Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti



Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.

Le Deal du moment : -40%
TOSHIBA 55UA4B63DG – TV LED 4K UHD ...
Voir le deal
369.99 €
Le Deal du moment : -50%
-50% Nike Jordan Air 200E
Voir le deal
67.47 €

2 participants

Le PSUGO du ministre Nesmy Manigat analysé par B-Oriol

Marc-Henry
Marc-Henry
Administrateur


Masculin
Nombre de messages : 6330
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

Le PSUGO du ministre Nesmy Manigat analysé par  B-Oriol  Empty Le PSUGO du ministre Nesmy Manigat analysé par B-Oriol

Message  Marc-Henry Ven 25 Mar 2022 - 0:30

Par Robert Berrouët-Oriol
Linguiste-terminologue

Montréal, 24 mars 2022 ((rezonodwes.com))– Le PSUGO (Programme de scolarisation universelle gratuite et obligatoire) a été lancé en 2011 par le cartel politico-mafieux du PHTK alors dirigé par Michel Martelly. Il est avéré qu’il a été, à l’échelle nationale, une vaste opération de gabegie administrative, de corruption et de détournement de fonds publics au bénéfice des ayants droits et des supplétifs du PHTK néo-duvaliériste. En novembre 2021, le ministre de facto de l’Éducation nationale, Nesmy Manigat, pourtant bien imbu des constantes critiques publiques formulées par les associations d’enseignants et en dehors de tout audit attesté, a reconduit le PSUGO en lien avec la réactivation de ses « 12 mesures » administratives destinées à « moderniser » la gouvernance du système éducatif national.

Quels sont les résultats mesurables du PSUGO et à combien s’élève le coût total de ses activités ? De 2011 à 2022, le ministère de l’Éducation nationale n’a publié aucun bilan qualitatif et quantitatif de l’ensemble des activités du PSUGO. De manière liée, une recherche documentaire multifacettes n’a pas permis d’obtenir des données chiffrées sur les coûts totaux du PSUGO depuis ses débuts : la gestion financière de ce programme demeure totalement opaque et elle n’a fait l’objet d’aucune évaluation au Parlement haïtien. Pour sa part, la Bibliothèque numérique de l’UNESCO, l’UNESDOC, précise que « Initié en octobre 2011 dans le cadre d’un projet officiel de 5 ans, le Programme de scolarisation universelle gratuite et obligatoire (PSUGO) prend ainsi en charge les frais aux deux premiers cycles du fondamental (primaire) dans 9 000 écoles non publiques et 2 500 écoles publiques, afin de garantir l’accès à l’éducation à environ 1,5 million d’enfants de 6 à 12 ans en 2016.

Son principal objectif est de surmonter les obstacles structurels et de promouvoir l’instruction des enfants défavorisés vivant en situation de précarité. » Pour l’exercice 2014 – 2015, cette référence documentaire fait état d’un montant de 235 543 302 Gourdes (3 623 743 $ USD) attribué à 840 écoles et totalisant 96 931 élèves répartis principalement dans les communes de Cabaret, Carrefour et Port-au-Prince (Source : UNESDOC, « Les Synthèses de l’IIPE / Améliorer le financement de l’éducation : utilisation et utilité des subventions aux écoles », n.d. : recherche conduite par l’Université d’État d’Haïti en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale et sous la coordination de l’IIPE‑UNESCO, avec l’appui du Partenariat mondial pour l’éducation (GPE).

La récente reconduction du PSUGO par le ministre de facto de l’Éducation nationale, Nesmy Manigat, appelle, sous forme de synthèse, les observations suivantes.

