Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti



Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.

Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon EB12.5 : commander le coffret ETB Zénith Suprême
Voir le deal

+4
Sasaye
Rodlam Sans Malice
Joel
Rico
8 participants

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Rico
Rico
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rico Jeu 22 Nov 2007 - 16:18

Rappel du premier message :

HaÏti

Baby Doc fait de la résistance

22/11/2007 - Dominique Audibert - © Le Point - N°1836

Bien que très discret, l'ancien dictateur haïtien - qui vit modestement loin des fastes d'antan - n'a pas perdu tout espoir de jouer un rôle politique. Enquête.

C'était une petite cérémonie entre amis le 22 septembre dernier à Port-au-Prince. Ce jour-là, pour le cinquantième anniversaire de l'accession au pouvoir de François Duvalier, l'ex-dictateur d'Haïti, le carré des derniers fidèles est réuni au siège du Parti de l'unité nationale, qui rassemble les nostalgiques de l'ancien régime. Dans la cour, une batterie de haut-parleurs diffuse en direct une déclaration de celui qui incarne aujourd'hui tous leurs espoirs. Depuis Paris, Jean-Claude Duvalier, « Baby Doc », lance un message à la nation. Pour la première fois, il demande solennellement pardon pour les torts causés par ses quinze ans de règne, entre 1971 et 1986, lorsqu'il succéda à son père comme « président à vie. » Se disant « brisé par l'exil », il en appelle à la réconciliation nationale. Serein, à l'entendre, devant le verdict de l'Histoire, qui « saura rétablir la vérité », il galvanise ses partisans et les exhorte à se mobiliser. L'après-midi, sur les ondes d'une radio, il s'est même payé le luxe de féliciter l'actuel président d'Haïti, René Préval, pour la stabilisation du pays et de la démocratie. Celle qu'on présente comme la nouvelle compagne de Baby Doc, Véronique Roy, conseillère en communication, a fait le voyage pour l'occasion. Autour d'elle, anciens ministres, dignitaires du duvaliérisme et tontons macoutes confondus, on se congratule. On s'enflamme même jusqu'à entonner un hymne à la gloire de l'ancien dictateur, « Pran Yo, Duvalier pran Yo ! », une sorte de « Maréchal nous voilà ! » à la sauce créole.

Après vingt ans d'exil en France, Baby Doc croit encore en son étoile. « On l'a beaucoup accablé, plus qu'il ne méritait, plaide son avocat, Me Sauveur Vaisse. Mais quand Jean-Claude voit la situation actuelle d'Haïti, il se dit : après tout, pourquoi pas moi ? »

Vingt ans après, ce n'est plus le même homme. Visage marmoréen, amaigri, les tempes grises, rien à voir avec le gros garçon poupin et bambochard chassé d'Haïti comme un voleur en février 1986, en prenant soin d'emporter, dit-on, quelque 120 millions de dollars. En France, les premiers temps, il vit comme un nabab. C'est l'époque où sa très chère épouse, Michelle Bennett, achète pour 178 670 dollars de robes chez Givenchy et 270 000 dollars de bijoux chez Boucheron. A ce rythme, quelques années plus tard, Baby Doc est presque à la ramasse. Finis les grands hôtels, la villa de Mougins, le château de la région parisienne et la Ferrari Testarossa ! Après avoir flambé en laissant des ardoises un peu partout, son divorce de la vorace Michelle Bennett, en 1993, achève de le ratisser. En 1995, réfugié avec sa mère à l'hôtel Eden bleu de Mougins, où ils s'étaient inscrits sous le nom de M. et Mme Valère, ils sont incapables de payer leur note et emmenés au poste de police. Splendeur et décadence... Pas tout à fait, quand même : au mois de juin, il a failli récupérer un magot de 7,6 millions de francs suisses bloqués dans des banques helvètes. In extremis, le gel de ces avoirs a été prorogé de trois mois sur plainte d'anciennes victimes du duvaliérisme.

Baby Doc se tient à carreau. Arrivé en France comme un proscrit, il a appris à s'y faire discret. Selon les Renseignements généraux, Baby Doc se tient à carreau et n'est plus vraiment un « client » à surveiller. Pas d'interviews, très peu de sorties, on communique avec lui par mail. Faute d'un statut de réfugié politique - et pour cause -, il jouit chez nous d'un asile régalien de facto. Sa situation administrative n'est pas des plus claires, mais personne ne lui fait de misères à cet égard. Dans le quartier parisien où il habite, rares sont les passants qui le reconnaissent. A 56 ans, vieilli, malade, dit-on, il vivrait très modestement. En 2003, il affirmait loger avec sa compagne dans un deux-pièces dont le loyer (700 euros) était payé par un ami. A Paris, la petite diaspora du duvaliérisme déchu - fils à papa de l'ancien régime et petits exilés confondus - le soutient moralement et matériellement. Quand ils passent dans la capitale, quelques grands noms de familles haïtiennes, qui furent les soutiens de Papa Doc en son temps, ne manquent pas de lui rendre visite. La démocratie à la française lui aurait ouvert les yeux sur certaines réalités. Ses rares interlocuteurs affirment qu'il est devenu plus ouvert et qu'il a fait amende honorable.

Pas au point, toutefois, d'abandonner l'idée de rester un recours pour son pays et les siens. Dès 2002, une note de son avocat faisait savoir que Baby Doc « se tenait prêt à regagner Haïti et à participer à la reconstruction du pays ». Vox clamans in desertum. L'appel de l'exilé est resté sans écho. Aujourd'hui, hormis une poignée d'irréductibles, l'audience du néo-duvaliérisme est insignifiante. Vaccinés par la dictature, puis par le désastre démocratique des années Aristide, les Haïtiens n'ont aucune envie de retomber de Charybde en Scylla. Jean-Claude, quant à lui, n'a tout de même pas poussé la reconversion jusqu'à imaginer de travailler. La politique haïtienne, dit-il, l'occupe à temps complet. Sa compagne, Véronique Roy, n'a rien fait pour l'en dissuader. Tour à tour chef de cabinet et ambassadeur, c'est elle qui, après l'avoir sorti de la panade des années noires, l'a remis en selle. Française, petite-fille d'un ancien président d'Haïti, Paul Magloire, elle a créé à Port-au-Prince la Fondation François-Duvalier en avril. Un site Web et une bibliothèque sont prévus pour célébrer les réalisations du régime. Au premier rang de la cinquantaine d'adhérents revendiqués : François Nicolas Jean-Claude Duvalier, le fils aîné de Baby Doc. A défaut du présent, la toute petite galaxie Duvalier s'imagine encore un avenir. Quant au passé, Baby Doc feint de l'avoir liquidé. Interrogé un jour par le Wall Street Journal sur les erreurs qu'il avait pu commettre, il concédait : « Nous n'étions pas parfaits. » Ajoutant aussitôt, avec une candeur exquise, la phrase qui tue : « Peut être ai-je été trop tolérant. » On ne se refait pas !

Rico
Rico
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rico Mar 27 Nov 2007 - 1:21

gwotoro a écrit:Vous avez rason Dufreneid.

"Dictature" etait un mauvais choix de mots...

SANS COMMENTAIRES


Wilkipedia-La dictature est un régime politique où un homme seul, parfois un groupe d'hommes plus ou moins étendu
(parti, caste, armée, groupe religieux, etc.) exerce le pouvoir,
généralement sans limite légale ou constitutionnelle, soit que la loi
ou la constitution ne lui impose pas de limite, soit qu’il ne les
respecte pas.

Encyclopædia Universalis :
« La dictature est un régime politique autoritaire, établi et maintenu par
la violence, à caractère exceptionnel et illégitime
. Elle surgit dans
des crises sociales très graves, où elle sert soit à précipiter
l'évolution en cours (dictatures révolutionnaires), soit à l'empêcher
ou à la freiner (dictatures conservatrices). Il s'agit en général d'un
régime très personnel ; mais l'armée, la police ou le parti unique peuvent servir
de base à des dictatures institutionnelles. »
Rodlam Sans Malice
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rodlam Sans Malice Mar 27 Nov 2007 - 6:48

Comme jesus Christ sur la croix demandons au grand architect le pardon pour cet exalté car il ne sait pas ce qu'il fait.Il vient de dementir ses propres mensonges en citant la signification du mot "dictature".

Est-il vrai qu'Aristide exercait un pouvoir personnel en haiti?Pourtant ,malgre la regularité des elections legislatives ,l'opposition avait obtenu la demission des Senateurs contestés.La presse etait libre de critiquer le president au point de mentir effrontement ,Les manifestants de la marche de Vertières ne furent pas maltraités,comme l'atteste l'ex Colonel Rhebu; le Chef des Leopards de la dictature avait felicité la conduite des policiers,;ce qui n'a pas ete le cas quand le peuple reclamait le retour à l'ordre constitutionnel durant le règne du gouvernement interimaire de Gerard Latoertue que Rico defendait du bec et des ongles..Meme à la dernière minute de son regne ile president Arisitide avait abdiqué son droit de choisir son propre Premier Ministre et avait concédé à l'opposition le partage du pouvoir pour eviter au pays cette catastrophe.

C'aurait été plus sage si les opposants avaient les interets superieurs de la nation comme boussole de consentir au partage du pouvoir pour eviter au pays cette crise qui frappa si durement le pays,mais que voulez vous leurs interets mesquins les rendent aveugles et sourds.Et jusqu'a présent ils persistent à demoniser un homme qui voulait simplement le bien-etre pour ses frères et soeurs de l'arrière pays. La politique haitienne est vraiment repugnante,car il y a trop d'haitiens malhonnètes qui pour defendre leurs interets de clan n'hesitent pas à mentir pour avoir gain de cause.Ils sont vraiment meprisables.Malheureusement pour eux sur ce site on ne les laissera pas le loisir de repandre leurs mensonges.Ils ne peuvent plus tromper les gens avisés qui defendent les interets de la masse des haitiens qui souffrent cette misère infrahumaine qui repugne aux gens civilisés et charitables.Gnbis pap pran pye sou sit sila tou tan mwen la.
Rico
Rico
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rico Mar 27 Nov 2007 - 11:01

Sans commentaires

RETRO


HAÏTI :


Tandis que la situation politique plonge Haïti dans le chaos, les
attaques contre les médias prennent de l'ampleur, car les forces
favorables au gouvernement autant que ses adversaires commettent des
violations, d'après ce que rapportent le Comité pour la protection des
journalistes (CPJ) et Reporters sans frontières (RSF).

