en 2009. N'oublions pas que 2010 est proche.

Ma foi, nous n'avons rien réglé depuis sauf que le taux d'analphabétisme comparativement au temps des Duvalier avoisine les 60% . Mais combien de médecins avons-nous formé ? Combien de gestionnaires Haïti a- t-il produit ? Haiti est toujours bon dernier de la classe.

ou en sommes-nous aujourd'hui ? Un débat s'impose !
avatar
CPRDH
Junior


Masculin
Nombre de messages : 3
Localisation : france
Loisirs : chasse
Date d'inscription : 01/10/2009

Qui était François Duvalier ? Empty je ne comprend pas pour quelle raison vous faites le melange des genres

Message  CPRDH Jeu 8 Oct 2009 - 15:34

Qui était François Duvalier ? Icon_smile j'ai grandi sous le regime des duvaliers .Je n'ai pas connu la drogue, le chomage,le kidnaping, le viol,les tenebres de port-au-prince,l'insouciance,la nonchalence,le non respect de la parole,les macros en tout genre y compris les parents qui encouragent leurs enfants mineurs ou majeurs à la prostitution,la salubrité,la
non assistance aux personnes en danger,l'encouragement au vol. Vous savez depuis un certains temps je pense que ce pays a non seulement besoin de renaitre de ces cendres,mais aussi à repenser un profil type de l'haitien de demain. La moral est au plus bas niveau,les gens refusent de prendre en main leur destin
ils veulent tous gagner l'argent facilement;ils sommeillent,ils sont tous devenus féneants,hableurs ,menteurs
psychopathes et idiots en fin en fin en fin.
Marc H
Marc H
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 10031
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  Marc H Jeu 8 Oct 2009 - 18:02

CPRDH a écrit:Qui était François Duvalier ? Icon_smile j'ai grandi sous le regime des duvaliers .Je n'ai pas connu la drogue, le chomage,le kidnaping, le viol,les tenebres de port-au-prince,l'insouciance,la nonchalence,le non respect de la parole,les macros en tout genre y compris les parents qui encouragent leurs enfants mineurs ou majeurs à la prostitution,la salubrité,la
non assistance aux personnes en danger,l'encouragement au vol..
CPRDH

Si j'ai bien compris votre intervention, vous vouliez nous dire que c'était mieux avant. Je ne suis pas certain de cela. On n'a qu'à nous rappeler les bordels , les maisons d'hébergement ou se tenaient les femmes dominicaines (panyol) sur la route de Carrefour , à Petion et à Delmas ? C'était bien de la prostitution.

S'agissant de la drogue, il en avait dans les années de Duvalier père et fils sauf que c'était une minorité qui pouvait se la payer.
N'en parlons pas du chomage, des dizaines de milliers d'haitiens ne travaillaient pas. Des jeunes n'avaient pas d'avenir. Croix des bossales existait. Mais bon ,les rues étaient plus ou moins propres comparativement à aujourd'hui, j'en conviens. Bref, il y avait une peur psychologique dans les rues et cela durant tout le règne des Duvalier.

En ce qui a trait au viol, c'était caché. Les femmes ne pouvaient pas dénoncer leurs violeurs . C'était un régime dictatorial. Les tontons macoutes pouvaient faire ce qu'ils voulaient.
Rien n'a changé. Ce qui a changé. C'est que Haiti est passé de 5millions d'habitants à 10 millions d'aujourd'hui. Ce qui a changé c'est qu'il y a une bamboche démocratique contrairement sous Duvalier père et fils , les gens n'avaient pas le droit de parole.



Vous savez depuis un certains temps je pense que ce pays a non seulement besoin de renaitre de ces cendres,mais aussi à repenser un profil type de l'haitien de demain. La moral est au plus bas niveau,les gens refusent de prendre en main leur destin
ils veulent tous gagner l'argent facilement;ils sommeillent,ils sont tous devenus féneants,hableurs ,menteurs
psychopathes et idiots en fin en fin en fin

Absolument d'accord avec vous , ce pays a besoin d'un changement . On a vu dans ce reportage que Duvalier parlait de la réforme de la mentalité haitienne. Il affirmait que sans cette réforme , Haiti n'irait nulle part. Il le disait dans les années 50 et 50 ans plus tard, on parle encore de changer de mentalité pour progresser.