L’accès aux données financières du PSUGO n’est pas chose aisée… Selon un rapport du ministère de l’Éducation acheminé le 22 décembre 2014 au journal Le Nouvelliste et qui présente, semble-t-il, « le bilan annuel des deux (…) exercices 2011-2012 et 2012-2013, le PSUGO est financé essentiellement grâce au Fonds national pour l’éducation (FNE), à hauteur de 1,9 milliard de gourdes, et du Trésor public, à hauteur de 800 millions de gourdes, pour un total de 2,7 milliards de gourdes. » Selon ce rapport, « (…) à travers le Programme de scolarisation universelle visant à offrir une éducation gratuite aux enfants, prioritairement aux plus nécessiteux sur la période 2011-2016, [le MENFP] s’est engagé à augmenter progressivement la proportion de l’offre publique d’éducation, actuellement à 40 %, de 20 %.
Durant ces 5 années, le PSUGO sera financé à hauteur de 12 milliards de gourdes environ. Financement qui sera assuré par le Trésor public et d’autres fonds de contrepartie (taxes prélevées sur les appels téléphoniques et sur les transferts d’argent vers Haïti) » (voir l’article « PSUGO : les autorités, chiffres à l’appui, lèvent le voile », Le Nouvelliste, 22 décembre 2014).
Les données d’enquête consignées dans le dossier de l’UNESDOC –« Les Synthèses de l’IIPE / Améliorer le financement de l’éducation : utilisation et utilité des subventions aux écoles »–, contredisent les chiffres avancés par le ministère de l’Éducation qui soutient, selon le rapport fourni au Nouvelliste, que « Pour l’exercice 2011-2012, le PSUGO, par le biais du MENFP, a facilité l’accès à l’éducation de base à un million vingt et un mille cent quarante-quatre (1 021 144) enfants, tandis que pour cet exercice, à savoir 2012-2013, il a facilité l’accès à plus de un million trois cent quatre-vingt-dix-neuf mille cent soixante-treize (1 399 173) enfants, soit une augmentation de 378 029 enfants ». Plus sobrement, le dossier de la Bibliothèque numérique de l’UNESCO, l’UNESDOC, mentionne un montant de 235 543 302 Gourdes (3 623 743 $ USD) attribué à 840 écoles et totalisant 96 931 élèves répartis principalement dans les communes de Cabaret, Carrefour et Port-au-Prince. L’écart est énorme entre les 2,7 milliards de Gourdes, puis les 12 milliards de Gourdes avancés par le ministère de l’Éducation et la « modique » somme de 235 543 302 Gourdes mentionnée par la Bibliothèque numérique de l’UNESCO pour un total de 96 931 élèves… L’énorme écart entre les 12 milliards de Gourdes du MENFP et les 235 543 302 Gourdes de la Bibliothèque numérique de l’UNESCO autorise au moins une question de fond : où sont donc passées les sommes prévues/budgétisées/décaissées ?

Lire la suite : https://rezonodwes.com/?p=273071


_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
avatar
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17750
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Le PSUGO du ministre Nesmy Manigat analysé par  B-Oriol  Empty Re: Le PSUGO du ministre Nesmy Manigat analysé par B-Oriol

Message  Joel Ven 25 Mar 2022 - 8:34

MARC;

Examinez ce que dit ce type avec un GRAIN DE SEL.
Ce type qui s'erige en defenseur de LA LANGUE FRANCAISE en HAITI qui use ces mots ronflants .

Il exaggere le pourcentage des HAITIENS qui parlent FRANCAIS en HAITI.
On peut lire et ecrire plus ou moins le FRANCAIS et ne pas parler ce language.

Quand les AMERICAINS avaient debarque en HAITI en 1915 ,ils trouvaient que c'etait seulement 6% des HAITIENS qui comprenaient le francais;le parler ,c'etait peut etre moins de 3%.

En 1986,environ 20% de la population haitienne savaient lire et ecrire;allez voir; savoir parler la langue francaise.

Presque toute notre histoire;les HAITIENS n'ont jamais entendu "parler francais " dans leurs oreilles.
Presque jamais.

Ce type a presque une obsession que nous avons 2 LANGUES.Nous n'avons qu'une seule langue.

LE PSUGO c'est une autre affaire mais que NESMY MANIGAT prend son courage a 2 mains;KE MISYE PA BAY PETE LAN KOTON bay ROBERT BERROUET ORIOL.
NOU GEN YON SEL LANG ,SE KREYOL;NOU PA KANADYEN FRANSE.
avatar
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17750
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Le PSUGO du ministre Nesmy Manigat analysé par  B-Oriol  Empty Re: Le PSUGO du ministre Nesmy Manigat analysé par B-Oriol

Message  Joel Lun 28 Mar 2022 - 9:02

MARC;
Cette campagne pour LA LANGUE FRANCAISE  et contre le CREOLE par des gens comme ROBERT BERROUET ORIOL est une campagne OBSCURANTISTE.