Au cours de la dernière semaine, sept journalistes ont subi des
agressions, dont des membres de la presse étrangère, dit RSF. Le 21
février, un journaliste local, Pierre Eli Sem, était blessé à Trou du
Nord, petite ville du nord-est d'Haïti, après qu'un rassemblement
d'hommes se fut frayé un chemin jusqu'à sa voiture et eut fait feu sur
lui à plusieurs reprises. Eli Sem est propriétaire et administrateur de
« Radio Hispagnola » et avait reçu des menaces dans les jours qui ont
précédé l'attentat.
Le 20 février, cinq autres journalistes ont été agressés pendant
qu'ils couvraient des manifestations, rappelle RSF. Les partisans du
président Jean-Bertrand Aristide ont attaqué Claude Bellevue, de «
Radio Ibo », un opérateur de caméra espagnol et un photographe de
l'Agence France Presse à Port-au-Prince. Deux reporters de « Televisa »
et de « TV Azteca », du Mexique, ont été forcés de remettre leur film
après avoir été pourchassés par des manifestants.
Au cours de la même semaine, des manifestants anti-gouvernementaux
ont mis le feu à deux stations de radio appartenant à des responsables
du gouvernement, dit RSF. « Radio Africa » et « Radio Télé Kombit »
appartiennent respectivement à Nahoum Marcellus et José Ulysse. « Radio
Hispagnola » a aussi été incendiée.
Par ailleurs, le CPJ rapporte que les noms de cinq journalistes de
la radio figureraient sur une liste de personnes à abattre que
tiendraient les partisans de Fanmi Lavalas, le parti d'Aristide. La
journalistes dont le nom serait inscrit sur la liste seraient Sony
Bastien et Lilianne Pierre-Paul, de la station privée « Radio Kiskeya
»; Marie Lucie Bonhomme, de « Radio Vision 2000 », Euvrard
Saint-Armand, de « Caraïbes FM », et Rotchild François Junior de «
Radio Métropole ».

Bastien a reçu récemment des menaces de mort des partisans
d'Aristide après avoir lu le 5 février un éditorial qui reprochait au
président d'avoir accusé l'Association nationale des médias haïtiens
d'entretenir des liens avec les insurgés.
Depuis janvier, on a recensé en Haïti plus de 40 attaques contre la
presse, commises autant par les forces favorables au gouvernement que
par ses adversaires, dit RSF. Plus de 20 médias, en majorité des
stations de radio, ont dû fermer temporairement ou ont reçu des
menaces. Le 13 janvier, plusieurs stations de radio ont été contraintes
de quitter temporairement les ondes après que des hommes armés eurent
saboté neuf transmetteurs de radio à Boutilliers, à l'extérieur de
Port-au-Prince.


Dernière édition par le Mar 27 Nov 2007 - 11:08, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité


«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Invité Mar 27 Nov 2007 - 11:05

Si ces informations sont vraies, Marie Lucie Bonhomme mourira jeune.
Rico
Rico
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rico Mar 27 Nov 2007 - 11:33

Sans commentaires

RETRO



À partir des différentes déclarations des
représentants de la Présidence, des groupes armées de partisans de Lafanmi
Lavalas s'organisent à Port-au-Prince et dans les villes de provinces,
attaquent , pillent et incendient les locaux des partis politiques, les
résidences de certains de leurs dirigeants. Des stations de radio sont
investies et menacées de destruction, des journalistes sont violemment pris à
partie et certains n'échappent au pire que de justesse. Plusieurs personnes
périssent victimes de ces actes de violence au cours de la journée.

En Province



Cap-Haïtien


- Le mobilier de la résidence du Pasteur Milton Chery, membre de la
coordination de l'OPL dans le Nord, ex-candidat au Sénat, est jeté dans la rue
et brûlé.


- Eluscat
Charles
, porte-parole OPL dans le Nord a vu sa résidence pillée et
incendiée ainsi que la maison voisine.


- La maison des frères Tanis, de la Convergence et celle de Jacques Etienne, critique connu de Lafanmi Lavalas, ont également
été mises à sac.


- Un certain Célius, proche des FADH a failli être lynché, n'était-ce
l'intervention de quel-ques passants et des affrontements ont eu lieu lorsque
les manifestants lavalassiens ont tenté de s'attaquer à Grégory Joseph de la Convergence

- Le siège central de l'OPL dans le Nord est saccagé.

- Les assaillants ont tenté de mettre le feu à
Radio Maxima mais ont dû renoncer
devant la réaction des riverains qui se sont portés à la défense de la station.

Cayes




- La caisse de l'entreprise de construction
que dirige Gabriel Fortuné,
ex-député, porte-parole départemental de la Convergence, est pillée et 2
camions bascules incendiés.


- La résidence de Jean Robert Jeune, membre du comite de coordination
départemental de l'OPL est partiellement saccagée.


- La maison de Wilfred Jean-Baptiste, membre du comite de coordination
départemental de l'OPL est endommagée et pillée.


- La résidence de Kessel Cilius, membre de la Convergence est pillée.


- La résidence de Pierre Richard, membre de la Convergence est pillée.

Gonaïves

- La résidence du Pasteur Luc Mésadieu, président du Mochrena et membre du directoire
de la Convergence démocratique est incendiée; 3 voitures sont brûlées; 2
personnes proches du pasteur sont tuées puis brûlées.


- La résidence du Pasteur Sylvio Dieudonné, vice-président de Mochrena est incendiée
ainsi qu'une maison voisine. Une Eglise et une école dirigées par le Pasteur
sont également incendiées.


- Le mobilier de la résidence de Anouès Difficile, membre de la
Convergence démocratique, est incendié.


- Le correspondant de Radio Métropole dans
l'Artibonite, Duc Jonathan Joseph
est porté disparu.

Grande Rivière du Nord




- Le local de l'OPL est attaqué et saccagé.

Jacmel

- La résidence du porte-parole de la
Convergence Démocratique dans le Sud-Est,
Milot Gousse
, a été attaquée avec jets de pierres.

Jérémie

- Lensky
Cassamajor
, représentant de l'OPL est sequestré, malmené et sauvé de
justesse du lynchage.


- Local
de la CATH
(Centrale des travailleurs Haïtiens) incendié; beaucoup de
membres de la Convergence ont dû prendre la fuite.


N.B - Participation de deux véhicules de
l'Etat (Education Nationale et Finances).

Petit-Goave

- La maison de Jean Jasmin, enseignant, membre de la coordination locale de l'OPL,
est incendiée, ainsi que celle de Déus
Jean-François
, MDN, ex-député,
membre de la Convergence, responsable communal. Des affrontements ont eu lieu
entre les groupes lavalassiens et les partisans de la Convergence. Au cours de
la journée plus de 15 maisons ont été incendiées et 5 mises à sac. Les premiers
rapports indiquent que: Yvon Jean, René
Jean-Michel, Eligène Desrosiers, Jean Wilio Manéus, Dieusibon Jean, Yves
Rigaud, Denise Osias, Inès Coicou, Genise Jean, Diréus Antoine, Prosper Jeanty,
Montigène Sincère, Serge Bouzile, Wilbert Pierre
, auraient ainsi,
entièrement ou en partie, perdu leur résidence.

Thiotte

- Gabriel Davidson, membre dirigeant
de l'OPL et une quinzaine de militants ont dû se mettre à couvert.

À la capitale, Port-au-Prince


La Presse

Au cours de la journée des journalistes,
reporters, stations de radio sont l'objet de menaces, d'actes de violence qui
obligent plusieurs représentants de la Presse à se mettre à couvert, certains,
dans des ambassades. D'après Reporters
Sans Frontières
: «Le caractère systématique des agressions démontre que les
manifestants avaient reçu des instructions pour s'en prendre à la presse».


Thony
Bélizaire
, photographe de l'Agence France Presse, Patrick Moussignac, Guérin Alexandre, Jean-Elie Moléus,
respectivement directeur et reporters de Radio
Caraïbes
et Guyler Delva,
président de l'Association des Journalistes Haïtiens, ainsi que des reporters de Telemax, ont été pris
violemment à partie par des manifestants proches de Fanmi Lavalas armés de
revolvers, de machettes, de bâtons. Ils ont obligés les journalistes à quitter
les lieux sous la menace.


«Nous vous aurions abattu si vous étiez de
Radio Caraïbe» ont déclaré des partisans du pouvoir à Maxo Exil, de l'agence Haïti Press Network, qu'ils menaçaient d'une
arme.- La


Roger
Damas
, de Radio Ibo, a été forcé
de remettre sa carte de presse et son cellulaire aux manifestants qui
assimilaient Radio Ibo à l'opposition.


Des journalistes de Radio Vision 2000 dont Pharès
Duverné, Robert Philomé et Yves Clausel Alexis
, alors qu'ils couvraient les
évènements se déroulant au Palais National, ont été contraints de crier
"Vive Aristide, Vive Lavalas" par des membres d'organisations
populaires proches du pouvoir.


Selon Arins
Bellevue
, directeur de Radio Galaxie,
leur confrère, Abel Descolines a dû
se mettre à couvert après avoir reçu des menaces et avoir été informé que son
nom et celui d'autres représentants de la presse se trouvaient sur une liste de
journalistes à abattre. Un journaliste du RECAP, Gaston Janvier s'est trouvé dans la même situation.

Des reporters de Radio Métropole ont été agressés et mis en joue par des partisans
du pouvoir qui se trouvaient à bord de véhicules appartenant à des entreprises
de l'Etat. Les vitres de l'autobus de Radio
Caraïbes
ont été brisées par des manifestants pro-Lavalas. Plusieurs
stations ont reçu des menaces de mort et ont cessé d'émettre ce jour-là: Radio Quisqueya, Radio Métropole, Radio Vision
2000, Radio Signal FM, et Radio Caraïbes
. Cette dernière devait suspendre
pendant plusieurs jours ses émissions.


Le professeur-historien, animateur de
programmes de radio, Michel Soukar,
a été l'objet de menaces répétées.

Les sièges des partis politiques

- Le
siège national de l'OPL
(Organisation du Peuple en lutte), originellement
Organisation Politique Lavalas) fondée en 1991, Quartier-General de la Convergence, a été pillé et incendié. Le mur
et la barrière de l'entrée ont été renversés par un bulldozer du CNE. Les
équipes d'assaillants ont été aussi véhiculés par la CNE. L'OPL est membre de
l'Internationale socialiste, Coordinateur; Gérard Pierre Charles.