A tout prendre le tableau socio-politique d'Haiti n'a pas beaucoup changé. Voilà .
avatar
CPRDH
Junior


Masculin
Nombre de messages : 3
Localisation : france
Loisirs : chasse
Date d'inscription : 01/10/2009

Qui était François Duvalier ? Empty FAIRE EVOLUER LA VISION DES CHOSES EN HAITI N est pas une mince affaire

Message  CPRDH Ven 9 Oct 2009 - 12:37

en effet,j'ai compris en 1988 date de mon arrivé en France ,à quel point nous autres sommes loin des réalisations mondiales.Les sociétés occidentales ont acceptées de faire d'énormes sacrifices pour ériger
des états nations notemment sur le partage des richesses.leurs citoyens ne sont pas considérés comme
des oiseaux .......ils ont crées le revenu minimum d'insertion donc les riches et l'état se sont dits : si nous
n'accordons pas aux défavorisés un pouvoir d'achat qui ,aujourd'hui est évalué en France à un peu moins de 500 euros par mois, nous ne pourrons pas vivre dans des états de droit. Et je vous garanti que l'état
haitien et les 2%de riches pourraient au moins trouver un compromis pour faire évoluer les choses dans le bon sens.pensez à former des hommes avant de faire évoluer la mentalité.arretez le clientelisme, le fanatisme .certains activistes ou nostalgiques ont conduit la jeunesse des années 70 et 80 dans la tombe
et ils continuent encore personne n'accepte de creer une doctrine politique avec un ou plusiers projets de sociétés qui soient acceptables de tous et arretons de diriger un pays avec seul forme de gouvernance qui est l'improvisation;genre un chef d'étatqui va resoudre les crises à la tele avec quelques affairites ! un spectacle mondial , mediocrité haitienne.je te felicite pour avoir choisi ce genre de sujet, nous en avons bien besoin.
Marc H
Marc H
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 10031
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  Marc H Ven 9 Oct 2009 - 14:16

'Merci de m'avoir tenu compagnie dans ce débat intéressant sur le passé , le présent et le futur d'Haïti. Je reviendrai après le long week end d'action de grâce canadien pour continuer cette belle et nécessaire conservation inter haïtienne sur l'avenir d'Haiti.

Bonjour New York, je visiterai la grosse Pomme ce week end
Maximo
Maximo
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  Maximo Jeu 15 Oct 2009 - 16:29

François Duvalier, président d'Haiti du 22 Octobre 1957 au 21 Avril 1971, naquit le 14 Avril 1907 à Port-au-Prince, non loin du palais présidentiel de Nord Alexis. Un lieu de naissance et de résidence qui lui permit de vivre de très près les événements quelquefois sanglants marquant l'histoire d'Haiti durant les premières décades du XXè siècle.

Il fit ses études classiques au Lycée Pétion où il décrocha son diplôme de fins d'études secondaires en 1928, un diplôme qui lui ouvrit les portes de l'École de Médecine de Port-au-Prince. Durant ses études médicales et son internat, il fit des rencontres et vécut des événements qui marquèrent de façon indélébile sa vie et orientèrent ses choix socio-politiques.

L'une de ses rencontres fut celle de Lorimer Denis, un ethnologue spécialiste du vodou et un nationaliste endurci. Embrassant les vues de Denis sur le nationalisme et le noirisme, François Duvalier les développa dans des articles parus dans de nombreuses revues et brochures nationalistes de l'époque. Grâce aux démarches de Lorimer Denis, il fut admis au Bureau d'Ethnologie, institution fondée en 1942. Ce dernier le présenta également à Daniel Fignolé qui l'encouragea à rejoindre la cellule de fondation du Mouvement des Ouvriers Paysans (MOP) en 1946.
Entre-temps, il épousa Simone Ovide, une infirmière. La cérémonie nuptiale eut lieu en l'Eglise Saint Pierre de Pétion-Ville le 27 Décembre 1939. De cette union naquirent trois filles (Marie-Denise, Nicole et Simone) et un garçon, Jean-Claude.
Qui était François Duvalier ? Duvalier60
Lors de la campagne d'éradication du pian qui fut soutenu, financé et administré par les Etats-Unis, Duvalier fut choisi comme un des médecins administrateurs du programme. Durant cette campagne, son nom et son visage devinrent familiers dans les campagnes et certains coins reculés du pays.

Avec l'avènement de Dumarsais Estimé, son status politique changea; d'observateur et analyste, il devint homme politique. En effet, Estimé qui réunit dans son gouvernement des membres de diverses tendances, le nomma directeur de la Santé Publique avant de lui confier le porte-feuille de la Santé Publique et du Travail. A la chute d'Estimé, il refusa de cautionner le coup d'état et le gouvernement de Paul Eugène Magloire, et se lança dans l'opposition.

Ses menées politiques ne lui attirèrent pas de grands ennuis quoiqu'elles fussent connues du gouvernement. A la chute de Magloire, le 6 Décembre 1956, il se déclara candidat à la présidence. Aux élections organisées le 22 Septembre 1957, il fut déclaré vainqueur avec 679.884 voix, (voir : Elections présidentielles) et prêta serment le 22 Octobre devant le président du Sénat, Mr. Hugues Bourjolly.