Pardonnez moi,mon AMI ,nous n'avons rien a voir avec la LANGUE FRANCAISE.C'est une langue qui nous avait ete imposee par l'eglise catholique normande apres le CONCORDAT de 1860.

J'avais entendu sur une station de RADIO ,l'ancien senateur CLARK PARENT dire que LA LANGUE FRANCAISE est un BUTIN DE GUERRE.
Non,on ne peut pas prendre comme BUTIN ,ce qui n'avait jamais existe.

Voici un ARTICLE d'un JOURNAL TRINIDADIEN sur LA LANGUE CREOLE ,Le CREOLE qu'on continue de parler dans des "poches" a TRINIDAD TOBAGO est presque IDENTIQUE a celui que nous parlons en HAITI.
Ce CREOLE que les TRINIDADIENS appellent parfois "PATOIS" ressemble plus au CREOLE HAITIEN que celui  parle en MARTINIQUE et GUADELOUPE par example:

https://newsday.co.tt/2018/10/29/why-french-creole-matters

Pourquoi le créole français est important
MÉLISSA DOUGHTY LUNDI 29 OCTOBRE 2018
Le Dr Jo-Anne Ferreira, linguiste principale à l'Université des Antilles (UWI) et chef de département au département de langues modernes et de linguistique de l'UWI, déclare que la variante trinidadienne du créole français/patois est en train de mourir.  Mais le créole français dans toutes les Caraïbes est la deuxième langue de la région parlée par environ 10 à 11 millions de personnes.
Le Dr Jo-Anne Ferreira, linguiste principale à l'Université des Antilles (UWI) et chef de département au département de langues modernes et de linguistique de l'UWI, déclare que la variante trinidadienne du créole français/patois est en train de mourir. Mais le créole français dans toutes les Caraïbes est la deuxième langue de la région parlée par environ 10 à 11 millions de personnes.
Si vous parlez à un homme dans une langue qu'il comprend, cela lui monte à la tête. Si vous lui parlez dans sa propre langue, cela lui touche le cœur - Nelson Mandela

IL y a des mots qui frappent droit au cœur de tout Trini et ceux-ci ont une signification particulière. Les Trinis ont une compréhension profonde et intrinsèque de ce que signifie être bazodee. Des mots comme tantie, les doux doux les moins couramment utilisés, font tous partie et expriment ce que signifie être un Trinidadien.

Ces mots/expressions sont dérivés du créole français autrefois important souvent appelé patois et, pour le linguiste senior Dr Jo-Anne Ferreira et l'enseignant Nnamdi Hodge, informent une grande partie de la « trinidadité » de TT. Ferreira est à la tête du département de langues modernes et de linguistique de l'Université des Antilles (UWI).

Bien qu'une grande partie de cela ait conduit à la façon dont TT parle aujourd'hui, la variante trinidadienne est en train de mourir. Mais le créole français est la deuxième langue des Caraïbes, a déclaré Ferreira, avec une population parlant environ 10 à 11 millions.

Au 19ème siècle, dit Hodge, tous les habitants parlaient le créole français. Il a déclaré: «On pense que l'espagnol était notre première langue, mais lorsque Trinidad est devenue une nation au XIXe siècle, le créole français était notre première langue nationale que nous parlions tous. Tous les indigènes parlaient le créole français au XIXe siècle... »


Ferreira a déclaré que 1783 est donnée comme date d'arrivée du créole français à TT.

Donnant un plus grand contexte historique, il a déclaré: «Parce que c'était la cédule de population qu'un Grenadien français a négocié avec la Couronne espagnole pour peupler Trinidad de catholiques français. Ainsi, lorsque les Français sont arrivés, ils sont venus avec les Africains et les soi-disant personnes de couleur libres et les trois groupes ethniques et mélanges différents parlaient le créole français, c'est-à-dire le patois.

Cela a ensuite fait de la lingua franca du créole français TT (une langue ou un moyen de communication utilisé entre des personnes qui ne parlent pas la langue maternelle de l'autre.)