NB.
Une maison attenante a été aussi pillée et incendiée.


- Le
Local du Konakom
, (Comité National du Congrès des Mouvements Démocratiques)
membre de la Convergence et de l'Internationale Socialiste --Coordonnateur Victor
Benoît-- a été pillé et incendié.


- Le
local de la KID
(Confédération Unité Démocratique), membre de la
Convergence, coordonnateur :Evans Paul (Konpè Plim) mis à sac et incendié.


NB. C'est la 3e fois que le local de la KID a
été dévasté : en 1991 (deux mois avant le coup d'état), et en avril 2000.


- Le
local de l'ALAH
(Alliance pour la Libération et l’Avancement d’Haïti)
membre de la Convergence qui est aussi le cabinet d'études de Me Reynold
Georges, son coordonateur, a été incendié.

Les maisons familiales des dirigeants de la Convergence.

- La
résidence du professeur Victor Benoît
située à Bon Repos, dans la banlieue
nord de Port-au-Prince, a été pillée et incendiée (voir détails dans le
témoignage plus loin).


- La
résidence du professeur Gérard Pierre Charles
, située au Morne Hercule à
Pétion-Ville a été pillée. La salle de la bibliothèque a été incendiée avec un
cocktail Molotov. La maison a été assiégée en fin de matinée par des membres de
la CIMO (Corps d’intervention et de maintient de l’ordre) et par des civils
armés transportés en véhicules de la CNE (Compagnie nationale d’équipements -
entreprise publique).


Dans
les deux cas des officiels ont été reconnus, des véhicules ont été identifiés
(voir témoignage plus bas).


Centres culturels

- Le
CRESFED
, Centre de formation, de recherche et de documentation, membre de
la Plateforme des Droits Humains, dirigé par Suzy Castor, professeur
universitaire, historienne de formation, fondé en 1986, a été attaqué, incendié
et pillé (voir témoignage plus loin).


- La villa
appartenant à l’État français
et abritant les locaux administratifs de
l'Institut Français d’Haïti, voisin du local de Konakom, a été pillé.


LES TEMOIGNAGES

Déclaration pour la presse de Jessie Benoit,
le mercredi 19 décembre 2001


Moi, Jessie Ewald Benoit, épouse de Victor
Benoit, coordonnateur du KONAKOM et dirigeant de la Convergence Démocratique,
certifie et atteste que :


1. Le lundi 17 décembre 2001, à 12 :00 AM
(midi), un commando de mercenaires agissant au nom de Lavalas a débarqué en notre
résidence située à Lilavois. Quatre (4) véhicules chargés d'hommes lourdement
armés:


- une Toyota Four Runner de couleur noire
sans plaque d'immatriculation;


- une Nissan Patrole blanche officielle,
immatriculée au No 0824;


- une Toyota double cabine sans plaque;


- une Toyota RAV4 de couleur marron


Ce commando avait pour mission d'assassiner
en plus de Victor Benoit, tout être vivant (humains et animaux) se trouvant sur
les lieux. Nous étions tous présents, Victor Benoît et moi, ainsi que trois (3)
parents adultes et quatre (4) adolescents quand ils ont débarqué.


Après avoir semé la panique chez nos
proches voisins, nos assassins ont investi la cour de la maison. Ils ont
incendié la maison pièce par pièce en mettant particulièrement l'accent sur les
espaces fermés. Nous avons eu la vie sauve grâce à la chaîne de solidarité qui
a été organisée spontanément par les habitants de Lilavois.


2.- J'accuse la Police Nationale d'Haïti et
particulièrement le Commissariat de Bon Repos, pour NON ASSISTANCE A PERSONNE
EN DANGER.


J'accuse Lavalas de tentative d'assassinat
sur ma personne et celle de mon mari Victor Benoit et les membres de notre
famille qui étaient dans la maison avec nous.


3.- Je dis à l'ensemble de la population
haïtienne : Hier c'était la Presse avec Jean Dominique, Brignol Lindor.
Aujourd'hui c'est la Convergence Démocratique avec Victor Benoit, Gérard Pierre
Charles et d'autres dirigeants et membres de la Convergence; Demain ce sera
l'ensemble des secteurs de la société haïtienne qui luttent pour une société
libre et démocratique.


En avant tous, n'ayons pas peur,
serrons-nous les coudes pour ce grand faisceau qui doit barrer la routeà la
dictature.

TET ANSANM TET ANPLAS NAP CHANJE SA

Jessie
Ewald Benoit

Témoignage de Suzy Castor : la résidence de Suzy Castor et de Gérard
Pierre-Charles mise à sac


Le lundi 17 décembre, Suzy Castor écoutait
les nouvelles du matin dans la résidence où elle vit avec sa famille, à
Pétion-Ville, au Morne Hercule, lorsqu'elle reçut l'appel d'un ami insistant
pour qu'elle quitte immédiatement sa demeure. Il venait d'apprendre qu'un
groupe armé, se dirigeait vers la maison probablement pour l'incendier. Sans
rien emporter, Suzy Castor s'enfuit avec ses trois petits-enfants pour se
réfugier chez des amis.


Il est 9.30 AM. Une demi-heure plus tard,
le groupe d'assaillants, évalué à une centaine de personnes, arrivait dans la
rue Charlemagne Péralte, qu'il arpenta de haut en bas avant de pouvoir
identifier la maison. Cette troupe, parmi laquelle on ne pouvait ne pas
remarquer des enfants et des adolescents, était armée de fusils, revolvers,
machettes, piques. Ils se sont massés devant la maison et se sont mis à envoyer
des pierrres. Quelques policiers arrivent alors, au nombre de 5 ou 6, se
placent en retrait des assaillants et assistent sans intervenir aux tentatives
de destruction du mur d'enceinte.


C'est à ce moment que les hommes de
sécurité, à l'intérieur, tirent en l'air pour disperser le groupe. Alors, les
attaquants demandent du renfort: les appels sur radio ont été entendus par
plusieurs témoins. Très rapidement, 2 camions de la CNE et autres pick-ups de
la police, dont un marqué "Cité-Soleil", arrivent et débarquent des
hommes en civil, armés certains, de fusils-mitrailleurs.


Les habitants de la maison, dont la fille
de Suzy Castor, abandonnent les lieux, en passant par-dessus le mur arrière du
jardin. C’est à ce moment qu'arrive une équipe de CIMO.


Les assaillants essaient de forcer la
barrière. Ayant réussi à pénétrer dans la cour, ils mettent le feu aux deux
véhicules qui s'y trouvent en criant : «yo pa gen jan pou yo soti, nap pran yo,
nap rache yo youn pa youn». Constatant que personne ne sortait, ils entrent
chez les voisins à la recherche des occupants en fuite. Utilisant un cocktail
Molotov, ils incendient une des pièces principales.


Selon plusieurs témoignages, au cours des
évènements, le sénateur Prince Sonson Pierre, le magistrat de Pétion-Ville,
Sully Guerrier et le député Felito Doran étaient présents et observaient le
déroulement de l'opération. Tout ceci se passe sans que, ni les policiers, ni
les agents du CIMO n'interviennent pour contrôler ou retenir les assaillants
afin d'empêcher le pire.


Suite à plusieurs appels d'amis et autres
citoyens alarmés, les pompiers arrivent.,une première fois sans eau. Finalement
ils réussissent à contrôler l'incendie. Aussitôt après, vers 4.30 PM, la maison
est livrée au pillage. Tout a été emporté ou détruit. Des spectateurs qui ont
essayé de protester ou de s'interposer ont été malmenés et frappés.


Plusieurs témoins ont vu les pillards
monter dans les véhicules de la Police avec leur butin. Cependant, aux
personnes venues s'enquérir, le Commissariat de Pétion-Ville, a déclaré ignorer
cela.


NB.- Ce lundi 17 décembre, le professeur
Gérard Pierre Charles était à Miami où il assistait à un séminaire sur les
partis politiques, organisé par l'OEA.



A SUIVRE
avatar
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17750
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Joel Mar 27 Nov 2007 - 11:53

Allez au Diable!

Cela prouve quoi?
Vous ne donnez pas de date ,mais je déduis que c'était les évènements qui suivirent l'attaque du Palais National par les hommes de Chamblain.

Une attaque provoquée par le matraquage systématique du régime Lavalas par la Presse.

Après ces évènements si Aristide avit de la couille ,il aurait du fermer toutes les stations de radio de l'opposition.
Quand une opposition attaque le Palais National ,supposé ètre la résidence du Président ,le pays était en état de guerre et le Président devrait suspendre la Constitution.
Il n'y avait pas de grands dérapages ,et un minimum de pertes de vie et puis ces partis politiques devraient rembourser l'argent qu'ils avaient reçu en dédommagement.
L'on se souvient qu'il y avit un matraquage médiatique après ces évènementspour faire croire que l'attaque du Palais National était un montage par Aristide pour sévir contre l'opposition.

J'espère que si vous essayez pareil acte une prochaine fois ,ça ne sera pas aussi facile pour vous!
avatar
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 52
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  piporiko Mar 27 Nov 2007 - 11:55

C DOMMAGE QUE LE PEUPLE N'AIT PU FINIR LE TRAVAIL.HAITI TAP YON BON KOTE POU VIV.
Rico
Rico
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rico Mar 27 Nov 2007 - 11:56

Sans commentaires

RETRO


Témoignage de Suzy Castor : La destruction du CRESFED


Le lundi 17 décembre, vers 1h PM, un groupe
d'individus, la plupart très jeunes, presque des enfants, armés de fusils, se
dirige vers le local du CRESFED, 10, rue Jean-Baptiste, au Canapé-Vert. De
toute évidence, ils ne connaissent pas l'adresse, car ils passent devant le
local sans le reconnaître et questionnent les habitants du quartier afin
d'identifier la maison.


L'unique gardien s'étant mis à couvert, à
l'approche de la troupe, celle-ci pénètre sans difficulté dans la cour
principale. Deux camions de police accompagnaient le groupe et assistent au
pillage et à l'incendie. On a également remarqué la présence du délégué de Ville
pour le Canapé-Vert, Analès Obas. La mise à sac est totale. Le feu est mis
pièce par pièce. Ce qui ne peut être emporté est détruit, incendié. Par
exemple, tout l'équipement d'imprimerie et des émetteurs devant servir pour une
radio éducative. Les W.C. ont été remplis avec des exemplaires de la
Constitution, et un grand nombre d'ouvrages a été systématiquement brûlé.
L'immeuble lui-même est vandalisé: céramiques, portes, fenêtres, climatiseurs,
fers forgés.