Cette élection n'atténua pour autant les ardeurs et les ambitions des politiciens de l`époque et de certains membres de l'armée. Le 22 Juillet 1958, il eut à essuyer la première de toute une série de tentatives de renversement et d'invasions (neuf au total). A chaque échec des opposants et des envahisseurs, Duvalier s'endurcit un peu plus, et son image d'homme prédestiné chargé d'une mission historique se trouva rehaussée aux yeux de ses partisans dont certains formèrent la redoutable police parallèle dénommée les tontons macoutes. Pour se maintenir au pouvoir, il exploita également la phobie du communisme, une exploitation débutée le 25 juin 1960 durant son fameux discours à Jacmel, où il conditionna sa loyauté au système capitaliste à une aide massive et urgente des Etats-Unis.


Après avoir organisé, en Avril 1961, des élections pour se faire ré-élire avant la fin de son mandat, il s'accapara définitivement du pouvoir en juin 1964 en se faisant proclamer "président à vie". A cette même époque il changea la couleur du drapeau haitien. Plus tard, voyant sa fin venir, il nommera lui-même son successeur, dans la personne de son jeune garçon, alors de 19 ans, Jean Claude Duvalier. L'opposition à son régime, évoluant surtout à l'étranger et affichant une faiblesse pathologique, n'émit en cette occasion, que des gémissements inaudibles pour la grande majorité des Haïtiens.
Qui était François Duvalier ? Duvalier1971

Le 21 Avril 1971, après treize ans et cinq mois au pouvoir, il rendit l'âme. Sa mort n'a pas pourtant changé le climat politique du pays. Comme prévu, son fils, Jean-Claude Duvalier, lui succéda le lendemain. L'opposition composée surtout d'opportunistes résidant confortablement à l'étranger, continua à s'agiter avec les yeux rivés sur le gouvernement américain.

Ses funérailles eurent lieu le 24 suivant. Après le 7 Février 1986, une populace en furie saccagea son tombeau au cimétière principal de Port-au-Prince; apparemment, ses restes ne s'y trouvaient plus.

Occupé à déjouer des complots, à poursuivre et exécuter ses opposants, à inculquer la peur dans l'âme des Haitiens, et à étendre ses tentacules sur toutes les institutions du pays, Duvalier se montra peu soucieux du développement du pays. Sous son administration, le pays perdit certains de ses hommes les plus éminents, à la suite d'exécutions ou de l'exil; l'économie se détériora à un point tel que Haiti devint le pays le plus pauvre de l'hémisphère après avoir connu un certaine période de gloire durant les années 50; le taux d'analphabétisme resta inchangé (90%).

Pourtant, quoiqu'on puisse dire de lui et de son administration, l'idéologie qu'il prôna visait, dans son essence, à la promotion de toute une classe d'Haïtiens qui, jusque là, était négligée quand elle n'était pas l'objet du paternalisme des hommes au pouvoir et des classes dominantes. Malheureusement, cette idéologie imposée avec une farouche énergie, une ferme intransigeance et une extrême violence sur le peuple haitien laissa des marques si profondes dans son imaginaire, qu'il est, encore aujourd'hui sinon impossible du moins extrêmement difficile de s'en défaire complètement.
avatar
VizyonPouAyiti
Junior


Masculin
Nombre de messages : 24
Localisation : Haiti
Loisirs : Discussions constructives
Date d'inscription : 26/09/2009

Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  VizyonPouAyiti Jeu 15 Oct 2009 - 19:52

Maximo a écrit:Pourtant, quoiqu'on puisse dire de lui et de son administration, l'idéologie qu'il prôna visait, dans son essence, à la promotion de toute une classe d'Haïtiens qui, jusque là, était négligée quand elle n'était pas l'objet du paternalisme des hommes au pouvoir et des classes dominantes.

Maximo, en quoi son idéologie prônait à la promotion de toute une classe d'Haïtiens qui était négligée? Si tu as un enfant et que tu veux lui permettre d'évoluer, tu lui donneras des armes et de l'argent et lui apprendras à abuser des plus faibles que lui? Non, tu lui donneras l'opportunité de parfaire sa personne en lui donnant l'occasion de fréquenter de bons professeurs dans de bonnes écoles. Ce ne sont pas les mitraillettes et l'argent qui promeuvent l'homme mais bien l'étendue de sa connaissance, Maximo. Et est-ce que de temps en temps, pour permettre à ton enfant de s'accomplir, est-ce que tu lui voleras ses biens en cachette pour le lui en remettre une partie ouvertement en te faisant passer pour son bienfaiteur? Je suis désolé Maximo, mais toute personne qui détourne les impôts et les taxes volent le peuple. Il ne fait que garder le peuple dans l'ignorance en faisant croire qu'il avait eux : il prend l'argent provenant d'impôts et de taxes payés par le peuple epi li voye l'ba li epi apre sa l'ap fè l'kwè se kòb li fè l'kado!
avatar
dilibon
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  dilibon Ven 16 Oct 2009 - 18:15