À tel point, a ajouté Ferreira, que « quiconque venait à Trinidad devait l'apprendre pour pouvoir vendre, acheter, vivre.


"Alors qu'ils l'ont adopté comme lingua franca, finalement à cause de toutes sortes d'autres politiques, l'anglais est devenu la lingua franca, puis le créole anglais."

Même aujourd'hui, le créole anglais, dit-elle, est le créole anglais le plus "patois-ifié" auquel je puisse penser."

Des expressions comme « prendre devant avant de te prendre devant » et la façon dont on dit « ça fait chaud » sont directement traduites du créole français.

Composants de langage

Aux oreilles ordinaires, patois signifie la forme brisée d'une langue standard.

Le patois, tel que défini par le dictionnaire Cambridge, est "la forme d'une langue parlée par des personnes dans une région particulière qui est différente de la langue standard du pays".

Certains pourraient se demander si le créole français est une langue à part entière, Hodge et Ferreira disent que le créole français l'est puisqu'il a "toutes les définitions pour qu'il soit une langue".

« Une langue doit avoir trois composantes. Il doit avoir un vocabulaire, un inventaire des mots, un inventaire des sons utilisés et surtout une grammaire. Le patois a une grammaire comme n'importe quelle autre langue qui peut être enseignée et apprise. Il a également une communauté de conférenciers.

« Il a toutes les définitions requises pour être une langue. La grammaire systématique, le stock de mots utilisés (le vocabulaire) ainsi que certains sons qui appartiennent à la langue que toute langue doit avoir. Aussi le rôle du créole français. Il est utilisé dans la plupart des pays des Caraïbes françaises pour la communication quotidienne comme n'importe quelle autre langue. Il peut également être utilisé pour rassembler les gens », a expliqué Hodge.

Partageant un point de vue identique à Hodge, Ferreira a déclaré que la langue a une longue histoire, l'année prochaine étant les 150 ans de la première grammaire créole française écrite partout dans le monde. Ceci a été écrit par le Trinidadien John Jacob Thomas en 1869. C'est l'espoir de Ferreira d'avoir des célébrations autour de cet événement.

Français pas cassé

"Il a écrit la grammaire pour montrer que c'était vraiment une langue et pas seulement ce que les gens considéraient comme un français cassé", a-t-elle déclaré.

Ce n'est qu'une des façons dont les gens comme Ferreira et Hodge essaient de préserver la langue. D'autres moyens incluent l'organisation de cours et la réponse aux invitations à aller dans les écoles et à interroger les aînés.

Alors que le mois créole est célébré à l'échelle internationale en octobre, les efforts de TT sont centrés sur la préservation de la langue et comme moyen de se connecter avec d'autres personnes travaillant dans leurs communautés, a déclaré Ferreira.

Il existe des espaces notamment le long du couloir Est/Ouest accueillant des cours de créole français. Des cours de patois ont lieu au Caribbean Yard Campus, Lloyd Best Institute à Tunapuna, à Talparo, dirigé par Michelle Mora, puis un a commencé à l'Alliance française le 8 octobre. L'un des espaces enseignant également la langue est le Women Working for Social Progress à Tunapuna.

Jacquie Burgess, responsable de l'organisation et l'un de ses membres fondateurs, a déclaré qu'elle avait commencé à proposer des patois en 1999 dans le cadre de son école d'éducation alternative.

L'école qui a débuté en 1991 offrait une langue pour l'autonomisation dans laquelle l'alphabétisation de base, l'espagnol, l'anglais pour l'enseignement supérieur et d'autres matières étaient enseignés.


L'enseignante Nnamdi Hodge a enseigné la variante trinidadienne du créole français / patois à des personnes dans des espaces tels que Women Working for Social Progress. Hodge veut voir le créole/patois français au programme de l'école.
Hodge, l'un des membres de soutien de l'organisation, avait « fait du travail en créole français à l'UWI. Nous lui avons demandé s'il accepterait d'enseigner cela, d'abord, uniquement aux membres de l'organisation et, bien sûr, dans les discussions dont nous parlions alors que beaucoup de gens savent que c'est une langue existante, elle semblait en train de mourir parce que de moins en moins les gens le parlaient.