Le chien de garde du CRESFED a été, selon
les témoignages, arrosé d'essence et brûlé vif.


Dans la journée du mardi, on trouvait déjà
en vente sur les trottoirs de la Capitale des exemplaires épars des collections
spécialisées du CRESFED. Il faut noter que des archives précieuses sur
l'histoire politique et syndicale du pays ont été détruites, ainsi que des
collections de périodiques clandestins sous Duvalier . C'est une partie de la
mémoire du peuple haitien qui a ainsi disparu.

Un témoin sur le Champ-de-Mars

Très tôt à l'aube, j'ai entendu parler d'un
coup d'État. J'ai voulu aller voir de mes propres yeux ce qui se passait. Je me
suis rendu sur le Champ-de-Mars avec un ami vers 5:30am. Arrivé sur la place,
près du Mupanha, j'ai vu un pick-up de la police (marque Toyota), dans lequel
deux policiers baignaient dans leur sang, apparemment morts. Il y avait
peut-être un millier de personnes. Ce n'était pas la grande foule d'avant. Des
"chefs", habillés en "KK Jako", avec de lourdes armes,
circulaient dans l'enceinte du Palais.


Nous sommes arrivés du côté du Palais de
Justice, à l'entrée principale. Il n'y avait pas de traces d'effraction sur la
barrière. J'ai vu, stationnée, une Chevrolet blanche immatriculée «Service de
l'Etat». Des hommes habillés en noir, avec cagoules, distribuaient des armes :
Gallil, G3, M16, UZI, Vers 6:30am, la distribution d'ames était terminée.
Autour de moi les gens parlaient de "Dominicains" qui se trouveraient
à l'intérieur du Palais. Un policier de "Swat" s'est approché des
grilles pour dire que la situation était sous contrôle, qu'il y avait un tué et
deux personnes capturées.


Vers 7:30am des voitures officielles sont
arrivées, avec des gens armés de révolvers et fusils. Un tracteur tentait
d'enfoncer la barrière de droite du Palais. Des véhicules, portant des
inscriptions "Cité-Solel 1, 2, 3, Delmas, arrivent et exécutent des
patrouilles autour du Palais. Un peu plus tard des journalistes sont entrés
dans l'enceinte du Palais. Ils ont dit avoir vu un mort. On leur a dit que les
assaillants sont en fuite et que des policiers "spécialisés" sont
partis à leur recherche du coté du Morne-à-Cabrit.


Aux environs de 10:00am, il y eut des tirs
nourris du côté du palais. Il est bruit que quelqu'un aurait tiré sur la foule.
On voit un homme courir et une foule qui le poursuit. Quelques instants plus
tard, j'ai vu quelqu'un brandir un avant-bras…J'ai aperçu le député Ernest
Vilsaint avec des manifestants.. Il s'est rendu au palais avec quelques
"chimères". Autour de moi, des groupes discutent d'aller incendier
les locaux des partis de l'opposition. Parlant de la Convergence : "Pa ka
gen de palè" (Il ne saurait y avoir deux palais). Certains s'opposent à ce
qu'on touche à l'école de Gérard Gourgues : «Se sèl si nou ta jwenn ak Jera
Goug" (Si on pouvait attraper Gérard Gourgues lui-même….)


Je dois dire que j'étais choqué de voir
distribuer des armes à des jeunes, presque des en-fants ayant l'apparence de
chimères; sales, négligés, en «bout de shorts», sandales, ban-deaux autour de
la tête. Certains avaient des cagoules avec des trous pour les yeux et la
bouche. Des véhicules Téléco et "Services de l'État" étaient conduits
par des chauffeurs portant les mêmes cagoules. Jusquà 5:00pm on pouvait les
voir circuler en ville.


J'ai vu le sénateur Toussaint qui était
dans la foule donnant des ordres. Il était à coté de Ronald Kadav. Celui-ci est
parti. Plus tard, il y eut une rumeur selon laquelle son véhicule serait tombé
en panne à la hauteur du Morne Lazare sur la route de Bourdon / Pétion-Ville.
Pendant tout le temps où j'étais là, jusque vers 1:00pm, je n'ai pas vu
intervenir les CIMO qui se trouvent à l'immeubre "Anti-Gang" face à
la DGI. Ils ont répondu aux chimères qui les interpellaient qu'ils n'avaient
reçu aucun ordre et qu'ils ne bougeraient pas. Quand je suis parti, vers
1:00pm, il y avait beaucoup de monde sur la place.

Témoignage de Chavannes Jean-Baptiste

Le lundi 17 décembre, un groupe de
"chimères" est arrivé dans deux camions avec des jerricanes d'essence
devant le local du MPP (Mouvement Paysan Papaye) à Hinche. De nombreux
militants et sympathisants avertis de ce qui se préparait, s'étaient massés
dans la cour. Leur présence et détermination ont déconcerté les assaillants à
leur arrivée et ceux-ci ont décidé de rebrousser chemin en prenant soin de
couper les cables de téléphone qui désservent la fondation qui se trouve depuis
lors privée de communication.

Témoignage d'un résident de la rue Capois

(…) J'ai fait le mouvement d'aller discuter
avec les personnes qui voulaient mettre le feu aux locaux des partis, mais j'ai
du renoncer quand j'ai vu débarquer des commandos de jeunes.


Dans l'après midi du 17, vers 4:00pm, j'ai
voulu aller faire un tour dans le quartier, mais en sortant de chez moi, je me
suis arrêté pour observer un manège étrange. Le voisin était au volant de son
pick-up qui était plein d'une bande de jeunes, tous armés d'armes longues, une
voiture de police suivait de loin. Il y eut des allées et venues, puis le pick
up est reparti avec au volant un des jeunes. En fait, le voisin avait été
«kidnappé» et était venu chercher de l'argent pour sa rançon. Ils avaient
«emprunté» le pick-up. On a dit qu'ils désarmaient systématiquement tous les
agents de sécurité de la zone, comme par exemple ceux du Royal Market à
Turgeau.

Témoignage de résidents de Martissant-Fontamara

Le dimanche 16 décembre, aux environs de
7:30 pm, des résidents de Martissant-Fontamara qui regagnaient leur domicile,
ont dû négocier leur passage en plusieurs fois avec des groupes occupés à
installer des barricades en divers points de ces quartiers. Surpris de se trouver
face à cette situation que rien ne laissait prévoir, la journée du dimanche
s'étant écoulée sans incident particulier, ces personnes essayèrent de
s'enquérir des raisons de ces préparatifs. La réponse fut laconique: " N
ap kite nou pase, pas poze kesyion, antre lakay nou…" (On vous laisse
passer, rentrez chez vous sans poser de questions.).

Témoignage d'un résident de Delmas #32

Vers 6h du matin nous avons été alertés
qu'il y avait un «coup d'État». A 7h je suis sorti pour constater qu'il y avait
beaucoup de monde dans les rues. Des groupes avec des armes «zamm kreyòl»,
fusil Douze, se sont rassemblés devant le Délimart entre Delmas #33 et #34.
Puis des véhicules de la Police sont arrivés, la foule leur a fait place; les
policiers se sont adressés au groupe: "Kenbe là, Kenbe là".


Un groupe armé est entré dans Delmas #32
pour inciter leurs affiliés à se joindre à eux avec leurs armes et se rendre au
Palais; «Pouwa nou menase, sa ou ginyin (zamm) bay li». (Votre gouvernement est
menaçé, les armes que vous avez servez-vous en». C'est alors que j'ai pu
constater la quantité d'armes, (12, 38) qui était en possesion de résidents du
quartier. J'étais sidéré. Tous ces gens sont partis, laissant la population en
panique ne sachant à quoi s'attendre. Je suis rentré chez moi retrouver ma
famille et ne suis plus ressorti jusqu'au lendemain.

Témoignage d'un éducateur des Gonaïves

Au cours de la journée du dimanche 16
décembre une série de festivités, réunions, avait eté organisées par le
gouvernement qui à cette occasion avait procédé à la distribution de Gdes
15.000 aux tenancières de restaurants populaires, dans le cadre du programme du
Ministère à la Condition Féminine.


Aux environs de 9h du soir des «autorités»
venues de Port-au-Prince distribuent armes, munitions, argent, aux dirigeants
des groupes de base. Le délégué Kenaz Jean Baptiste St. Pierre, le maire
Stephen Moise et le maire-adjoint Beauvoir Ulysse sont présents. Vers 4h am on
observe des véhicules de la PNH et de la Mairie qui transportent des pneus usagés
et des barricades sont édifiées


À 8:30 am, le délégué Kenaz J.B. St. Pierre
annonce la fermeture des écoles, commerce et industrie.


À 9:30 am, la maison du Rev. Luc Mésadieu
(MOCHRENA) à Gattereau, entrée nord de la ville, est incendiée. Le groupe s'empare
de deux personnes et leur fait subir le supplice du collier. Une des victimes
était un agent de sécurité connu sous le nom de Ramy, l'autre n'a pu être
identifié


À 11:20 am, on apprend que l'école Manassé
du Rev. Sylvio Dieudonné à Bigot, entrée Ouest de la ville, a également été
incendiée.


À 11:35 am, la résidence privée du Rév
Sylvio Dieudonné est investie et brûlée. Parmi les assaillants se trouvaient:
un chef de bande connu Amyot Métayer (Cubain) le maire Stephen Moïse (Topa), le
maire-adjoint Beauvoir Ulysse, Gracia Joseph (Tot) coordonateur de Fanmi
Lavalas, administrateur local de l'APN, et William Joseph également de l'APN,
coordonateur de Organisation Démocratique de Raboteau (OPDR).


À 12:30 pm, le même groupe incendie la
maison de Anorès Difficile symphatisant de la Convergence Démocratique A partir
de 2h pm les manifestants ont fêté et dîné dans les restaurants populaires qui
avaient reçu l'argent du Ministère de la Condition Féminine.


Pendant que ces événements se déroulaient,
la Police est restée cantonnée au commissariat départemental de l'Artibonite.