VizyonPouAyiti a écrit:
Maximo a écrit:Pourtant, quoiqu'on puisse dire de lui et de son administration, l'idéologie qu'il prôna visait, dans son essence, à la promotion de toute une classe d'Haïtiens qui, jusque là, était négligée quand elle n'était pas l'objet du paternalisme des hommes au pouvoir et des classes dominantes.

Maximo, en quoi son idéologie prônait à la promotion de toute une classe d'Haïtiens qui était négligée? Si tu as un enfant et que tu veux lui permettre d'évoluer, tu lui donneras des armes et de l'argent et lui apprendras à abuser des plus faibles que lui? Non, tu lui donneras l'opportunité de parfaire sa personne en lui donnant l'occasion de fréquenter de bons professeurs dans de bonnes écoles. Ce ne sont pas les mitraillettes et l'argent qui promeuvent l'homme mais bien l'étendue de sa connaissance, Maximo. Et est-ce que de temps en temps, pour permettre à ton enfant de s'accomplir, est-ce que tu lui voleras ses biens en cachette pour le lui en remettre une partie ouvertement en te faisant passer pour son bienfaiteur? Je suis désolé Maximo, mais toute personne qui détourne les impôts et les taxes volent le peuple. Il ne fait que garder le peuple dans l'ignorance en faisant croire qu'il avait eux : il prend l'argent provenant d'impôts et de taxes payés par le peuple epi li voye l'ba li epi apre sa l'ap fè l'kwè se kòb li fè l'kado!


Vizyon de kiles wap pale de Divalye ou byen de Aristide ou byen de tou les 2? Pakse mwen we alisyon ou fe yo sanble tet koupe ak Jean B Harry-Steale
Maximo
Maximo
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  Maximo Dim 18 Oct 2009 - 19:24

François Duvalier, le nationaliste méconnu



Par Clark W. Gaston


Le 22 septembre 1957, un homme, médecin de profession, issu de la génération des maîtres à penser de 1946, accède au pouvoir suprême de l'État, suite à des élections au suffrage universel. Cet homme, ce géant, c'est François Duvalier. Il est méconnu, peu connu ou simplement mal connu.

Invité à participer en décembre dernier à une conférence à la Médiathèque de l'institut Français de Casablanca au Maroc autour du thème : Brassage politique des peuples issus de la période postcoloniale française, des professeurs d'université, anthropologues, écrivains et chercheurs, m'interrogèrent sur la pensée de cet homme qui met en question beaucoup de concepts et sur les divers thèmes traités dans ses œuvres essentielles et dans son livre magistral,« Un Leader du Tiers-Monde ».

Nous avons évoqué également les mêmes problématiques avec les Béninois à l'Université Nationale du Bénin (UNB). L'intérêt porté par ces hommes de 25 à 60 ans pour l'œuvre de François Duvalier nous a poussé à des réflexions. Selon eux, on doit placer François Duvalier au rang d'un Kwame NKruma ou d'un Gamal Abdel Nasser d'Egypte. L'héritage culturel similaire et l'expérience coloniale contribuent à forger cette âme commune entre eux et nous, haïtiens. Il est décevant de constater que certains des intellectuels haïtiens occidentalisés sont incapables de bien situer François Duvalier, voire d'accorder respect et mérite à ses idées. Leur sens analytique fond devant les préjugés de nos détracteurs.

Dans notre article du jeudi 13 mai 2004 dans Le Nouvelliste, nous avons parlé de l'insuffisance de ces hommes de chez nous. Si le peuple français, avons-nous écrit, continue à aduler Napoléon Bonaparte, c'est pour les gloires de ses conquêtes et non pour ses cruautés en tant que conquérant. Duvalier est le produit prototype de la colonisation. Tous ces grands hommes ont tous été frappés du sceau de la singularité en raison de leur destin hors du commun.

L'histoire des pays dominés par le colonialisme a connu, depuis plus d'un demi-siècle une nette évolution vers l'indépendance politique et la mise en question du néo-colonialisme. Des leaders tels que le Maréchal Tito de l'ancienne Yougoslavie, David Ben Gourion d'Israël, Hamed Sekou Toure de la Guinée ont compris qu'ils ne pouvaient plus laisser leurs peuples vivre indéfiniment dans la crasse, la misère sous le joug des grandes puissances. Il était nécessaire d'adopter de nouvelles conceptions, de nouvelles conduites dans la gestion des affaires de l'État.