Enseigner le patois

Les adultes parlant couramment le créole français, a déclaré Burgess, ne transmettaient pas la langue à leurs enfants car "ils renvoyaient les enfants parce que lorsqu'ils parlaient le patois, c'était pour discuter de choses qu'ils ne voulaient pas que les enfants entendent".

Elle a ajouté qu'en ayant les cours "nous pensions que nous ferions revivre en quelque sorte le parler du patois".

Il a commencé avec seulement les membres de l'organisation et a ensuite été ouvert au public.

Depuis, il accueille presque chaque année un cours de créole français de niveau 1 qui enseigne l'histoire de la langue, son alphabet, comment dire son nom et d'autres rudiments.

Il existe également une classe de niveau deux, a déclaré Burgess, mais elle n'est pas aussi populaire que la classe de niveau un. La classe est enseignée par Hodge.

L'organisation accueille désormais également un concert créole français, qui en est à sa troisième année. Le concert de cette année a eu lieu le 21 octobre à l'école secondaire du Brésil.

Les classes ont vu une "légère augmentation" de ses participants au fil des ans, a déclaré Burgess. Chaque année, environ cinq à 12 personnes y participent au coût de 30 $ pour l'inscription et de 300 $ pour le cours.

Burgess a déclaré que l'organisation obtenait un "nombre d'intérêts" pour le cours. Cependant, dit-elle, les gens appelaient pour dire qu'ils étaient intéressés, mais à cause de la distance (certains d'entre eux du sud), ils ne peuvent pas venir.

« Nous avons suscité beaucoup d'intérêt, mais pour diverses raisons, les gens ne suivent pas. Des gens de tout le pays expriment leur intérêt », a déclaré Burgess.

L'interaction de Hodge avec le créole français a commencé à l'UWI lorsqu'il a dû suivre un cours de niveau trois appelé dialectologie caribéenne. «Il y avait un cours de niveau deux qui était une condition préalable qui était le créole français de Sainte-Lucie. J'ai suivi le cours et après j'ai eu un disque à la maison qui a été fait à partir de Paramin que j'ai commencé à utiliser et j'ai réalisé ce que j'avais appris à l'UWI, le créole français de Sainte-Lucie est exactement la même chose que celui utilisé sur le disque et les chansons du disque », a-t-il déclaré.

Il s'est rendu compte que la variante de TT était encore assez dynamique même si elle mourait en même temps et c'est ainsi qu'a commencé le cours chez Women Working for Social Progress.

Au cours, il a voulu utiliser les chansons comme l'un de ses outils pédagogiques et a commencé à utiliser des chansons martiniquaises. Mais l'une des participantes de la classe lui a alors dit qu '"elle connaissait des chansons en patois qu'ils chantaient dans le meilleur village quand elles étaient enfants".

Hodge a alors décidé de faire le tour du pays et de rassembler toutes les vieilles chansons créoles françaises et de créer un livre de chansons créoles françaises de Trinidad de différents genres musicaux.

"J'ai réalisé quand j'ai fait le tour qu'ils parlaient encore la langue, alors j'ai décidé d'interviewer également les orateurs, au-delà des chansons. Juste pour les interviewer sur l'histoire de leur vie et pour documenter les enregistrements en créole français », a-t-il déclaré.

Il s'est rendu dans certaines maisons de presse comme Gayelle, lorsqu'il a commencé les cours, pour obtenir "n'importe quel type d'images de locuteurs de créole français en TT", mais ils n'en avaient pas. C'est alors que Hodge a décidé d'obtenir ses propres enregistrements. «À part le livre (livre de chansons en patois), juste pour enregistrer toute personne que je pourrais trouver ici juste pour l'avoir documenté à utiliser pour la classe. Et à partir de là, cela a continué et a créé une sorte d'élan », a-t-il déclaré.

Il y a eu deux dictionnaires créoles français de Sainte-Lucie, l'un publié en 1992 et le Nouveau Testament traduit en créole français de Sainte-Lucie en 1999. Le dictionnaire et le guide de conversation du créole haïtien ont été publiés en 2008.

TT n'a pas encore fait de dictionnaire. Hodge a déclaré : « L'un de nos amis de Paramin voulait faire un dictionnaire... mais cela s'est transformé en un manuel à la place. Nous obtenions des mots, mais nous n'en obtenions pas assez pour un dictionnaire.