Témoignage d'un professeur universitaire

Entre 10 h am et 11 h AM, je suis sorti à
pied de la maison me dirigeant vers l'immeuble de la Téléco au Pont-Morin. Les
habitants du quartier étaient devant leur porte. Les groupes qui se tiennent en
face du local de la Convergence et du Konakom viennent manifestement
d'ailleurs. Je vois passer sur un pick-up un groupe de jeunes; certains portent
un mouchoir-bandeau noir autour de la tête. La plupart sont en short et
dépenaillés. Tous sont armés de révolvers. Je ne suis pas resté à regarder.

Témoignage du Sénateur Gérard Gilles, "Invité du jour" à Radio
Vision 2000


(Extraits)

RV 2000 -
Je veux parler des sources auprès desquelles vous avez obtenu vos informations,
les premières informations.


GG - Ces premières informations, ayez
l'amabilité, mon cher ami, de me les rappeler et je vais, à la lumière des
faits, les assumer encore une fois.

RV2000 - Très bien, ..12 pick-ups qui ont
pris le contrôle du Palais national, notamment

GG - Exactement !… vers 1, 2 heures du
matin, un ami qui habite tout près du Palais National eut à m'appeler pour me
dire qu'il a constaté qu'il y a des pick-ups, double cabine qui ont assailli le
Palais national et il a constaté, de visu, puisqu'il était tout près du Palais
qu'il y a une voiture dans laquelle se trouvaient des policiers qui a été tout
simplement agressée par ces gens armés de mitrailleuses M-50. Voilà ces
informations que j 'ai eues de la part d'un ami qui habite tout près du Palais
national…


RV 2000 - … alors les premières
informations dont vous disposiez faisaient État de 12 pick-ups qui auraient
pris le contrôle du Palais national. Pourtant, au bout du compte, du côté la
Police on n’a fait mention que de 2 ou 3. Qu'est-ce que vous en dites?


GG - Ver 1 - 2 h, je vous l'ai dit, un ami
qui habite tout près du Palais national, m'a parlé, pas même de 12, mais de
plusieurs véhicules à mitrailleuses M-50 au-dessus, qui sont en train
d'assaillir le Palais national…


RV2000 - Votre informateur était un
spécialiste en armes, je suppose...

GG
- Non…il a parlé de mitrailleuses,… il n'a pas précisé M-50; c'est un
jeune universitaire qui m'en a informé...


RV2000 - Où est-ce que ces gens-là ont
trouvé «ces armes» ?


GG - Oui, ça m'inquiète, ce n'est pas
seulement ces gens, il faut dire qu'il y a aussi eu des enfants, des
adolescents, qui ont "trouvé" qui, arme au poing, des milliers de
gens armés, nous l'avons constaté aussi à la télévision, qui ont défendu... qui
normalement ont permis l'avortement de ce coup d'Etat… Où est-ce qu'ils ont
trouvé ces armes? Depuis 1986 ont a toujours parlé de désarmer la population,
on en a parlé, vous vous en souvenez… rien n' a été fait en ce sens; je pense
que la Police nationale doit prendre plus au sérieux cet armement que nous
avons constaté...


RV2000 - Mais GG, permettez, un pays
pauvre, une sociéte pauvre, où a-t-on pu trouver de l'argent pour acheter ces
armes ?

GG - Attention, Valéry, depuis 1986… on a
toujours demandé le désarmement de la population, le peuple haitien a toujours
demandé le désarmement de la population...

RV2000 - Estce que vous ne craignez pas que
ces armes se retournent contre vous un jour?


GG - Jamais!



À SUIVRE
Rico
Rico
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rico Mar 27 Nov 2007 - 12:33

piporiko a écrit:C DOMMAGE QUE LE PEUPLE N'AIT PU FINIR LE TRAVAIL.HAITI TAP YON BON KOTE POU VIV.

Pipo ce que vous appelez le peuple ce n'est que de la RACAILLE PARTISANE qui semait le trouble tout au cours de notre troublante histoire. Le bon peuple, le vrai peuple est toujours la grande victime de cette violence gratuite. Vous voyez comment ces retros vous donnent la frousse.

Ce n'est que la pointe de l'iceberg de Lavalas qui N'ÉTAIT AUTRE QU'UN REGIME DICTATORIAL ET REPRESSIF.

Ce gouvernement n'a pas fini son terme, suite aux desaveux du Bon Peuple. Ce bon peuple qui l'avait voté à 67 %. Le terme bon peuple comprend la minorité des élites et des bourgeois, la classe moyenne intermédiaire, le peuple chômeur du pays et des bidonviles. Ils étaient ensemble pour dire non à Aristide non à Lavalas, non à la dictature,non à la police nationale corrompue et inféodée à CE parti à époque. Tous les ingrédients des dictatures classiques.

Pour Gwotoro, je comprends votre recul, je ne vous en veux pas. Vous pouvez croire ce que vous ne pensez pas vraiment. Pour Dufreind, vous avez encore beaucoup à apprendre et comprendre. Je vous laisse le temps de bien assimiler les notions et de les appliquer correctement à la réalité politique du pays.
avatar
Invité
Invité


«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Invité Mar 27 Nov 2007 - 12:43

Vos retros ne présentent aucune valeur réelle. Je demande à tout le monde ici présent de les ignorer en attendant que vous fournissez les sources de vos informations.
Avez-vous fabriqué ces informations? Si non, d'ou viennent-elles?

Merci de répondre à ma question.

P/S Dans un pays sérieux, vous risquez la prison pour diffamation. L'un des personnages que vous citez est réelu maire des Gonaives, Topa Moise. Prenez le soin d'analyser vos sources avant de les publier.
avatar
Invité
Invité


«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Invité Mar 27 Nov 2007 - 12:55

Ricot1, vous etes prisonnier de certaines idées préconcues.
1) vous etes un communiste et vous refusez d'analyser les benefices d'un système capitaliste.
2) vous etes un anti-Aristide et vous refusez d'analyser sa politique pour faire un bilan équitable.
3) vous publiez des informations mais vous refusez de les analyser

Vous pouvez compléter cette liste. C'est triste. Il est temps que vous commencez à réfléchir, analyser, et porter un jugement. Vous devez etre en mesure d'analyser les informations d'une source, trier les bonnes et rejeter celles qui sont erronées.

P/S Vous ne pourrez jamais combattre un système si vous n'identifiez pas ses points forts, d'ou la nécessité de les analyser convenablement.


Dernière édition par le Mar 27 Nov 2007 - 13:01, édité 2 fois
Rico
Rico
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rico Mar 27 Nov 2007 - 12:58

dufreined a écrit:Vos retros ne présentent aucune valeur réelle. Je demande à tout le monde ici présent de les ignorer en attendant que vous fournissez les sources de vos informations.
Avez-vous fabriqué ces informations? Si non, d'ou viennent-elles?

Merci de répondre à ma question.

P/S Dans un pays sérieux, vous risquez la prison pour diffamation. L'un des personnages que vous citez est réelu maire des Gonaives, Topa Moise. Prenez le soin d'analyser vos sources avant de les publier.

Dufreind vous arrivez un peu trop tard dans ce monde ombrageux de la politique. Tous ces retros et les sources sont connus par les ''amis'' du forum. Vous avez intérêt à bien suivre pour comprendre.
Rico
Rico
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rico Mar 27 Nov 2007 - 14:50

Communiqué de Presse, 5 février 2004
Nouvelle Attaque Contre La Presse Indépendante
Le Président Jean Bertrand ARISTIDE serait-il l'homme le moins informé de la République ?
Posté le February 6th, 2004

La Coalition Nationale pour les Droits des Haïtiens (NCHR) condamne vivement les propos malheureux et déconcertants tenus par le Président Jean Bertrand ARISTIDE à l'endroit de Alex REGIS, journaliste de Vision 2000, à l'occasion d'un point de presse réalisé au Palais National, en marge d'une rencontre avec une délégation de la CARICOM. Cette dernière tente désespérément de mettre sur la table de négociations le Président Aristide et les forces de l'opposition qui réclament son départ du pouvoir avant le terme de son mandat controversé.

Le Journaliste qui tentait d'avoir la réaction du Président sur les manifestations organisées à travers le pays pour exiger sa démission s'est vu qualifié, en guise de réponse, de menteur par le Président Aristide arguant qu'il fait partie de la presse de l'opposition et qu'il est payé par l'opposition pour venir poser une telle question.

Cette réaction inqualifiable et inimaginable du Chef de l'Etat dépasse l'entendement et appelle les considérations suivantes :

Le Chef de l'Etat peut-il ignorer que :

- Depuis le mois de septembre 2003 la ville des Gonaïves est le théâtre quotidien de manifestations anti-gouvernementales occasionnant au moins :

- Une cinquante de morts ;

- Une centaine de blessés ;

- L'incendie de plusieurs maisons aussi bien par les forces de police que par des manifestants en colère ;

- L'incendie de certains véhicules dont celui du Délégué Départemental, premier représentant du chef de l'Etat dans le département de l'Artibonite et ceux d'une délégation de police conduite par l'Inspecteur Général en Chef de la police.