L'élite intellectuelle haïtienne n'était pas restée en dehors de ces courants. Dans les années 40, François Duvalier, Michel Aubourg, Léonce Viau, Emmanuel C. Paul, Jean-Baptiste Romain etc. avaient déjà tracé dans leurs écrits les lignes de conduite, les conceptions qu'il fallait à cette classe d'hommes pour se libérer du joug des préjugés négatifs hérités du colon. Ces préjugés de toutes sortes pervertissaient la vie sociale en Haïti et constituaient de sérieux obstacles à l'éclosion de la classe moyenne et à l'épanouissement des masses populaires urbaines et paysannes. Rappelons ici un fait dans le parcours de François Duvalier : malgré son éducation, comparable à celle d'un moine qui rentre dans le monastère, il était obligé d'accepter d'être le mouchard du gouvernement du président Sténio Vincent comme condition de son admission à la Faculté de Médecine. Il reçut son diplôme en 1934 signé par le Président de la République, le seul habilité à le faire à cette époque.

Il n'était pas du tout aisé pour un jeune de teint noir d'embrasser la carrière médicale dans ces temps-là. C'était le domaine réservé aux jeunes de teint clair.

Quand nous voyons de nos jours les jeunes de l'arrière pays franchir les portes de nos universités grâce à leur qualification, nous les vieux du présent, nous nous disons avec satisfaction que ces jeunes ignorent le prix payé par nous au temps des préjugés à outrance. Sorte d'apartheid à l'haïtienne.

Oubliant cet aspect de la vie sociale haïtienne, une partie de l'élite feint de ne pas comprendre pourquoi Duvalier au pouvoir gouvernait avec tant de rigueur envers tous, Duvaliéristes ou pas, coupables d'un délit politique ou moral contre la majorité nationale. Cette attitude est taxée le plus souvent de dictatoriale le plus souvent pour répondre aux vocables d'un colon d'un nouveau genre ayant sous son contrôle la puissance médiatique. Cependant de nos jours, infractions à la loi, dénonciations et corruptions pullulent tandis que notre code pénal ne vit que de son ombre. C'est le règne de l'impunité.

Élu Président, Duvalier invita son adversaire principal l'agronome Louis Déjoie, un bourgeois aristocrate, à choisir son poste dans son gouvernement ainsi que Clément Jumelle, homme de la classe, ancien candidat à la présidence, ancien ministre des Finances du gouvernement du 8 octobre 1950. Ce dernier, à cause des intimidations de Clément Barbot, Chef de la Police secrète du régime, mitraillette en main, préféra ne rien accepter. Cette attitude hostile de Barbot sembla s'expliquer du fait que la main d'une fille proche de la famille Jumelle lui avait été refusée à cause de son statut social d'instituteur d'une École Nationale de Saint-Marc. En effet à l'époque, fortune, bonnes moeurs et rang social étaient les critères d'acceptation dans certaines familles.

Duvalier avait le souci d'inclure toutes les tendances dans son gouvernement. Il avait utilisé les services des cadres compétents du clan Jumelle au profit du pays. Un Hervé Boyer, docteur en économie, avait occupé le poste de ministre des Finances. Pierre Eustache Daniel Fignolé, brillant professeur des mathématiques, maître incontesté des masses de Port-au-Prince, ancien candidat à la Présidence et Président Provisoire pour 19 jours aurait pu avoir son poste de ministre aux côtés de Duvalier s'il était d'une certaine clairvoyance politique. Son départ forcé pour l'exil était l'oeuvre de l'intelligence de François Duvalier.

Ce n'était pas sans calcul que Me Frédérique Duvignaud, aristocrate hautain, occupait le poste de ministre de l'Intérieur dans son Cabinet. Il n'était pas un homme facile. Lors de son installation, Duvalier s'exprima en ces termes : « en désignant Me Duvignaud au Portefeuille de l'Intérieur, j'espère que la bourgeoisie me comprendra. » Duvalier consulta pour des conseils son aîné, le président Sténio Vincent.

Le gouvernement de Duvalier était ouvert aux différentes sensibilités politiques contrairement à l'autre qui voulait tout pour lui en gouvernant uniquement avec les masses et a tout perdu en 2004. Dans ce contexte, nous présentons des fleurs au président René Préval.