Gertrude Aub-Buscher, une linguiste suisse qui a travaillé à l'UWI, Mona, a commencé un dictionnaire créole français TT dans les années 60 et est en train de terminer, a déclaré Hodge. Ferreira et Hodge y contribuent.

Le travail sur le manuel est en cours, a déclaré Hodge, lorsqu'on lui a demandé quand il pourrait être terminé. Les travaux ont commencé il y a deux ans et espèrent qu'ils pourront être achevés dans un an ou deux.

Au fil des ans, Hodge pense avoir enseigné à au moins 300 personnes le créole français. Bien qu'il y ait des personnes plus jeunes, les cours accueillent en moyenne des personnes âgées de 40 à 60 ans.

Hodge espère que lorsque le livre sera terminé, il pourra être utilisé dans les bibliothèques scolaires. Hodge espère un jour que le créole français pourra faire partie du programme scolaire plus large.

Il le voit comme "étant à l'essence de l'être de TT".

"Les enfants perdent maintenant leur identité avec toute cette exposition à la télévision américaine, à la musique et à d'autres choses. Nos traditions se perdent et je pense que le créole français est un moyen de nous ramener à notre identité trinidadienne », a-t-il déclaré.

Il ne s'attend pas à ce que la langue soit parlée par le pays mais espère « ramener certaines des traditions qui accompagnaient le créole français. Les jeux, beaucoup de chansons folkloriques... Cela peut être utilisé dans des cas particuliers. Beaucoup de stickfighters, beaucoup de chansons survivantes sont chantées en créole français, certaines en anglais. Il peut également revenir dans Best Village. Pas parlé tous les jours mais utilisé dans le domaine culturel en particulier.

Le premier signe de Ferreira que la langue était en train de mourir est apparu sous la forme d'un article de journal dans les années 1830 et 40 où «les gens ont commencé à parler de Trinidad en train de perdre le créole français».

Bien que Ferreira et d'autres ne connaissent pas le nombre exact de locuteurs qu'il y a dans TT, ils ont trouvé des locuteurs dans des espaces partout à Paramin, Cumaca, Pleasantville, Arima, Penal, Tabaquite, Petit Valley, Morne Diablo, San Rafael, Moruga, Maracas , Blanchisseuse. Elle a dit qu'un panneau à Paramin il y a des années indiquait qu'il y avait environ 3 000 locuteurs, mais elle pense qu'il s'agit maintenant d'environ quelques centaines de locuteurs.

Elle a dit que ce qui se compterait par milliers, ce sont des personnes dont les parents ou les grands-parents parlaient la langue, des personnes ayant un héritage créole français.

Un aîné de Paramin lui a même dit de simplement suivre "la piste du cacao et où que soit le cacao, le patois est".

Mais plus important encore, pour Ferreira, la préservation de la langue donne aux enfants de TT une idée de leur passé.

"Si vous ne connaissez pas votre passé, vous n'avez vraiment pas d'avenir", a déclaré Ferreira lorsqu'on lui a demandé pourquoi essayer de préserver une langue à une époque où l'anglais est considéré comme une langue universelle.

« Vous avez des jeunes qui ne savent pas d'où ils viennent et des aînés qui ne connaissent pas assez leur passé et qui en sont fiers. Ils sont devenus des victimes faciles et des proies de la domination du Nord, alors nous sommes redevenus colonisés.

"Je pense que les êtres humains ont été créés avec un besoin de diversité et le désir d'avoir la liberté d'exprimer cette diversité", a-t-elle ajouté.

Comme Hodge, Ferreira considérerait comme un «rêve» si le créole français était ajouté au programme ou au programme d'une manière ou d'une autre.

Affirmant son importance pour le TT plus large, Ferreira a appelé les gens à embarquer. Si vous avez besoin de plus d'informations, visitez/ou rejoignez la page Facebook du groupe Patois Annou Palé Patwa.


Contenu sponsorisé


Le PSUGO du ministre Nesmy Manigat analysé par  B-Oriol  Empty Re: Le PSUGO du ministre Nesmy Manigat analysé par B-Oriol

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 2 Oct 2022 - 15:27