Les événements prévus pour la commémoration du bicentenaire de l'indépendance aux Gonaïves du 1er janvier 2004 ont été, en grande partie, annulés. Le Chef de l'Etat lui même a été contraint à une visite éclair dans la cité de l'indépendance en raison de la précarité des conditions de sécurité dans la région ;

Les invités du Président de la République ont dû annuler leur visite aux Gonaïves après que l'hélicoptère du Président de l'Afrique du Sud, Tabou M'BEKI ait fait l'objet d'attaque en survolant la ville. Aucune école ne fonctionne au niveau de cette ville, les bureaux publics sont fermés ou dysfonctionnels , le gros commerce, les banques n'ouvrent que rarement leurs portes ;

- Des milliers de manifestants occupent régulièrement le pavé à Saint Marc, à l'initiative du Rassemblement des Militants Conséquents de la Commune de Saint Marc (RAMICOSM), pour appeler à la démission du Chef de l'Etat. L'école ne fonctionne pas dans cette ville depuis la réouverture fixée au 7 janvier 2004 ;

- A Gros Morne et à St Michel de l'Attalaye, aucun bureau public ne fonctionne depuis plus d'un mois. Même les commissariats de police ont été fermés par les manifestants anti-gouvernementaux ;

- A Ouanaminthe, des manifestations anti-gouvernementales sont organisées au point qu'un élève de 9ème année fondamentale du Lycée Capois La Mort, a été tué par la police ;

- A Petit-Goâve, la situation est des plus critiques. Des manifestations anti-gouvernementales sont organisées à un rythme effréné;

- A Miragoâne, deux (2) morts ont été recensés dans le cadre des manifestations anti-gouvernementales, au point que la porte du commissariat de police de cette ville a été fermée pendant un certains temps ;

- Au Cap-Haïtien, le 31 janvier 2004, la police et des civils armés conduits par l'ex-Député Nahoum MARCELLUS ont interrompu dans le sang une imposante manifestation anti-gouvernementale ;

- Des manifestations anti-gouvernementales sont organisées dans des villes comme : Petite Rivière de l'Artibonite, Port-de-Paix, Saint-Louis du Nord, Jérémie, Cayes, Grand-Goâve, Léogâne, Jacmel, Hinche, Mirebalais, Belle-Anse, Bainet, Marigot, Torbeck, Trou-du-Nord, La Gonâve, Verrettes, Ennery, etc. ;

- A Port-au-Prince, depuis les événements du 5 décembre 2003 des dizaines de milliers de manifestants défilent régulièrement dans les rues au cri de : « Twop san koule fòk Aristid Ale ». Les centres universitaires sont le théâtre de manifestations quotidiennes. L'école n'a pas fonctionné pendant les trois (3) premières semaines de la réouverture de janvier;

- Les deux (2) principaux syndicats d'enseignants : 'Union Nationale des Normaliens Haïtiens (UNNOH) et la Confédération Nationale des Educateurs Haïtiens (CNEH) ont appelé leurs membres à un arrêt de travail jusqu'au départ du Président Aristide, ce qui perturbe considérablement le fonctionnement de l'Ecole. En fait l'Ecole ne fonctionne pas aux Gonaïves et à Saint Marc et fonctionne au rabais à Port-au-Prince , Petit-Goâve, Miragoane, Trou-du-Nord, Port-de-Paix, Ouanaminthe, Gros-Morne, Saint-Michel de l' Attalaye ;

- Des manifestations anti-gouvernementales sont organisées à Miami, à West Palm Beach, à New York, à Washington, à Paris, en Guadeloupe, à Montréal et dans d'autres villes étrangères pour exiger la démission du Président Aristide ;

- Le Conseil de l'Université d'Etat d'Haïti a appelé publiquement au départ du Président de la République pour une reprise normale des activités académiques. L'Université ne fonctionne pas ;

- Le secteur privé a appelé à la désobéissance civile jusqu'au départ du Président Aristide ;

- Un Tribunal populaire symbolique mis en place par les étudiants de l'Université à la Faculté des Sciences Humaines a émis un mandat d'amener contre le Chef de l'Etat pour crimes contre la constitution et de lèse patrie

- Le Département d'Etat et le Ministère des Affaires Etrangères du Canada dans des avertissements aux voyageurs, ont déconseillé aux citoyens canadiens et américains de visiter Haïti et ont appelé ceux vivant dans le pays à quitter le territoire si leur présence n'est pas vraiment indispensable, en raison des troubles crées dans le cadre des manifestions organisées pour exiger le départ du pouvoir du Président Jean Bertrand ARISTIDE. Les responsables américains et canadiens ont fait savoir, par la même occasion, que les autorités en place à Port-au-Prince sont dépassées par les événements et sont incapables d'assurer la sécurité dans le pays ;

Il est clair, comme l'a si bien dit le journaliste, que le Président fait l'objet de contestations à travers le Pays. S'il doit ignorer tout cela c'est qu'il est l'homme le moins informé de la République.

La déclaration du Président est une autre forme de menace contre la presse indépendante qualifée à dessein de presse de l'opposition.

Cette intervention est faite à un moment où un leader d'organisation populaire lavalas, Roger BINRY alias Béry, est passé aux aveux en ce qui a trait au plan machiavélique concocté par le pouvoir contre la presse indépendante. Dans des déclarations rendues publiques, Béry avait nommément accusé Fritz INNOCENT alias Friztner Nocent, membre de l'Unité de Sécurité Présidentielle (USP) d'avoir dirigé le commando qui a saboté à Boutilliers, le 13 janvier dernier, les émetteurs-récepteurs des radios et télévision. Les noms d'un membre du cabinet particulier du Chef de l'Etat, Agathe DELONE et du Secrétaire d'Etat au Travail Jean-Claude JEAN BAPTISTE ont également été cités d'avoir planifié le coup au Palais National. Quatre (4) journalistes ont été mis sur une liste de personnes à abattre :

- Liliane PIERRE-PAUL

- Marie Lucie BONHOMME

- Euvrard SAINT ARMAND

- Rochild FRANCOIS Junior

Béry a même authentifié ses déclarations par devant notaire pour qu'elles puissent être utilisées dans le cadre d'un procès au cas où les sbires du pouvoir auraient décidé de l'assassiner à cause de ses révélations.

Cette réaction regrettable du Chef de l'Etat aux questions pertinentes du journaliste Alex REGIS est indicative de l'état d'esprit du pouvoir en cette période troublée, du niveau d'intolérance du premier citoyen de la Nation et du caractère profondément anti-démocratique qui caractérise son régime.

La NCHR rappelle au Chef de l'Etat qu'un pouvoir a de l'autorité lorsqu'il jouit du consensus de l'ensemble des secteurs du pays et non en s'attaquant systématiquement à la presse indépendante et à ses opposants. Si ce consensus n'existe pas aujourd'hui, il faut rechercher les causes dans la manière de diriger et non dans le mode de fonctionnement de la presse.

La NCHR espère que cette nouvelle attaque contre la presse indépendante n'est pas le signal qu'un sort funeste est réservé à des membres de cette corporation comme ce fut le cas avec le journaliste Brignol LINDOR assassiné à Petit-Goâve après avoir été identifié par des officiels lavalas comme un journaliste de l'opposition.

Port-au-Prince le 5 février 2004
Rodlam Sans Malice
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rodlam Sans Malice Mar 27 Nov 2007 - 18:06

Pipo

Se wou ki genyen rezon paske lè mèsenè la press yo vle anpeche moun kim ap manje la bou yo jwen yo ti moso manje ak en pe dlo si pep la anpeche yo k..... e byen se yon lwa natirel ki di tout bet jennen mode.Malcom X te di :"by all means necessary."

genyen moun si yo te la lè Dessalines tap goumen pou libere esklav yo ke viej pete je m yo tap joure l e yo tap pami moun ki touye l sou pon rouj yo.Ou tande ki jan alyene yo rele pep la racaille.men mou ki tap vann byen soumaren peyi ya ki tap mande pou peye yo 120000 dola U>S pansyon pa ane ak 2 machinn lixye anba deyè yo nan florida sou do pep la se "moun de byen" ,alò kalite moun sa yo nanpren anyen ke w ka di yo."L'origine de leur haine est la haine de leur propre origine."Se moun sa yo ki achte pwodwi pou yo genyen po klè ak nen pwenti ki ap joure Aristide dyol fwa mou.Se pa fot yo lè yo gade nan mirwa yo jwen yo si telman led ke yo pè pase men nan figi yo.se sak fè yo rayi kilti yo;lang yo ; moun ki sanble ak yo.
avatar
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17750
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Joel Mar 27 Nov 2007 - 18:45

dufreined a écrit:Vos retros ne présentent aucune valeur réelle. Je demande à tout le monde ici présent de les ignorer en attendant que vous fournissez les sources de vos informations.
Avez-vous fabriqué ces informations? Si non, d'ou viennent-elles?

Merci de répondre à ma question.

P/S Dans un pays sérieux, vous risquez la prison pour diffamation. L'un des personnages que vous citez est réelu maire des Gonaives, Topa Moise. Prenez le soin d'analyser vos sources avant de les publier.

Gardez votre sang froid.Tous ces "rétros" ont été prouvés faux
Chamblain et Ravix ont dit eux mèmes qu'ils avaient attaqué le palais National et leur but c'était d'assassiner Aristide.
Après l'attaque et après que le peuple avit manifesté sa légitime colère contre ceux qui étaient de mèche avec les assassins ,une campagne de propagande médiatique était entreprise pour faire comprendre que l'attaque était un montage d'Aristide.

De mème que l'attaque des antennes de Boutilliers.;Chamblain et Co avaient aussi revendiqué l'attaque ;mais de de la mème façon le matraquage médiatique à l'époque faisait comprendre que c'était un coup monté par Aristide.

Oui je suis d;accord avec PIPORIKO,le peuple devait avoir fini le "travail" ce jour la .

La prochaine fois ,je souhaiterais qu'ils laissent leur peau,car le pays a assez de ces gens!
Rico
Rico
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rico Mar 27 Nov 2007 - 21:10

Gardez votre sang froid.Tous ces "rétros" ont été prouvés faux
Chamblain et Ravix ont dit eux mèmes qu'ils avaient attaqué le palais National et leur but c'était d'assassiner Aristide.JOEL

Je perds mon temps pour vous demander de porter des preuves en parlant de Chamblain et Ravix. C'EST DE LA FOUTAISE. C'est ce qui vous rejoigne le plus dans ces tous ces retros. vous ne parlez que cette petite partie. Je peux vous edifier avec les images. Oui des images qui laissent des traces non seulement ces simples commentaires et descripitions. Vous avez le coeur trop sensible ou ne pouvez pas supporter vos laideurs et brutalités affichées à la face du monde.

Après quoi vous voulez passer pour de joyeux democrates respectueux des lois et de la Constitution. Bien entendu vous pouvez toujours prendre avantage pour censurer les photos, mais cela ne veut pas dire que les traces n'existent plus. Les fameux acteurs et responsables sont connus. La justice de ce pays ne peut continuer à ignorer ces actes repréhensibles. Il faut que justice soit rendue pour ces étudiants et leurs profs qui sont malmenés et tués. Pourquoi s'en prendre injustement aux politiciens adversaires sous la conduite des policiers. Leurs biens et leurs locaux sont saccagés et ils durent prendre le maquis.

Comment appelle-t-on tout cela, une simple chicane de collégiens? Avec de telles violences aveugles sous la conduite d'une police inféodée, toutes les libertés collectives et de la personne sont suspendues. Vous croyez avoir raison et même faire réculer le plus intelligent de vous, votre collaborateur Gwotoro. Je suis triste, vraiment triste, il ne fallait pas arriver là.