Nous avons encore à l'esprit l'épisode de sa prestation de serment comme 8ème Président à Vie de la République. Au Parlement en 1964, le représentant des Etats-Unis, se sentant succombé à un malaise, s'était permis de s'asseoir. Duvalier l'ayant aperçu, il interrompit son discours et appela l'Ambassadeur René Hyppolite, Chef du Protocole et lui demanda de se rendre auprès de l'Ambassadeur et de lui dire de rester debout pendant tout le discours du Chef de l'État. Ce ne fut qu'une simple question de décence protocolaire, l'Ambassadeur obtempéra. On doit être, à l'exception d'un Nord Alexis, un François Duvalier pour le faire. Homme toujours soucieux du relèvement de notre prestige national de petit pays.

C'est ce souci de fierté et de mémoire qui a poussé Dr Rony Gilot à écrire son dernier ouvrage « Duvalier Le Mal Aimé » que l'on peut considérer comme un monument de l'histoire politique du pays pendant ces 57 dernières années.

Duvalier au lit de mort disait avec amertume : « Des hommes pour qui je me suis tant sacrifié, voilà ce sont eux qui m'ont trahi. » Il se sentait abandonné par ses forces et concluait plus loin : « Je sais qu'il me faudra d'autres générations pour parfaire ma révolution. »

Nous voilà en l'an 2007, année du centenaire de sa naissance, 36 ans après sa mort.

Notre diplomatie est réduite à la porte des plus intrigants, de nos flibustiers et grands mangeurs. Où sont passés nos Léon Laleau, nos René Charlmers, anciens ministres des Affaires étrangères ? Colère et impuissance doivent être leur lot là où ils sont.

Un Chef de l'État, courageux et visionnaire comme le fut François Duvalier, avait toujours à l'esprit les hommes qu'il fallait s'il s'agissait de défendre l'honneur national. Considérant l'ensemble des actes politiques de François Duvalier, on ne peut s'empêcher de conclure qu'il avait la capacité de transcender, aujourd'hui encore, sa mémoire fascine les grands hommes du Tiers-monde.

Le moment décisif, Duvalier savait bien l'assurer. Les bicolores noir et rouge, couleurs des Dessalines et Christophe, adoptés en 1964 par Duvalier, sont, paraît-il, les porteurs réels de notre honneur national et de tous les voeux des Pères de la Patrie. C'est le bleu et le rouge qui sont toujours présents dans les moments de faiblesse de la nation. Les occupations de 1915-1934, 1994 et 2004 en témoignent.

La majorité nationale durant son règne éprouvait une sorte de fierté d'appartenance et apportait sa pierre au devenir de sa politique. Dans ce cadre, référons les jeunes des générations présentes et celles à venir à ses ouvrages, tels : « Un Leader Du Tiers-Monde et les Différents Tomes de ses Oeuvres Essentielles

Un leader sérieux ne peut parler de futur s'il ne fait preuve de caractère dans la gestion des évènements du présent. Si le président Dumarsais Estimé, le progressiste des Verrettes, était suffisamment entouré des hommes qu'il fallait, le Major Paul Magloire n'aurait jamais laissé à pied le grand Quartier Général de l'Armée, accompagné de ses complices de l'État Major, pour se rendre au Bureau du Président et lui exiger sa démission. Il fit ainsi avorter la révolution de 1946, date charnière de la prise du pouvoir par la majorité nationale à travers les membres les plus avancés de la classe moyenne et nous laissa ainsi les tristes souvenirs du 10 mai 1950, date du coup d'État. La sociologie politique nous enseigne que dans les pays sous-développés, dont l'histoire est marquée par le colonialisme, il ne peut exister de réactionnaires privilégiés proches du pouvoir. C'est le cas pour Haïti qui a conquis son indépendance par les armes à la France. Cette tranche d'histoire est l'une des plus glorieuses du XIXe siècle, elle marque le degré élevé de la dignité politique de la race noire. En effet, à l'époque, Napoléon ne faisait que conquérir le monde par les guerres.

Duvalier avait bien compris cette tranche d'histoire et en avait tiré la leçon. Dès sa prestation de serment, il nomma l'architecte de la présidence pour 19 jours de Daniel Fignolé, Me Emile Saint-Lot comme ambassadeur d'Haïti en Éthiopie.

On doit reconnaître que ceux qui avaient survécu à la guerre de l'indépendance avaient bien mené la barque nationale, qu'il ait été noir ou mulâtre. C'est la montée des préjugés habillés de trop d'arrogance qui ont tout basculé. Si le mulâtre d'hier était plus intelligent, il aurait pu avoir les rênes du pouvoir jusqu'à présent. Pour nous, pourvu que le pays soit bien géré, peu importe la condition épidermique.

Max Bolte, mulâtre de descendance allemande, conseiller au sein de l'équipe chargée de la campagne de Louis Déjoie avait prédit en 1957 à celui-ci qu'il allait faire reculer le pouvoir à la bourgeoisie pour 50 ans. Nous voilà en plein dans sa prédiction.

Constatant de nos jours les lamentations de tout un chacun concernant nos calamités, on ne peut s'empêcher de penser à rebattre les cartes de l'échiquier. Il est unanimement reconnu que la situation socio-économique et sécuritaire a totalement dégénéré depuis 1986. Le coût de la vie a beaucoup augmenté, les prix des produits de première nécessité ont vertigineusement grimpé. Jusqu'en 1962, on pouvait acheter la petite marmite de sucre à 35 centimes, la barre de savon de lessive à 30 centimes, la « glosse » d'huile à 40 centimes, la petite marmite de farine à 45 centimes, le sac de ciment à 7 gourdes. Nous n'ignorons pas les fluctuations, les répercussions, l'interdépendance des marchés en économie. Cependant, seule la mauvaise gestion peut être responsable de l'état actuel des choses. D'où la nécessité d'une nouvelle équipe au pouvoir. Le Duvaliériste a déjà fait ses preuves, nous sommes pleinement conscients que nous n'étions pas pour autant des saints. L'erreur est du domaine de tous les humains, mais peut-on laisser la dignité nationale à la dérive entre les mains des hommes de 1990 ? Plus jamais. C'est à cette tâche que nous voulons nous adonner en pensant à Jean-Claude Duvalier, fils unique du précurseur de 1957. Il est encore auréolé d'un symbolisme vivant. L'égrégore « Duvaliérique » est encore bien solide dans les cœurs des masses. Il faudrait mettre de côté les rancœurs contre les méfaits des « Macoutes ». En effet, tout Haïtien détient à l'état latent le macoutisme dans le sang, tare de notre haïtianité. Que d'actes, d'actions abominables ont été commis par les hommes de l'après 1986 !

Un proche du régime voulant coucher une belle écolière de son quartier plaça le père en détention frauduleusement au Fort-Dimanche afin de porter la fille et la mère à entreprendre des démarches auprès de lui. Ayant pris connaissance de ce forfait macabre, Duvalier le fit placer en détention en lieu et place du père. Sept mois plus tard, il fut appelé en jugement et continua à nier les faits. Duvalier, avec son sourire habituel, ordonna de l'emmener à nouveau à sa cellule où il finit ses jours. Cette solution est certes non conforme à l'orthodoxie démocratique. Nous en convenons.

Là, résident nos particularités sociologiques. L'occident chrétien n'arrive pas à comprendre la dualité culturelle existant chez l'haïtien.

Duvalier qui connaissait les us et coutumes du peuple haïtien prenait des mesures drastiques pour résoudre des problèmes complexes. Il indiqua, à travers ses écrits, à l'élite intellectuelle et à la classe comment traiter les réalités conformément à la mentalité de nègres que nous sommes. L'haïtien est devenu un blanc à peau noire dans sa pratique culturelle. Voilà l'origine de tant de disparités chez les élites du pays et de tant de mécontentements de ces mêmes élites contre Duvalier. Voilà aussi l'origine et les causes de nos discordes politiques périodiquement répétées et qui expliquent aussi l'absence de cohésion sociale dans le pays. La colonisation greffée sur la race et l'héritage culturel africain causa les particularités d'Haïti dans les Antilles. Ses attaches et coutumes sont restées si profondément africaines. Duvalier en était conscient, c'est ce qui alimenta sa foi et intensifia la construction de sa position doctrinale. Si de nos jours, le Parti de l'Unité Nationale (PUN) qui amena Duvalier au pouvoir en 1957 a pu ressurgir avec force et vigueur, c'est que l'enseignement qu'il a laissé a bien germé à travers les générations montantes.

En 1971, au lit de mort, il ne pouvait s'empêcher de dire que « C'est malheureux qu'il faudra plusieurs générations pour parfaire son travail politique. » Et il paraît qu'il avait raison dans sa vision des choses. Les pensées de ces grands hommes tels que Jésus-Christ, Mahomet, Nasser, Charles de Gaulle, Sekou Touré, Duvalier occupent les mémoires pendant longtemps et même des siècles.

L'école historico-culturelle, «Les Griots », qu'il fonda en 1932, imposa l'avènement des masses au pouvoir, le président Dumarsais Estimé en donna le signal en 1946. 1957, 1990, 2006 en sont les suites et conséquences. Sans François Duvalier, il n'y aurait jamais eu Jean-Bertrand Aristide et René Préval.

Contrairement à un petit nombre d'intellectuels frappés de cécité historique, voire dénaturés dans leur entendement du fait de la méconnaissance totale de leurs origines sociales.