En parlant de laisser la peau, rien ne m'étonne, je comprends à quel point vous êtes bien souché à une sale cause. Bonne chance à vous.

avatar
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17750
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Joel Mar 27 Nov 2007 - 21:43

Tout ce qu'on peut vous dire c'est de cesser de mentir.
Ceux qui avaient fait la campagne de déstabilisation ,comme l'IFES,ROGER NORIEGA etc en ont prit la parenté.

Ah! Oui ,ces photos .C'est comme pendant le premier coup d'Etat ,on affichait sur la Télévision nationale ,la photo d'une personne à qui on donnait 'le Collier" avec la Caption "Plus Jamais";Pendant ce temps on mitraillait par centaines les pauvres bougres de Cité Soleil.

Er à propos de ces "étudiants" qu'on avait tué?
Qui étaient ils.
Et puis tout un programme était fait par la Presse Scélérate autour du Recteur Putschiste qu'on aurait mutilé dans ce qui n'avait été qu'une bagarre à l'époque.
Je me souviens d'avoir entendu à l'époque sur une Radio que ce type serait paralysé pour la vie.D'aprés ce que j'ai entendu PIERRE MARIE PAQUIOT marche normalement.

Non ,ce ne sont pas les partisans d'Aristide ,dont les leaders avient été arrétés illégalement,dont des centaines ont déja été tués et continuent à disparaitre;ce sont ceux qui avaient perpétrés l'infamie de Février 2004 qui doivent payer.

Quand le moment propice arrivera ,ils devraient ètre pourchassés dans leurs derniers retranchements.

Ils ont trop fait.

J'ai lu que le président virtuel GERARD GOURGUE,sur le premier mandat de PREVAL avait été chahuté sans merci à MIAMI.

CE N'EST QUE LE COMMENCEMENT!

Sasaye
Sasaye
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 8252
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Sasaye Mar 27 Nov 2007 - 22:03

Avec toute cette tristesse et ce souhait de bonne chance, il semblerait que ce message recèlerait un "adieu".

Serait-ce vrai?

Ou Sanmalis devrait-il vous des-inviter?
Rico
Rico
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rico Mer 28 Nov 2007 - 0:17

SANS COMMENTAIRES

RETRO


Commission des droits de l’Homme |

60ème session, 15 mars - 23 avril 2004

Point 19 de l’ordre du jour : Intervention écrite de la FIDH sur Haïti

mercredi 18 février 2004


La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et la Ligue des Exilés haïtiens pour la Promotion et la Défense des droits Humains, expriment leur plus vive préoccupation face à la situation des droits de l’Homme à Haïti.

L’année 2003 a été marquée par une recrudescence de graves violations des droits de l’homme (exécutions extrajudiaciaires, actes de torture, arrestations arbitraires, disparitions forcées) visant en particulier des membres de l’opposition. L’année 2004, a commencé sous le signe des commémorations pour le Bicentenaire de l’indépendance du Pays. Ces commémorations, d’une part, elle se déroulent dans un contexte globalement menaçant pour les libertés et les droits fondamentaux de la personne humaine aussi bien que pour la démocratie, la paix et la justice. D’autre part, elles sont un catalyseur de la tension et de la violence qui règnent dans ce Pays. Preuve en est le bilan des confrontations qui ont eu lieu le 7 janvier 2004 à Port-au-Prince, entre des partisans du régime et des membres de l’opposition : deux personnes ont été tuées et 30 blessées.


L’année 2003 a été marquée par une recrudescence de graves violations des droits de l’homme (exécutions extrajudiaciaires, actes de torture, arrestations arbitraires, disparitions forcées) visant en particulier des membres de l’opposition. L’année 2004, a commencé sous le signe des commémorations pour le Bicentenaire de l’indépendance du Pays. Ces commémorations, d’une part, elle se déroulent dans un contexte globalement menaçant pour les libertés et les droits fondamentaux de la personne humaine aussi bien que pour la démocratie, la paix et la justice. D’autre part, elles sont un catalyseur de la tension et de la violence qui règnent dans ce Pays. Preuve en est le bilan des confrontations qui ont eu lieu le 7 janvier 2004 à Port-au-Prince, entre des partisans du régime et des membres de l’opposition : deux personnes ont été tuées et 30 blessées.

La presse haïtienne : une cible en 2003

Depuis l’assassinat du plus célèbre journaliste haïtien, Jean Léopold Dominique le 3 avril 2000 et depuis le lynchage le 3 décembre 2001 de Brignol Lindor, la presse indépendante haïtienne vit des jours difficiles. Cette presse se trouve dans la ligne de mire du pouvoir, en étant accusée par le Président Jean Bertrand Aristide d’être liée aux prétendues fomenteurs d’un coup d’Etat. . En témoignent les actes de harcèlement, les menaces et les agressions contre les journalistes, aussi bien que les attaques avec armes à feu contre les locaux de médias. Les actes mentionnés ci-dessous, ne sont qu’une illustration de cette situation.

Le 10 janvier 2003, alors qu’il couvre une manifestation d’opposants au régime lavalas (l’avalanche), le journaliste Rony Mathieu travaillant pour la radio privée Magic Stéréo a été atteint à la tête par un projectile. Selon un envoyé spécial d’un autre média sur place, Rony Mathieu a été blessé au moment où un groupe de contre-manifestants pro-Aristide ont commencé à lancer des pierres et des jets de bouteilles sur les manifestants anti-lavalas et la presse venue couvrir l’événement.

Le 23 février 2003, la Radio Haïti Inter, propriété du journaliste assassiné Jean Dominique, est obligée de fermer ses portes et sa veuve Michèle Montas part en exil aux Etats-Unis. Dans le même temps, la résidence des journalistes Montigène et Elysée Sincère est incendiée par des personnes supposée être proches du pouvoir.

Le 28 octobre 2003, dans la soirée, des inconnus armés tirent sur les locaux de radio Caraïbes, une station de radio privée de Port-au-Prince. Si personne n’a été blessé, des vitres de la radio ont en revanche été brisées. En réaction, la radio a cessé provisoirement ses émissions pour protester contre cette attaque. " La radio reçoit régulièrement des menaces" a déclaré Jean Elie Moléus, nouveau directeur de l’information de Radio Caraïbes. Il remplace à ce poste Carlo Sainristil qui, après des violences enregistrées le 17 décembre 2001 contre Radio Caraïbes et d’autres stations du pays, a été obligé de fuir vers les Etats-Unis ainsi que Trézil Jean Samuel, Gérin Alexandre, Arthus Weibert, respectivement rédacteur en chef, secrétaire de rédaction et reporter de Radio Caraïbes.

Le 5 décembre 2003, lors d’attaques de partisans du pouvoir contre les locaux des facultés, deux journalistes ont été grièvement blessés. A ce propos, le Rapporteur spécial pour la liberté d’expression de la Commission interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) conclut : " Les actes de harcèlement et de menace à l’encontre des journalistes au cours des derniers mois sont la preuve de l’existence d’un climat d’intimidation et d’intolérance pour l’exercice de la profession de journaliste en Haïti".

L’Université d’Etat d’Haïti assiégée

Depuis quelques mois, l’Université est le siège d’un foyer de contestation anti-Aristide. Ces manifestations ont été violemment réprimées soit par des "chimères"1, soit par la Police Nationale qui, le plu souvent, assiste impassible aux violences.

Le 8 janvier 2003, Eric Pierre, étudiant en troisième année à la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Port-au-Prince est assassiné par balles aux abords du cimetière de la capitale. Le porte-parole de la Police Nationale à l’époque, Jean Dady Siméon présente l’étudiant décédé comme une simple victime de l’insécurité généralisée. Quelque temps avant le meurtre néanmoins, les étudiants avaient hissé un drapeau noir au fronton de la Faculté pour exiger le départ du président. Et c’est ce geste qui leur a valu d’être sauvagement agressés par les "chimères" parmi lesquels se trouvaient le ou les assassins de Eric Pierre.

Les violences ont atteint leur paroxysme le 5 décembre 2003 à la Faculté des Sciences Humaines et l’INAGHEI (Institut National de Gestion et des Hautes Etudes Internationales). Ce jour-là, les étudiants s’apprêtaient à organiser une manifestation anti-lavalas quand des contre-manifestants armés de bâtons, de barres de fer, d’armes de point et de fusils mitrailleurs les ont pris en otage. Environ 25 personnes ont été blessées, dont nombreuses par des balles de fusil. Ce même jour , des chimères ont brisé à coups de barres de fer les deux jambes du Recteur de l’Université, Monsieur Pierre Marie Paquiot, dont les chances de pouvoir remarcher restent à ce-jour incertaines.

Exécutions extrajudiacires, actes de torture, gardes à vue prolongées

Le 14 juillet 2003, une militante politique de l’Opposition, Madame Judie C. Roy est arrêtée chez elle, au local de la Mission « Freewill Baptiste Church » par la Brigade de Recherche et d’Intervention (BRI) en compagnie de Jeantel Josepth, Chavannes Joseph et Edler Rivot. Conduite au Commissariat de Police, Madame Roy est torturée pendant plusieurs jours par les autorités policières qui l’accusent de "complot contre la sûreté intérieure de l’Etat" et d’"association de malfaiteurs". Le jour de cette arrestation, les policiers ont aussi emporté 5ordinateurs, deux véhicules qui étaient dans le parking de la prévenue, plusieurs pièces d’identité, ainsi que 95000 dollars américains. , appartenant à la Mission « Freewill Baptiste Church ». Toutes les personnes mentionnés continuent en prison.

Après quinze jours de détention, Madame Roy comparaît devant un juge, le visage tuméfié, le corps chargés d’ecchymoses. Interrogé sur ces actes de torture, le secrétaire d’Etat à la Communication, Mario Dupuy, déclare que Madame Roy "est une terroriste et qu’on ne prend pas de gants avec une terroriste". Au moment d’écrire, la prévenue est toujours en prison en attendant un jugement.

Charles Baker et David Apaid, tous deux industriels, membres d’une coalition de la société civile dit des "184", ont eux aussi été victimes d’une arrestation « musclée ». Les prévenus ont été arrêtés le 14 novembre lors d’une manifestation contre le régime pour "détention illégale d’armes à feu" et comparus devant leur juge naturel le lundi 17 novembre. Emmenés au poste de police, les industriels n’ont été "provisoirement libérés" qu’après 17 jours de détention alors que la durée légale de la garde-à-vue est 48 heures. Par rapport au chez d’accusation retenu contre eux, ils étaient détenus de façon arbitraire.

Recommandations : Face à cette situation, la FIDH et la Ligue des Exilés Haïtiens demandent à la Commission des Droits de l’Homme d’adopter une Résolution sur la situation des droits de l’homme en Haïti :

Exprimant sa préoccupation quant à la détérioration de la situation des Droits de l’Homme en Haïti :

Pressant le gouvernement de prendre les mesures nécessaires afin de garantir le respect des droits de l’homme en conformité avec ses obligations internationales, notamment en ce qui concerne la liberté d’expression et la liberté d’opinion, le droit de se réunir et de manifester pacifiquement, le droit de ne pas être arrêté ou détenu arbitrairement, le droit de ne pas être soumis à la torture ou à des traitements cruels, inhumains ou dégradant, le droit de ne pas être privé arbitrairement de sa vie ;

Pressant le gouvernement d’appliquer les recommandations formulées par l’Expert indépendant, afin de continuer le programme de coopération technique ;

Priant le Haut Commissariat des Droits de l’Homme de continuer son programme de coopération technique avec le gouvernement et de mettre en place un bureau à Haïti, avec un mandat incluant à la fois la formation et la coopération technique ainsi qu’une coopération ciblée ;

Demandant à l’Expert indépendant de soumettre un autre rapport à la prochaine session de la Commission.
Rodlam Sans Malice
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rodlam Sans Malice Mer 28 Nov 2007 - 0:25

Ce forum a été etabli par Marc Henri et ses collaborateurs dans le but precis de trouver un modus vivendi parmi les haitiens pour trouver les solutions à nos problèmes en echangeant nos idées dans le respect et l'harmonie.Nous ne voulons "désinviter" personne,cependant si quelqu'un ne respecte pas nos frères et soeurs pour lesquels nous luttons en les appelant racaille ,alors il devrait se retirer parce que ce site est le salon du peuple haitien.Nous ne respecterons pas ceux qui meprisent nos droits et nos revendications.

nous ne voulons pas oter la parole à ceux qui ne partagent pas nos ideaux ;nous accpetons leurs critiques objectives,mais nous ne voulons pas des denigreurs qui mentent pour salir la reputation des gens inutilement.Notre lutte est la lutte du peuple haitien;nous voulons des debats serieux sur l'avenir de ce coin de terre que nous cherissons.Debattons nos idées honnètement sans defendre des clans et des chapelles inutiles.

je comprends la difficulte qu'eprouvent certains perdants qui rèvaient des postes dans l'administration publique ,mais qui ne peuvent se consoler après leurs echecs ,et bien messieurs vous ne pouvez pas blamer un homme;il faut repenser votre strategie et presenter au peuple des candidats plus habiles et honnètes. Vous ne pouvez pas tromper tout un peuple tout le temps avec vos mensonges.Cessez donc de pleurnicher comme des enfants a qui on a enlevé leurs jouets.Regroupez-vous et presentez au peuple un programme de developpement susceptible d'attirer sa sympathie aux prochaines elections.
Rico
Rico
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rico Mer 28 Nov 2007 - 1:07

Rodlam Sans Malice a écrit:Ce forum a été etabli par Marc Henri et ses collaborateurs dans le but precis de trouver un modus vivendi parmi les haitiens pour trouver les solutions à nos problèmes en echangeant nos idées dans le respect et l'harmonie.Nous ne voulons "désinviter" personne,cependant si quelqu'un ne respecte pas nos frères et soeurs pour lesquels nous luttons en les appelant racaille ,alors il devrait se retirer parce que ce site est le salon du peuple haitien.Nous ne respecterons pas ceux qui meprisent nos droits et nos revendications.

nous ne voulons pas oter la parole à ceux qui ne partagent pas nos ideaux ;nous accpetons leurs critiques objectives,mais nous ne voulons pas des denigreurs qui mentent pour salir la reputation des gens inutilement.Notre lutte est la lutte du peuple haitien;nous voulons des debats serieux sur l'avenir de ce coin de terre que nous cherissons.Debattons nos idées honnètement sans defendre des clans et des chapelles inutiles.

je comprends la difficulte qu'eprouvent certains perdants qui rèvaient des postes dans l'administration publique ,mais qui ne peuvent se consoler après leurs echecs ,et bien messieurs vous ne pouvez pas blamer un homme;il faut repenser votre strategie et presenter au peuple des candidats plus habiles et honnètes. Vous ne pouvez pas tromper tout un peuple tout le temps avec vos mensonges.Cessez donc de pleurnicher comme des enfants a qui on a enlevé leurs jouets.Regroupez-vous et presentez au peuple un programme de developpement susceptible d'attirer sa sympathie aux prochaines elections.

Malice vous faites preuve de courage, surtout ne revenez pas en arrière. Rico n'invente rien. Je ne m'oppose pas ni au macoute ou au lavalassien pour le plaisir de jouer à l'opposition systématique. J'ai maintes fois fait valoir ce que je reprouve de ces 2 systèmes.

Ils ont tous deux échoués et causèrent des préjudices graves aux citoyens de ce pays. Plusieurs ont laissé leurs vies. Je ne garde aucune rancoeur personnelle. Ces hommes qui pour moi font de la mauvaise politique sont des Haitiens de sang et de race. En d'autres occasions ils pouvaient être des loyaux et bons citoyens. Je ne peux pas avoir de la haine pour des humains.

Malice il n'y a pas de honte a pointer certaine pratique politique de la racaille. Les actes reprehensibles comme la tuerie de Metayer que MARCH-HENRY NE POUVAIT PAS SUPPORTER AVEC VOS AUTRES COLLEGUES N'A PAS D'AUTRE EXPLICATION. Ce sont des damnées, ces racailles qui tuent de facon sauvage et inhumaine.

Ce serait une trahison pour mes frères qui pendant toutes leurs vies avaient le respect des autres qui ne partageaient pas leurs idées. Je l'ai apppris toute jeune et je les remercie aujourd'hui pour m'avoir inculqué leur calme et leur serenité.

Je veux être un simple adversaire politique et non un ennemi de l'autre. C'est à partir de cet instant tous les germes de la discorde et de la violence commencent à prendre forme. Croyez-moi j'ai toujors combattu cela depuis bien jeune. J'ai connu la douleur des êtres chers lâchement abattus. Et les signes de leur disparition brutale je les revis encore aujourd'hui avec des comportements vraiment surprenants. Ce qui me rend triste, veritablement triste.

Bien à vous
Rodlam Sans Malice
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Rodlam Sans Malice Mer 28 Nov 2007 - 9:46

Rico

Vous devriez au moins apprendre, après nos echanges, que ceux qui tuent nos frères et soeurs pour l'avancement de leurs interets mesquins n'ont aucune place dans nos coeurs.Les participants de ce forum sont des haitiens honnètes et sincères qui ne rèvent que le progrès et la stabilité du pays pour que les souffre -douleur: les paysans et paysannes ,les ouvriers et ouvrières ,les enfants haitiens aient une vie decente.

Si nous usons la rigueur envers vous ce n'est pas à cause de votre appartenance politique.Nous accpetons vos critiques objectives,mais pas vos denigrements et vos mensonges.Personne ici est dupe de la fourberie de certains politiciens haitiens, qui au lieu d'apporter un soulagement à la souffrance de ce peuple aux abois, se contentent de discourir et de destabiliser le pays.Cette racaille dont vous parlez nous repugne aussi.,mais nous n'admettons pas votre point de vue en ce qui concerne son appartenance politique et son origine;pour vous cette racaille se trouve dans le camp du peuple,ce qui est faux.Comme je vous l'ai dit dans un autre texte ,meme Ernest bennett reconnait la complicité de certains militaires dans les cas de kidnapping.Le chef de la Police admet qu'il y a des policiers corrompus qui participent dans les cas de kidnappings; pourquoi cet entètement à salir tous les lavalassiens?C'est cette malhonnèteté que nous condamnons.
avatar
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 52
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  piporiko Mer 28 Nov 2007 - 10:25

TIRICO1 SANKOUTYA KONNEN BYEN PWOP TOUT KABAL KI TAP FET YO SE POU TE FE JOUNALIS PATIS.VI EKONOMIK LA PAT BON E SITE NON TITID SE SEL GARANTI POU YO TE JWEN AZIL POLITIK.
avatar
Invité
Invité


«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Invité Mer 28 Nov 2007 - 10:35

Je pense que nous avons une grande possibilité dans ce forum d'aborder des sujets cruciaux sur le développement de notre nation. Il n'est pas un problème que nous avons des approches différentes pour résoudre les problèmes du pays.

Par ailleurs, ne vous éternisez pas à répondre Ricot1. Il écrit des tracts, diffame des gens, insulte les autres membres du forum, mais est incapable d'argumenter ses opinions.

Nous avons une grande opportunité ici et nous ne pouvons pas le rater. Il y a des gens ici qui veulent contribuer dans la vie politique, d'autres dans l'économie, l'éducation. Profitons pour échanger et proposez des solutions. Faites attention à Ricot1 qui essaie de nous dévier de nos objectifs.
Marc-Henry
Marc-Henry
Administrateur


Masculin
Nombre de messages : 6332
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Marc-Henry Mer 28 Nov 2007 - 12:11

Mes amis

Je ne voulais pas intervenir dans ces échanges non-fructueux entre Rico et les autres. Mais le devoir m'interpelle . Comme vous le savez, nous avons un forum pluriel ou les gnbistes, les lavalas et les neutres peuvent se parler dans le respect mutuel. Je vous demande donc de vous concentrer sur les faits, sur les problèmes, sur la nature des problèmes et sur vos attentes de ces différents types de problèmes que vous avez soulevés dans vos échanges. Évitez de personnaliser les débats. Ne parlez pas de la personnalité de vos pairs. Centrez les débats sur la politique nationale et internationale. Centrez les débats sur l'histoire et la société. Centrez les débats sur l'économie et le culturel.
Je vous remercie pour votre implication et de votre participation à la gestion du forum. Merci encore de croire en notre modèle d'échanges et d'y apporter votre contribution.
Ann nou avanse pi devan.
Exprimez-vous! Prenez position pour Haiti

Votre serviteur Marc Henry

Contenu sponsorisé


«Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir - Page 3 Empty Re: «Mache pran yo, Duvalier ! » Jn.C. Duvalier croit au pouvoir

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 26 Nov 2022 - 8:28