Nous avons encore en mémoire quelques uns des graves évènements qui ont failli mettre en péril le régime et la souveraineté du pays. Les ennemis du pouvoir de Duvalier utilisaient en 1961 très souvent le territoire voisin pour narguer Duvalier en attaquant les avant-postes de la frontière et en repliant. On disait que la plupart de ces attaques étaient l'œuvre du Général retraité, Léon Cantave.

Duvalier était fatigué de ces promenades, qu'il qualifiait de fantaisistes. Selon les rapports du commandant des unités de combat des Forces Armées d'Haïti, le bataillon des Casernes Dessalines arriva sur les lieux et suite aux manœuvres de reconnaissance, il ne put identifier aucun assaillant. A un second rapport négatif, Duvalier demanda pourquoi aucune cible n'est visible sinon la tête de la cathédrale.

C'est alors le Chef Suprême des forces Armées d'Haïti, revêtu de la majesté et de la puissance amère qui le caractérisa ordonna à l'officier de nos garnisons de lui offrir la cathédrale, répétant ainsi le geste du Général Christophe contre le Général Français Rochambeau.

Le commandant transmit les ordres à ses subalternes, les spécialistes les mirent en exécution. Ils brisèrent la tête de l'édifice par quelques coups de Bazooka. Mais le Chef de l'État voisin ne jugea pas bon de riposter à l'attaque délibérée malgré la supériorité numérique de son armée forte de 150.000 hommes. Dans ce contexte il faudrait rappeler que le Dominicain acceptant très mal l'occupation de Boyer, qui dura 25 ans, caresse le désir jusqu'à présent d'occuper Haïti même pour 24 heures.

Le président Raphaël Léonidas Trujillo préféra porter plainte à l'ONU, le Conseil de Sécurité se saisit de la question.

Voyant les choses passer ainsi, un jour le président Duvalier s'adressant à quelques officiers sur cet évènement exceptionnel leur dit : « Si notre légendaire bataillon tactique était déjà à 80.000 hommes de troupe ajoutés aux Volontaires de la Sécurité Nationale, il aurait attaqué puissamment le territoire voisin pour les pousser à se battre avec notre armée accompagnée de nos 350.000 miliciens sous les armes , même pour venger nos 20.000 concitoyens massacrés injustement à Ouanaminte en 1936 le long de la frontière. » Connaissant sa façon farouche de déterminer les choses, Duvalier l'aurait fait.

A une autre occasion en 1963, la Chancellerie Dominicaine envoya à Haïti une note de protestation caractérisée d'ultimatum par Duvalier. Le gouvernement dominicain relate qu'il vient d'apprendre que son ambassade a été envahie par les membres de la force publique haïtienne et que des soldats de cette force y sont demeurés. Duvalier à la lecture de ce texte saisi d'une fureur saine réagit en ces termes : « A cet ultimatum d'une violence rare dans les annales diplomatiques je répondis du tac au tac en passant comme toujours aux actes concrets, je décidai de rompre les relations diplomatiques et consulaires avec le gouvernement dominicain du président Juan Bosch immédiatement, Je mis alors sur pied de guerre les courageuses Forces Armées d'Haïti et les fameuses Légions de mes Volontaires de la Sécurité Nationale. Je verrouillai également les frontières maritimes et terrestres. La situation revêtait une gravité telle, des Membres du Corps Diplomatique accrédités auprès de mon gouvernement eurent la conviction que la guerre allait éclater. » (cf. ''Un Leader du Tiers-Monde'', pp. 107-134 pour un récit historique in extenso).

Comme conséquence, l'OEA prit fait et cause du différend sur plainte d'une des parties. Une délégation fut envoyée et Duvalier la reçut avec les honneurs dus à leurs rangs tout en ayant soin en bon manoeuvrier de bien informer son peuple déjà massé sur les pelouses du Palais National. Après le départ de cette délégation, Duvalier fit à son peuple la relation des entretiens, tout en ayant soin de leur souligner que de son vivant au péril de sa vie, jamais une puissance étrangère ne foulerait le sol de Jean-Jacques Dessalines en maître. Ainsi parla-t-il toujours à ces puissances étrangères qui jouèrent en coulisse contre les régimes nationalistes. C'est alors que le peuple fanatisé et chauffé à blanc dans son sens patriotique cria à poitrine ouverte pour la première fois Duvalier pou tou tan (Duvalier à Vie). Il reprit le microphone et dit :

« Si c'est votre désir que je sois le huitième Président à Vie de notre histoire, je suis prêt à répondre aux voeux de la Nation. » C'est ainsi qu'il vainquit toutes les conspirations nationales et internationales.





Clark W. Gaston







Contenu sponsorisé


Qui était François Duvalier ? Empty Re: Qui était François Duvalier ?

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 26 Nov 2022 - 7:09